Dubliners byJames Joyce / 'Mentally ill' James Joyce is a surprise hit in China

By

In the mid-1920s, a decade prior to the release of James Joyce's final novel,Finnegans Wake, extracts of what was then known as his "Work in Progress" were being published in journals and passed around literary circles, to a largely baffled audience. (If you've never read, or attempted to read Finnegans Wake, a quick look at its opening episode is advised.)
&
First Chinese edition of Finnegans Wake by James Joyce sells out 8,000 print run in just weeks but faces backlash as author is called 'mentally ill'.
  [Moins]
Published : Tuesday, February 19, 2013
Reading/s : 26
Number of pages: 11
See more See less
'Mentally ill' James Joyce is a surprise hit in China
First Chinese edition of Finnegans Wake by James Joyce sells out 8,000 print run in just weeks but faces backlash as author is called 'mentally ill'.
James Joyce in 1938
ByMartin Chilton, Culture Editor online
The Chinese reading public loveetrHarryPotbooks - JK Rowling was the best-selling foreign author in 2012, earning 15 million yuan (£1.5million) in the Chinese market - but a more unlikely foreign writing success has come to light this week.
A new Chinese translation ofFinnegans Wake, a book renowned for its linguistic complexity, has sold out its initial print run of 8,000 copies just three weeks. It is the first mainland Chinese edition of James Joyce's 1939 novel, which took the Dublin-born author ofUlysses17 years to write.
It took translator Dai Congrong, of Shanghai's Fudan University, eight years to turn Joyce's complex stream of consciousness style into Chinese, and publisher Wang Weisong, of the Shanghai People's Publishing House, described the success of the book as being "totally unexpected".
Although the highbrow novel has been an unpredicted commercial success in a market in which the bookPlants VS Zombiesis a best-seller, there has been a backlash against Joyce, who died in 1941. Jiang Xiaoyuan, a professor at Shanghai's Jiaotong University, was quoted by Xinhua as saying: "Joyce must have been mentally ill to create such a novel."
Related Articles
·
JaneAustenandthe30greatopeninglines
28 Jan 2013
Literary critic Liu Wei was kinder, saying: "I think it deserves our respect that Joyce created such a rich text."
http://www.telegraph.co.uk/culture/books/booknews/9833427/Mentally-ill-James-Joyce-is-a-s urprise-hit-in-China.html
TRADUCTION «Malades mentaux» James Joyce est un succès surprise en Chine
Première édition chinoise de Finnegans Wake de James Joyce se vend 8.000 tirage en quelques semaines seulement, mais sans jeu visages que l'auteur appelle «malades mentaux».
James Joyce en 1938
Par Martin Chilton, rédacteur en chef Culture en ligne
Les Chinois lecture publique amour des livres Harry Potter - JK Rowling est l'auteur best-seller étrangère en 2012, gagnant 15 millions de yuans (1,5 million EUR) sur le marché chinois - mais un succès plus improbable écrit étrangère a été révélé cette semaine.
Une nouvelle traduction chinoise de Finnegans Wake, un livre réputé pour sa complexité linguistique, a vendu son tirage initial de 8000 exemplaires seulement trois semaines. Il s'agit
de la première édition continentale de la Chine de James Joyce en 1939 roman, qui a pris de l'auteur né à Dublin d'Ulysse 17 ans à écrire.
Il a fallu Traducteur Dai Congrong, de Université Fudan de Shanghai, huit ans à tourner ensemble complexe de Joyce de style conscience en chinois, et l'éditeur Wang Weisong, de la Shanghai Publishing House populaire, a décrit le succès du livre comme étant "totalement inattendu".
Bien que le roman intello a été un succès imprévu commerciale dans un marché où le livre Plants vs Zombies est un best-seller, il ya eu une réaction contre Joyce, qui est décédé en 1941. Jiang Xiaoyuan, professeur à l'Université Jiaotong de Shanghai, a été cité par Xinhua comme disant: ". Joyce a dû être malade mental pour créer un tel roman"
articles connexes
• Jane Austen et les 30 premières lignes de grands
28 janvier 2013
Le critique littéraire Liu Wei était gentil en disant: «. Je pense qu'il mérite notre respect que Joyce a créé un tel texte riche"
Groupe de lecture: Dubliners de James Joyce
Nous avons toujours eu une règle dans notre groupe de lecture que nous ne discutons pas de collections d'histoires courtes, d'abord parce que l'un de nos premiers (maintenant ex) membres, Sarah, dit (comme quelqu'un qui aimait à sombrer dans une longue bons romans) que elle ne supportait pas des histoires courtes. Je dois dire que comme un écrivain nouvelliste je l'ai trouvée commentaire bouleversant, mais j'ai été heureux d'aller de pair avec la décision que j'ai senti que une bonne histoire courte peut prendre la discussion toute une soirée et que toute discussion par un groupe disparate d'un collection d'histoires était plus susceptible d'être superficiel. C'est donc avec une certaine appréhension, je pense, que Doug a suggéré ce livre, qu'il avait toujours aimé, nous assurant qu'il avait pensé avec soin et avait décidé que la cohésion de cette collection particulière ferait pour une bonne discussion après tout. Il s'est avéré qu'il avait raison: nous avons eu une bonne discussion et réfléchie, une marque principale de cet être que,
contrairement à beaucoup de nos discussions, il a entraîné l'ajustement des perceptions de certaines personnes, y compris le mien. Comme Doug j'ai toujours tenueDublinerscomme l'un de mes livres préférés, mais quand je suis arrivé à le relire cette fois (après de nombreuses années), j'ai trouvé que j'avais peine a rappelé les histoires et, encore plus inquiétant, la lecture, cette fois sous la pression de temps et d' engagements que j'ai trouvé qu'ils floues un dans l'autre et je pouvais à peine me souviens des histoires individuelles de la journée après les avoir lues. Quand je suis tombé sur Mark dans le café, quelques jours avant la réunion, je me suis trouvé déconcertante d'accord avec lui que les histoires étaient fastidieuses, et ce fut l'attitude avec laquelle Mark et je suis arrivé à la réunion. Cependant, au moment où le groupe a discuté des histoires et a rappelé les uns les autres autour d'eux, Mark et j'ai commencé à collaborer avec eux, et ayant disparu et lu plusieurs d'entre eux à nouveau depuis à loisir beaucoup plus, je suis heureux de pouvoir dire ils sont restaurés à mon canon personnelle. Contrairement à Mark et moi, Doug, présentant les histoires, dit qu'il avait trouvé son enthousiasme pour la collection intacte. Il a plaidé pour son aptitude à la discussion: le fait que les histoires sont unifiés par une voix distinctive et perspectives d'auteur et par les thèmes de la religion, l'alcoolisme et le désespoir ultime de la vie de ses personnages se débattant dans l'arrière-pays entre la respectabilité et de la dégradation de la . effondré économiquement Dublin du début du XXe siècle, et par une structure d'ensemble du mouvement de l'enfance, à travers la jeunesse à la maturité Jenny a décidé: elle avait beaucoup aimé les histoires (même si elle l'a fait, il s'est avéré, ont également du mal à retenir qui était qui), mais se demande pourquoi ils sont considérés comme tellement révolutionnaire pour l'époque à laquelle ils ont été écrits. Nous avons parlé du fait que les histoires évitent la traditionnelle résolution définitive, et à la place, en accord avec le thème de désespoir et de lutte, finissent souvent d'une manière qui semble nous laisser suspendus.
Même si la plupart des histoires faites en fin d'information sur ce que Joyce appelait une «épiphanie», un moment de l'ajustement de la perception pour le lecteur, le sens de cet ajustement n'est pas toujours claire, et les histoires se déplacer vers l'incertitude que de certitude: c'est une défocalisation plutôt qu'une focalisation, et donc un fort mouvement loin des certitudes morales du XIXe siècle fiction. (Comme quelqu'un a mis dans à ce stade, une chose qui caractérise le livre, c'est que ce n'est pas moralisateur vers l'un des caractères de panne Riven.) La dernière histoire, «The Dead», comme l'histoire de la maturité, présente la révélation la plus évidente : Gabriel Conroy, après avoir découvert une vérité longtemps cachée sur le passé au début de sa femme, a non seulement sa perception de son corrigé, mais aussi la perception de lui-même que lui-même et le lecteur ont été nourrir tout le long.Il ne s'agit pas simplement, cependant, que, à la lumière de ses nouvelles connaissances, il voit désormais lui-même «comme un personnage ridicule», il se déplace sur de ce à un plus grand sentiment d'incertitude: «Un par un, ils étaient tous les tons deviennent ... Le monde solide lui-même ... a été dissout et la diminution des ... Son âme se pâmait lentement ... » Cette «défocalisation» est étroitement lié à un autre aspect moderniste de l'histoire: le fait qu'ils sont finalement psychologiquement interne et faire face à l'éventualité de la conscience. En fait, seules les trois premières histoires sont racontées à la première personne, et le reste est jeté dans une troisième personne qui ne peut même pas être considéré comme un tiers intime, puisque les caractères sont souvent décrits de manière objective-réaliste du dix-neuvième siècle, le mode et leurs personnalités et des situations de la vie authorially résumer - les aspects de l'ouvrage qui semblent en effet très ancienne et a été je pense que ce qui a mis Jenny s'interroger sur les informations d'identification modernistes du livre. Cependant, ilestun engagement avec la conscience des protagonistes
de cette histoire, qui se déroule à un niveau linguistique important: les participe narration des inflexions et la diction des personnages et donc de leur psyché: un caractère est «à portée de main avec le mits ' et «Lily, la fille du gardien, a été littéralement courir ses pieds. Comme John l'a souligné, les personnages sont donc considérées à la fois l'extérieur et l'intérieur, ce qui, auparavant, j'avais entièrement re-prise avec les histoires, me semblait une contradiction (dans le groupe, j'ai loué les trois récits à la première personne comme les seuls à avoir un point de vue cohérent), mais que j'ai maintenant voir comme un projet délibéré d'auteur réalisé par un complexe multi-couches en prose (qui devrait être pleinement développé dansUlysse). De même, l'un de mes plaintes dans le groupe de discussion était qu'il semblait y avoir des moments erronés de décalage point de vue. L'histoire: "Une Mère", dans lequel Mme Kearney chaperons sa fille accompagnateur lors d'un concert désastreux assisté et, en dépit de l'absence manifeste de retour au box-office, insiste sur le paiement contractuel, est racontée entièrement du point de vue de Mme Kearney jusqu'à un moment lorsque, devenu de plus en plus insistante, elle est soudainement vu de l'extérieur, en fait, du point de vue des autres personnages, 'apparaissant »pour discuter de quelque chose intensément avec son mari. Dans l'histoire «Un petit nuage", Little Chandler est faite pour voir la futilité de sa propre vie par une réunion avec un vieil ami qui est parti et a fait son chemin dans Fleet Street. Nous sommes entièrement son point de vue jusqu'à ce que, vers la fin, il tente sans succès d'arrêter son bébé qui pleure quand «une femme» entre dans la pièce, qui, en raison de la diction objectif, nous ne réalisera une phrase ou deux, c'est plus tard son épouse et la mère de son enfant. Doug dit - trop timidement, il me semble maintenant - que ceux-ci n'étaient pas des erreurs d'auteur, mais intentionnelles, et maintenant je suis d'accord avec lui (même si je ne suis toujours pas sûr que ce soit fonctionne réellement).
Dans le premier cas, une tension est délibérément mis en place entre le monde intérieur du protagoniste et de la façon dont elle est perçue par les autres, le moment du changement est peut-être le moment de «épiphanie» pour le lecteur, et dans le second cas, interrupteur est soit destinée à créer un ajustement similaire pour le lecteur (on voit la femme dans une lumière plus objective, plutôt que par petits Chandler égocentriques yeux) ou un moment soudain de l'aliénation dans la conscience propre petit Chandler (il voit soudain sa femme comme étranger à lui) (ou les deux). Alors que le livre utilise des méthodes réalistes pour capturer et à la critique de la situation sociale des personnages - descriptions détaillées physiques, y compris les délimitations géographiques obsessionnels de Dublin, d'observations attentives et précises du comportement des personnages et long dialogue familier - il fonctionne aussi sur un plan plus symbolique moderniste représenter les perceptions et la conscience qui remettent en question la réalité de ce monde », la dissolution et la diminution des 'it dans la tempête de neige symbolique à la fin de" The Dead'.Comme Jenny dit, rien ne se passe dans les histoires, il n'y a pas de drame, et ce n'est pas simplement parce que la vie de ces personnages sont monotone, mais aussi, et peut-être plus important encore, parce que le véritable objectif de ces histoires est d'ordre psychologique et internes. Ann a dit qu'elle a constaté que sur ce plan, ilsétaientdramatique, en fait. Elle avait beaucoup aimé les histoires et la nature épisodique de l'ouvrage dans son ensemble, et il était très heureux d'avoir eu l'occasion de le lire. Elle a également trouvé étonnamment prémonitoire, toucher comme il le fait sur la pédophilie, y compris dans l'Église catholique («Les Sœurs» et «Une rencontre») et les politiciens corrompus («Ivy Day dans la salle du Comité»), et tout le monde chaleureusement accepté. Les gens des observations sur les vives critiques du livre fait de l'Eglise catholique,
et à la fois de la domination coloniale et Revivalisme celtique, tandis que, comme cela avait été indiqué plus haut, refusant de moraliser contre les personnages. John a commenté qu'il y avait des similitudes entre lesDublinoisetTrainspotting- à la fois épisodique, à la fois ensemble dans les villes celtiques et le traitement des toxicomanies. Il a dit qu'il se sentait qu'il y avait un trou dans le milieu de la plus célèbre des histoires, «The Dead ', en ce sens qu'il n'a pas jugé psychologiquement réaliste que Mme Conroy aurait dû garder l'épisode de sa jeunesse si secret de son mari, mais je ne pense pas que quelqu'un d'autre trouve qu'il n'est pas raisonnable, compte tenu de l'époque des histoires. Personnellement, je trouve ça parfaitement organique: le point est que le roman a longtemps été usé pour les Conroys par la lutte monotonie de leur vie, et c'est la soudaine renaissance de l'amour et la luxure dans le sein de Gabriel Conway, son besoin de se connecter avec son femme et sa tendresse inhabituelle envers elle, que, paradoxalement, elle déverrouiller émotionnellement et lui faire se décharger. Quelqu'un a dit qu'il n'y avait pas d'humour dans le livre, avec lequel je ne pouvais pas du tout d'accord. Le contraste entre les éléments réalistes et des internes, des éléments symboliques rend pour une ironie globale de tonalité et je ne vois pas comment ce qui suit, par exemple, n'est pas drôle: «Les applaudissements les plus vigoureux sont venus des quatre jeunes hommes dans la porte qui était parti à la buvette au début de la pièce, mais était revenue lorsque le piano avait cessé. J'ai éclaté de rire avec le public Gabriel Conroy, quand il raconte comment le cheval de son grand-père, habitué à la marche en cercle pour sa scierie, s'arrête sur une sortie de marcher en rond statue roi de Billy. Il est bien entendu cependant un avantage politique amère à ce moment de joie, et je suis d'accord que l'humour, résidant toujours dans les moments réalistes, est finalement subsumées par la tristesse existentielle tombent comme la neige "faiblement à travers l'univers".
Il y avait une certaine discussion sur l'intention de l'auteur. Jenny demandé dans quelle mesure Joyce, et les auteurs en général, consciemment cherché à créer des effets obtenus.Serait-ce une question de juste écrire des histoires comme ils sont venus et justifiant / les expliquer avec le recul? J'ai dit que je sentais dans l'ensemble, oui, les auteurs écrivent en fonction de leur tempérament et de perspectives, voir par la suite ce qu'ils ont fait, puis d'identifier et de le nommer, et John a ajouté que les écrivains sont aussi influencés par ce qu'ils ont lu et admirer, mais Doug était à peu près sûr que dans la mesure où Joyce a concerné l'ensemble du projet a été approché avec une intention très conscient politique et littéraire. Bien sûr, la plupart des écrivains de toutes ces choses fonctionnent dans une certaine mesure.Fond de Joyce famille des fortunes réduits et la politique autonomes clairement affecté ses perspectives, et donc, à mon avis, serait de nature à affecter directement ses stratagèmes littéraires, mais comme il est bien enregistrée, elle aussi rendu cher à Ibsen avec son souci de vies ordinaires et le conduisit à son tour d'être influencé par lui, et ses lettres montrent clairement que, influencé par les symbolistes français, il a développé de graves théories littéraires de sa propre écriture. A la fin de la réunion, Mark n'est plus considéré comme les histoires fastidieux, mais il a maintenu néanmoins que si elle n'avait pas été pourUlysse, nous n'aurions pas entendu parler de ces histoires maintenant, ils ont sombré sans laisser de trace. Quant à moi, mon expérience d'essayer de se précipiter ces histoires et nulle part, puis les approcher avec plus de circonspection et de trouver leur richesse après tout, m'a confirmé dans mon opinion que, loin d'être la forme littéraire adapté à l'âge soundbite précipité, bonnes histoires courtes et complexes doivent spéciale attention et de relecture.Nos discussions d'archives peuvent être trouvéesiciet une liste des livres que nous avons discuté, avec des liens vers les discussions,ici
Valerie O'Riordana dit ...
Excellent post, Elizabeth. J'ai lu un peu de travail critique sur Dubliners récemment, en se concentrant sur la façon dont le livre fonctionne comme un composite ou un ensemble, plutôt que simplement comme un groupe d'histoires autrement non connectés. Une grande partie de la critique mentionne la paralysie de Dublin en tant que ville, le «Dubliner archétype» qui est créé en tant que protagoniste au cours de l'ouvrage, et l'évolution vers la maturité que nous approchons de la fin du texte. Le consensus semble être que Joyce fait délibérément planifié le livre dans son ensemble. Sur un plan personnel, c'est mon préféré de ses œuvres, mais je n'ai pas encore lu le réveil (et je doute que ne le fera jamais!). Merci de poster!
Baines Elizabetha dit ...
Oui, Terence Brown souligne dans l'introduction à la dernière édition Penguin que cette «paralysie» est symbolisée par le personnage du père Flynn dans le premier récit, «Les Sœurs» - ce qui semble un acte délibéré portant sur le thème dès le début. Pas sûr que je vais jamais lu FW non plus!
Dans les années 1920, une décennie avant la publication deJames Joyceroman 's final,Finnegans Wake, des extraits de ce qui était alors connu sous le nom de son «Work in Progress» ont été publiés dans des revues et passé autour de cercles littéraires, dans une large mesure déconcerté public. (Si vous n'avez jamais lu, ou tenté de lire Finnegans Wake, un coup d'œil à saépisode d'ouvertureest conseillé.) Voici deux lettres aussi intéressantes écrites en réponse à ces aperçus début, le premier envoyé à Joyce en 1928 par un peu impressionnéHG Wells, le second écrit dans le style de Finnegans Wake quelques mois plus tard par un RusseMITdiplômé nommé Vladimir Dixon, un personnage mystérieux qui pendant des décennies après, a été considéré par beaucoup, y compris l'éditeur de Joyce,Sylvia Beach, à Joyce lui-même.(Sources:monde de James JoyceetLe Livre de lettres Oxford; l'image: James Joyce en 1934,par l'intermédiaire.)
Lou Pidou, Saint Mathieu, Grasse, AM Novembre 23, 1928
Mon cher Joyce: Je vous ai étudier et réfléchir sur vous beaucoup. Le résultat, c'est que je ne pense pas que je peux faire quelque chose pour la propagande de votre travail. J'ai énormément de respect pour votre génie datant de vos premiers livres et je me sens maintenant une grande sympathie personnelle pour vous, mais vous et moi sont fixés sur les cours tout à fait différentes. Votre formation a été catholique, irlandais, insurrectionnelle, le mien, tel qu'il était, était scientifique, constructive et, je suppose, en anglais. Le cadre de mon esprit est un monde dans lequel un grand processus d'unification et de concentration est possible (augmentation de puissance et la portée de l'économie et de la concentration de l'effort), une progression pas inévitable mais intéressant et possible. Ce jeu a attiré et me tient. Pour cela, je veux une langue et une déclaration aussi simple et claire que possible.
Vous avez commencé catholique, c'est-à-dire que vous avez commencé avec un système de valeurs aux antipodes de la réalité. Votre existence mentale est obsédé par un système monstrueux de contradictions. Vous pouvez croire dans la chasteté, la pureté et le Dieu personnel et c'est pourquoi vous êtes toujours éclater en cris de chatte, merde et de l'enfer. Comme je ne crois pas à ces choses, sauf que les valeurs personnelles tout à fait mon esprit n'a jamais été choqué de cris par l'existence des water-closets et bandages menstruelles et malheurs immérités -. Et tandis que vous avez été élevé dans l'illusion de répression politique j'ai été élevé dans l'illusion de la responsabilité politique. Cela me semble une bonne chose pour vous défier et se briser. Pour moi, pas le moins du monde. Maintenant, en ce qui concerne cette expérience littéraire de la vôtre. C'est une chose importante parce que vous êtes un homme très considérable et vous avez dans votre composition encombré d'un puissant génie de l'expression qui a échappé à la discipline. Mais je ne pense pas que ça devient n'importe où. Vous avez tourné le dos à des hommes ordinaires - de leurs besoins élémentaires et leur temps restreint et de l'intelligence, et que vous avez élaboré. Quel est le résultat? Énigmes vastes. Vos deux derniers ouvrages ont été plus amusant et excitant d'écrire qu'ils ne seront jamais à lire. Prenez-moi comme un lecteur de type commun.Ai-je beaucoup de plaisir de ce travail? Non ce que je sens que je me fais quelque chose de nouveau et éclairant comme je le fais quand j'ai lu la traduction terrible Anrep de livre mal écrit de Pavlov sur les réflexes conditionnés? No Je demande
donc: Qui diable est-ce Joyce qui exige tant d'heures d'éveil de quelques milliers que j'ai encore à vivre pour une juste appréciation de ses caprices et de fantaisies et clignote de rendu?Tout cela de mon point de vue. Peut-être que vous avez raison et je suis tout faux. Votre travail est une expérience extraordinaire et je sors de ma façon de le sauver de la destruction ou de l'interruption restrictive. Il a ses fidèles et de ses suivants. Qu'ils s'en réjouir. Pour moi, c'est une impasse. mes meilleurs vœux à vous Joyce. Je ne peux pas suivre votre bannière, pas plus que vous pouvez suivre la mienne. Mais le monde est vaste et il ya de la place pour nous deux de se tromper. Yours, HG Wells--------------------------
Une litière MR. JAMES JOYCE 27 Avenue de l'Opéra, Paris I.
Choix Cher Monsieur germinales, les gouttières en dispear je prends ma toilette stylo vous savez que, étant Leyde en mal avec la maladie de Carré prewailent (j'ai ouvert la fenêtre et a volé Enza), J'ai été reeding la moitié ter l'autre les numboars de «transition» dans la sorcière sont imprimés le severeall instorments de votre "Work in Progress". vous devez pue pas, je vais tenter de ridicul (de sac!) vous-même ou d'être intelligent, mais je suis tellement disturd par mon inhumility à onthorstand la plupart des impslocations contraintes dans votre travail (même si je suis par dump nominaux et en fait je me considère pas brillamment ejewcatered mais stil de mortalité au-dessus des hommes Avveroege et ayant bonne maximum du porto unités I kismet) Je vous écris, ma chère voix Honte mysterre, pour vous laisser pas faire mon lit, j'ai feeloxerab sur tout cela. Je suis überzeugt que le travail nécessaire à la compostition de votre travail doit être presque souper humaine et que tant de travail à partir un homme de votre intellacked doit ryeseult dans somethink très signicophant. Je voudrais seulement savoir je n'ai été si strichnine par mon arracher illnest blanc sous mon Coverlyette chaud que je suis, comme on dit dans mon pays neightive "hors de l'esprit sorti" abd incapable de combprehen ce qui est clair ou est-il vraiment dans votre travail un certain âne picoté qui est l'oncle Lear? s'il vous plaît froggive mon t'Emeritus et tout inconvince qui peuvent avoir été causés par cette litière. Veuillez veri tass
Vladimir Dixon
VO
Dubliners byJames Joyce
In the mid-1920s, a decade prior to the release ofJames Joyce's final novel,Finnegans Wake, extracts of what was then known as his "Work in Progress" were being published in journals and passed around literary circles, to a largely baffled audience. (If you've never read, or attempted to read Finnegans Wake, a quick look at itsopening episodeis advised.)
Below are two equally interesting letters written in response to those early glimpses, the first sent to Joyce in 1928 by an unimpressedH. G. Wells; the second written in the style of Finnegan's Wake a few months later by a RussianMITgraduate named Vladimir Dixon, a mysterious figure who for decades afterwards was believed by many, including Joyce's publisher,Sylvia Beach, to be Joyce himself.
(Sources:James Joyce's World&The Oxford Book of Letters; Image: James Joyce in 1934,via.)
Lou Pidou, Saint Mathieu, Grasse, A.M.
November 23, 1928
My dear Joyce:
I've been studying you and thinking over you a lot. The outcome is that I don't think I can do anything for the propaganda of your work. I have enormous respect for your genius dating from your earliest books and I feel now a great personal liking for you but you and I are set upon absolutely different courses. Your training has been Catholic, Irish, insurrectionary; mine, such as it was, was scientific, constructive and, I suppose, English. The frame of my mind is a world wherein a big unifying and concentrating process is possible (increase of power and range by economy and concentration of effort), a progress not inevitable but interesting and possible. That game attracted and holds me. For it, I want a language and statement as simple and clear as possible. You began Catholic, that is to say you began with a system of values in stark opposition to reality. Your mental existence is obsessed by a monstrous system of contradictions. You may believe in chastity, purity and the personal God and that is why you are always breaking out into cries of cunt, shit and hell. As I don't believe in these things except as quite personal values my mind has never been shocked to outcries by the existence of water closets and menstrual bandages — and undeserved misfortunes. And while you were brought up under the delusion of political suppression I was brought up under the delusion of political responsibility. It seems a fine thing for you to defy and break up. To me not in the least.
Now with regard to this literary experiment of yours. It's a considerable thing because you are a very considerable man and you have in your crowded composition a mighty genius for expression which has escaped discipline. But I don't think it gets anywhere. You have turned your back on common men — on their elementary needs and their restricted time and intelligence, and you have elaborated. What is the result? Vast riddles. Your last two works have been more amusing and exciting to write than they will ever be to read. Take me as a typical common reader. Do I get much pleasure from this work? No. Do I feel I am getting something new and illuminating as I do when I read Anrep's dreadful translation of Pavlov's badly written book on Conditioned Reflexes? No. So I ask: Who the hell is this Joyce who demands so many waking hours of the few thousand I have still to live for a proper appreciation of his quirks and fancies and flashes of rendering?
All this from my point of view. Perhaps you are right and I am all wrong. Your work is an extraordinary experiment and I would go out of my way to save it from destructive or restrictive interruption. It has its believers and its following. Let them rejoice in it. To me it is a dead end.
My warmest wishes to you Joyce. I can't follow your banner any more than you can follow mine. But the world is wide and there is room for both of us to be wrong.
Yours, H.G. Wells
--------------------------
A LITTER TO MR. JAMES JOYCE
27 Avenue de l'Opéra, Paris I.
Dear Mister Germ's Choice,
in gutter dispear I am taking my pen toilet you know that, being Leyde up in bad with the prewailent distemper (I opened the window and in flew Enza), I have been reeding one half ter one other the numboars of "transition" in witch are printed the severeall instorments of your "Work in Progress".
you must not stink I am attempting to ridicul (de sac!) you or to be smart, but I am so disturd by my inhumility to onthorstand most of the impslocations constrained in your work that (although I am by nominals dump and in fact I consider myself not brilliantly ejewcatered but stil of above Avveroege men's tality and having maid the most of the oporto unities I kismet) I am writing you, dear mysterre Shame's Voice, to let you no how bed I feeloxerab out it all.
I am uberzeugt that the labour involved in the compostition of your work must be almost supper humane and that so much travail from a man of your intellacked must ryeseult in somethink very signicophant. I would only like to know have I been so strichnine by my illnest white wresting under my warm Coverlyette that I am as they say in my neightive land "out of the mind gone out" abd unable to combprehen that which is clear or is there really in your work some ass pecked which is Uncle Lear?
please froggive my t'Emeritus and any inconvince that may have been caused by this litter.
Yours veri tass
Vladimir Dixon
Be the first to leave a comment!!

12/1000 maximum characters.