H. P. Lovecraft’s Advice to Aspiring Writers, 1920 / Lovecraft and psychoanalyst childish ( fr - angl )

By

by Maria Popova
“A page of Addison or of Irving will teach more of style than a whole manual of rules, whilst a story of Poe’s will impress upon the mind a more vivid notion of powerful and correct description and narration than will ten dry chapters of a bulky textbook.”
Lovecraft, History of a gentleman racist William Schnabel is a bad book. A very bad book. I have remorse for having bought and even more for lost time to read, I almost tell you, for everything. But we must sometimes knowledge from mistakes and share it with others and that is why I will devote some time to talk about this unfortunate trial.
  [Moins]
Published : Tuesday, February 19, 2013
Reading/s : 4
Number of pages: 44
See more See less
H. P. Lovecraft’s Advice to AspiringWriters, 1920
byMaria Popova“A page of Addison or of Irving will teach more of style than a whole manual of rules, whilst astory of Poe’s will impress upon the mind a more vivid notion of powerful and correctdescription and narration than will ten dry chapters of a bulky textbook.”“If there is a magic in story writing,” admonished Henry Miller,  “and I am convinced thereis, no one has ever been able to reduce it to a recipe that can be passed from one person toanother.” And yet,famous advice on writing abounds. In January of 1920, iconic science fiction and fantasyauthor H. P. Lovecraft published a short guide titled “LiteraryComposition” for United Amateur Press Association — agrassroots literary education collective that dubbed itself an“exponent of amateur journalism,” an early version of today’sblogs and citizen journalism. Found in the anthologyWritingsin the United Amateur (free download ;public library ), the essayoffers aspiring writers technical tips and big-picture wisdomon the art and craft of the written word.Much likeJennifer Egan did nearly a century later,  Lovecraftstresses thevital osmosis between reading and writing :No aspiring author should content himself with a mereacquisition of technical rules. … All attempts at gainingliterary polish must begin with judicious reading, and thelearner must never cease to hold this phase uppermost. Inmany cases, the usage of good authors will be found a moreeffective guide than any amount of precept. A page of Addisonor of Irving will teach more of style than a whole manual ofrules, whilst a story of Poe’s will impress upon the mind amore vivid notion of powerful and correct description and narration than will ten drychapters of a bulky textbook.Lovecraft notes the equal importance ofnon-reading as intellectual choice :It is also important that cheaper types of reading, if hitherto followed, be dropped. Popularmagazines inculcate a careless and deplorable style which is hard to unlearn, and whichimpedes the acquisition of a purer style. If such things must be read, let them be skimmedover as lightly as possible. An excellent habit to cultivate is the analytical study of theKingJames Bible . For simple yet rich and forceful English, this masterly production is hard toequal; and even though its Saxon vocabulary and poetic rhythm be unsuited to generalcomposition, it is an invaluable model for writers on quaint or imaginative themes.He advocates for cultivatinga love of uncommon words :One superlatively important effect of wide reading is the enlargement of vocabulary whichalways accompanies it. The average student is gravely impeded by the narrow range ofwords from which he must choose, and he soon discovers that in long compositions hecannot avoid monotony. In reading, the novice should note the varied mode of expressionpracticed by good authors, and should keep in his mind for future use the manyappropriate synonymes he encounters. Never should an unfamiliar word be passed overwithout elucidation; for with a little conscientious research we may each day add to ourconquests in the realm of philology, and become more and more ready for gracefulindependent expression.
But in enlarging the vocabulary, we must beware lest we misuse our new possessions. Wemust remember that there are fine distinctions betwixt apparently similar words, and thatlanguage must ever be selected with intelligent care.Like Thoreau , Lovecraft finds in nature a literary muse:For the purpose of securing epithets at once accurate and felicitous, the young authorshould familiarize himself thoroughly with the general aspect and phenomena of Nature, aswell as with the ideas and associations which these things produce in the human mind.He offers a meditation onfact and fiction,  with a cautionary note about narrative sequence:In fictional narration, verisimilitude is absolutely essential. A story must be consistent andmust contain no event glaringly removed from the usual order of things, unless that event isthe main incident, and is approached with the most careful preparation. In real life, oddand erratic things do occasionally happen; but they are out of place in an ordinary story,since fiction is a sort of idealization of the average. Development should be as lifelike aspossible, and a weak, trickling conclusion should be assiduously avoided. The end of a storymust be stronger rather than weaker than the beginning; since it is the end which containsthe denouement or culmination, and which will leave the strongest impression upon thereader. It would not be amiss for the novice to write the last paragraph of his story first,once a synopsis of the plot has been carefully prepared—as it always should be. In this wayhe will be able to concentrate his freshest mental vigour upon the most important part ofhis narrative; and if any changes be later found needful, they can easily be made. In no partof a narrative should a grand or emphatic thought or passage be followed by one of tame orprosaic quality. This is anticlimax, and exposes a writer to much ridicule.
Lovecraft enumerates the twenty most common mistakes of young authors, “aside fromthose gross violations of syntax which ordinary education corrects,” and offers a commoncure for all:1.Erroneous plurals of nouns, as vallies or echos.2.Barbarous compound nouns, as viewpoint or upkeep.3.Want of correspondence in number between noun and verb where the two arewidely separated or the construction involved.4.Ambiguous use of pronouns.5.Erroneous case of pronouns, as whom for who, and vice versa, or phrases like“between you and I,” or “Letwe who are loyal, act promptly.”6.Erroneous use of shall and will, and of other auxiliary verbs.
7.Use of intransitive for transitive verbs, as “he was graduated from college,”or vice versa, as “heingratiated with the tyrant.”8.Use of nouns for verbs, as “he motored to Boston,” or “he voiced a protest.”9.Errors in moods and tenses of verbs, as “If I was he, I should do otherwise,”or “He said the earth wasround.”10.The split infinitive, as “to calmly glide.”11.The erroneous perfect infinitive, as “Last week I expected to have met you.”12.False verb-forms, as “I pled with him.”13.Use of like for as, as “I strive to write like Pope wrote.”14.Misuse of prepositions, as “The gift was bestowed toan unworthy object,” or“The gold was dividedbetween the five men.” 15.The superfluous conjunction, as “I wish for you to do this.”16.Use of words in wrong senses, as “The book greatlyintrigued me,” “Leave metake this,” “He was obsessedwith the idea,” or “He is a meticulous writer.”17.Erroneous use of non-Anglicised foreign forms, as “a strange phenomena,” or“two stratas of clouds.”18.Use of false or unauthorized words, as burglarize orsupremest.19.Errors of taste, including vulgarisms, pompousness, repetition, vagueness,ambiguousness, colloquialism, bathos, bombast, pleonasm, tautology, harshness,mixed metaphor, and every sort of rhetorical awkwardness.20.Errors of spelling and punctuation, and confusion of forms such as thatwhich leads many to place an apostrophe in the possessive pronoun its.Of all blunders, there is hardly one which might not be avoided through diligent study ofsimple textbooks on grammar and rhetoric, intelligent perusal of the best authors, and careand forethought in composition. Almost no excuse exists for their persistent occurrence,since the sources of correction are so numerous and so available.
HP Lovecraft conseils aux écrivains enherbe, 1920
parMaria Popova"Une page d'Addison ou de Irving enseigner plus de style que d'un manuel complet de règles,tout une histoire de Poe va imprimer dans l'esprit une notion plus vive de la descriptionpuissante et correcte et de la narration que ne le ferait dix chapitres sèches d'un manuelvolumineux ."«S'il ya de la magie dans l'écriture de nouvelles,"avertit Henry Miller ,«et je suis convaincuqu'il est, personne n'a jamais été capable de le réduire à une recette qui peut être transmisd'une personne à l'autre." Etpourtant,célèbre  conseils  surl 'écriture  abonde .En Janvier 1920, emblématique de la science-fiction et dufantastique auteur HP Lovecraft a publié un guideintitulé "Composition littéraire" pour le Royaume-AmateurPress Association - une éducation de base littéraire collectifbaptisé lui-même un «exposant de journalisme amateur», unepremière version des blogs d'aujourd'hui et le journalismecitoyen. Trouvé dans les anthologieÉcrits en l'AmateurUnis  (téléchargement gratuit  ,bibliothèque publique  ), l'essaipropose écrivains en herbe des conseils techniques et desgrand-image sagesse sur l'art et l'artisanat de la parole écrite.Tout commeJennifer Egan a fait près d'un siècle plus tard ,Lovecraft souligne l'osmose vitale entre la lecture et del'écriture :Aucun auteur aspirant doit se contenter d'une simpleacquisition de règles techniques. ... Toutes les tentatives degagner polonais littéraire doit commencer parjudicieuselecture , et l'apprenant ne doit jamais cesser de tenircette phase supérieure. Dans de nombreux cas, l'utilisation debons auteurs, on trouvera un guide plus efficace que n'importe quelle quantité deprécepte. Une page d'Addison ou de Irving enseigner plus de style que d'un manuel completde règles, tout une histoire de Poe va imprimer dans l'esprit une notion plus vive de ladescription puissante et correcte et de la narration que ne le ferait dix chapitres sèches d'unmanuel volumineux.Lovecraft note l'importance égale denon-lecture comme choix intellectuel :Il est également important que les moins chers types de lecture, si suivie jusqu'ici, êtreabandonné. Magazines populaires inculquer un style insouciant et déplorable qui estdifficile à désapprendre, et qui fait obstacle à l'acquisition d'un style plus pur. Si de telleschoses doivent être lus, qu'ils soient survoler aussi légère que possible. Une excellentehabitude à cultiver est l'étude analytique de laBible du roi Jacques . Pour un anglais simplemais riche et puissante, cette production magistrale est difficile à égaler, et même si sonvocabulaire saxon et le rythme poétique être inadapté à la composition générale, il s'agitd'un modèle précieux pour les auteurs sur des thèmes pittoresques ou imaginatif.Il préconise de cultiverun amour des mots rares :Un effet important de la lecture superlativement large est l'élargissement du vocabulairequi l'accompagne toujours.L'étudiant moyen est gravement entravée par le nombrerestreint de mots à partir desquels il doit choisir, et il découvre bientôt que dans descompositions longues, il ne peut pas éviter la monotonie. En lecture, le novice doit noter lemode d'expression variée pratiquée par de bons auteurs, et devrait garder à l'esprit pourune utilisation future des Synonymes de nombreux appropriées qu'il rencontre. Jamais unmot inconnu devrait être passée sans explication, car avec un peu de rechercheconsciencieux, nous pouvons ajouter chaque jour à nos conquêtes dans le domaine de laphilologie, et deviennent de plus en plus prêt pour l'expression indépendante gracieux.Mais en élargissant le vocabulaire, il faut prendre garde que nous avons une mauvaiseutilisation de nos nouvelles possessions. Nous devons nous rappeler qu'il ya des distinctions
subtiles entre les mots apparemment similaires, et que la langue ne doit jamais être choisisavec soin intelligent.Comme Thoreau , Lovecraft trouve dans la nature une muse littéraire:Aux fins de la sécurisation des épithètes à la fois précise et heureuse, le jeune auteur doit sefamiliariser à fond avec l'aspect général et les phénomènes de la nature, ainsi que les idéeset les associations qui produisent ces choses dans l'esprit humain.Il propose une méditation sur laréalité et la fiction , avec une mise en garde à propos deséquence narrative:Dans narration romanesque, la vraisemblance est absolument essentielle. Une histoire doitêtre cohérente et doit contenir aucun cas criante retiré de l'ordre habituel des choses, àmoins que cet événement est l'événement principal, et est abordée avec le plus grand soin àla préparation. Dans la vraie vie, les choses bizarres et capricieux ne se produisentoccasionnellement, mais ils n'ont pas leur place dans une histoire ordinaire, puisque lafiction est une sorte d'idéalisation de la moyenne. Le développement doit être aussi réalisteque possible, et de la faiblesse, la conclusion de ruissellement doivent être soigneusementévitée. La fin d'une histoire doit être plus forte plutôt que faible que le début, puisque c'estla fin qui contient le dénouement ou le point culminant, et qui laissera une forte impressionsur le lecteur.Il ne serait pas mauvais pour le novice d'écrire le dernier paragraphe de sonpremier récit, une fois un résumé de l'intrigue a été soigneusement préparé, comme ildevrait toujours être. De cette façon, il sera en mesure de concentrer ses dernières mises àjour sur la vigueur mentale la plus importante partie de son récit, et si des changementsdevaient se montrer nécessaire, ils peuvent facilement être faite. Dans aucune partie d'unrécit si une grande pensée ou emphatique ou de passage sera suivi par celui de la qualitéapprivoisés ou prosaïque. C'est déception , et expose un écrivain au ridicule autant.
Lovecraft énumère les vingt erreurs les plus courantes de jeunes auteurs, «en dehors de cesviolations flagrantes de la syntaxe qui corrige l'enseignement ordinaire», et propose unremède commun pour tous:1.Pluriels erronées de noms, comme vallées ou deséchos .2.Noms composés barbares, comme point de vue ou del'entretien .3.Vous voulez de la correspondance en nombre entre nom et verbe où les deuxsont largement séparées ou la construction impliqués.4.Utilisation ambiguë des pronoms.5.Cas erronée des pronoms, comme qui pour qui , et vice-versa, ou desexpressions tels que «entre vous etmoi », ou« Laissez- nous qui sont loyaux, agissezrapidement. "6.Utilisation erronée de doit et va , et d'autres verbes auxiliaires.
7.l'université », ou vice-versa, comme« il gagner les bonnes grâces avec le tyran. "  8.Utiliser des noms pour les verbes, comme «il motored à Boston », ou« il aexprimé une protestation. "9.Erreurs dans les modes et temps des verbes, comme «Si je était -il, que jedevrais faire autrement », ou« Il dit que la terre était ronde. "10.L'infinitif fendu, comme « au calme glisser ".11.L'infinitif parfait erronée, comme «La semaine dernière, je m'attendais àavoir rencontré vous. "12.Faux-formes verbales, comme «Je plaidé avec lui. "13.Utilisation d' , comme pour tant , comme «Je m'efforce d'écrire comme lePape a écrit. "14.Mauvaise utilisation des prépositions, comme «Le don a été accordé à unobjet indigne », ou« L'or a été diviséeentre les cinq hommes. "15.La conjonction superflu, comme «Je souhaite pourvous de le faire. "16.Utilisez des mots de mauvais sens , comme «Le livre grandement intrigué moi»,« Laisse -moi prendre ceci »,« Il était obsédé par l'idée », ou« Ilest méticuleux écrivain. "17.Utilisation erronée de non-anglicisés formes étrangères, comme «unétrange phénomène », ou« deux strates de nuages. "18.Utilisez des mots faux ou non autorisés, commecambrioler ou supremest .19.Fautes de goût, y compris vulgarismes, pompeux, de répétition,d'imprécision, ambiguïté, familière, pathos, grandiloquence, pléonasme, tautologie,la dureté, la métaphore mixte, et toute sorte de maladresse rhétorique.20.Des erreurs d'orthographe et de ponctuation, et la confusion des formes tellesque celle qui a conduit beaucoup à placer une apostrophe dans le pronompossessif son .De toutes les gaffes, il ya à peine un qui ne pourrait pas être évitée par l'étude diligente desmanuels simples sur la grammaire et la rhétorique, la lecture intelligente des meilleursauteurs, et des soins et de prévoyance dans la composition.Presque aucune excuse n'existepour leur présence persistante, depuis les sources de la correction sont si nombreux et sidisponible.Lovecraft et le psychanalyste puéril
 de a liété pid émôlitnss,ifom c «me trarbess ver lep uotifiarsni tnes dezisilUt
Lovecraft, Histoire d’un gentlemanraciste de William Schnabel est un mauvais livre. Un très mauvais livre. J’ai bien desremords de l’avoir acheté et encore plus pour avoir perdu du temps à le lire ; j’en ai presqueà vous en parler, pour tout dire. Mais il faut, parfois, savoir faire profit de ses erreurs et enfaire profiter les autres et c’est la raison pour laquelle je vais consacrer un peu de temps àvous parler de cet essai malheureux.Ce livre de William Schnabel n’a guère que deux intérêts : sa couverture agréable et celuide, sans doute, permettre à son éditeur, La Clef d’Argent, quelques revenus supplémentairesque l’on espère, d’ailleurs, voir consacrés à la publication de choses plus intéressantescomme des traductions de Joshi, par exemple. A la limite il faut lui reconnaître qu’étant videde toute réflexion, il oblige le lecteur à faire lui-même un certain effort, ce qui peut s’avérersalutaire. Voilà tout le bien que je puis en dire. Passons au mal.Le caractère aberrant et inutile de ce livre découle des deux postulats de base de l’auteur. Lepremier est que ce que Lovecraft appelait un « symbolisme puéril », à savoir le freudismedans sa version la plus caricaturale, est pertinent pour étudier un auteur. De là la mèrecastratrice, les tentacules phalliques, l’inceste, le pipi, le caca, le ça, le moi, le sur-moi et tasœur que l’auteur voit partout chez Lovecraft.Le second est que la condamnation du racisme d’un auteur est une base saine etconstructive à l’étude de cet auteur. Je ne nie pas que cette condamnation est une opiniondéfendable, mais c’est la galvauder et la discréditer que d’en faire une sorte de loi logiqueapplicable à l’étude des textes. S’il ne faut évoquer le racisme qu’en le condamnant avec ladernière vigueur et si Lovecraft n’est rien d’autre qu’un homosexuel (refoulé, ouf, lepolitiquement correct est sauf) raciste, alors, toute étude du gentleman de Providence nepeut être que l’acte d’accusation d’un procureur ce qui, du point de vue du lecteur que jesuis, n’a que peu d’intérêt.William Schnabel aurait pu (et dû) se contenter de dire qu’il refusait de s’intéresser à unhomme qu’il juge, en tout état de cause, aussi méprisable et à un auteur aussi médiocre queLovecraft plutôt que d’y consacrer tout un livre pour étaler tout le long et sur tous les tonsson opinion. Vous me direz que je fais la même chose à son propos. Ce n’est pas faux, maisce n’est pas tout à fait vrai non plus et je ne parle de ce livre qu’en quelques lignes plus pourexposer ma méfiance d’une certaine forme d’approche « scientifique » des auteurs que pourdire du mal d’un livre particulier (et encore moins du dire du mal de William Schnabel dontj’espère ne jamais plus croiser la route lors de mes lectures).
Car, il faut bien le comprendre,Lovecraft, Histoire d’un gentleman raciste de WilliamSchnabel est un livre assez emblématique de son époque. Il suffit d’en lire le chapitreintroductif (d’un livre sur Lovecraft, je le rappelle) où rien ne nous est épargné : du FN quiempoisonne les esprits à Monsanto qui empoisonne les petits pois, des Indiens massacréspar la cavalerie américaine aux noirs de l’Afrique du Sud, des compagnies pétrolièrespolluant les océans à la purification ethnique en ex-Yougoslavie, des Palestiniens massacréspar Israël aux néonazis allemands en pleine « recrudescence », vous le voyez, tout y est…sauf Lovecraft qui nous semble passer à la trappe d’une sorte de « coup de gueule » (ainsiqu’on appelle les articles d’opinion quand ils sont trop mal écrits) dont ne comprends pasvraiment ni la logique ni la pertinence.http://www.schizodoxe.com/2008/10/20/lovecraft-symbolisme-pueril-psychiatrie-schnabel/Lovecraft and psychoanalyst childish
 Lovecraft, History of a gentleman racist William Schnabel is a bad book. A very bad book. Ihave remorse for having bought and even more for lost time to read, I almost tell you, foreverything. But we must sometimes knowledge from mistakes and share it with others andthat is why I will devote some time to talk about this unfortunate trial.This book by William Schnabel did little more than two interests: good coverage and that ofno doubt allow his publisher, The Silver Key, some additional income is hoped, moreover, tosee dedicated publication more interesting things like translations Joshi, for example. A limitmust recognize him being empty of thought, he forces the reader to make himself someeffort, which may be beneficial. That's all the good I can say. Let evil.The absurd and unnecessary character of this book stems from two basic assumptions of theauthor. The first is what Lovecraft called a "puerile symbolism", ie Freudianism in its mostgrotesque, is relevant to study an author. Hence the castrating mother, the phallic tentacles,incest, pee, poop, the id, the ego, the superego and your sister as the author seeseverywhere in Lovecraft.The second is that the condemnation of racism of an author is a sound and constructivestudy by this author. I do not deny that this sentence is a defensible opinion, but the tarnishand discredit than to make some sort of logical law applicable to the study of texts. If it isnecessary to evoke racism in sentencing him with the utmost vigor and if Lovecraft is nothingother than a homosexual (repressed, phew, but is politically correct) racist, then any study ofthe gentleman Providence can only be an indictment by a prosecutor that the point of view ofthe reader that I am, had little interest.William Schnabel could (and should) just say he refused to look at a man he considers, inany event, as despicable and as mediocre as a writer Lovecraft rather than spend a wholebook to spread throughout all shades and opinion. You tell me that I do the same thing abouthim. It is not wrong, but this is not quite true either and I do this book in a few lines to explainmy distrust of some form of "scientific" approach that the authors to speak ill of a particularbook (and even less speak ill of William Schnabel which I hope never to cross the road in myreadings).
For it must be understood, Lovecraft, History of a gentleman racist William Schnabel is abook quite emblematic of his era. Just read the introductory chapter (of a book on Lovecraft,as I recall) where nothing is spared: the FN poisoning the minds Monsanto poisons peas,Indians massacred by the U.S. cavalry to black South Africa, oil companies polluting theoceans ethnic cleansing in the former Yugoslavia, Palestinians killed by Israel in the Germanneo-Nazis during the "surge", you see, everything is ... except that seems Lovecraft go to thedoor of a sort of "rant" (as we call opinion articles when they are too badly written) that do notreally understand either the logic or relevance.
L’horreur lovecraftienne
Dagon est un texte d’un peu plus de 2000 mots écrit en 1917 et publié une première fois en1919 dansThe Vagrant. Ce récit, à la première personne, est une lettre d’adieu annonçant unsuicide. Au début de la Première Guerre mondiale, un marin s’évade du destroyer allemandqui l’a fait prisonnier. Seul au milieu du Pacifique il se retrouve sur le fond marin ramené à lasurface à la suite, suppose-t-il, d’une éruption volcanique. Là il voit un gigantesque monstremarin anthropomorphe adorer un monolithe couvert de hiéroglyphes et de bas reliefs. Pouréchapper aux terribles hallucinations qui lui rappellent ce dont il a été témoin, il s’adonne à lamorphine. Ne pouvant plus continuer ainsi, ayant épuisé ses ressources financières, il ne luireste que le suicide.
In Defense of Dagon de Lovecraft est une série de quatre essais, dont le premier est perdu.Les trois qui sont conservés ont été écrits entre janvier et avril 1921. Leur rédaction prend
place dans le cadre des échanges d’un cercle de correspondance anglo-américain appelé leTransatlantic Circulator. Au sein de ce cercle de journalistes amateurs, on s’échangeait des textes que l’oncommentait. C’est ainsi que Dagon fut soumis à la lecture de ce cercle et qu’en réponse aucritique Lovecraft écrivitIn defense of Dagon.Il me semble que ce dernier texte doit tout particulièrement retenir l’attention du lovecraftiende bonne souche. D’une part pour ses qualités littéraires intrinsèques, mais aussi pour cequ’il dit de la pensée de Lovecraft. En effet, ce dernier y défend non seulement ses choixfictionnels, mais aussi ses soubassements conceptuels. De nombreuses clefs à la littératurelovecraftienne nous sont ainsi offertes.La première critique que l’on fait àDagon est de ne pas être destinée à tous les publics.C’est pour Lovecraft un mauvais procès, car il y a selon lui plusieurs sortes de fictionscorrespondant à plusieurs sortes de publics.Dagon appartient à une catégorie et ne peutêtre appréciée que par ceux qui aiment cette catégorie-là. Cette nouvelle comme tout lereste de l’oeuvre fictionnelle appartient à la fiction d’imagination qui se distingue de laromantique et de la réaliste. Qu’est-ce à dire ? Lovecraft les distingue en prenant l’exemplede la Lune. Pour la fiction romantique, la Lune est une source d’émotion ; pour la fictionréaliste, elle est la source d’ondes lumineuses ; pour la fiction d’imagination, dont il seréclame, elle est, par exemple, l’oeil hideux d’un cauchemar.Les fictions romantiques et réalistes partagent le même monde objectif. Oui, la Lune estobjectivement à la fois la source d’émotions esthétiques et celle d’ondes lumineuses. Ellen’est l’oeil hideux d’un cauchemar que d’un point de vue subjectif. La fiction d’imagination estdonc l’expression d’une subjectivité ce que résume très bien Lovecraft quand il écrit : « jepeins ce dont je rêve » : quoi de plus subjectif que le rêve ?La « raison d’être » deDagon lui demande-t-on en usant des termes français ? « …Reproduire une humeur [mood] » répond son auteur. De là on comprend très bien qu’il diseque « l’histoire est première et si quelque philosophie s’insinue en elle ce n’est que paraccident ». Mais est-ce vrai ? En vérité dansDagon comme dans beaucoup d’autres textesde Lovecraft l’horreur est la conséquence d’une philosophie. L’atroce dansDagon, ce n’estpas la simple vision d’un monstre, c’est le fait qu’il adore comme le ferait un homme unmonolithe antérieur à l’être humain. L’horreur c’est que le cosmos n’est pas fait pour l’hommeet que l’homme n’y est que la figure passagère que prend une petite parcelle de la vieconfrontée à l’évolution cosmique générale.D’ailleurs, Lovecraft lui-même avoue la part que sa vision du monde occupe dans sa fiction(Selected Essays, V, p. 53) :Les relations de l’homme avec l’homme ne captivent pas ma fantaisie. C’est la relation del’homme au cosmos — à l’inconnu — qui seule éveille en moi l’étincelle de l’imaginationcréative. [...] comme est tragique et terrible le contraste entre la prétention humaine et lamécanique réalité du cosmos.L’homme n’est qu’un moment de la nature. Il n’est pas plus que le monstre qui idolâtre sonmonolithe. Seul le cosmos vaut par lui-même. Ainsi (SE, V, p. 51) :
Be the first to leave a comment!!

12/1000 maximum characters.