The joy of reading Joyce / Le plaisir de lire Joyce

By

My first encounter with James Joyce happened to be when I was in my late teens. A friend of mine, a young priest, gave me his copy of Ulysses. He told me he loved it and I would, too. Now, James Joyce’s Ulysses is hardcore for an 18-year-old. And I hated this almost-1000-pages giant, printed on uncomfortably thin paper, at first sight. But I liked and respected my friend, and, what was more, I wanted him to respect me, too. So I took the challenge.
  [Moins]
Published : Tuesday, February 19, 2013
Reading/s : 15
Number of pages: 10
See more See less
The joy of reading Joyce
Or: How I learned to drown in words
James Joyce by Alex Ehrenzweig (beinecke.library.yale.edu) via Wikimedia Commons
Today are the anniversaries of two important dates in Joyce-history:James Joyce‘s 121st birthday and the 91st anniversary of the publication of his most famous work,Ulysses. An important day for all lovers of Joyce – and those who don’t love him that much, who are, as it seems, legion. And I was one of them. In the beginning.
Cover of the 1st edition of Ulysses, 1922. Courtesy of WikiCommons
My first encounter with James Joyce happened to be when I was in my late teens. A friend of mine, a young priest, gave me his copy of Ulysses. He told me he loved it and I would, too. Now, James Joyce’s Ulysses is hardcore for an 18-year-old. And I hated this almost-1000-pages giant, printed on uncomfortably thin paper, at first sight. But I liked and
respected my friend, and, what was more, I wanted him to respect me, too. So I took the challenge. I started to read the book. And I have to confess – I hated it at second sight as well! What on earth was this about – there were no sentences – there was no story, nothing was like I had been used to when reading novels. It felt as if somebody had abandoned me on a strange, hostile island. So I put the book in a far corner of my shelf. From time to time I started a weak-hearted attempt to read on, but never managed more than a few pages. But of course I wouldn’t admit that. When my friend asked me how far I had come and if I liked it – of course I smiled and told him that I loved it and it was very intriguing, that it was just a lot to read and would take me some more time. So it went on for almost a year – till my friend asked me to give his copy back – and invited me to an evening of discussing the book. How should I possibly do that, having not read it? There was only one solution – Ihadto read it – and I had to do it quickly.
“Does nobody understand?”
Last words of James Joyce on his deathbed, 1941
Well, everyone who ever tried to read Joyce knows thereisno way to read him quickly. And I learned that, too. 1000 pages of twisted thoughts and twisted language – that is just insane. My usual coping strategies – speed reading, skimming the text or simply looking up the content in“Kindlers Literaturlexikon”, a famous German encyclopedia for literature, failed. Big time. So I sighed and began to read. But I couldn’t keep my thoughts on the text. I just couldn’t concentrate on it. My thoughts kept strolling around, playing with the words I read, going on a roller coaster trip.
And then I got it: You actuallycan’t readJames Joyce. If you try it, with your analytical book critic’s mind, you will fail. James Joyce’s novels are not made forreading. They are made fordrowning. Once I stopped analyzing what I read and began to just savour it, it suddenly began to make sense. The originality of approach to a topic, the interior monologues, allowing you to slip into another – even fictional – person’s mind and merging with them, the beauty of a strange grammar, strange new words – unfolded before my mind like a wonderful painting. A painting that you couldn’t cherish before, because you stood too close in front of it – but you see its geniality once you step back and casually let your eyes wander about it. That was when I began to love Joyce. The feeling of fascination and my admiration for his unusual writing skills deepened when I came across “Finnegans Wake”, my first Joyce-book I read in English without having read a German translation before. It is wonderful. The words sweep you from your feet. Puns, poetry, neologisms, entwined with rags of foreign languages – a challenge and a reward at the same time.
Reading Joyce is like jumping head over heels into a cool pool: At first the water is cold and makes you shiver, but give yourself a few minutes, and you will feel wonderful. Pure bliss. Sheer joy.
“There’ll be bluebells blowing in salty sepulchres the night she signs her final tear. Zee End. But that’s a world of ways away.”
(James Joyce, Finnegan’s Wake)
Bonus:
There’s plenty of material about James Joyce and his works out there. Here are a few links to start with:
Watch a snippet of a footage showing the “real” James Joyce in Paris on Youtube:
Read or download “Ulysses” from Project Gutenberg, “Finnegans Wake”ereh, and read other works online from theLiterature Network. Find a very different approach to “Ulysses” – through maps: “Mapping Bloomsday“. The Guardian provides some interesting originalreviews of “Ulysses”from the archives. And there is even ananimated cartoon versionof this famous book. Listen to James Joyce’s own voice reading an excerpt of “Ulysses”here. Or watch a few passages from the film “Finnegans Wake”, along with additional links and a comment by my friendMatthias Rascher, onOpen Culture’s website.
In 1922, the famous playwright and avantgardist Djuna Barnes conducted an interview with James Joyce for Vanity Fair. It can be foundhere.
The New Yorker published an insightful article on Joyce’s special use of language: “Silence, exile, punning”.
You can also download a freepodcast about Joyce’s Dublinon ITunes Open University. Or, if you happen to come to Dublin, take “A walk around James Joyce’s Dublin” and visit all the important places of his life and novels.
And if you are still not satisfied: These sites will provide plenty of additional information and links:The Modern Word,KeeponbloominandThe James Joyce Societyand, last but not least, a wonderful collection ofhigh-quality-articleson James Joyce from the University of Dublin.
More…
In the mid-1920s, a decade prior to the release ofJames Joyce's final novel,Finnegans Wake, extracts of what was then known as his "Work in Progress" were being published in journals and passed around literary circles, to a largely baffled audience. (If you've never read, or attempted to read Finnegans Wake, a quick look at itsopening episodeis advised.)
Below are two equally interesting letters written in response to those early glimpses, the first sent to Joyce in 1928 by an unimpressedH. G. Wells; the second written in the style of Finnegan's Wake a few months later by a RussianMITgraduate named Vladimir Dixon, a mysterious figure who for decades afterwards was believed by many, including Joyce's publisher,Sylvia Beach, to be Joyce himself.
(Sources:James Joyce's World&The Oxford Book of Letters; Image: James Joyce in 1934,via.)
Lou Pidou, Saint Mathieu, Grasse, A.M.
November 23, 1928
My dear Joyce:
I've been studying you and thinking over you a lot. The outcome is that I don't think I can do anything for the propaganda of your work. I have enormous respect for your genius dating from your earliest books and I feel now a great personal liking for you but you and I are set upon absolutely different courses. Your training has been Catholic, Irish, insurrectionary; mine, such as it was, was scientific, constructive and, I suppose, English. The frame of my mind is a world wherein a big unifying and concentrating process is possible (increase of power and range by economy and concentration of effort), a progress not inevitable but interesting and possible. That game attracted and holds me. For it, I want a language and statement as simple and clear as possible. You began Catholic, that is to say you began with a system of values in stark opposition to reality. Your mental existence is obsessed by a monstrous system of contradictions. You may believe in chastity, purity and the personal God and that is why you are always breaking out into cries of cunt, shit and hell. As I don't believe in these things except as quite personal values my mind has never been shocked to outcries by the existence of water closets and menstrual bandages — and undeserved misfortunes. And while you were brought up under the delusion of political suppression I was brought up under the delusion of political responsibility. It seems a fine thing for you to defy and break up. To me not in the least.
Now with regard to this literary experiment of yours. It's a considerable thing because you are a very considerable man and you have in your crowded composition a mighty genius for expression which has escaped discipline. But I don't think it gets anywhere. You have turned your back on common men — on their elementary needs and their restricted time and intelligence, and you have elaborated. What is the result? Vast riddles. Your last two works have been more amusing and exciting to write than they will ever be to read. Take me as a typical common reader. Do I get much pleasure from this work? No. Do I feel I am getting something new and illuminating as I do when I read Anrep's dreadful translation of Pavlov's badly written book on Conditioned Reflexes? No. So I ask: Who the hell is this Joyce who demands so many waking hours of the few thousand I have still to live for a proper appreciation of his quirks and fancies and flashes of rendering?
All this from my point of view. Perhaps you are right and I am all wrong. Your work is an extraordinary experiment and I would go out of my way to save it from destructive or restrictive interruption. It has its believers and its following. Let them rejoice in it. To me it is a dead end.
My warmest wishes to you Joyce. I can't follow your banner any more than you can follow mine. But the world is wide and there is room for both of us to be wrong.
Yours, H.G. Wells
--------------------------
A LITTER TO MR. JAMES JOYCE
27 Avenue de l'Opéra, Paris I.
Dear Mister Germ's Choice,
in gutter dispear I am taking my pen toilet you know that, being Leyde up in bad with the prewailent distemper (I opened the window and in flew Enza), I have been reeding one half ter one other the numboars of "transition" in witch are printed the severeall instorments of your "Work in Progress".
you must not stink I am attempting to ridicul (de sac!) you or to be smart, but I am so disturd by my inhumility to onthorstand most of the impslocations constrained in your work that (although I am by nominals dump and in fact I consider myself not brilliantly ejewcatered but stil of above Avveroege men's tality and having maid the most of the oporto unities I kismet) I am writing you, dear mysterre Shame's Voice, to let you no how bed I feeloxerab out it all.
I am uberzeugt that the labour involved in the compostition of your work must be almost supper humane and that so much travail from a man of your intellacked must ryeseult in somethink very signicophant. I would only like to know have I been so strichnine by my illnest white wresting under my warm Coverlyette that I am as they say in my neightive land "out of the mind gone out" abd unable to combprehen that which is clear or is there really in your work some ass pecked which is Uncle Lear?
please froggive my t'Emeritus and any inconvince that may have been caused by this litter.
Yours veri tass
Vladimir Dixon
TRADUCTION GOOGLE
Le plaisir de lire Joyce
Ou: Comment j'ai appris à se noyer dans les mots
James Joyce par Alex Ehrenzweig (beinecke.library.yale.edu) via Wikimedia Commons
Aujourd'hui, les anniversaires de deux dates importantes dans l'histoire de Joyce-121e anniversaire: James Joyce et le 91e anniversaire de la publication de son œuvre la plus
célèbre, Ulysse. Un jour important pour tous les amoureux de Joyce - et ceux qui ne l'aime pas tant que ça, qui sont, comme il semble, légion. Et j'étais l'un d'entre eux. Dans le début.
Couverture de la 1ère édition d'Ulysse, 1922. Avec l'aimable autorisation de Wikicommons
Ma première rencontre avec James Joyce se trouvait quand j'étais dans mon adolescence. Un de mes amis, un jeune prêtre, m'a donné son exemplaire d'Ulysse. Il m'a dit qu'il a aimé et je le ferais aussi. Maintenant, Ulysse de James Joyce est hardcore pour un 18-year-old. Et je détestais ce géant près-1000-pages, imprimé sur du papier mince mal à l'aise, à première vue. Mais j'ai aimé et respecté mon ami, et, qui plus est, je voulais qu'il me respecte aussi. J'ai donc relevé le défi. J'ai commencé à lire le livre. Et je dois avouer que - je l'ai détesté à seconde vue aussi bien! Que diable était-ce à propos - il n'y avait pas de phrases - il n'y avait pas d'histoire, rien n'était comme je l'avais été utilisé pour la lecture de romans. C'était comme si quelqu'un m'avait abandonné sur une étrange île hostile. Alors, j'ai mis le livre dans un coin de mon étagère. De temps en temps, j'ai commencé une tentative faible de cœur à lire, mais n'a jamais réussi plus de quelques pages. Mais bien sûr, je ne voudrais pas l'admettre. Quand mon ami m'a demandé à quelle distance j'étais venu et si je l'ai aimé - bien sûr J'ai souri et lui ai dit que je l'aimais et c'était très intéressant, que c'était juste un tas de lire et de me prendrait plus de temps. Donc, ça a duré près d'un an - jusqu'à ce que mon ami m'a demandé de donner sa copie en arrière - et m'a invité à une soirée de discuter de la livre. Comment devrais-je peut-être le faire, n'ayant pas le lire? Il n'y avait qu'une seule solution - j'ai dû le lire - et je devais le faire rapidement.
"Est-ce que personne ne comprends?"
Les derniers mots de James Joyce sur son lit de mort, 1941
Eh bien, tous ceux qui ont déjà essayé de lire Joyce sait qu'il n'y a aucun moyen de le lire rapidement. Et j'ai appris ça aussi. 1000 pages de pensées tordues et la langue tordue -c'est juste fou. Mes habituelles stratégies d'adaptation - la lecture rapide, rasant le texte ou simplement la recherche du contenu "Kindlers Literaturlexikon", une célèbre encyclopédie allemande pour la littérature, a échoué. Beaucoup de temps. Donc, je soupira et commença à lire. Mais je ne pouvais pas garder mes pensées sur le texte. Je ne pouvais pas me concentrer là-dessus. Mes pensées gardé flâner, jouer avec les mots que j'ai lus, allez sur un voyage roller coaster.
Et puis je l'ai eu: En fait, vous ne pouvez pas lire James Joyce. Si vous l'essayez, avec l'esprit de votre analyse critique littéraire, vous échouera. Romans de James Joyce ne sont pas faits ForReading. Ils sont faits pour se noyer. Une fois que je me suis arrêté analyser ce que j'ai lu et a commencé à savourer tout simplement, il a soudainement commencé à faire sens. L'originalité de l'approche d'un sujet, les monologues intérieurs, ce qui vous permet de se glisser dans une autre - même fictive - l'esprit de personne et de fusionner avec eux, la beauté d'une grammaire étrange, étranges mots nouveaux - se déroulait devant mes yeux comme un tableau merveilleux. Une peinture qui vous ne pourriez pas aimer avant, parce que vous étiez trop près en face de lui - mais vous voyez sa génialité une fois que vous prendre du recul et laisser négligemment vos yeux errer à ce sujet. C'est alors que j'ai commencé à aimer Joyce. Le sentiment de fascination et mon admiration pour ses talents d'écriture inhabituelles approfondie quand je suis tombé sur "Finnegans Wake", mon premier
Joyce-livre que j'ai lu en anglais sans avoir lu une traduction en allemand avant. Il est merveilleux. Les mots que vous balancez vos pieds. Jeux de mots, de la poésie, néologismes, entrelacés avec des chiffons de langues étrangères - un défi et une récompense en même temps.
Reading Joyce, c'est comme sauter éperdument dans une piscine cool: Au début, l'eau est froide et vous fait frissonner, mais donnez-vous quelques minutes, et vous vous sentirez merveilleux. Un pur bonheur. La joie pure.
"Il y aura des jacinthes soufflant dans des sépulcres salés le soir où elle signe son déchirement final. Zee End. Mais c'est un monde de façons de suite. "
(James Joyce, Finnegans Wake)
Bonus:
Il ya beaucoup de matière à propos de James Joyce et ses œuvres sur le marché. Voici quelques liens pour commencer:
Regarder un extrait d'un séquence montrant le "vrai" James Joyce à Paris sur Youtube:
Lire ou télécharger "Ulysse" de Project Gutenberg, «Finnegans Wake» ici, et lisez d'autres ouvrages en ligne du Réseau Littérature. Trouver une approche très différente de «Ulysse» -au moyen de cartes: «Cartographie Bloomsday". The Guardian fournit des critiques intéressantes originales de "Ulysse" à partir des archives. Et il ya même une version dessin animé de ce fameux livre. Écoutez propre voix de James Joyce lecture d'un extrait de "Ulysse" ici. Ou de regarder quelques passages du film "Finnegans Wake", avec des liens supplémentaires et un commentaire de mon ami Matthias Rascher, sur le site de Culture Open.
En 1922, le célèbre dramaturge et avant-gardiste Djuna Barnes a mené une entrevue avec James Joyce pour Vanity Fair. Il peut être trouvé ici.
Le New Yorker a publié un article perspicace sur l'utilisation particulière de la langue de Joyce: «Le silence, l'exil, calembours".
Vous pouvez également télécharger un podcast gratuit sur Dublin de Joyce sur iTunes Open University. Ou, si vous arrivez à venir à Dublin, prendre «Une promenade autour de Dublin de James Joyce" et visiter tous les lieux importants de sa vie et de romans.
Et si vous n'êtes toujours pas satisfait: Ces sites vous donnent de nombreuses informations et des liens: La Parole moderne, Keep on bloomin et The James Joyce Société et, last but not least, une magnifique collection de haute qualité-articles sur James Joyce de l'Université de Dublin.
Plus d'informations ...
Dans les années 1920, une décennie avant la publication du dernier roman de James Joyce, Finnegans Wake, des extraits de ce qui était alors connu sous le nom de son «Work in Progress» ont été publiés dans des revues et passé autour de cercles littéraires, à un public largement dérouté . (Si vous n'avez jamais lu, ou tenté de lire Finnegans Wake, un coup d'œil à son épisode d'ouverture est conseillé.)
Voici deux lettres aussi intéressantes écrites en réponse à ces aperçus début, le premier envoyé à Joyce en 1928 par un peu impressionné HG Wells, le second écrit dans le style de Finnegans Wake quelques mois plus tard par un Russe diplômé du MIT nommé Vladimir Dixon, un personnage mystérieux qui pendant des décennies après, a été considéré par beaucoup, y compris l'éditeur de Joyce, Sylvia Beach, à Joyce lui-même.
(Sources: Monde James Joyce & The Oxford Book of Letters; l'image: James Joyce en 1934, par l'intermédiaire.)
Lou Pidou,
Saint Mathieu,
Grasse, A.M.
23 novembre 1928
Ma chère Joyce:
Je vous ai étudier et réfléchir sur vous beaucoup. Le résultat, c'est que je ne pense pas que je peux faire quelque chose pour la propagande de votre travail. J'ai énormément de respect pour votre génie datant de vos premiers livres et je me sens maintenant une grande sympathie personnelle pour vous, mais vous et moi sont fixés sur les cours tout à fait différentes. Votre formation a été catholique, irlandais, insurrectionnelle, le mien, tel qu'il était, était scientifique, constructive et, je suppose, en anglais. Le cadre de mon esprit est un monde dans lequel un grand processus d'unification et de concentration est possible (augmentation de puissance et la portée de l'économie et de la concentration de l'effort), une progression pas inévitable mais intéressant et possible. Ce jeu a attiré et me tient. Pour cela, je veux une langue et une déclaration aussi simple et claire que possible. Vous avez commencé catholique, c'est-à-dire que vous avez commencé avec un système de valeurs aux antipodes de la réalité. Votre existence mentale est obsédé par un système monstrueux de contradictions. Vous pouvez croire dans la chasteté, la pureté et le Dieu personnel et c'est pourquoi vous êtes toujours éclater en cris de chatte, merde et de l'enfer. Comme je ne crois
pas à ces choses, sauf que les valeurs personnelles tout à fait mon esprit n'a jamais été choqué de cris par l'existence des water-closets et bandages menstruelles et malheurs immérités -. Et tandis que vous avez été élevé dans l'illusion de répression politique j'ai été élevé dans l'illusion de la responsabilité politique. Cela me semble une bonne chose pour vous défier et se briser. Pour moi, pas le moins du monde.
Maintenant, en ce qui concerne cette expérience littéraire de la vôtre. C'est une chose importante parce que vous êtes un homme très considérable et vous avez dans votre composition encombré d'un puissant génie de l'expression qui a échappé à la discipline. Mais je ne pense pas que ça devient n'importe où. Vous avez tourné le dos à des hommes ordinaires - de leurs besoins élémentaires et leur temps restreint et de l'intelligence, et que vous avez élaboré. Quel est le résultat? Énigmes vastes. Vos deux derniers ouvrages ont été plus amusant et excitant d'écrire qu'ils ne seront jamais à lire. Prenez-moi comme un lecteur de type commun. Ai-je beaucoup de plaisir de ce travail? Non ce que je sens que je me fais quelque chose de nouveau et éclairant comme je le fais quand j'ai lu la traduction terrible Anrep de livre mal écrit de Pavlov sur les réflexes conditionnés? No Je demande donc: Qui diable est-ce Joyce qui exige tant d'heures d'éveil de quelques milliers que j'ai encore à vivre pour une juste appréciation de ses caprices et de fantaisies et clignote de rendu?
Tout cela, de mon point de vue. Peut-être que vous avez raison et je suis tout faux. Votre travail est une expérience extraordinaire et je sors de ma façon de le sauver de la destruction ou de l'interruption restrictive. Il a ses fidèles et de ses suivants. Qu'ils s'en réjouir. Pour moi, c'est une impasse.
Mes meilleurs vœux à vous Joyce. Je ne peux pas suivre votre bannière, pas plus que vous pouvez suivre la mienne. Mais le monde est vaste et il ya de la place pour nous deux de se tromper.
Bien à vous,
H.G. Wells
--------------------------
A PORTEE DE MR. JAMES JOYCE
27, avenue de l'Opéra, Paris I.
Cher Monsieur Choix de Germ,
dans dispear gouttière je prends ma toilette stylo que vous savez que, étant Leyde en mal avec la maladie de Carré prewailent (j'ai ouvert la fenêtre et a volé Enza), j'ai été reeding moitié l'autre les numboars de «transition» dans la sorcière ter sont imprimés les instorments severeall de votre "Work in Progress".
vous devez pue pas, je vais tenter de ridicul (de sac!) vous-même ou d'être intelligent, mais je suis tellement disturd par mon inhumility à onthorstand la plupart des impslocations contraintes dans votre travail (même si je suis par dump nominaux et en fait je me considère pas brillamment ejewcatered mais stil de mortalité au-dessus des hommes Avveroege et ayant bonne maximum des unités de Porto-je kismet) Je vous écris, ma chère voix Honte mysterre, pour vous laisser pas faire mon lit, j'ai feeloxerab sur tout cela.
Je suis überzeugt que le travail nécessaire à la compostition de votre travail doit être presque souper humaine et que tant de travail d'un homme de votre intellacked doit ryeseult dans somethink très signicophant. Je voudrais seulement savoir je n'ai été si strichnine par mon arracher illnest blanc sous mon Coverlyette chaud que je suis, comme on dit dans mon pays neightive "hors de l'esprit sorti" abd incapable de combprehen ce qui est clair ou est-il vraiment dans votre travail un certain âne picoté qui est l'oncle Lear?
s'il vous plaît froggive mon t'Emeritus et tout inconvince qui peuvent avoir été causés par cette litière.
Bien à vous veri tass
Vladimir Dixon
Be the first to leave a comment!!

12/1000 maximum characters.