The psychoanalyst's tale – why we need to tell stories to relieve our sorrows (angl-fr)

By

It's no accident, of course. The story is at the heart of psychoanalysis, the profession Grosz has practised, with distinction, for 25 years. Sigmund Freud saw this, asserting more than once that his case histories read strangely like novellas rather than bearing the "serious stamp of science".
  [Moins]
Published : Tuesday, February 19, 2013
Reading/s : 45
Number of pages: 7
See more See less
The psychoanalyst's tale – why we need to tell stories to relieve our sorrows
After practising as a psychoanalyst for 25 years, Stephen Grosz has written a book - of the stories his patients learnt to tell on the path to recovery
·
Grosz … 'Indifference is a catastrophe'. Photograph: Graeme Robertson for the Guardian
There's a lot of the literary in Stephen Grosz. You can tell from the chapter titles of his book, with their familiar fireside whiff of Aesop or Kipling: How Lovesickness Keeps Us From Love; How Anger Can Keep Us From Sadness. Often, too, his limpid, pared-down fables conclude with an observation so elegant and so penetrating that it is almost an aphorism: Better to have lost something than be something someone forgot; Closure is the false hope that we can deaden our living grief.
It's no accident, of course. The story is at the heart of psychoanalysis, the profession Grosz has practised, with distinction, for 25 years. Sigmund Freud saw this,asserting more than once that his case histories read strangely like novellasrather than bearing the "serious stamp of science".
"All sorrows can be borne," the great Danish writerKaren Blixenonce said, in a line Grosz cites in his book and that could well serve as its epigraph, "if you put them in a story, or tell a story about them." Grosz's business, though, is with the people who cannot tell the story of their sorrows – whose story takes them over to such an extent that, so to speak, it ends up telling them, generally with more or less unfortunate consequences. His job is helping them to tell their stories.
"The most important stories sometimes can't be talked about directly," he says. "People don't have the words. Maybe nobody ever helped them to talk about their experiences. They are
out of touch with their feelings, trapped in some unhappiness or fear: frightened, anxious, in pain. But they may insist everything is fine. Their life – their boss, their partner, their kids – needs them to be neurotic, or depressed, whatever they are. They want change, but as one patient once said to me, 'not if it means changing'."
Psychoanalysis, Grosz says, is "about the thing beneath notice: the daydream, the nightmare. Often it's actually about saying: there is a meaning, this doesn't come from nowhere." He tells a story (How Paranoia Can Relieve Suffering and Prevent a Catastrophe) to illustrate his point: a single woman, returning home at night, is convinced that when she turns her key in the door her apartment will blow up: terrorists have set a bomb to kill her. The apartment, she tells Grosz on the couch in his Hampstead consulting room, is cold and empty. The exact opposite of how it was to come home when she was small, to her mother and grandmother waiting with her tea.
"The bomb fantasy frightened her," says Grosz. "But it stopped her from feeling so alone. It's better to think someone is out to hurt you than that no one cares about you. Indifference is a catastrophe, and her paranoia was shielding her from it."
So a great deal of his work, he says, "is about people coming to me with the story they cannot tell, and us working out how to tell it. They can be intelligent, articulate – but they don't have the words. At some level, they become possessed by their story. This book is an anthology of those worked-out stories."
The Examined Lifeis Grosz's first book. It is already something of a literary sensation, going to auction, selling into more than a dozen major markets before publication, getting picked asBBC Radio 4's Book of the Week(this week). He wrote it because the time felt right: "I'm 60 now, an older father – my kids are 10 and seven – and my own mother died when she was 64. I wanted to put down the most important lessons I had learned, as simply and clearly as possible, for people who may never have an analysis."
That will, of course, be the vast majority, of course: while the Institute of Psychoanalysis runs a low-fee scheme and most practitioners tend to accept one or two pro bono cases, pure psychoanalysis here (unlike, for example, Germany) is not usually an NHS option. A shrink, in Britain, remains something of a luxury, though none the less busy for that: between eight and 10 patients a day take their place on Grosz's couch. That's maybe 50,000 hours of conversation so far; more than enough to keep him in stories.
So what do Grosz's 30-odd stories – of deceived wives, out-of-control children, lonely fathers, frightened daughters, hypocritical husbands, congenital liars, lovesick singletons, successful businessmen who inexplicably lose things – actually tell? They explain, for example, that people often use boredom as a form of aggression; that praising children too much can make them lazy later; that the present is the only time that's real – "The past is alive in the present ... The future is an idea in our mind now" – and that we are capable of telling ourselves all manner of lies in order not to face a truth.
Two main themes emerge. "The first," Grosz says, "is that change involves loss. In fact, all change involves loss, and yet life itself is change – we are always giving up something for something else. And the point is that we lose ourselves when we try to deny those changes, when we deny that life entails loss."
For Grosz, Dickens's Scrooge – whose story he relates in a chapter titled How Lovesickness Keeps Us from Love – is "actually a great story of psychological transformation. We read it as a Christmas tale, but what Scrooge is doing is denying his losses: the death of his mother, his sister, the loss of his fiancee. Instead, he counts his money, seeing only gains, not losses. The three ghosts haunt Scrooge with his unhappy past, show him a present in which the long-suffering Cratchits endure their losses but stay big-hearted, and his own inevitably bleak future. What the ghosts do is gradually undo Scrooge's delusion that you can live a life without loss." The ghosts play, in fact, the part of a psychoanalyst.
Thereafter we mend ourselves, Grosz believes, "by repairing our relationship with the lost, by acknowledging that these were losses. We can find ourselves by facing truths about our lives and about these losses, by facing the truth about how our relationships with people really are, not how we'd like them to be." In other words, by truly telling our stories.
Grosz – tall, kindly, courteous – was born in 1952 not far from Chicago, the son of an aspirational grocery store keeper from eastern Europe and an American-born painter. By 17, he knew where his interests lay: RD Laing's The Divided Self, Erving Goffman's The Presentation of Self in Everyday Life, and above all Freud's The Interpretation of Dreams "just knocked me out". The latter, Grosz says, "enthralled me: this idea that we could live our lives and not know our feelings; have desires we don't know about. That we could be disconnected from our selves and not know who we are. Amazing."
Studyingpsychologyand politics at the University of California, Berkeley, he started applying analysis to try to understand politics – and looking at literature to understand psychology. The pivotal moment, he says, was two short stories: Bartleby the Scrivener, Melville's extraordinary tale of the copyist "who preferred not to", and Conrad's stowaway story The Secret Sharer: "Both seemed to me precisely about the psychoanalytic idea of doubling. They made great emotional sense to me."
The key as he sees it, in writing as in psychoanalysis, is that quest for truth: "My friend [the poet] Wendy Cope says, 'Make it more truthful.' Is this exactly what the patient said? Is that exactly how it was? You have to dig down really deep to make it good – but you're also after lightness. You don't want to write about the Oedipus complex, you want to take weight out of the story. That, for me, is what the great writers do."
He has found inspiration in the short stories of writers such as Raymond Carver, John Cheever, Andre Dubus, Chekhov, Kafka, Thomas Mann. "Down the years, psychoanalysis has become longer and more complex," he says. "But when I taught a course on writing case histories, I discovered that what I felt was true had nothing to do with length. What counted was telling the story so well the reader had the same experience as the writer. I'm not convinced by statistics or page count, I'm convinced by someone who's been there, got really close, seen what they've seen, and can put it across in writing."
Grosz's hope, then, is that his own delicate and utterly compelling casebook may demonstrate "a certain disposition towards the world. A way to think about things. The individual stories hold their meanings, I trust, but the book as a whole has ... a certain way of looking at things. That can be a start. Solutions may come later."
The Examined Life by Stephen Grosz is published by Chatto & Windus at £14.99. To order a copy for £11.99 plus free UK p&p go toguardianbookshop.co.uk
Traduction google
Le psychanalyste conte -pourquoi nous avons besoin de raconter des histoires pour soulager nos douleurs
Après avoir pratiqué en tant que psychanalyste pendant 25 ans, Stephen Grosz a écrit un livre - des récits de ses patients ont appris à dire sur le chemin de la reprise
The Guardian, lundi 7 Janvier 2013 19.00 GMT
Aller aux commentaires (47)
Grosz ... «L'indifférence est une catastrophe». Photo: Graeme Robertson pour le Guardian
Il ya beaucoup de littérature de Stephen Grosz. Vous pouvez voir sur les titres de chapitre de son livre, avec leur odeur familière au coin du feu d'Esope ou Kipling: Comment chagrin d'amour nous empêche d'amour; Comment la colère peut nous empêcher de tristesse. Souvent, aussi, ses limpides, épuré fables terminerai par une observation si élégant et si pénétrante qu'il est presque un aphorisme: Il vaut mieux avoir perdu quelque chose que quelqu'un a oublié quelque chose; fermeture est le faux espoir que nous pouvons amortir notre chagrin vie .
Il n'est pas un hasard, bien sûr. L'histoire est au cœur de la psychanalyse, la profession a pratiqué Grosz, avec distinction, depuis 25 ans. Sigmund Freud a vu, en affirmant à plusieurs reprises que ses histoires de cas étrangement à lire romans plutôt que de porter le "timbre grave de la science».
"Tous les chagrins peuvent être supportés,« le grand écrivain danois Karen Blixen a dit un jour, en ligne Grosz cite dans son livre et qui pourrait bien servir de son épigraphe, «si vous les mettez dans une histoire, ou de raconter une histoire sur eux. " Entreprise de Grosz, cependant, c'est avec les gens qui ne peuvent pas raconter l'histoire de leurs peines - dont l'histoire les emmène vers un point tel que, pour ainsi dire, il finit par leur dire, en général, avec des conséquences plus ou moins malheureux. Son travail est de les aider à raconter leurs histoires.
"Les histoires les plus importantes parfois ne peuvent pas être parlé directement», dit-il. "Les gens n'ont pas les mots Peut-être personne n'a jamais aidé à parler de leurs expériences ils ont perdu le contact avec leurs sentiments, pris au piège dans une certaine tristesse ou la peur:... Effrayé, anxieux, dans la douleur, mais ils peuvent insister pour que tout va bien . Leur vie - leur patron, leur partenaire, leurs enfants - a besoin d'être névrosé, ou déprimé, quels qu'ils soient Ils veulent du changement, mais comme un patient m'a dit une fois, «pas si cela veut dire changer"..
La psychanalyse, Grosz dit, est "la chose la sous préavis:. La rêverie, le cauchemar Souvent, il s'agit en fait de dire: il ya un sens, cela ne vient pas de nulle part." Il raconte une histoire (Comment Paranoia peut soulager la souffrance et empêcher une catastrophe) pour illustrer son point de vue: une femme seule, en rentrant le soir, est convaincu que quand elle tourne la clé dans la porte de son appartement va exploser: les terroristes ont établi un bombarder la tuer. L'appartement, elle raconte Grosz sur le canapé dans son cabinet Hampstead, est froid et vide. L'exact opposé de la façon dont il devait rentrer à la maison quand elle était petite, sa mère et grand-mère d'attente avec son thé.
"Le fantasme bombe lui faire peur," dit Grosz. "Mais il l'a empêchée de se sentir moins seul. C'est mieux de penser à quelqu'un est là pour vous faire du mal que personne ne se soucie de vous. L'indifférence est une catastrophe, et sa paranoïa était son blindage de celle-ci."
Ainsi, une grande partie de son travail, dit-il, «sont des gens qui viennent me voir avec l'histoire, ils ne peuvent pas le dire, et nous qui travaillons sur la façon de la raconter Ils peuvent être intelligente, articulée -. Mais ils n'ont pas les mots. À un certain niveau, ils deviennent possédés par leur histoire. Ce livre est un recueil de ces histoires travaillé-out ».
Le Examined Life est le premier livre de Grosz. C'est déjà quelque chose d'une sensation littéraire, va mettre aux enchères, la vente dans plus d'une douzaine des principaux marchés avant la publication, se livre choisi comme BBC Radio 4 de la semaine (cette semaine). Il l'a écrit parce que le temps estimé droite:. "J'ai 60 ans maintenant, un vieux père - mes enfants ont 10 et sept - et ma propre mère est morte quand elle avait 64 ans je voulais mettre bas les leçons les plus importantes que j'ai apprises, le plus simplement et le plus clairement possible, pour les personnes qui ne peuvent jamais avoir une analyse. "
Ce sera, bien sûr, être la grande majorité, bien sûr: alors que l'Institut de Psychanalyse dirige un programme à frais modiques et la plupart des praticiens ont tendance à accepter un ou deux dossiers pro bono, la psychanalyse pure ici (contrairement, par exemple, en Allemagne) est généralement pas une option NHS. Un psy, en Grande-Bretagne, reste un luxe, mais n'en reste pas moins occupé pour cela: entre huit et 10 patients par jour prendre leur place sur le divan de Grosz. C'est peut-être 50.000 heures de conversation, jusqu'à présent, plus que suffisant pour le maintenir en histoires.
Alors qu'est-ce Grosz 30-impair - histoires d'épouses trompées, hors de contrôle enfants, pères solitaires, filles, maris effrayés hypocrites, des menteurs congénitaux, en mal d'amour singletons, hommes d'affaires prospères qui inexplicablement perdre les choses - dire réellement? Ils expliquent, par exemple, que les gens utilisent souvent l'ennui comme une forme d'agression, que l'éloge des enfants trop peut rendre paresseux tard, que le présent
est le seul moment qui est réelle - «Le passé est vivant dans le présent ... L' futur est une idée dans notre esprit maintenant "- et que nous sommes capables de dire à nous-mêmes toutes sortes de mensonges pour ne pas faire face à une vérité.
Deux thèmes principaux ressortent. «Le premier," Grosz dit, "est que le changement implique une perte En fait, tout changement implique une perte, et pourtant la vie elle-même, c'est le changement -.. Nous sommes toujours renoncer à quelque chose pour autre chose Et le fait est que nous nous perdons lorsque nous essayer de nier ces changements, quand on nier que la vie entraîne la perte. "
Pour Grosz, Scrooge de Dickens - dont l'histoire qu'il raconte dans un chapitre intitulé Comment chagrin d'amour nous empêche d'amour - est «en réalité une grande histoire d'une transformation psychologique, nous le lire comme un conte de Noël, mais ce que Scrooge ne fait que nier ses pertes: l'. la mort de sa mère, sa sœur, la perte de sa fiancée. Au lieu de cela, il compte son argent, en voyant seuls gains, pertes non. Les trois fantômes hantent Scrooge avec son passé malheureux, lui montrer un présent dans lequel les Cratchits qui souffre depuis longtemps supporter leurs pertes, mais rester au grand cœur, et son propre avenir forcément sombre. Que les fantômes ne se défaire peu à peu l'illusion de Scrooge que vous pouvez vivre une vie sans perte. " Les fantômes jouent, en fait, de la part d'un psychanalyste.
Par la suite, nous nous raccommoder, Grosz croire ", en réparant notre relation avec ceux qui sont perdus, en reconnaissant qu'il s'agissait de pertes. Nous pouvons nous trouver en faisant face à des vérités sur nos vies et de ces pertes, en faisant face à la vérité sur la façon dont nos relations avec les gens vraiment sont, non pas comment nous aimerions qu'ils soient. " En d'autres termes, par vraiment raconter nos histoires.
Grosz - grand, bienveillant, courtois - est né en 1952 non loin de Chicago, le fils d'un gardien épicerie ambitieux d'Europe orientale et un peintre américain d'origine. À 17 ans, il savait où poser ses intérêts: RD Laing The Divided Self, Erving Goffman de la scène de la vie quotidienne, et surtout de Freud L'interprétation des rêves "just me knock-out». Ce dernier, Grosz dit, "me séduit: cette idée que nous puissions vivre nos vies et nos sentiments ne sais pas, des désirs que nous ne connaissons pas Que nous puissions être déconnectés de nous-mêmes et de ne pas savoir qui nous sommes incroyable... "
Des études de psychologie et de sciences politiques à l'Université de Californie, Berkeley, il a commencé à appliquer une analyse pour essayer de comprendre la politique - et en regardant la littérature pour comprendre la psychologie. Le moment crucial, dit-il, était de deux histoires courtes: Bartleby the Scrivener, histoire extraordinaire de Melville du copiste "qui a préféré ne pas", et l'histoire de passager clandestin Conrad The Secret Sharer: "Les
deux me semblait justement sur l'idée psychanalytique de doublement. Ils ont fait un grand sens émotionnel pour moi. "
La clé selon lui, par écrit, dans la psychanalyse, c'est que la quête de la vérité: «Mon ami [le poète] Wendy Cope dit:« Faites-en plus véridique. ? Est-ce exactement ce que le patient dit, n'est-ce exactement comment il était Il faut creuser très profond pour le rendre bon -. Mais vous êtes aussi après la légèreté Vous n'avez pas envie d'écrire sur le complexe d'Œdipe, vous voulez prendre du poids de l'histoire. C'est, pour moi, est ce que les auteurs font les grands. "
Il a trouvé l'inspiration dans les histoires courtes d'auteurs comme Raymond Carver, John Cheever, Andre Dubus, Tchekhov, Kafka, Thomas Mann. «Au fil des années, la psychanalyse est devenue plus longue et plus complexe», dit-il. "Mais quand j'ai donné un cours sur l'écriture des histoires de cas, j'ai découvert que ce que je ressentais était vrai n'a rien à voir avec la longueur. Ce qui comptait était de raconter l'histoire si bien que le lecteur fait la même expérience que l'écrivain. Je ne suis pas convaincu par des statistiques ou le nombre de pages, je suis convaincu par quelqu'un qui a été là, me suis vraiment proche, vu ce qu'ils ont vu, et peut-il faire passer dans l'écriture. "
Espoir de Grosz, alors, c'est que son propre recueil délicate et tout à fait convaincante peut démontrer "une certaine disposition envers le monde. Une façon de penser à des choses. Les histoires individuelles tenir leurs significations, je l'espère, mais le livre dans son ensemble a .. . une certaine façon de voir les choses. Cela peut être un début. Solutions peut venir plus tard. "
La vie Examiné par Stephen Grosz est publié par Chatto & Windus à £ 14,99. Pour commander un exemplaire pour £ 11.99, plus libre p & p Royaume-Uni aller à guardianbookshop.co.uk
http://www.guardian.co.uk/books/2013/jan/07/stephen-grosz-psychoanalyst
Be the first to leave a comment!!

12/1000 maximum characters.