362 Pages
English
Gain access to the library to view online
Learn more

African Studies in Geography from Below

-

Gain access to the library to view online
Learn more
362 Pages
English

Description

The doctrine of international relations (inter-state, indeed), territorial ideologies, the logic of autochthony and its ramifications, ethnic cleansing, are all hinged at different levels upon the same pseudo-fact: to every society a closed and exclusive territory demarcated by fixed and linear borders. This way of thinking, totally foreign to African societies for a long time, has generated today more contradictions than it can ever solve. The authors of this book make a clear distinction between territory formation "from the top" as being a deliberate political project, and its formation "from below" as being a more diffused historical process which is determined by the scheme of antagonisms and compromises between social forces. In lieu of a stark opposition between "the top" and "below", the authors unveil the interdependence and mutual influence which form the basis of a dual system within which legal formation -by the colonial authorities first, then by the postcolonial one- is confronted with a host of subaltern spatial dynamics, neglecting thereby the legitimacy which only them can provide. As an essential read for anyone who is interested in the relationship between knowledge and power, this book offers stimulating perspectives on the issue of African unity and its epistemological and political challenges. It renews profoundly our approaches to human security, citizenship, borders and mobility. Contributions are in English and in French.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 November 2009
Reads 1
EAN13 9782869783867
Language English
Document size 2 MB

Legal information: rental price per page 0.0071€. This information is given for information only in accordance with current legislation.

Exrait

Études africaines de géographie par le bas African Studies in Geography from Below
Sous la direction de/Edited by Michel Ben Arrous & Lazare Ki-Zerbo
Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique
©CODESRIA 2009 Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique Avenue Cheikh Anta Diop Angle Canal IV BP 3304 Dakar, 18524, Sénégal Site web : www.codesria.org
Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne doit être reproduite ou transmise sous aucune forme ou moyen électronique ou mécanique, y compris la photocopie, l’enregistrement ou l’usage de toute unité d’emmagasinage d’information ou de système de retrait d’information sans la permission au préalable du CODESRIA.
ISBN :2-86978-231-4 ISBN : 13 :978-2-86978-231-0
Mise en page : Hadijatou Sy Couverture : Ibrahima Fofana Impression : Imprimerie Graphi plus
Distribué en Afrique par le CODESRIA Distribué ailleurs par African Books Collective www.africanbookscollective.com
Le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) est une organisation indépendante dont le principal objectif est de faciliter la recherche, de promouvoir une forme de publication basée sur la recherche, et de créer plusieurs forums permettant aux chercheurs africains d’échanger des opinions et des informations. Le Conseil cherche ainsi à lutter contre la fragmentation de la recherche dans le continent africain à travers la mise en place de réseaux de recherche thématiques qui transcendent toutes les barrières linguistiques et régionales.
Le CODESRIA publie une revue trimestrielle, intituléeAfrique et Développement, qui se trouve être la plus ancienne revue de sciences sociales basée sur l’Afrique. Le Conseil publie également Afrika Zamaniqui est une revue d’histoire, de même que laRevue Africaine de Sociologie; laRevue Africaine des Relations Internationales (AJIA)la et Revue de l’Enseignement Supérieur en Afrique.Le CODESRIA co-publie également laRevue Africaine des Médias; Identité, Culture et Politique : un Dialogue Afro-Asiatique ; L’Anthropologue africainainsi que Sélections Afro-Arabes pour les Sciences Sociales.Les résultats de recherche, ainsi que les autres activités de l’institution sont aussi diffusés à travers les « Documents de travail », le « Livre Vert », la « Série des Monographies », la « Série des Livres du CODESRIA », les « Dialogues Politiques » et le «Bulletin du CODESRIA». Une sélection des publications du CODESRIA est aussi accessible en ligne au www.codesria.org
Le CODESRIA exprime sa profonde gratitude à la Swedish International Development Corporation Agency (SIDA/SAREC), au Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI), à la Ford Foundation, à la Fondation MacArthur, à la Carnegie Corporation, à l'Agence Norvégienne de Développement et de Coopération (NORAD), à l’Agence Danoise pour le Développement International (DANIDA), au Ministère Français de la Coopération, au Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), au Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas, à la Fondation Rockefeller, à FINIDA, CIDA, IIEP/ADEA, à l’OCDE, à Oxfam America, à l’UNICEF, à la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF) ainsi qu’au Gouvernement du Sénégal pour le soutien apporté aux programmes de recherche, de formation et de publication du Conseil.
à la mémoire de Emeka Nwokedi et Nduba Echezona
Table des matières
Contributeurs/Contributors ....................................................................................... Avant-propos .................................................................................................................
vii  ix
I. Identités en mouvement  1. La géographie par le bas : introduction à une aventure collective  Michel Ben Arrous ............................................................................................. 2  2. Identités ethniques et territorialisation en Casamance  Abderrahmane N’Gaïdé .................................................................................... 39  3. The Future of the Nation-State Project in Africa: the Case of Nigeria  Nduba Echezona ............................................................................................... 79  4. Remapping Kiswahili: A Political Geography of Language, Identity  and Africanity  Francis N. Njubi ................................................................................................ 105
II. L’illusion du découpage  5. The Politics of Frozen State Borders in Postcolonial Africa  Anatole Ayissi ...................................................................................................... 132  6. Whose Self-Determination? Conflicting Nationalisms and  the Collapse of Somalia  Inyani K. Simala and Michel Ben Arrous ........................................................ 161
III. Rencontres urbaines et migratoires  7. Refugees at Home? Coping with Somalia Conflict in Nairobi, Kenya  Godwin R. Murunga .......................................................................................... 198  8. BFCI : un laboratoire politique à la croisée des chemins  Lazare Ki-Zerbo ................................................................................................. 233  9. West African Labour Migrants and National Security in Nigeria  Victor A.O. Adetula ........................................................................................... 269 10. Les associations urbaines et le pouvoir local dans les quartiers populaires  Salimata Wade ..................................................................................................... 297
IV. Conclusion 11. La géographie par le bas, et après ?  Michel Ben Arrous ............................................................................................. 344
Contributeurs/Contributors
Victor A.O. AdetulaPolitical Science at the Universityis Associate Professor of of Jos, Nigeria. A former Director of the Centre for Development Studies, University of Jos (1988-2001), he was Senior Program Officer in the Democracy and Governance Office of the USAID in Nigeria (2001-2003) and has a wide range of experience in development work. Some of his recent publications include the co-edited book,Border Crime and Community Insecurity in Nigeria (with Sam O. Smah, 2002) and 'Welfare Associations and the Dynamics of City Politics in Nigeria' inUnder Siege: Four African Cities(edited by Okwui Enwezor et al., 2002).
Anatole Ayissi est conseiller politique au bureau du représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest. Diplomate de formation, formé à l’Institut des relations internationales du Cameroun, il est un ancien Fulbright Fellow (University of Pennsylvania). De 1999 à 2003, il a dirigé le programme « Prolifération des armes légères, mesures pratiques de désarmement et consolidation de la paix » à l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR), où il a édité trois ouvrages :Bound to Cooperate. Conflict, Peace and People in Sierra Leone (2000, avec Robin-Edward Poulton), Cooperating for Peace in West Africa. An Agenda for the 21st Century (2001), etLutte contre la prolifération des armes légères en Afrique de l’Ouest. Manuel de formation des forces armées et de sécurité(2003, avec Ibrahima Sall).
Michel Ben Arrousest architecte, diplômé de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, urbaniste et géographe indépendant. Ses recherches portent sur l’histoire et la philosophie des idées et des préjugés géographiques, et sur leurs rapports avec la violence ou la légitimité politique. Ancien journaliste en Afrique australe et au Sénégal, parmi ses publications principales, il faut noter :Médias et conflits en Afrique(Karthala 2002) etCoalition, Dispersion. Un moment démocratique en Afrique de l’Ouest « francophone », 1988-1996(CODESRIA 2003).
Nduba Echezona was Senior Lecturer in the Faculty of Political Science, University of Nigeria, Nsukka. His key areas of research were peace and security issues, disarmament, Nigerian politics, Africa’s international relations and global geopolitics. He published three books with Meks Publishers:Contemporary Issues in World Order(1992);Hegemonism or a New World Order(1993); andInternational Politics in the Post Cold War Era(1998). Nduba held university degrees from the City University of New York (CUNY) and Columbia University. He died in November 2002, after a brief illness.
viii
Études africaines de géographie par le bas
Lazare Ki-Zerbophilosophe, membre du Centre d’études pour le est développement africain (CEDA, Ouagadougou), et co-fondateur du Mouvement des intellectuels au Burkina Faso. Il est fonctionnaire international dans une institution d’appui à la démocratie et aux droits de l’homme. Il a plusieurs publications scientifiques ; ses principaux thèmes de recherche sont la phénoménologie, le panafricanisme, et les relations internationales.
Godwin R. Murungais a lecturer in History at Kenyatta University, Nairobi. He holds a PhD in History from Northwestern University, Evanston, USA, specializing on the colonial history of Nairobi. His articles have appeared in Journal of Third World Studies,Ufahamu, African Sociological Review andAfrica Development.His most recent publications include a chapter on ‘African Women in the Academy and Beyond’ inAfrican Gender Studies: A Reader (edited by Oyeronke Oyewumi, 2004) and ‘Inherently Unhygienic Races: Plague and the Origins of Settler Dominance in Nairobi, 1899-1907’ inAfrican Urban Spaces in Historical Perspectives(edited by Steven J. Salm and Toyin Falola, 2004).
Abderrahmane N’Gaïdéest docteur en histoire. Chercheur indépendant, il a publié plusieurs articles scientifiques sur la Mauritanie et le Sénégal dans des ouvrages collectifs et des revues spécialisées sur des thèmes variés : décentralisation, foncier, islam et politique. Il est l’auteur deLa Mauritanie à l’épreuve du millénaire, à paraître aux éditions L’Harmattan. Ses recherches actuelles portent sur la pratique de l’espace public en situation de diaspora.
Francis N. Njubi is an Assitant Professor in the Department of Africana Studies at San Diego State University. He received his MA in Communications and PhD in African-American Studies from the University of Massachussetts. Njubi is the author ofRace for Sanctions: African Americans Against Apartheid, 1946-1994, Indiana University Press, 2003.
Inyani K. Simala completed his Ph.D. at Moi University in Eldoret, Kenya with a thesis on gendered metaphors in Swahili poetry. He is currently in the Department of Kiswahili at Maseno University, Kisumu, Kenya.
Salimata Wadeest géographe, maître assistante à l’Université Cheikh Anta de Diop de Dakar. Elle a une grande expérience de recherche sur les questions d’environnement et de développement en Afrique de l’Ouest, les politiques de décentralisation, les questions urbaines et le milieu associatif. Son ouvrage Organisations communautaires et associations de quartier en milieu urbain ouest-africain (avec Rodolfo Housseynou Puiggros) a été publié par Enda en 2002.
Avant-propos
Cet ouvrage est dédié à la mémoire de deux collègues et amis, Emeka Nwokedi et Nduba Echezona, membres du Groupe multinational de travail (GMT) du CODESRIA sur la géographie par le bas. Emeka a été un lecteur attentif des premières ébauches du Livret vert qui, dans la tradition du CODESRIA, tient lieu de document de travail aux GMT. Ses obser-vations, ses critiques et ses suggestions ont grandement contribué à la finalisation du livret, publié en 1996 sous le titreL’État, ses dissidences et leurs territoires : la géogra-phie par le bas en Afrique. Les GMT du CODESRIA sont coordonnés en tandem. Si l’auteur du livret est francophone, il fait équipe avec un chercheur anglophone, et inversement. Emeka a accepté avec enthousiasme de constituer la roue anglo-phone du tandem. Mais il était bien plus que cela. Il était lui-même, dans sa pratique intellectuelle, un passeur de frontières. Anglophone, ses travaux sur les dynamiques politiques de l’Afrique de l’Ouest dite « francophone » faisaient référence. Nigérian du Sud-Est — à une époque où les régimes militaires, pervertissant l’esprit du fédéralisme, tendaient à assigner chacun à résidence dans son lieu d’origine, il diri-geait le département de sciences politiques d’une Université de l’Ouest, l’Université Obafemi Awolowo d4Ile-Ife. Politologue, il s’ouvrait constamment aux apports d’autres disciplines, notamment la géographie et la sociologie. À tous ces égards, il incarnait au quotidien un principe majeur du CODESRIA: lancer et entretenir des passerelles par-dessus les prétendues barrières, linguistiques ou autres, qui fragmentent la production africaine des savoirs et leur diffusion. Panafricaniste convaincu, Emeka était un intellectuel conséquent. Il avait d’autres qualités, qui, sans être rigoureusement indispensables à l’activité universitaire, per-mettent d’y nouer non seulement des relations de travail mais d’amitié : Emeka Nwokedi était un homme d’une grande gentillesse et d’une grande simplicité. Il comptait de vrais amis dans notre groupe. Nduba Echezona était l’un d’eux. Lui aussi politologue, lui aussi panafricaniste, et lui aussi attirant l’amitié comme l’aimant le fer, Nduba savait provoquer, contre-dire, discuter. Il avait une façon particulière d’écouter. Son regard sévère quand on critiquait tel ou tel de ses arguments forçait un bref silence... qui finissait le plus souvent en éclats de rire. Débattre avec lui était un réel plaisir: Nduba était un interlocuteur généreux, aimant apprendre des autres autant qu’il leur apprenait. Avec sa grosse voix, ses larges épaules et une capacité de travail étonnante, nous le prenions pour une force de la nature. Emeka nous a quittés en septembre 2001, Nduba en novembre 2002. Plus qu’un groupe, Emeka, Nduba et tous les auteurs de ce livre ont formé une équipe. Des années durant, nos messageries électroniques ont croulé sous les mes-sages. Chaque résultat intermédiaire de l’un, chaque questionnement, chaque lec-ture étaient l’affaire de tous. Nos échanges internes, quasi quotidiens, ont nourri une série de débats d’ordre théorique, au cours desquels nous avons constamment et collectivement révisé, remplacé, affiné nos outils conceptuels.