CLCV 091110 Etude prix alimentaires et agricoles
21 Pages
English

CLCV 091110 Etude prix alimentaires et agricoles

-

Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer

Description

          Hausse des prix alimentaires: les  prix agricoles ont bon dos !   Dossier de presse 09/11/10           SOMMAIRE  Comment se comportent les prix alimentaires par rapport aux prix en général ? ................................................................................................. 1 2010‐2011 : Vers de nouvelles hausses des prix alimentaires ? ................. 2 Prix agricoles et prix alimentaires : des répercussions à sens unique ........ 2 Produits laitiers, pâtes, viande de porc et volaille : les prix au long de quelques filières ....................................................................................... 4 La filière laitière…………………………………………………………………………………………………………………… 3 Les pâtes……………………………………………………………………………………………………………………………….6 La viande de porc………………………………………………………………………………………………………………….8 La viande de volaille…………………………………………………………………………………………………………….10 Quel  bilan  de  la  loi  de  modernisation  de  l’économie  sur  les  prix alimentaires ? ........................................................................................ 12 Un impact sur les prix qui reste à démontrer……………………………………………………………………..12 La grande distribution : un secteur toujours aussi peu concurrentiel…………………………………..13 Annexes ................................................................................................. 15             Hausse des prix alimentaires : les prix agricoles ont bon dos  ...

Subjects

Informations

Published by
Reads 90
Language English
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
Hausse  des  prix  alimentaires :  les  prix  agricoles  ont  bon  dos  !  
Dossier  de  presse  
09/11/10  
 
 
SOMMAIRE   Comment  se  comportent  les  prix  alimentaires  par  rapport  aux  prix  en  général  ?  .................................................................................................  1  2010 2011  :  Vers  de  nouvelles  hausses  des  prix  alimentaires  ?  .................  2  Prix  agricoles  et  prix  alimentaires  :  des  répercussions  à  sens  unique  ........  2  Produits  laitiers,  pâtes,  viande  de  porc  et  volaille  :  les  prix  au  long  de  quelques  filières  .......................................................................................  4  La  filière  laitière  3  Les  pâtes.6  La  viande  de  porc.8  La  viande  de  volaille.10  Quel  bilan  de  la  loi  de  modernisation  de  léconomie  sur  les  prix  alimentaires  ?  ........................................................................................  12  Un  impact  sur  les  prix  qui  reste  à  démontrer..12  La  grande  distribution  :  un  secteur  toujours  aussi  peu  concurrentiel..13  Annexes  .................................................................................................  15             
 
ausse  des  pri  alimentaires  :  les  prix  agrico es  ont  bon  do  !  Dossier  de  presse  du  09/ 1/10  
Infla ion et évol tion des p ix aliment ires (2000 à 201 )
Pri alimentaires (gr nde dist ibution) Pri à la con ommation Pri alimentaires (tous commerce )
omme t  se  c mpor ent  les  prix  a iment ires  p r  rapp rt  au  rix  en  énéra  ?  e  2000  à  2 10,  les  prix  alimentaire ,  tous  circu ts  de  vente  confondus, ont  augme té  plus  vite  que  les  pri   la  consom ation  dan  leur  global té  (+23%  c ntre  +19%).  Ce  décalag  a  été  particulièremen  marqué  d  001  à  2005  et  de  2008   aujourdh i.  I  faut  noter  que  les  con ommateurs  ne  sont  pa  égaux  dev nt  les  haus es  de  prix  limentaires  En  effet,  l  oids  de  lalimentation  ans  le  bud et  des  mén ges  est  dautant  plus  levé  que  le rs  revenus  sont  faibles  oute  augm ntation  des  prix  alimen aires  est  d nc  ressenti  plus  forte ent  parmi  les  catégori s  modeste  e  populatio .   128 123 118 113 108 103 98 urce :  Insee 2000 01 02 03 04 05 0 07 8 09 2010  n  grande  d stribution,  ui  représe te  les  deu  tiers  des  chats  alim ntaires  des  français,  la hausse  de  rix  aliment ires  a  été  lus  modérée  mais  lon  compte  qu nd  même   années  po r  lesquelle  les  prix  e  rande  distribution  ont  ux  aussi  au menté  plu  vite  que  l nsemble  de  prix  à  la  c nsommati n.  es  prix  ali entaires  lor  du  passag  à  leuro   n  se  souvie t  que  le  pas age  à  leuro  (en  2002)  a  onné  lieu  à  n  débat  ani é  sur  le  écalage  ent e  linflation  esurée  par  lindice  des  prix,  alors  sta le,  et  le  point  de  vue  es  consom ateurs  qui  s larmaient  d ne  nette  augmentation  d  coût  de  la  vi .   a  comparais n  de  lindic  des  prix  glo al  et  de  lin ice  des  prix  limentaires  est  à  cet  gard  instru tive.  En  eff t,  entre  2001  et  2002,  les  prix  alimentaires,  rix  «  du  uotidien»  a xquels  les  co sommateur  sont  particulièrement  se sibles  et  atte tifs,  ont  el  et  bien  s bi  une  hauss  nettement  lus  forte  qu  celle  mesur e  par  lindic  de  prix  lobal 1 .  Ce  décalage  était  alors  patent  y  ompris  dans  les  grandes  surfaces.    Entre  mi  2001  t  mi  2002,  linfl tion  sur  les  pri  alimentaires  a  tteint  des  nivea x  élevés  compri s  entre  4.5  t  5.5%  par  an  (v ir  graphique  P1 ).  
      
  
2   àéentieushaa  l .esrégulière et preqseut uoojru srot ene unoléviouteb nocuap pu sulxia  srp eel suqsuivres ntailimeua tnadéccus sesdian ts,seushax  slfcuutoptrnaetles baisations, rga lociimerserèi ubimd oes sntam sel ,p serèit. esntreetff eEn trts nofiéfsèd rbes couprix de rus tuoteuq sel n  Onscoteta
 2010 2011  :  Vers  de  nouvelles  hausses  des  prix  alimentaires  ?  Au  cours  des  derniers  mois,  de  nombreuses  denrées  agricoles  de  base  sont  reparties  à  la  hausse  :    daprès  les  derniers  chiffres  de  lInsee,  le  maïs  et  le  blé  ont  augmenté  respectivement  de  60  et  70%  par  rapport  à  lan  dernier  ;   le  11  octobre,  les  éleveurs  de  volailles  demandaient  une  augmentation  de  15  %  de  leurs  tarifs  à  la  grande  distribution  ;   en  août  dernier,  la  filière  laitière  sest  entendue  sur  une  hausse  de  10  %  des  prix  aux  éleveurs  ;   le  blé  dur,  matière  première  de  base  pour  les  pâtes,  a  augmenté  de  50%  fin  août  ;   le  café,  le  cacao  seraient  aussi  orientés  à  la  hausse.  Ce  contexte  rappelle  évidemment  celui  de  2007 2008   la  forte  augmentation  des  prix  agricoles  avait  entraîné  une  hausse  des  prix  dans  les  rayons.  Même  si  les  cours  des  denrées  agricoles  natteignent  pas  pour  linstant  les  niveaux  dalors,  on  peut  craindre  un  retour  de  linflation  des  prix  alimentaires.  Dans  ce  contexte,  il  est  évidemment  essentiel  de  se  pencher  sur  la  transmission  des  variations  des  prix  agricoles  du  producteur  au  consommateur.  Prix  agricoles  et  prix  alimentaires  :  des  répercussions  à  sens  unique  Sur  lensemble  de  la  période,  on  constate  que  les  prix  alimentaires  en  grande  distribution  ont  augmenté  deux  fois  plus  vite  que  les  prix  agricoles.   Evolution des prix agricoles et des prix alimentaires en grande distribution (2000 à 2010) 135 130 125 120 115 110 105 100 95 Source  :  Insee  90 2000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 2010
Prix alimentaires en GMS Prix agricoles
Hausse  des  prix  alimentaires  :  les  prix  agricoles  ont  bon  dos  !  Dossier  de  presse  du  09/11/10  
Hausse  des  prix  alimentaires  :  les  prix  agricoles  ont  bon  dos  !  Dossier  de  presse  du  09/11/10  
Le  seul  lien  évident  entre  les  prix  agricoles  et  les  prix  alimentaires  se  manifeste  en  2007  et  2008   la  flambée  des  matières  premières  agricoles  est  répercutée  au  consommateur  qui  a  subi  alors  une  inflation  des  produits  alimentaires  de  5.7  %.  Il  est  à  noter  quà  partir  de  mi  2008,  les  prix  agricoles  ont  connu  une  spectaculaire  décrue  alors  que  les  prix  alimentaires  dans  les  rayons  des  supermarchés  se  sont  stabilisés  à  leur  niveau  élevé  de  2008.   
 
3  
Hausse  des  prix  alimentaires  :  les  prix  agricoles  ont  bon  dos  !  Dossier  de  presse  du  09/11/10  
Prix lait & crème conso Prix fromages conso Prix du beurre conso Prix lait au producteur
Produits  laitiers,  pâtes,  viande  de  porc  et  volaille  :  les  prix  au  long  de  quelques  filières   La  filière  laitière  Evolution des prix du lait au producteur et des prix "consommateur" du beurre, des fromages, de la crème et du lait (2000 à 2010) 135 130 125 120 115 110 105 100 95 90 Source  :  Insee 85 2000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 2010  Entre  2001  et  2010,  ce  graphique  montre  que  les  hausses  du  prix  au  niveau  de  la  production  ont  été  répercutées  mécaniquement  au  consommateur.  En  revanche,  en  ce  qui  concerne  les  baisses,  les  répercussions  sont  non  systématiques,  différées  et  nettement  amorties.  1.  La  période  de  2001  à  2007  est  marquée  par  une  divergence  très  nette  entre  le  prix  du  lait  au  producteur  et  les  prix  payés  par  les  consommateurs.  En  raison  du  démantèlement  des  systèmes  de  soutien  de  prix  du  lait  (quotas  laitiers  de  la  politique  agricole  commune),  les  éleveurs  laitiers  voient  les  prix  baisser  de  14  %.  En  revanche,  pour  les  consommateurs,  les  prix  du  lait,  de  la  crème  et  du  beurre  augmentent  de  8  %.  2.  En  2007,  la  conjoncture  agricole  se  retourne  brusquement  :  le  prix  du  lait  en  France  connaît  une  flambée  aussi  exceptionnelle  (+34%)  que  temporaire  (6  mois).  Elle  résulte  pour  lessentiel  de  deux  facteurs  :    le  contexte  international  caractérisé  par  une  forte  demande  de  denrées  agricoles  (dont  la  poudre  de  lait  et  le  beurre  industriel)  et  des  conditions  climatiques  défavorables  qui  conduisent  à  un  renchérissement  en  cascade  de  lensemble  des  productions  ;   au  niveau  français,  les  capacités  de  production  sont  au  plus  bas  car  de  nombreux  élevages  nont  pas  survécu  à  la  libéralisation  du  marché  et  à  la  baisse  des  prix  de  la  période  précédente.  Loffre  est  donc  réduite  ce  qui  tire  les  prix  vers  le  haut.  Cette  hausse  est  immédiatement  répercutée  aux  consommateurs.  En  rayon,  le  lait,  le  beurre  et  la  crème  augmentent  de  14  %  et  le  fromage  de  9  %.    
 4 
)