14 Pages
English

La Religion de la Liberté chez Franz Kafka: contre l'autorité des gardiens de la loi/ Franz Kafka's Religion of Freedom: Against the Authority of the Custodians of the Law - article ; n°1 ; vol.101, pg 75-86

-

Gain access to the library to view online
Learn more

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1998 - Volume 101 - Numéro 1 - Pages 75-86
Kafka's religiosity is less an elaborate system of symbolic figures, as a certain atmosphere, a certain feeling towards the world and the modern human condition. The main characteristic of this condition is for him the absence of liberty and the submissiof human beings to the oppressing power of arbitrary authority. The critique against it is the read thread which runs through Kafka's works, from The Verdict to The Process and The Castle, in a movement of universalisation which goes from the paternal towards the administrative and impersonal authority. This anti-authoritarianism takes a religious form as the rejection of the clercs and doorkeepers. One could speak of a sort of religion of freedom which is not without having some affinity with the ideas of his Jewish friends of Prague (Felix Weltsch, Hugo Bergmann). The famous parable, Before the Law is its most striking expression: confronted with the doorkeeper, the only way for salvation is to follow one's own individual law, by refusing to submit to their authority and by transgressing the forbidden barriers.
La religiosité de Kafka se manifeste moins dans un système élaboré de figures symboliques, que dans une certaine atmosphère, un sentiment du monde et de la condition humaine moderne. La caractéristique principale de cette condition c'est à ses yeux l'absence de liberté et la soumission des êtres humains au pouvoir oppressant de autorité arbitraire. La critique de cette dernière est le fil rouge qui traverse l'oeuvre de Kafka, depuis Le Verdict, jusqu'au Procès et Le Château, dans un mouvement d'universalisation qui va de l'autorité paternelle vers l'autorité administrative et impersonnelle. Cet anti-authoritarisme prend une forme religieuse, en tant que rejection des clercs et des gardiens de la loi. On pourrait parler d'une forme de religion de la liberté qui n'est pas sans avoir des affinités avec les idées de ses amis juifs pragois (Felix Weltsch Hugo Bergmann). La célèbre parabole Devant la loi en est l'expression la plus frappante: face aux gardiens de la loi, la seule voie pour le salut c'est de suivre sa propre loi individuelle, en refusant de se soumettre à leur autorité et en franchissant les barrières interdites.
La religiosidad de Kafka se manifesta no tanto en un sistema elaborado de figuras simbolicas, cuanto en una cierta atmosfera, un sentimiento del mundo y de la condiction humana moderna. La principal caracteristica de esta condicion es, a sus ojos, la ausencia de libertad y la sumision de los seres humanos al poder opresor de la autoridad arbitraria. La critica de esta ultima es el hilo rojo que atraviesa la obra de Kafka, desde El Verdicto hasta El Proceso y El Castillo, en un movimiento de universalizacion que va de la autoridad paternal hacia la autoridad administrativa y impersonal. Este anti-autoritarismo toma una forma religiosa, encuanto rechazo de los clerigos y de los guardianes de la ley. Se puede hablar de una forma de « religion de la libertad» que tiene ciertas afinidades con las ideas de sus amigos judios de Praga (Félix Weltsch, Hugo Bergmann). La celebre parabola « Delante de la lei» es su expresion la mas impactante : frente a los guardianes de la lei, la unica via para la salvacion es de seguir su propria lei individual, rechazando la submision a su autoridad y traspasando las barrera prohibidas.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1998
Reads 101
Language English
Document size 1 MB

Michael Löwy
La Religion de la Liberté chez Franz Kafka: contre l'autorité des
gardiens de la loi/ Franz Kafka's Religion of Freedom: Against
the Authority of the Custodians of the Law
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 101, 1998. pp. 75-86.
Citer ce document / Cite this document :
Löwy Michael. La Religion de la Liberté chez Franz Kafka: contre l'autorité des gardiens de la loi/ Franz Kafka's Religion of
Freedom: Against the Authority of the Custodians of the Law. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 101, 1998. pp.
75-86.
doi : 10.3406/assr.1998.1205
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1998_num_101_1_1205Abstract
Kafka's religiosity is less an elaborate system of symbolic figures, as a certain atmosphere, a certain
feeling towards the world and the modern human condition. The main characteristic of this condition is
for him the absence of liberty and the submissiof human beings to the oppressing power of arbitrary
authority. The critique against it is the read thread which runs through Kafka's works, from The Verdict
to The Process and The Castle, in a movement of universalisation which goes from the paternal
towards the administrative and impersonal authority. This anti-authoritarianism takes a religious form as
the rejection of the clercs and doorkeepers. One could speak of a sort of "religion of freedom" which is
not without having some affinity with the ideas of his Jewish friends of Prague (Felix Weltsch, Hugo
Bergmann). The famous parable, "Before the Law" is its most striking expression: confronted with the
doorkeeper, the only way for salvation is to follow one's own individual law, by refusing to submit to their
authority and by transgressing the forbidden barriers.
Résumé
La religiosité de Kafka se manifeste moins dans un système élaboré de figures symboliques, que dans
une certaine atmosphère, un sentiment du monde et de la condition humaine moderne. La
caractéristique principale de cette condition c'est à ses yeux l'absence de liberté et la soumission des
êtres humains au pouvoir oppressant de autorité arbitraire. La critique de cette dernière est le fil rouge
qui traverse l'oeuvre de Kafka, depuis Le Verdict, jusqu'au Procès et Le Château, dans un mouvement
d'universalisation qui va de l'autorité paternelle vers l'autorité administrative et impersonnelle. Cet anti-
authoritarisme prend une forme religieuse, en tant que rejection des clercs et des gardiens de la loi. On
pourrait parler d'une forme de "religion de la liberté" qui n'est pas sans avoir des affinités avec les idées
de ses amis juifs pragois (Felix Weltsch Hugo Bergmann). La célèbre parabole "Devant la loi" en est
l'expression la plus frappante: face aux gardiens de la loi, la seule voie pour le salut c'est de suivre sa
propre loi individuelle, en refusant de se soumettre à leur autorité et en franchissant les barrières
interdites.
Resumen
La religiosidad de Kafka se manifesta no tanto en un sistema elaborado de figuras simbolicas, cuanto
en una cierta atmosfera, un sentimiento del mundo y de la condiction humana moderna. La principal
caracteristica de esta condicion es, a sus ojos, la ausencia de libertad y la sumision de los seres
humanos al poder opresor de la autoridad arbitraria. La critica de esta ultima es el hilo rojo que
atraviesa la obra de Kafka, desde El Verdicto hasta El Proceso y El Castillo, en un movimiento de
universalizacion que va de la autoridad paternal hacia la autoridad administrativa y impersonal. Este
anti-autoritarismo toma una forma religiosa, encuanto rechazo de los clerigos y de los guardianes de la
ley. Se puede hablar de una forma de « religion de la libertad» que tiene ciertas afinidades con las
ideas de sus amigos judios de Praga (Félix Weltsch, Hugo Bergmann). La celebre parabola « Delante
de la lei» es su expresion la mas impactante : frente a los guardianes de la lei, la unica via para la
salvacion es de seguir su propria lei individual, rechazando la submision a su autoridad y traspasando
las barrera prohibidas.Arch de Sc soc des Rel. 1998 707 janvier-mars 75-86
Michael WY
LA RELIGION DE LA LIBERTE CHEZ FRANZ KAFKA
CONTRE AUTORIT DES GARDIENS DE LA LOI
KAFKA ETAIT-IL CROYANT
Le Talmud nous enseigne il existe pour chaque passage de la Torah
quarante neuf interprétations possibles uvre de Kafka sans être un texte
canonique déjà dépassé depuis longtemps les quarante neuf lectures diffé
rentes elles sont déjà plusieurs milliers se disputer ce champ sémantique
infiniment polysémique Les lignes qui suivent ne sont une modeste contri
bution cette impressionante pyramide herméneutique
Le rapport de Kafka la religion et la tradition juive est une des ques
tions les plus controversées et complexes de ce débat La difficulté résulte
en partie de la profonde ambivalence des sentiments religieux de écrivain
pragois Même une question aussi simple que Kafka était il croyant ne
semble pas trouver de réponse univoque
Dans ses écrits les plus intimes les notes et aphorismes il semble
hésiter constamment entre le doute et la foi Tantôt il affirme sa confiance
en quelque chose indestructible dans homme dont une des possibilités
expression est la croyance en un Dieu personnel tantôt dans le para
graphe suivant il constate douloureusement Le ciel est muet ne fait écho
au muet Un des documents les plus impressionants de cette recherche
angoissée et ambiguë un Dieu caché est allégorie du tunnel qui se trouve
dans le même cahier Vus avec il souillé qui est le nôtre en ce monde
nous sommes dans la situation de voyageurs de chemin de fer retenus dans
un long tunnel par un accident et ceci un endroit où on ne voit plus la
lumière du commencement et où la lumière de la fin est si minuscule que le
regard doit sans cesse la chercher et la perd sans cesse cependant que
commencement et fin ne sont même pas sûrs 1)
Il agit donc en dernière analyse une difficulté de croire ironiquement
formulée dans une note des années 1917-1919 je ai pas réussi attraper
Franz KAFKA Préparatifs de noce la campagne Paris Gallimard 1957 pp 69 83
75 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
la dernière pointe du manteau de prière juif qui envole comme les sio
nistes Ces doutes et incertitudes renvoient certainement la condition
juive occidentale dont Kafka disait dans une célèbre lettre Milena il
en était le représentant le plus extrême par son déracinement rien ne est
donné il me faut tout acquérir non seulement le présent et avenir mais
encore le passé cette chose que tout homme re oit gratuitement en par
tage 3)
Et pourtant il est impossible de nier la présence une puissante Stimmung
religieuse dans uvre de Kafka ce est pas un hasard si la plupart des
interprétations essaient de le rattacher telle ou telle tradition mystique ou
hérétique la gnose la cabbale le chassidisme Kirkegaard et ainsi de suite
La tentative la plus importante interpréter la religion de Kafka en con
formité avec les canons de la tradition juive est sans doute celle de son
ami et exécuteur testamentaire Max Brod Dans sa préface la première édi
tion du Château 1934 Brod hésite pas écrire que ce Château où Kafka
obtient pas le droit entrer et dont il ne peut même pas approcher comme
il faut est exactement la Grâce au sens des théologiens le gouvernement
de Dieu qui dirige les destinées humaines le ). Le Procès et Le
Château nous présenteraient donc les deux formes Justice et Grâce sous
lesquelles selon la Cabbale la Divinité offre nous Même les épisodes
du roman qui révèlent les hauts personnages du Château sous une lumière
formidablement sordide la lettre obscène de Sordini Amalia sont interprétés
par Brod comme démonstration que les catégories de la morale et celles de
la religion ne coïncident pas 4)
Dans sa biographie de Kafka Brod persiste et signe dans uvre de
écrivain pragois la volonté de Dieu revêt nos yeux un aspect illogique
ou plutôt grotesquement opposé notre logique humaine allons plus loin
elle nous paraît cruelle et même immorale ... Voyez Le Procès Le Château
ou encore Le Bagne où la justice nous est représentée sous aspect une
machine construite avec tous les raffinements une cruauté inhumaine pres
que diabolique et man uvrée par un extravagant qui la révèle Dans le livre
de Job Dieu se livre de la même fa on des actes qui apparaissent homme
absurdes et injustes Mais ce est que leur apparence pour des regards hu
mains et ultime conclusion chez Job comme chez Kafka est que les éta
lons dont homme se sert ne sont pas les mêmes que ceux avec lesquels on
mesure dans le monde de Absolu La thèse de Brod exercé une in
fluence considérable et on la retrouve quelques variantes près chez des
auteurs comme Bernhard Rang Willy Haas et beaucoup autres
ennui avec cette théologie/théodicée quelque peu apologétique est que
ultime conclusion dont parle Brod est parfaitement introuvable dans oeu
vre de Kafka Walter Benjamin est un des premiers le constater et sou
mettre cette grille interprétation une critique impitoyable ce genre de
poncif théologique écrit-il dans un article de 1934 dont les spécu-
Dans Das Buch hrsg Heinz Politzer) Francfort Fischer 1965 250
Franz KAFKA Lettres Milena Paris Idées/Gallimard 1956 265
Max BROD Postface la première édition in Franz KAFKA Le Château Paris Gal
limard 1972 pp 518-521
Max BROD Franz Kafka Paris Idées/Gallimard 1945 278
76 KAFKA ET LA RELIGION DE LA LIBERT
lations barbares sont pires que celles de la théorie anselmienne de la Justi
fication offre une commode explication cependant mesure on la
développe il avère mieux elle est insoutenable et rigoureusement in
compatible avec le texte kafkaïen Une dizaine années plus tard Hannah
Arendt rejettera elle aussi les lectures théologiques habituelles en proposant
une interprétation exactement inverse le maléfice du monde dans lequel
les héros de Kafka sont pris est précisément sa déification sa présomption
de représenter une nécessité divine 7)
Loin être le symbole de la Grâce Le Château semble plutôt relever
une logique infernale Dans un des aphorismes de Zurau 1917-1919 Kafka
écrivait plus de diabolique il en ici cela existe pas Martin
Buber parfaitement saisi la signification de univers religieux du Château
quand il la définit comme un monde infernal souffrant de la non-rédemption
unerlöstheit der Welt Il me semble il se trompe cependant en se référant
aux officiels du Château comme des démons gnostiques Rien indique
que Kafka était instruit sur les doctrines gnostiques et ce type interprétation
comme celles qui se réfèrent la Gabbale impliquent une lecture allégorique
et ésotérique passablement extérieure au texte La religiosité de Kafka se mani
feste moins dans un système élaboré de figures symboliques que dans une
certaine atmosphère un sentiment du monde et de la condition humaine mo
derne
FIGURES DE LA TYRANNIE
La caractéristique principale de cette condition celle qui rend notre épo
que infernale est ses yeux absence de liberté et la soumission des
êtres humains au pouvoir oppressant de autorité arbitraire autorité qui
tue La critique de cette dernière est le fil rouge qui traverse uvre de Kafka
la source tantôt visible tantôt cachée qui illumine ses convictions sociales
politiques ou religieuses Elle trouve son point de départ dans le conflit avec
autoritarisme paternel comme explique ce document impressionant qui
appelle Lettre au Père 1919 tu pris mes yeux le caractère énigmatique
ont les tyrans dont le droit ne se fonde pas sur la réflexion mais sur leur
propre personne 10 Ce est pas étonnant que le jeune Kafka ait été attiré
Walter BENJAMIN Franz Kafka Poésie et Révolution Paris Denoel 1971 pp 72-73
Hannah ARENDT Sechs Essays Heidelberg Lambert Schneider 1948 131 Voir aussi
la critique Erich Heller Je ne connais aucune idée concevable de la divinité que puisse
justifier les interprétations qui voient le Château comme résidence de la loi et la grâce divines
Ces fonctionnaires sont totalement indifférents au bien quand ils ne sont pas positivement mal
veillants Dans aucun de leurs décrets ou activités on ne peut discerner une trace quelconque
amour miséricorde charité ou majesté HELLER The World of Franz Kafka in Ronald
GRAY ed.) Kafka Collection of Critical Essays Englewood Cliffs Prentice Hall 1962
pp 116-117
Franz KAFKA Préparatifs de noce 49
Martin BUBER Zwei Glaubenweisen Werke Heidelberg Lambert Schneider 1962
778
10 Franz KAFKA Préparatifs de noce 165
77 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
par les mouvements anti-autoritaires et libertaires comme les anarchistes pra
gois dont il fréquenté les réunions et les manifestations au cours des années
1909-1912(11)
Cette critique de la tyrannie dans toutes ses formes connaît dans les ro
mans de Kafka un mouvement universalisation qui va de autorité paternelle
et personnelle vers autorité administrative et impersonnelle Dans son pre
mier écrit majeur Le Verdict 1912 il met en scène uniquement autorité
paternelle qui exerce de fa on monstrueuse en condamnant sans aucune
raison valable le fils la mort par noyade Comparant ce texte avec Le
Procès Milan Kundera observe La ressemblance entre les deux accusations
culpabilisations et exécutions trahit la continuité qui lie intime totalitarisme
familial celui des grandes visions de Kafka 12 Cette continuité est es
sentielle pour comprendre atmosphère des romans mais il existe aussi un
élément nouveau par rapport au Verdict le caractère de plus en plus anonyme
hiérarchique opaque et lointain de autorité qui prend la forme un appareil
un mécanisme impersonnel 13)
De ce point de vue la nouvelle La Colonie pénitenciaire signifie un tour
nant essentiel Dans ce texte qui décrit la terrible vengeance de autorité
outragée il est question un pauvre soldat exécuté par une machine de torture
très perfectionnée qui écrit sur son corps avec des aiguilles mortelles ins
cription Honore tes supérieurs Le personnage central de cette histoire
est ni explorateur qui la raconte ni le prisonnier ni officier ni le
Commandant du bagne est la machine elle-même qui apparaît de plus en
plus au cours de la narration comme une fin en soi un fétiche qui exige
des sacrifices quelle Machine sacrificatrice de vies humaines spécifique
pensait Kafka La nouvelle été écrite en octobre 1914 trois mois après
éclatement de la Première Guerre mondiale..
Dans Le Procès et Le Château est aussi un mécanisme un système au
torité impersonnelle et hiérarchique qui occupe la place centrale Personne ne
mieux compris que Walter Benjamin qui écrivait dans une lettre
Scholem de 1938 Kafka écrit du point de vue du citoyen moderne qui se
sait livré un appareil bureaucratique impénétrable dont la fonction est contrô
lée par des instances qui restent floues même ses organes exécution
fortioriori pour ceux il manipule 14)
LA RELIGION DE LA LIBERTE
Cet anti-autoritarisme existentiel bien plus une option politique
comment pourrait-il ne pas se traduire aussi sur le terrain religieux Il prend
11 II existe ce sujet de nombreux témoignages Voir Klaus WAGENBACH Fram Kafka
Années de Jeunesse Paris Gallimard 1945 254
12 Milan KUNDERA Quelque part là-derrière Le Débat no juin 1981 58
13 Je renvoie ce propos mon livre Rédemption et Utopie Le judaïsme libertaire en
Europe centrale Paris PUF 1988
14 Walter BENJAMIN Correspondance Paris Aubier 1979 tome II 248
78 KAFKA ET LA RELIGION DE LA LIBERT
alors la forme un refus face tout pouvoir qui prétend représenter la divinité
et imposer en son nom des dogmes des doctrines des interdictions Ce est
pas tellement autorité divine elle-même qui est mise en question mais celle
des autorités religieuses des clercs et autres gardiens de la loi La religion
de Kafka dans la mesure où on peut utiliser cette expression serait une
sorte de religion de la liberté au sens le plus fort et le plus absolu du terme
Les sources de cette sensibilité religieuse il ne faut pas les chercher dans
des mystérieuses doctrines ésotériques mais plutôt dans les écrits de certains
de ses plus proches amis pragois Hugo Bergmann et Félix Weltsch
Ami enfance et collègue de lycée de Kafka Hugo Bergmann publie en
1913 dans le recueil pragois Vom Judentum connu de Kafka il figure
dans sa bibliothèque un essai intitulé La sanctification du nom Selon
Bergmann ce qui distingue dans le judaïsme être humain du monde des
objets est précisément la liberté la libre décision la capacité de se libérer
du réseau des conditionnements de répondre non aux contraintes Pour la
conception juive être humain est la fois créature et créateur Il est seu
lement créature quand il doit être comme une chose mû par une force ex
térieure créateur en se libérant de la chaîne des nécessités étrangères
il élève librement action éthique Comme être moral être humain est
son propre créateur Selbstschöpfer) comme nous apprend explicitement le
Talmud Sanhédrin 99b Et voici dans le language du Zohar 9b 10a
la tâche de être humain ne plus être une citerne simple récipient une
eau étrangère mais devenir une source qui fait jaillir sa propre eau 15)
Quant Félix Weltsch un des plus proches amis de Kafka depuis 1912
on trouve dans son livre Gnade und Freiheit Grâce et Liberté de 1920 une
célébration du judaïsme comme religion de la liberté qui croit la pos
sibilité métaphysique magique même de intervention de la libre volonté
dans le monde Selon Weltsch on trouve aussi dans la tradition hébraïque une
religion de la grâce mais est la religion de la liberté qui prédomine
dans la cabbale et le hassidisme avec des prolongements aussi dans la pensée
allemande Schelling Fichte et dans le judaïsme contemporain Buber Tan
dis que la foi dans la grâce conduit au quiétisme celle dans la liberté mène
activisme et une éthique de action libre qui la valorise en tant que
telle indépendemment de son échec ou succès Dans une lettre F.Weltsch
Kafka avait manifesté le plus grand intérêt pour ce livre et en particulier pour
son dernier chapitre intitulé Schöpferische Freiheit als religiöses Prinzip
la liberté créatrice comme principe religieux 16)
15 Hugo BERGMANN Die Heiligung des Namens Kiddush Hashem Vom Judentum
Ein Sammelbuch Verein Jüdischer Hochschüler Bar Kochba Prague 1913 pp 40-41 Voir
ce sujet le remarquable commentaire de Marina CAVAROCCHI La certezza che toglie la spe
ranza Contributo per approfondimento aspetto ebraico in Kafka Firenze Giunti 1988
pp 89-91
16 Felix WELTSCH Gnade und Freiheit Prague 1920 pp 37 73 Voir ce sujet CAVA
ROCCHI op cit. pp 92-99 Ces thèmes étaient présents dans les conversations et la corres
pondance entre Kafka et Weltsch bien avant la publication du livre Recevant le manuscrit de
ouvrage en 1919 Kafka avait envoyé son ami une liste de corrections et de commentaires
Voir Hartmut BINDER Ein Ungedrucktes Schreiben Franz Kafkas an Felix Weltsch Jahrbuch
der deutschen Schillergesellschaft 20 1976 pp 109-130 Dans une lettre printemps
1920 Kafka reconnaissait que ce livre avait beaucoup importance pour lui Corres
pondance 1902-1924 Paris Gallimard 1965 314.
79 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
II va de soi que Kafka était pas nécessairement accord avec toutes
les idées de ses amis et que on ne saurait aucunement expliquer sa propre
spiritualité par une quelconque influence En outre sa forme expression
la littérature est nécessairement irréductible toute philosophie théologie ou
autre type de discours théorique Il empêche il existe entre les travaux
de Hugo Bergmann et Félix Weltsch une part et certains textes portée
religieuse de Kafka de autre un certaine affinité un certain air de famille
Le cas de Max Brod est différent parce il est beaucoup plus hésitant
et éclectique que ses deux amis abord partisan un strict déterminisme
de type schopenhaurien il va se rallier sous influence conjuguée de Berg
mann et de Weltsch la religion de la liberté dont expression littéraire la
plus réussie sera son roman Tycho Brahes Weg zu Gott 1915 ouvrage ins
piration auto-biographique qui célèbre la libre capacité de décision de être
humain Le livre fut dédicacé par son auteur Franz Kafka Toutefois quel
ques années plus tard suite une crise personnelle Max Brod va éloigner
de cette conception activiste de la religion fondée sur idée que Dieu lui-
même dépend de action humaine pour se faire dans le livre Heidentum
Christentum Judentum 1920 apôtre une théologie de la grâce divine
Gnade et de impuissance Autant Kafka admirait le premier autant
il avait beaucoup de réserves envers le deuxième ouvrage de son ami Dans
une lettre Brod du août 1920 il critique sa présentation qui lui semble
injuste du paganisme univers religieux des grecs était moins profond que
la Loi juive mais peut-être plus démocratique il avait guère de chefs ni
de fondateurs de religions) libre peut-être il retenait mais je ne sais
pas par quoi). 17 Ce qui me semble important dans ce passage est
moins éloge quelque peu provocant du paganisme grec mais image
idéalisée une religion libre et démocratique sans chefs ni autorités
LA PARABOLE DES PORTES DE LA LOI
Pour comprendre la religion de la liberté kafkaïenne et sa critique de
autorité religieuse il me semble indispensable examiner la troublante pa
rabole Devant la Loi Cet écrit inspiration explicitement religieuse semble
concentrer en quelques pages la quintessence de la spiritualité kafkaïenne
il jette une lumière puissante non seulement sur Le Procès lui-même mais
sur ensemble de oeuvre de écrivain pragois
On connaît la teneur de cette parabole racontée par un prêtre lors de la
visite de Joseph la cathédrale un homme de la campagne espère en
vain recevoir du gardien des portes de la loi autorisation pour entrer Assis
sur un escabeau il attend de longues années Au moment de mourir le gardien
lui confie oreille cette entrée était faite que pour toi maintenant je
pars et je la ferme Il ensuit un long débat théologique et herméneutique
entre Joseph et le prêtre sur la signification du récit Tandis que ne
peut pas empêcher de croire que homme été trompé par le gardien abbé
17 Franz KAFKA Correspondance pp 156 éloge du Tycho et 331
80 KAFKA ET LA RELIGION DE LA LIBERTE
lui répond par argument classique des clercs douter de la dignité du gar
dien ce serait douter de la Loi autorité du gardien est bien supérieure
la vérité on est pas obligé de croire vrai tout ce il dit il suffit on
le tienne pour nécessaire Ce raisonnement apologétique est spontanément
rejette par K. qui le définit dans une formule extraordinairement puissante
comme le signe une déchéance universelle Triste opinion...elle élèverait
le mensonge la hauteur une règle du monde die Lüge wird zur Weltord
nung gemacht 18)
Ce est pas un hasard si cette légende un des deux chapitres du Procès
publiés du vivant de Kafka été envoyée par son auteur la revue du
Cercle Bar-Kochba Selbstwehr Autodéfense qui la publiera en 1915
même il ne partageait pas les options sionistes de cette publication Kafka
était pas indifférent leur idéal auto-émancipation
Parmi les multiples écoles interprétation que ce texte énigmatique et
fascinant suscitées au cours du siècle la plus pertinente me semble être
celle qui voit dans le gardien des lois le représentant non de insondable
justice divine face laquelle homme de la campagne comme Job se trouve
désarmé 19 mais plutôt de cette Weltordnung fondée sur le mensonge dont
parle Joseph Le premier représentant de cette lecture est autre que ami
de toujours Félix Weltsch qui fidèle sa philosophie de la liberté sou
ligne dans un article publié en 1927 homme de la campagne échoué
parce il pas voulu prendre le chemin vers la loi en traversant cette
porte sans autorisation 20)
En autres termes homme de la campagne est laissé intimider ce
est pas la force qui empêche entrer mais la peur le manque de confiance
en soi la fausse obéissance autorité la passivité soumise 21 il est
perdu est parce il ose pas placer sa loi personnnelle au-dessus des
tabous collectifs dont le gardien personnifie la tyrannie 22 certains
égards le gardien des portes est une sur-puissante image paternelle qui em
pêche au fils entrée dans sa propre vie indépendante La raison profonde
pour laquelle homme pas franchi la barrière vers la loi et vers la vie
est la peur hésitation le manque hardiesse UAngst de celui qui implore
le droit entrer est précisément ce qui donne au gardien la force de lui
barrer la route 23)
18 Franz KAFKA Le Procès Paris Gallimard 1985 316 et Der Prozess Francfort
Fischer 1985 188
19 Max BROD Franz Kafka 280
20 Felix WELTSCH Freiheit und Schuld in Franz Roman Der Prozess Jü
discher Almanach aus das Jahr 5687 Prague 1926-1927 pp 115-121
21 Walter KEL Franz Käfta Tragik und Ironie Vienne Albert Langen 1964 215
et Ernst FISCHER Kafka Conference in Kenneth HUGHES ed.) Franz Kafka an Anthology
o/Marxist Criticism Londres University Press of New England 1981 91
22 Marthe ROBERT Seul comme Franz Kafka Paris Calmann-Lévy 1979 162 Voir
aussi Ingeborg Henel obéissance la loi externe empêche entrée dans la vraie loi qui
est la loi de chaque individu HENEL Thé Legend of the Doorkeeper and its Significance
for Trial in James ROLLESTON ed. Twentieth Century Interpretations of The Trial
Englewood Cliffs Prentice Hall 1976 pp 41 48)
23 Jürgen BORN Kafkas Türhütterlegende Versuch einer positiven Deutung Jenseits
der Gleichnisse Kafka und sein Werk Verlag Peter Lang Bern 1986 pp 177-180
81 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Quant autorité religieuse le prêtre en fait aumônier des prisons
qui par son argumentation théologique spécieuse essaye de justifier la position
du gardien comme non vraie mais nécessaire il représente selon Hannah
Arendt la théologie secrète et la croyance intime des bureaucrates comme
croyance dans la nécessité pour soi les bureaucrates étant en dernière analyse
des fonctionnaires de la nécessité La nécessité dont se réclame abbé
est donc pas celle de la Loi mais celle des lois du monde corrompu et
déchu qui empêchent accès la vérité 24)
Cette interprétation est indirectement confirmée par la récente découverte
par un chercheur allemand de la ressemblance étonnante entre la légende kaf
kaïenne et une narration du Midrash Pesikta Rabbati sur la montée de Moïse
au ciel lors de son séjour au mont Sinaï Arrivé aux portes du ciel
voit son chemin barré par un ange gardien Kemuel qui lui interdit accès
la demeure du Très Haut Sans hésitation le prophète assomme et continue
son chemin dans le ciel Il sera bientôt confronté avec un deuxième et un
troisième ange gardien bien plus puissants que le premier le est
six cents fois plus grand que le premier mais il ose pas approcher du parce que son feu le brûlerait Cela rappelle presque littéralement
affirmation du gardien dans le texte de Kafka le troisième gardien est si
puisssant que même moi je ne peux pas supporter sa vue Dans le midrash
Moïse est finalement admis auprès du Tout Puissant qui aide dépasser
les dangereux anges gardiens 25)
Ce qui est frappant si on compare les deux récits est la fois la
similitude même il existe aucune preuve que Kafka connaissait ce mi
drash mais aussi la différence contrairement homme de la campagne
le prophète hébreu ne est pas laissé décourager par le gardien du seuil et
grâce une action hardie est ouvert le chemin vers la Loi
Kafka jamais caché son admiration pour les personnages qui ont le
courage de suivre leur propre chemin en passant outre aux interdictions
conventionnelles Dans une lettre Minze de novembre 1920 se trouve
un passage qui semble un commentaire la légende de 1915 écrivain re
commande son amie la lecture des Mémoires une socialiste de Lily Braun
une femme admirable qui eu beaucoup souffrir de la morale de sa classe
une telle morale est de toute fa on mensongère au-delà toutefois commence
obscurité de la conscience) mais elle fait son chemin en luttant comme
un ange guerrier 26 Tandis que homme de la campagne était plié
ordre mensonger du monde intimidé par la menace des terribles anges gar
diens de la loi la femme socialiste refusé la morale mensongère de sa classe
la bourgeoisie et osé aller de avant en luttant comme un ange guerrier
Le dilemme crainte/insoumission face aux gardiens de la loi apparaît aussi
dans une autre parabole Du problème des lois il est question un peuple
24 Hannah ARENDT Sechs Essays 133 Cf aussi Ingeborg Henel The Legend of
the Doorkeeper and its Significance for Trial in James Rolleston Twentieht Century
Interpretations of the trial Englewood Cliffs Prentice Hall 1976 49
25 Ulf ABRAHAM Mose Vor dem Gesetz Eine unbekannte Vorlage zu Kafkas Tü
rhüterlegende Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte
Tübingen n0 57 1983 pp 636-641
26 Franz KAFKA Correspondance 334
82