18 Pages
English
Gain access to the library to view online
Learn more

Morale, religion et société dans l'œuvre durkheimienne / Morality, Religiosity and Society in Durkheim's Works - article ; n°1 ; vol.69, pg 9-25

-

Gain access to the library to view online
Learn more
18 Pages
English

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1990 - Volume 69 - Numéro 1 - Pages 9-25
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1990
Reads 34
Language English
Document size 1 MB

Exrait

Robert N. Bellah
Denis Benoît
Morale, religion et société dans l'œuvre durkheimienne /
Morality, Religiosity and Society in Durkheim's Works
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 69, 1990. pp. 9-25.
Citer ce document / Cite this document :
Bellah Robert N., Benoît Denis. Morale, religion et société dans l'œuvre durkheimienne / Morality, Religiosity and Society in
Durkheim's Works. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 69, 1990. pp. 9-25.
doi : 10.3406/assr.1990.1311
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1990_num_69_1_1311Arch Sc soc des Rel. 1990 69 janvier-mars) 9-25
Robert BELLAH
MORALE
RELIGION ET SOCI
DANS OEUVRE DURKHEIMIENNE*
For Durkheim society primarily refers to symbolic reality
morality being an integral part of its essence Apart from respect for
authority indispensable to any definition of morality the new secular
definition of morality contains three basic components discipline
attachment to group and autonomy From this point of view
nation has moral primacy But two problems arise here how to
express symbolic reality in rational terms and how to instill
warmth into these rational ideas Durkheim comes close to providing
solutions to problems when he declares that it is the intensity of
social relations which produces social ideals that this new morality
can best be instilled through the schools and that it is among
workingclass people that it can most clearly be seen springing
Durkheim was fascinated by the intensity of communal living among
primitive peoples This intensity alone is able to resource society
Religious ritual is the scene where this collective effervescence takes
place Durkheim is not far from saying that religious symbolism has
creative function all its own
Sociology to Durkheim plays the role of guide for the process of social
thought His work embraces great vision of society
Dans les écrits de Durkheim aucun terme est aussi courant et aussi difficile
que celui de société Saisir les sens multiples de ce tenne et la pluralité de
niveaux de ces sens reviendrait peu près comprendre la totalité de la pensée
durkheimienne Parfois ce terme est simple et évident il renvoie simplement
un groupe social particulier autres moments son sens est plus obscur et plus
Ce texte été publié onginellement en anglais sous le titre R.N BELLAH Introduction
dans DURKHEIM On Morality and Society Chicago The University of Chicago Press 1973 pages
ix-x xxxix-lv et 225-30 Les textes des citations de Durkheim ont été directement repris de leur version
originale fran aise par le traducteur Denis Benoît ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
mystérieux Une société est pas exactement le groupe individus qui la
composent habitat ils occupent Elle est avant tout un ensemble idées
de croyances de sentiments de toutes sortes qui se réalisent par les et
au premier rang de ces idées se trouve idéal moral qui est sa principale raison
être La vouloir est vouloir cet idéal si bien que nous pouvons parfois préférer
la voir disparaître que de renier elle incarne 2)
Non seulement la société ne identifie pas une entité matérielle externe
mais elle est quelque chose de profondément intérieur puisque pour Durkheim
elle est la source de la moralité de la personnalité et de la vie elle-même au niveau
proprement humain La société est quelque chose dont nous dépendons le
sachant ou pas ceux qui non sans noblesse ressentent comme intolé
rable idée de la dépendance égard de la société Durkheim réplique est
ils aper oivent pas les sources où découle leur propre moralité parce que
ces sources sont trop profondes La conscience est un mauvais juge de ce qui se
passe au fond de être parce elle pénètre pas 3)
Quand nous lisons dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse que la
société est objet réel auquel renvoie le terme de Dieu il faut se rappeler
que Durkheim utilise le terme société une fa on quise rapproche plus de la
théologie classique que de la science empirique Ce est pas que Durkheim érige
la société réelle en idole est il élève purifie et approfondit tellement le terme que celui-ci peut occuper la position du grand mot il remplace
sans aucune perte de dignité
Pour Durkheim la morale et même la divinité est pas un concept
extérieur la société elle fait partie intégrante de son essence Ceci renvoie une
conception de la sociologie fort éloignée de la définition qui en est donnée aux
Etats-Unis Durkheim est connu pour être un des fondateurs de la sociologie
scientifique et ce est pas sans raison Ses contributions la théorie et la
méthodologie de la sociologie demeurent probablement inégalées Mais il était
pas seulement un sociologue au sens strict du terme Il était un philosophe et un
moraliste dans la grande tradition fran aise de la pensée morale Il était même
plus que cela Il était un grand prêtre et un théologien de la religion civile de la
Troisième République et un prophète appelant non seulement la France mais la
société occidentale toute entière corriger ses agissements face la grande crise
sociale et morale de notre temps
La le on inaugurale du premier cours que Durkheim donné Paris en 1902
traitait de éducation morale Dans cette le on il posé une distinction
devenue maintenant familière en différenciant ce qui dans éducation est
commun tous et ce qui diffère selon les divers individus et groupes Avec le
développement de la division du travail le second pris le pas sur le premier la
spécialisation devient plus que jamais nécessaire Mais ce qui est commun tous
en reste pas moins nécessaire Hors de ce fonds commun les hommes auraient
tendance en remettre des fidélités provinciales et particulières et la grande
société moderne effondrerait Le cours professé par Durkheim portait préci
sément sur cet élément central du fonds commun de éducation la morale
Il est clair emblée que éducation morale que avait en tête
était pas un simple plat réchauffé de vieilles maximes morales Son cours visait
introduire une nouvelle morale séculière fondée.sur sa compréhension de
individualisme comme valeur centrale de la société moderne Il voulait main-
10 MORALE RELIGION ET SOCI
tenir le respect de autorité une qualité quasiment religieuse il percevait
comme essentiel la nature de la morale en tout temps et en tout lieu
Durkheim admira toujours la discipline en tant que capacité de réfréner ses
impulsions égoïstes et accomplir son devoir moral Il en faisait le premier
élément constitutif de la morale Mais il ne voyait pas la morale comme une
simple affaire obligation externe et autorité fondée sur la prohibition et la
répression aussi important que soit le besoin un certain contrôle Le second
élément constitutif de la morale selon lui était attachement un groupe social
aspect positif volontaire et chaleureux de engagement dans le qui ne
vient pas du devoir externe mais des attirances librement acceptées Filloux
montré la dialectique toujours présente du nomos et de èros dans la conception
de la morale durkheimienne 7)
Dans ces deux éléments constitutifs de la morale la discipline et atta
chement au groupe social il rien de particulièrement moderne Ce sont des
aspects étemels de la morale dans toute société est seulement avec le troisième
élément autonomie ou auto-détermination que la morale séculière moderne
apparaît en plein jour autonomie critique éclaire la fa on dont la discipline et
attachement au groupe social doivent être compris La nouvelle
morale séculière doit être vidée des mythes et symboles religieux dont se sont
recouverts les systèmes traditionnels dans leur effort pour éviter toute réflexion
critique La nouvelle morale ne doit pas être assumée aveuglément et sans
question Bien au contraire la critique rationnelle doit faire partie de son essence
même ... le rationalisme est un des aspects de individualisme en est
aspect intellectuel Il pas là deux états esprit différents maïs un est que
envers de autre et réciproquement Quand on sent le besoin de libérer la pensée
individuelle est que une manière générale on sent le besoin de libérer
individu La servitude intellectuelle est une des servitudes que combat
individualisme Or tout développement de individualisme pour effet ouvrir
la conscience morale des idées nouvelles et de la rendre plus exigeante Car
comme chacun des progrès il fait pour conséquence une conception de
homme il ne peut se développer sans nous faire apparaître comme contraires
la dignité humaine est-à-dire comme injustes des relations sociales dont
naguère nous ne sentions nullement injustice Inversement ailleurs la foi
rationaliste réagit sur le sentiment individualiste et le stimule Car injustice est
déraisonnable et absurde et par suite nous devenons autant plus sensibles
que nous sommes plus sensibles aux droits de la raison Par conséquent un
progrès quelconque de éducation morale dans la voie une plus grande
rationnante ne peut pas se produire sans que au même moment des tendances
morales nouvelles ne se fassent jour une soif plus grande de justice ne
éveille sans que la conscience publique ne se sente travaillée par obscures
aspirations 8)
Dans ce paragraphe et ailleurs dans ses écrits postérieurs Durkheim semble
avoir finalement comblé le fossé entre la justice aspect le plus élevé de la
solidarité organique et individualisme la seule survivance de la solidarité
mécanique dans la société moderne est probablement pourquoi il aban
donné les termes de solidarité mécanique et organique après la publication de La
Division du travail social est sûr il jamais abandonné la structure de base
de sa typologie distinguant les sociétés segmentées simples et les sociétés haute-
11 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
ment différenciées Mais le contraste entre ces deux types de société au niveau
moral devient le contraste entre deux formes de conscience commune plutôt que
le contraste entre la force et la faiblesse de la
La morale séculière avec son autonomie rationnelle change non seulement
la conception des règles qui sont essence de la discipline morale mais également
le sens de attachement au groupe social Cet attachement ne peut plus être
aveugle et dépourvu de critique La nation ou la société politique va ainsi jouir
une certaine primauté morale et de cette fa on remplacer glise ... il en est société qui jouit sur toutes les autres une véritable primauté est la société
politique est la patrie condition toutefois elle soit con ue non comme
une personnalité avidement égoïste uniquement préoccupée de étendre et de
agrandir au détriment des personnalités semblables mais comme un des
multiples organes dont le concours est nécessaire la réalisation progressive de
idée humanité 9)
Durkheim esquissait ainsi la morale il avait élaborée pour une France
séculière Disciplinée ferme liée un sens aigu de autorité elle en devrait pas
moins reposer sur un individualisme rationnel et critique
Il est pas surprenant un tel effort pour tenir tant de choses ensemble en
une nouvelle synthèse laisse apparaître des signes de tension Deux difficultés
majeures des analyses présentées dans le cours sur éducation morale revien
dront dans les derniers ouvrages de Durkheim il sera question notam
ment étudier les rapports entre religion et morale
Une des tâches majeures de la nouvelle séculière est exprimer la
réalité morale en termes rationnels II faut découvrir a-t-il dit ces forces
morales que les hommes présent ont appris se représenter que sous la
forme allégories religieuses il faut les dégager de leurs symboles les présenter
dans leur nudité rationnelle 10 Cette réalité purement empirique qui se
cache derrière ces allégories et ces symboles est comme Durkheim le dit si
souvent la société Mais nous nous tromperions en imaginant que cette société
est pas symbolique est avant tout un ensemble idées et de sentiments de
certaines manières de voir et de sentir une certaine physionomie intellectuelle et
morale qui est distinctive du groupe tout entier La société est avant tout une
conscience est la conscience de la collectivité 11)
autre part ce que nous devons surtout aimer en elle ce quoi nous
devons nous attacher par-dessus tout ce est pas son corps mais son âme et ce
on appelle âme une société est-ce autre chose un ensemble idées
que individu isolé aurait jamais pu concevoir qui débordent sa mentalité et
qui ne se sont formées et ne vivent que par le concours une pluralité individus
associés 12)
ce qui La se société cache est derrière donc aussi cette un réalité ensemble que la idées morale et et de la sentiments religion traditionnelles On dirait que
déguisent avec des symboles est pas une réalité non-symbolique mais un autre
ensemble de symboles
La seconde difficulté qui est pas sans liens avec la première provient de
insistance de Durkheim pour que la nouvelle morale soit rationnelle pour
elle soit faite idées claires et distinctes Déjà dans Le Suicide il avait soutenu
en donnant le protestantisme comme exemple 13) que la religion perd de son
pouvoir de coercition sur les consciences individuelles au fur et mesure elle
devient plus rationnelle Dans les cours sur éducation morale il reconnaît
12 MORALE RELIGION ET SOCI
incapacité des idées purement théonques exercer une véritable influence surla
vie de enfant Car encore une fois nous ne pouvons nous attacher aux choses
travers les impressions que nous en avons Dire que nous en sommes
solidaires est dire que idée nous en faisons est devenue solidaire du
reste de notre conscience ne peut plus disparaître sans créer en nous un vide
douloureux Non seulement il faut la répéter mais il faut en la répétant lui
donner assez de couleur de relief de vie pour elle entraîne facilement
action Il faut elle ait de quoi échauffer le ur et mettre en branle la volonté
Car il ne agit pas enrichir esprit une notion théorique une conception
spéculative mais un principe action il faut rendre aussi efficace il est
nécessaire et il est possible En autres termes il faut que cette représentation
ait quelque chose émotif elle ait plus le caractère un sentiment que une
conception 14)
La difficulté est que même si Durkheim met en lumière origine des notions
théoriques il ne nous dit pas comment faire pour découvrir la force créatrice des
images et des sentiments colorés vivants et chaleureux il trouve si nécessaires
En sous-estimant art 15 parce il ne serait pas assez fermement enraciné
dans la réalité pour jouer un rôle moral primaire il se coupe lui-même une
source possible de solution ce problème
Une grande intuition durkheimienne peut fournir cependant des éléments
valables pour répondre une ou autre de ces difficultés est le thème selon
lequel intensité des rapports sociaux produit elle-même les idées et idéaux
sociaux ceux-ci devenant attirants et contraignants pour les individus cause de
la chaleur de la vie collective Une fois de plus Durkheim se plaint du déclin de la
vie sociale dans la France moderne Les vieux groupements qui sont morts ou en
train de mourir ne peuvent être revitalisés De nouveaux groupes plus appropriés
aux nouvelles conditions doivent se former et esprit association doit
renaître Nous ne pouvons avoir idée de ranimer la vie collective de la tirer de
sa langueur que si nous aimons mais nous ne pouvons apprendre aimer
en la vivant et pour cela il faut elle soit 16)
Dans son cours sur éducation morale Durkheim voit école comme le seul
groupe secondaire actuellement vivant qui pourrait offrir une base collective
solide pour asseoir la nouvelle morale séculière idée de expérience
intense comme fondement de la société va réapparaître plus tard dans un
contexte bien éloigné de celui des écoles fran aises Ce sera dans son grand travail
sur la sociologie de la religion il développera le concept central efferves
cence collective partir de ce que vivent les primitifs australiens
En dépit de toutes les excellentes et convaincantes raisons que Durkheim
donné dans introduction des Formes élémentaires de la vie religieuse pour avoir
choisi les aborigènes australiens comme sujet de son maître livre on reste encore
un peu pantois devant ce choix Pourquoi ce Fran ais hautement rationnel
séculier et positiviste a-t-il décidé un peu après 1895 de vouer près de quinze des
années les plus productives de sa vie aux danses et aux cultes exotiques et
sanglants un peuple primitif Certes ses ouvrages précédents ne sont pas sans
référence aux primitifs En fait La Division du travail social prend comme point de un type idéal de société primitive que Les Formes reprendra en détail
Dans ses premiers ouvrages exemple primitif était toujours expédié rapidement
Il servait arrière-plan la présentation de analyse une société différenciée
13 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
plus complexe et plus avancée était le cas par exemple de sa sociologie du
droit de sa sociologie de économie de sa sociologie politique et de sa
de éducation ainsi que de son analyse du suicide Formellement le même
argument est donné dans Les Formes analyse de la religion primitive est
présentée comme un vaste arrière-plan préparant ce qui va être dit plus loin Mais
arrière-plan cette fois est devenu tellement immense il tellement avalé avant-
plan on se pose la question de savoir si analyse de la religion australienne
était pas pour Durkheim une fin en soi et peut-être même une expression
partiellement voilée un bon nombre aspects de existence largement refoulés
dans sa pensée formelle
Une fois lors un séjour Epinal dans les dernières années de sa vie
Durkheim pour plaire sa mère était allé au service religieux de la synagogue
son grand embarras le rabbin le successeur de son père avait saisi occasion
pour dire que la religion juive vivrait toujours un professeur de la
Sorbonne une personne très éclairée restait fidèle croyant 17 Combien
plus embarrassé aurait été ce fameux professeur partisan de la religion sécu
lière de humanité il avait été surpris au milieu des célébrants nus et drogués
des rituels totémiques australiens Et pourtant est là travers les quelques six
cents pages du chef uvre de ses années de maturité que dans un sens on
pouvait le trouver
Il dans Les Formes une distinction fondamentale qui présente une
similitude frappante avec la dichotomie de base établie entre les solidarités
organique et mécanique dans La Division est la distinction des deux phases
entre lesquelles oscille cycliquement la vie des tribus australiennes Tantôt la
population est dispersée par petits groupes qui vaquent indépendamment les uns
des autres leurs occupations ... Tantôt au contraire la population se concentre
et se condense pour un temps qui varie de plusieurs jours plusieurs mois en des
lieux déterminés ... cette occasion on célèbre une cérémonie religieu
se 18)
Ce qui avait été traité dans La division comme un grand changement évolutif
entre un type de société et un autre est traité ici travers alternance de deux
phases une même Il pas incompatibilité avec la vue précédente
puisque Durkheim avait opté originellement pour un dans la
prédominance entre un type et autre admettant que toute société connaît
un certain point les deux sortes de solidarité La transformation intéres
sante dans la pensée de Durkheim est le changement très important dans les
valeurs il accorde chacun de ces deux types Dans La Division toutes les
métaphores se combinent pour suggérer le caractère uniforme routinier et
répressif de la vie qui correspond la solidarité mécanique alors que la solidarité
organique fait ressortir une explosion énergies de différenciations et de progrès
Dans Les Formes activité économique dispersée est une très médiocre
intensité elle ne peut éveiller de bien vives passions elle une allure
uniforme languissante et terne 19 Mais il suffit que la tribu assemble
un corrobori ait lieu et tout change
... le seul fait de agglomération agit comme un excitant exceptionnel
lement puissant Une fois les individus assemblés il se dégage de leur rappro
chement une sorte électricité qui les transporte vite un degré extraordinaire
exaltation ... effervescence devient souvent telle elle entraîne des actes
inouïs Les passions déchaînées sont une impétuosité elles ne se
laissent contenir par rien On est tellement en dehors <les conditions ordinaires
14 MORALE RELIGION ET SOCI
de la vie et on en si bien conscience on éprouve comme le besoin de se mettre
en dehors et au-dessus de la morale ordinaire Les sexes accouplent contrai
rement aux règles qui président au commerce sexuel Les hommes échangent
leurs femmes Parfois même des unions incestueuses qui en temps normal sont
jugées abominables et sont sévèrement condamnées se contractent ostensible
ment et impunément Si on ajoute cela que ces cérémonies ont généralement
lieu la nuit au milieu de ténèbres que perce et là la lumière des feux on se
représentera aisément quel effet doivent produire de semblable scènes sur esprit
de tous ceux qui participent 20 Et nous pouvons ajouter sur esprit de
sociologues de la religion très civilisés
Durkheim lui-même nous laissé un indice important pour connaître le
moment partir duquel ses intérêts ont commencé changer Dans une lettre
publiée en 1907 il fait remonter son nouvel intérêt pour la religion année de
son premier cours sur le sujet Bordeaux est seulement en 1895 que eus le
sentiment net du rôle capital joué par la religion dans la vie sociale ... Ce fut
pour moi une révélation Ce cours de 1895 marque une ligne de démarcation dans
le développement de ma pensée si bien que toutes mes recherches antérieures
durent être reprises nouveaux frais pour être mises en harmonie avec ces vues
nouvelles 21)
La Division été publiée en 1893 Ce fut la dernière célébration sans nuances
des gloires du progrès dans les écrits de Durkheim Ce fut la dernière fois il
applaudit sans ambiguïté au decl de la conscience commune et de la religion
Après 1895 comme nous avons vu il se méfie davantage de certains aspects de la
société moderne et devient de plus en plus préoccupé par la nouvelle base morale
dont elle besoin pour échapper son malaise Il est donc pas surprenant que
Durkheim oriente son imagination surtout après 1900 vers les profondeurs de la
vie sociale propres la société primitive là où la conscience commune manifeste
sa force et sa vitalité de la manière la plus troublante
Ce serait cependant une erreur de trop dramatiser cette transition Dans ses
écrits les plus anciens Durkheim reconnaît importance de la religion Même
dans La Division la solidarité organique est pas décrite sans ombres Dans un
monde qui tend de plus en plus vers la spécialisation il souligne combien il est
nécessaire que enfant apprenne aimer les tâches circonscrites et les horizons
définis 22 Ce froid conseil est une prémonition de la qualité médiocre et
ennuyeuse de la vie économique des australiens Durkheim dans ses derniè
res années ne se départira plus une sorte acceptation stoïque du coût des
tensions et des souffrances causées par une société de plus en plus différenciée
Cette note amère apparaît avec une clarté particulière dans essai Le Dualisme
de la nature humaine publié en 1914 inquiétude humaine au contraire
semble aller en croissant Les religions qui insistent le plus sur les contradictions
au milieu desquelles nous nous débattons qui attachent le plus nous peindre
homme comme un être tourmenté et douloureux ce sont les grandes religions
des peuples modernes tandis que les cultes grossiers des sociétés inférieures
respirent et inspirent une joyeuse confiance 23)
Mais cet essai reste exceptionnel plusieurs reprises dans ses dernières
années il va espérer un renouveau revival de expérience collective profonde
cette expérience de la fusion et de extase qui est essence de la religion primitive
et la seule source capable de renouveler la société chaque moment de évolution
historique
15 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Vers la fin des Formes on lit En un mot les anciens dieux vieillissent ou
meurent et autres ne sont pas nés est ce qui rendu vaine la tentative de
Comte en vue organiser une religion avec de vieux souvenirs historiques
artificiellement réveillés est de la vie elle-même et non un passé mort que
peut sortir un culte vivant Mais cet état incertitude et agitation confuse ne
saurait durer éternellement Un jour viendra où nos sociétés connaîtront
nouveau des heures effervescence créatrice au cours desquelles de nouveaux
idéaux surgiront de nouvelles formules se dégageront qui serviront pendant un
temps de guide humanité et ces heures une fois vécues les hommes éprou
veront spontanément le besoin de les revivre de temps en temps par la pensée
est-à-dire en entretenir le souvenir au moyen de fêtes qui en revivifient
régulièrement les fruits 24)
Encore plus frappant semble-t-il est un passage une conférence pronon
cée en 1914 année de la publication du Dualisme de la nature humaine Les
vieux idéaux et les divinités qui les incarnaient sont en train de moudr parce
ils ne répondent plus suffisamment auxaspirations nouvelles qui se font jour
et les nouveaux idéaux qui nous seraient nécessaires pour orienter notre vie ne
sont pas nés Nous nous trouvons ainsi dans une période intermédiaire de froid
moral qui explique les manifestations diverses dont nous sommes chaque
instant les témoins inquiets ou attristés Mais qui ne sent et est ce qui doit
nous rassurer qui ne sent que dans les profondeurs de la société une vie
intense élabore qui cherche ses voies issue et qui finira bien par les trouver
Nous aspirons une justice plus haute aucune des formules existantes
exprime de manière nous satisfaire Mais ces aspirations obscures qui nous
travaillent arriveront un jour ou autre prendre plus clairement conscience
elles-mêmes se traduire en des formules définies autour desquelles les
hommes se rallieront et qui deviendront un centre de cristallisation pour des
croyances nouvelles ... Tout ce il importe est de sentir par-dessous le froid
moral qui règne la surface de notre vie collective les sources de chaleur que nos
sociétés portent en elles-mêmes On peut même aller plus loin et dire avec quelque
précision dans quelle région de la société ces forces neuves sont particulièrement
en voie de formation est dans les classes populaires 25)
Il reste voir si Durkheim était un bon ou un mauvais prophète puisque
incertitude et le froid moral dont il traite sont encore avec nous Ce est pas en
France ni aux Etats-Unis mais dans autres parties du monde que le vingtième
siècle vu émergence de révolutions très charismatiques qui ressemblent aux
transformations collectives dont parlait Durkheim Mais attitude de ce dernier
face la plupart entre elles aurait été un grand scepticisme Nous attendons
toujours en effet la renaissance de la vie associative que Durkheim espérait et qui
réduirait aussi bien la centralisation bureaucratique que atomisation indivi
dualiste En un mot nous attendons toujours émergence un véritable socia
lisme démocratique
En tant analyste du processus social Durkheim été sans égal Les
interactions entre le niveau societal le niveau individuel et le niveau symbolique
telles il les analyse dans les Formes reste un point de référence fondamental
pour la compréhension actuelle de ces problèmes Avec sa théorie du rituel
Durkheim tente de montrer comment prend forme un nouveau niveau de
conscience qui surpasse la conscience individuelle isolée et fragmentée opérant
dans les conditions dispersées de la vie de tous les jours La nouvelle conscience
qui pourrait être appelée une conscience sociale ou même une
16 MORALE RELIGION ET SOCI
symbolique parce elle ne peut apparaître sans il ait processus de
symbolisation pénètre inténeur de la personnalité et affecte même profon
dément la physiologie humaine
Cette analyse de Durkheim se fonde largement sur sa conception du symbole
ou de emblème comme il appelle les indices symboliques des identités
totémiques en Australie un emblème soit pour toute espèce de groupe un
utile centre de ralliement il est inutile de le démontrer En exprimant unité
sociale sous une forme matérielle il la rend plus sensible tous et pour cette seule
raison emploi des symboles emblématiques dut vite se généraliser une fois que
idée en fut née Mais de plus cette idée dut jaillir spontanément des conditions
de la vie commune car emblème est pas seulement un procédé commode qui
rend plus clair le sentiment que la société elle-même il sert faire ce
sentiment il en est lui-même un élément constitutif En effet par elles-mêmes les
consciences individuelles sont fermées les unes aux autres elles ne peuvent
communiquer au moyen de signes dans lesquels expriment leurs états
intérieurs Pour que le commerce qui établit entre elles puisse aboutir une
communion est-à-dire une fusion de tous les sentiments particuliers en un
sentiment commun il faut donc que les signes qui les manifestent viennent eux-
mêmes se fondre en une seule et unique résultante est apparition de cette
résultante qui avertit les individus ils sont unisson et qui leur fait prendre
conscience de leur unité morale est en poussant un même cri en pronon ant
une même parole en exécutant un même geste concernant un même objet ils
se mettent et se sentent accord 26)
Dans la conclusion des Formes Durkheim soutient que la religion est pas
un phénomène historique destiné disparaître prochainement existence de la
société elle-même dépend de la récurrence périodique des rituels et est seule
ment travers de tels gestes que les sentiments individuels peuvent être unifiés
II donc dans la religion quelque chose étemel qui est destiné survivre
tous les symboles particuliers dans lesquels la pensée religieuse est succes
sivement enveloppée Il ne peut avoir de société qui ne sente le besoin entre
tenir et de raffermir intervalles réguliers les sentiments collectifs et les idées
collectives qui font son unité et sa personnalité Or cette réfection morale ne peut
être obtenue au moyen de réunions assemblées de congrégations où les
individus étroitement rapprochés les uns des autres réaffirment en commun
leurs communs sentiments de là des cérémonies qui par leur objet par les
résultats elles produisent par les procédés qui sont employés ne diffèrent
pas en nature des cérémonies proprement religieuses Quelle différence essen
tielle a-t-il entre une assemblée de chrétiens célébrant les principales dates de la
vie du Christ ou de juifs fêtant soit la sortie Egypte soit la promulgation du
decalogue et une réunion de citoyens commémorant institution une nouvelle
charte morale ou quelque grand événement de la vie nationale 27)
Comme le montrent ces exemples le rituel religieux en appelle souvent une
expérience fondatrice un moment archetypal auquel les symboles de base se
réfèrent Durkheim est porté analyser de tels événements comme de grandes
explosions historiques effervescence collective Les forces impliquées dans le
rituel sont fondamentalement les mêmes ceci près le rituel répète un symbo
lisme précédent les moments historiques de enthousiasme collectif en créent
des nouveaux est en effet dans les moments effervescence de ce genre que
se sont de tout temps constitués les grands idéaux sur lesquels reposent les
civilisations Les périodes créatrices ou novatrices sont précisément celles où
17