18 Pages
English

Note sur l'appartenance religieuse en Ethiopie / Note on Religious Belonging in Ethiopia. - article ; n°1 ; vol.59, pg 113-129

-

Gain access to the library to view online
Learn more

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1985 - Volume 59 - Numéro 1 - Pages 113-129
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1985
Reads 41
Language English
Document size 1 MB

J. Vangsi
Note sur l'appartenance religieuse en Ethiopie / Note on
Religious Belonging in Ethiopia.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 59/1, 1985. pp. 113-129.
Citer ce document / Cite this document :
Vangsi J. Note sur l'appartenance religieuse en Ethiopie / Note on Religious Belonging in Ethiopia. In: Archives des sciences
sociales des religions. N. 59/1, 1985. pp. 113-129.
doi : 10.3406/assr.1985.2349
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1985_num_59_1_2349Sc soc des Rel 1985 59/1 janvier-mars) 113 129 Arch
VANGSI
NOTE SUR APPARTENANCE
RELIGIEUSE EN ETHIOPIE
Even though Ethiopia has long been associated with Christianity
and not only from historic point of view but also because of the
age-old official status of the Christian church îïî hy site) mo
dern public opinion paradoxically identifies the majority of its po
pulation as being moslem The following article shows that the re
lative numerical importance of different religious groups in Ethio
pia can be determined from available statistical data It appears
that in addition to the historic centers of Christianity in the provin
ces of Erythrea Tigrés Gonder Gojjam Wello and Shoa there
are also the peoples of the southern provinces who converted du
ring and after the southward expansion of the Ethiopian empire
under the reign of emperor Menelik II Moreover there were mas
sive conversions in the regions of Shoa and llega among the
Oromos who constitute at least third of population
Monophysite Christianity thus accounts for at least 55 of the
current population in Ethiopia while Islam represents only 32
Given that the proportion of animists is less than 10 it seems
highly improbable that the current equilibrium will change in the
near future However an additional element to be considered is the
adoption of marxist-leninism as an official State doctrine follo
wing the 1974 revolution This measure could mean that new era
of difficulties or even persecutions may be in store for Ethiopian
Christians
ETHIOPIE ILE CHR TIENNE OU TERRE ISLAM
Dans son introduction la traduction en amharique de la Bible Empereur
Haile Selassie exprima en quelques mots ce on peut appeler le mythe de
Ethiopie chrétienne encerclée par islam en écrivant ye kristian deset ye
honetch Ityopia.. est-à-dire île chrétienne était Ethiopie Tant
que tat éthiopien est confondu avec le noyau central abyssin rassemblant
les populations de culture sémitique très anciennement christianisées qui for-
113 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
ment les deux peuples ambara et tigre et dont le territoire traditionnel étend
grosso modo sur le plateau situé entre Addis Abeba et Asmara le caractère
chrétien de Ethiopie ne pouvait faire de doute Depuis la Jihad Ahmed Gran
en 1527-42 qui fit pénétrer islam au sein même de noyau chrétien la pression
galla-Oromo au cours des siècles suivants la suite de quoi empire chrétien
perdit les territoires au sud Addis Abeba submergés par les gaddas Oromos
tandis au centre même de empire les institutions subissaient un processus de
décadence marqué entre autres par les querelles religieuses et abandon du pro
sélytisme le caractère chrétien de empire éthiopien est devenu contestable Au
début du XIXe siècle le pouvoir réel fut ailleurs exercé par la dynastie Yejju
du Wello dont plusieurs membres étaient musulmans ou favorisaient ouverte
ment islam dont le fameux ras Ali expansion vers le sud sous Menelik II la
survie de empire malgré les pressions européennes victoire de Adwa en 1896
sur Italie et sa consolidation représentent une véritable renaissance de tat
chrétien éthiopien au prix cependant du déplacement vers le sud de son centre
de gravité démographique et politique
Les conquêtes de Menelik ont eu une ampleur considérable Si on consi
dère que les provinces du Shewa du Wello du Gojjam du Tigré du Gonder et
le haut plateau érythréen constituent le territoire du royaume chrétien tradition
nel ces conquêtes ont plus que doublé le de empire éthiopien dont la
population augmenté de plus un tiers Une telle expansion qui agrégé
empire des populations très diverses très sensiblement modifié équilibre eth
nique et religieux En particulier Harrar centre de la Jihad Ahmed Gran et du
prosélytisme musulman dans tout le Sud Ethiopien été annexé
tant donné importance de la question religieuse dans histoire de
Ethiopie étude et la mesure de appartenance des populations
éthiopiennes un intérêt considérable Le pays étant formé de deux éléments
une part le noyau chrétien ancien constitué par ceux que on peut appeler les
habesha proprement dits très anciennement christianisés et autre part ceux
qui ont été agrégés depuis Menelik II la question de appartenance religieuse
est liée celle de la répartition ethnique puisque est dans la mesure où le
christianisme pu pénétrer dans les populations conquises il pu conserver
un statut majoritaire au sein du nouvel ensemble créé La christianisation des
populations non habesha ailleurs été longtemps un élément essentiel de
leur intégration dans ensemble éthiopien par assimilation la culture chré
tienne dominante
objet de cette note est de montrer il existe un ensemble convergent de
données numériques donnant une image fiable de la distribution actuelle de la
population suivant la religion laquelle distribution peut même être reliée la
distribution ethnique
POSITION DES SP CIALISTES DES TUDES THIOPIENNES
Une revue des travaux récents des thiopisants donne peu informations
quantitatives Markakis dans son livre intitulé the Anatomy of traditional po
lityr où il est supposé avoir dégagé les causes de la révolution de 1974 et en
avoir prévu éclatement consacre plusieurs pages aux problèmes religieux
114 ETHIOPIE
mais surtout du point de vue historique et politique Malgré deux cartes intéres
santes sur la distribution régionale des religions et des ethnies il ne fournit au
cune donnée permettant de se faire une idée de importance respective des grou
pes religieux Un autre travail celui de David et Marina Ottaway Ethiopia
empire in révolution surtout consacré apologie du nouveau régime ne
donne pas non plus informations utilisables Cependant assertion suivant la
quelle Moslems were at least as numerous as Christians inside the empire
illustre bien le consensus sur Ethiopie la fin des années 1970 Dans sa mono
graphie Ethiopia the modernisation ofautocracy R.L Hess se référant
un précédent ouvrage de Lipsky Ethiopia considère que la meilleure ap
proximation de la proportion de chrétiens est probablement de 40 pour cent les
musulmans pouvant être 45 55 pour cent de la population Malgré le caractère
hypothétique que Hess donne ces estimations elles sont néanmoins frappantes
par le statut majoritaire accordé islam dans un pays aussi fortement identifié
la chrétienté que Ethiopie Richard Pankhurst dont les travaux font autorité
rassemblé des informations fondamentales sur histoire religieuse sans
malheureusement une approche quantitative du sujet Un point de vue qui peut
être considéré comme typique de celui de la majorité des spécialistes est celui
exprimé par E.J Keller dans un article récent où tout en répétant estima
tion de 40 pour cent de chrétiens il déclare que islam pourrait bien être reli
gion majoritaire malgré impossibilité de trancher la question en absence de
recensement
En fait le travail le plus complet reste le livre déjà ancien de Trimingham
sur islam en Ethiopie Islam in Ethiopia J.S Trimingham London 1965
Trimingham donne une histoire des conflits entre christianisme et islam dans
Ethiopie médiévale ainsi que celle de expansion musulmane époque mo
derne appuyant sur les chiffres de administration italienne il donne des sta
tistiques reprises au tableau suivant sur appartenance religieuse suivant eth
nie et la religion Ces statistiques sont peu fiables étant donné elles provien-
TABLEAU POPULATION SUIVANT LA RELIGION 1000 habitants
Région musulmans chrétiens Total juifs païens
Erythrée 390 359 165 7655
Abyssinie 300 2900 60 32600
Galla-Sidama 200 500 800 15000
Harrar 3062 780 4317 15179
Dankalie 50 50
Front Nord 75 80 155 Sud 500 400 4000 490
Total 38462 60 17282 77384 21040
223 497 272 08 1000
Source Islam in Ethiopia J.S Trimingham Tranklass and Co Ltd. 1965 London
115 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
nent mis part le cas de Erythrée où plusieurs recensements ont été réalisés
par la puissance coloniale italienne de dénombrements et estimations faits dans
des conditions mal définies en tout cas peu favorables puisque se faisant
un pays sous développé sans statistiques où le contrôle italien était tout récent
et extrêmement fragile
Malgré ces réserves il ne reste pas moins que les caractères fondamentaux
de la situation religieuse sont bien ceux qui se dégagent des chiffres fournis par
Trimingham un noyau chrétien ancien couvrant le haut plateau du nord avec
au sud et sur les frontières-est et ouest des fortes concentrations musulmanes
En Erythrée on trouve 507 pour cent de chrétiens habitant pour essentiel le
haut plateau awrajas de Hamasien de Akele Guzai et de Seraé) tandis que les
musulmans sont sur les collines et les zones frontières bordant le Soudan et la
Mer rouge Dans la région dite de Abyssinie qui recouvre les provinces du Ti
gré du Shewa du Wello et de Gondar ex-Begemder) la proportion de chrétiens
atteint 89 pour cent ce qui est en conformité avec histoire de la région siège
avec le haut plateau érythréen de ancien royaume chrétien Dans le reste du
pays si la proportion de chrétiens descend seulement 15 pour cent il est
quand même frappant de constater que après Trimingham mis part la Dan-
kalie population 100 pour cent musulmane les musulmans occupent nulle
part une position de majorité dominante dans le Sidamo ils ne représentent
que le tiers de la population qui est en majorité païenne 533 pour cent avec
133 pour cent de chrétiens) dans le Harrar la proportion de musulmans est
que 514 pour cent les païens représentant 284 pour cent et les chrétiens 202
pour cent Ces résultats sont autant plus frappants ils proviennent un dé
nombrement Dans la frange sud-ouest grosso modo les provinces actuelles de
Illubabor et du Gamo-Goffa les musulmans ne sont que 82 pour cent sur une
population païenne 816 pour cent Evidemment les chiffres donnés par Tri
mingham sont sujets caution mais ils représentent certainement ordre de
grandeur des faits au moment où ils ont été recueillis Le fait le plus important
est que le Sud éthiopien est pas majoritairement musulman 389 pour cent)
mais au contraire il contient une majorité païenne 461 pour cent) tout par
ticulièrement parmi les Oromo Galla qui sont le groupe ethnique le plus nom
breux
La répartition des ethnies suivant la religion est ailleurs un des thèmes les
plus intéressants du livre de Trimingham il confirme que les amhara-tigré ha
bitant le haut plateau au nord Addis Abeba sont en majorité écrasante chré
tiens part les minoritaires musulmans jabarti 10 et des noyaux païens et juifs
Quémant et Felasha) lesquels ne dépassent guère quelques pour cents de la po
pulation totale 32 pour cent pour les païens et 12 pour cent pour les juifs)
information la plus intéressante est celle concernant allégeance religieuse des
différentes tribus Oromo alors que les groupes résidant au Shewa sont chré
tiens ainsi une partie des Wollo les du Harrar du Keffa du sud du
Wellega les Arsi ceux qui résident entre Abay et le Guragué les Raya et les
Ye ju sont musulmans sont restés païens les Leqa et les Boran autres grou
pes ethniques importants comme les Gurage et les Sidama seraient répartis entre
islam christianisme et paganisme Ne sont entièrement musulmans que les
Afars Danakil ou Adel et les Somalis tandis que les tribus négroïdes habitant
les marges frontalières du Nord et du Sud Kunama en Erythrée Nilotiques
etc. seraient en majorité païennes
116 ETHIOPIE
Quelle conclusion tirer du travail de Trimingham savoir semble-t-il que
vers les années 40 si Ethiopie dans ses frontières actuelles est pas majoritai
rement chrétienne 497 pour cent) les musulmans sont cependant nettement
minoritaires 27 pour cent La situation est fluide car après un processus dé
crit par Trimingham islam ne cesse de faire des progrès Au Nord en Erythrée
de nombreux groupes encore chrétiens au début du XIXe siècle sont passés
islam sous la pression égyptienne le christianisme ét opien lui-même étant
alors en situation de crise Au sud après une période de lutte armée qui pris fin
au XVIe siècle islam mène une campagne de prosélytisme partir du centre de
Harrar qui lui permis de gagner de nombreux groupes Oromo et de pénétrer
Jimma Ouest Depuis expansion éthiopienne sous Menelik le chris
tianisme est ressaisi et gagné de adeptes dans le sud notamment
chez les Oromo mais ce ralliement lié au caractère de religion du vainqueur du
christianisme pourrait être très fragile et islam pourrait bien gagner une posi
tion dominante ou du moins assez forte pour mettre en péril équilibre de Etat
DONN ES NOUVELLES SUR APPARTENANCE RELIGIEUSE
Base démographique est absence un recensement démographique qui
est la base des incertitudes sur appartenance religieuse de la population La si
tuation de information statistique cependant subi des changements considé
rables au cours des vingt dernières années avec la mise en place un système
enquêtes statistiques périodiques le National Sample Survey NSS Ce sys
tème enquêtes qui pas ailleurs pour seul but de recueillir des informa
tions démographiques utilise la méthode des sondages qui permet obtenir des
estimations fiables coût réduit le coût un recensement exhaustif dans un
pays comme Ethiopie étant ailleurs prohibitif
présent deux passages du National Sample Survey NSS ont été
réalisés un en 1964-67 autre en 1968-71 Ce est pas cependant la seule
source de renseignements démographiques un recensement exhaustif Addis
Abeba été réalisé en 1961 une enquête par sondage sur la consommation des
ménages ruraux en 1966-68 une série enquêtes agricoles parallèles au Natio
nal Sample Survey depuis 1963 une enquête de main-d uvre Addis Abeba
en 1976 etc Au total on dispose actuellement un ensemble cohérent de don
nées statistiques permettant de faire une évaluation quantitative de la situation
démographique et particulièrement de la situation religieuse Il faut de plus tenir
compte des travaux faits par IDR Institute of Development Research de
université Addis Abeba en particulier du Survey of socio-economic charac
teristics of rural Ethiopia commence en 1975 après la révolution et qui bien
incomplet fournit des indications précieuses Enfin on dispose de données
sur le nombre et la distribution des églises en Ethiopie pour au moins deux dé
nombrements 11)
Etant données les conditions peu favorables investigation statistique qui
existent en Ethiopie du fait du faible développement du pays les chiffres dispo
nibles souffrent certainement de nombreuses limitations cependant le fait il
agit en occurrence enquêtes par sondage et de recensements de zones urbai-
117 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
nes permis dans une certaine mesure de contrôler les biais systématiques pro
venant de environnement
Au cours des deux passages du NSS les méthodes utilisées ont été différen
tes recensement exhaustif pour les villes et sondages aléatoires pour les zones
rurales Dans les villes les renseignements concernant la religion et le groupe
ethnique ont fait objet de relevés systématiques tandis que pour les zones rura
les ce est que pour le deuxième passage que on dispose déchiffres portant sur
appartenance religieuse et ethnie Mais enquête par sondage sur la consom
mation des ménages ruraux de 1966-68 été réalisée pour le même domaine
étude que enquête rurale du NSS du 1er passage de telle sorte il est possi
ble de constuire pour chacun des deux passages des estimations de apparte
nance religieuse et du groupe ethnique pour ensemble du pays
Le véritable problème est pas en fait la construction estimations partir
de chiffres dont on dispose mais de déterminer leur marge erreur Concernant
les enquêtes urbaines elles sont très cohérentes un recensement autre et
donnent constamment une majorité de chrétiens
TABLEAU APPARTENANCE RELIGIEUSE DANS
LES RECENSEMENTS URBAINS
Addis Abeba Coptes Musulmans Autres
1961 869 98 33
1967 837 124 39
1976
677 191 132 Asmara 1963
compris 129
pour cent autres
chrétiens
Zones urbaines 1er passage
Groupe 764 222 14 798 193 09
Zones urbaines 2e passage 799 179 23
Sources Survey of Major towns in Ethiopia Statistical Bulletin No Addis Ababa December 1968
Urbanization of Ethiopia Statistical Bulletin No Addis Ababa August 1972 Analysis of Demogra
phic data Statistical Bulletin No 16 Addis Abeba December 1977)
Etant donné que dans le sud du pays la plupart des villes ont été les princi
paux points appui du pouvoir après Menelik II les résultats ne sont guère sur
prenants En fait les recensements indiquent une forte majorité des habitants
des villes se déclarent de langues amharique ou tigrigna pour le deuxième pas
sage par exemple dans les provinces du Sud les habitants de langue amharique
ou tigrigna représentent 595 pour cent de la population urbaine totale qui est
donc constituée en grande partie par immigration en provenance du nord du
pays La langue parlée est un mauvais indice de ethnie elle résulte dans
118 ETHIOPIE
de nombreux cas un processus acculturation mais cela constitue alors une
indication de plus une allégeance majoritaire au christianisme qui est forte
ment identifié au noyau habesha proprement dit amhara-tigré)
En ce qui concerne les zones rurales on dispose des résultats de deux en
quêtes enquête sur la consommation des ménages ruraux de 1966 qui porté
sur un échantillon proche de celui du 1er passage et enquête rurale du 2e pas
sage Les résultats sont sensiblement différents comme le montre le tableau sui
vant
TABLEAU DISTRIBUTION DE LA POPULATION
SUIVANT LA RELIGION
Province Coptes Autres chrétiens Musulmans Autres
Tigré 1000 836 106 84 03
Begemder
962 878 38 83 24 Gond er
1000 892 05 55 47 Goj am
72 417 370 09 Wello 583 539
Shewa 812 701 141 100 47 191 16
14 Wollega 917 705 83 96 175
Keffa 385 382 26 615 456 159
Arussi 717 416 12 283 564 08
Gamo Goffa 300 278 117 43 69 583 516
Sidamo 713 415 56 237 37 68 194 190
625 514 01 375 314 181 Illubador
Hararge 121 117 05 879 802 86
176 02 800 22 Baie
47 74 Ensemble 711 562 199 285 39 84
Source Draft report of rural household expenditure and consumption survey December 1966 June
1968) Central Statistical Office Addis Ababa January 1971 Tableaux Statistiques du deuxième
passage du NSS)
Même si dans ensemble les ordres de grandeur restent grosso modo les
mêmes et particulièrement les ordres de grandeur relative on constate des écarts
considérables la proportion orthodoxes est réduite de plus de 40 pour cent
une enquête autre dans Arussi et le Sidamo celle autres chrétiens nulle
en 1966-68 est de 106 pour cent dans le Tigré au deuxième passage et passe de
56 pour cent 237 pour cent le Sidamo tandis que les musulmans ab
sents au Tigré au Gojjam et Wollega en 1966-68 représentent au deuxième
passage les proportions respectives de 84 55 et 175 pour cent et passe de
2832 pour cent 564 pour cent dans Arussi Quant aux païens présents en
1966-68 dans seulement deux provinces le Gamo Goffa et le Sidamo ils sont
119 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
représentés au deuxième passage du NSS dans toutes les provinces Ethiopie
même dans les provinces anciennement christianisées du Nord 24 pour cent
dans le Gondar et 47 pour cent dans le Gojjam et sont évalués 159 le Keffa et 18 lllubabor
Les différences proviennent essentiellement semble-t-il des tailles respecti
ves de échantillon dans enquête de 1966-68 et dans enquête rurale du
deuxième passage en efïét sur la consommation des ménages ruraux
de 1966-68 porté sur un sous-échantillon de enquête rurale du 1er passage du
NSS et concerné que 1677 ménages alors que rurale porté sur un
échantillon de 28922 ménages soit grosso modo peu près pour cent du
nombre total de ménages Etant donné que les ménages enquêtes étaient pas
sélectionnés par sondage au hasard parmi les une province mais
étaient choisis parmi les ménages résidents dans une même localité il est clair
que la faible taille de échantillon dans enquête de 1966-68 comportait un très
grand risque erreur cause de la tendance la ségrégation sur le terrain des
populations de religions différentes
Dans les provinces du Nord les musulmans traditionnellement exclus de la
communauté rurale tendent résider dans les centres commerciaux ou dans des
zones délimitées ils font partie un groupe ethnique précis comme est
le cas pour les musulmans habitant les bords du lac Tana est aussi la situa
tion des autres religions dont les membres dans le Nord appartiennent des
groupes ethniques précis résidant soit dans les zones frontières lOuest Shan-
quella ou bien dans des zones où ils sortent peu Quemant Agaw juifs de la
région de Gonder
Dans ces conditions enquête du deuxième passage du NSS qui portait sur
un plus grand nombre de localités permis un meilleur balayage du terrain et
donc eu plus de chance inclure les groupes exclus au cours de enquête de
1966-68 Pour juger de la qualité des données autres considérations doivent
entrer en ligne de compte la véracité des informations peut être mise en doute
les enquêtes ayant fait de bonnes réponses pour se concilier le bon vouloir des
autorités celles-ci ayant biaisé les résultats donner la bonne image de la
situation examen des chiffres infirme notre sens cette hypothèse Une autre
hypothèse peut être avancée suivant laquelle les enquêtes auraient eu tendance
se déclarer chrétiens par conformisme politico-religieux Le cas de la province
Arussi où la proportion de musulmans passe de 180 pour cent en 1966-68
564 pour cent en 1969-71 ne permet pas de retenir cette hypothèse au moins en
ce qui concerne les musulmans le caractère militant de islam le fait que la
pratique religieuse un caractère éminemment social jeûne prière collective
et publique port un vêtement spécial exclut une apostasie statistique de la
part des musulmans Par contre il est plausible que dans les régions récemment
christianisées forte influence païenne les déclarations concernant la religion
aient pu avoir un caractère opportuniste mais cela peut simplement refléter le
caractère fluide transitionnel de ces régions où on observe un très fort syncré
tisme par exemple coexistence de la pratique religieuse chrétienne et de rites
païens comme les sacrifices dans les bois sacrés)
Dans ensemble ce sont les résultats du deuxième passage qui semblent de
voir être retenus ils sont plus complets ils incluent la province du Balé
ils sont plus fiables parce que ayant été obtenus sur un échantillon plus impor
no ETHIOPIE
tant pour cent de la population du domaine étude ce qui est considérable et
ils sont conformes histoire et la composition ethnique des régions concer
nées majorité chrétienne dans ancien noyau abyssin Tigré Gondar Gojjam)
forte minorité musulmane le Wello où influence musulmane été très sous les Yejju majorité chrétienne dans le Shewa et le Wollega où la chris-
tianisation été vigoureusement menée par la dynastie du Shewa majorité mu
sulmane dans les provinces de est Arussi Hararghé Baie centres du prosély
tisme musulman enfin fortes minorités païennes dans les régions du sud-ouest
habitées par des populations appartenant pas aux deux grands groupes ethni
ques du pays Nilotiques etc.)
Cependant enquête du deuxième passage pas plus que enquête de
consommation de 1966-68 été exhaustive Erythrée pas été couverte en rai
son de problèmes de sécurité de même la région de Ogaden dans la province
du Hararghé pas été enquêtée et de nombreuses zones accès difficiles ont
été exclues du champ de enquête Au total sur une population rurale estimée en
janvier 1970 21 730900 habitants la population non couverte par enquête du
deuxième passage était estimée 4410784 habitants soit 203 pour cent Il est
cependant possible de faire des hypothèses solides sur la situation dans les zones
non enquêtées qui permettent de construire estimation ensemble présentée
ci-après
ESTIMATION DE APPARTENANCE RELIGIEUSE ET DE LA DISTRIBUTION
ETHNIQUE EN ETHIOPIE
estimation étant faite partir des résultats du deuxième passage du NSS
la population de référence est celle estimée pour janvier 1970 Pour les zones en
quêtées les résultats obtenus pour appartenance religieuse sont utilisés tels
quels on cru devoir distinguer Addis Abeba des autres centres urbains en rai
son de importance de sa population 516 pour cent de la population urbaine
totale en ce qui concerne les zones rurales les résultats disponibles par weré-
das une subdivision administrative immédiatement au-dessus de la localité et
correspondant au district ont été extrapolés pour les provinces et ensemble du
domaine en pondérant par les populations
Pour les zones non enquêtées on retenu en Erythrée les chiffres du recen
sement de 1941 qui donnent une répartition pratiquement égale entre musul
mans et chrétiens le pourcentage de chrétiens non coptes été estimé partir
du recensement Asmara de 1963 Ogaden été considéré 100 pour cent
comme musulman il est peuplement somali ainsi que les zones non en
quêtées du Baie Pour les zones enquêtées de Ouest et du Sud-Ouest on uti
lisé les résultats des zones adjacentes
estimation ensemble comme elle apparaît au tableau suivant donne une
majorité chrétienne 615 pour cent avec 553 pour cent de coptes et 62 pour
cent pour les autres confessions catholiques et protestants) les musulmans
constituant 314 pour cent de la population et les autres essentiellement
païens 74 pour cent Ces chiffres qui se fondent sur des recensements exhaus-
tifs et des sondages de grande envergure nous semblent conformes la réalité si
les chrétiens sont effectivement majoritaires on ne peut parler de pays chré
tien au sens traditionnel la proportion de musulmans étant très importante
121