17 Pages
English

Pratique religieuse et religion populaire / Religions Practice and Popular Religion. - article ; n°1 ; vol.43, pg 7-22

-

Gain access to the library to view online
Learn more

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1977 - Volume 43 - Numéro 1 - Pages 7-22
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1977
Reads 28
Language English
Document size 1 MB

Gabriel Le Bras
L. Levy-Bruhl
P. Rivet
P. Saintyves
Pratique religieuse et religion populaire / Religions Practice and
Popular Religion.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 43/1, 1977. pp. 7-22.
Citer ce document / Cite this document :
Le Bras Gabriel, Levy-Bruhl L., Rivet P., Saintyves P. Pratique religieuse et religion populaire / Religions Practice and Popular
Religion. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 43/1, 1977. pp. 7-22.
doi : 10.3406/assr.1977.2110
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1977_num_43_1_2110Sc soc des Rel. 1977 43/1 janv.-mars) 7-22 Arch
Gabriel LE BRAS Lucien LZVY-BRUHL
Paul RIVET Pierre SAINTYVES
PRATIQUE RELIGIEUSE ET RELIGION POPULAIRE
At time when the extension of the notion of popular
religion and the methods of approach it implies are called into
question it seems worthwhile to recall the context in which
popular religion was discussed in the 30s
First of all Le Bras expresses most clearly his interest
in popular religion when he undertakes his research on the
practice of Catholicism in France He points out that he consi
ders the study of religious practice as contributing to the
understanding of popular religion and in his opinion there
should be constant relation between this type of study and
those of the scholars studying folklore The beginnings of what
promised to become fruitful collaboration in this direction
were made with Saintyves but were interrupted by his unti
mely death If he had lived few years longer this collabo
ration might well have caused profound changes in the nature
of both the religious ethnology of the French situation and the
sociology of practices But the discussion went beyond
the bounds of the French situation Lévy-Bruhl and Rivet
treated the question of the connection between popular beliefs
and those of early civilizations In this area too Le Bras
shared their interest
AVANT-PROPOS
En un moment où on interroge sur extension de la notion de religion
populaire et sur les modes approche elle implique paru bon de
montrer le carrefour de discussion dans lequel elle se situait dans les
années 30 Tout abord Le Bras exprime très nettement ses préoccupa
tions égard de la religion populaire au moment où il lance ses enquêtes
sur la pratique du catholicisme en France Il marque bien que il tient
étude de la pratique comme contribution la connaissance de la religion
populaire cette étude doit se faire selon lui en continuité avec celle des
folkloristes Une collaboration féconde semblait en train de établir avec
Saintyves ce sujet lorsque celui-ci disparu prématurément il avait
vécu quelques années de plus cette collaboration aurait-elle pas changé
profondément la physionomie et de ethnologie religieuse du domaine
fran ais et de la sociologie de la pratique Mais la discussion franchit les
limites du domaine fran ais Lévy-Bruhl et Rivet posent le problème
de articulation entre les croyances populaires et celles des primitifs
Le Bras fait écho leurs préoccupations
F.-A ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Gabriel LE BRAS
De état présent de la pratique religieuse en France
Lorsque deux de vos Présidents MM Maunler et Sainty ves ont
demandé de vous entretenir une enquête que ai ouverte dans la Revue
Histoire de Eglise de France sur état de la pratique religieuse au
xx siècle mes résistances ont pas dépassé leurs prévisions est-à-dire
elles furent très modérées Non seulement je aurais voulu par des
objections rebuter leur courtoisie ni me priver du plaisir de propager
une de mes obsessions mais il semblé que votre Société pour mission
de recevoir amender de faire aboutir des projets de recherche et ana
lyse comme celui que ai mûrement et prématurément formé
Mûrement car depuis une vingtaine année pendant mes voyages
et mes haltes ce problème tente allais dire hante mon esprit quelle
place tient la religion catholique dans les occupations les démarches les
pensées de nos contemporains Et puisque les intentions nous échappent
presque toujours quels signes donnent-ils de leur attachement la coutume
religieuse dans quelle mesure sont-ils pratiquants
Si ma curiosité devait être justifiée au point de vue purement scienti
fique je dirais que des soucis professionnels et plus encore le goût de
humain inspirent un historien du Droit Canon intéresse par métier
au monde vivant pour lequel sont faites les règles il étudie dès que ces
deux vérités ont ému il un monde vivant et que le présent appar
tient comme le passé au domaine de histoire
De telles découvertes ne sont point son privilège est en somme le
métier de tout homme non sauvage de comprendre ses contemporains
Certes les finances les relations internationales la politique intérieure
tiennent plus de place que la religion dans le drame aujourdhui Mais
la part de la religion reste considérable énorme comme écrivait avec
raison dans votre Revue Saintyves critiquant la hiérarchie des insti
tutions proposée par Paul Lacombe Enorme dans la conscience dans la
réflexion dans les usages des fidèles aussi dans le jeu même des
puissances qui semblent avoir évincée ou primée la politique inexplicable
en notre pays sans un regard sur les forces du catholicisme les relations
Internationales où ce que on appelle les directives de Rome et des évêques
ne sont assurément point sans portée Oserait-on affirmer enfin que la
science la finance elles-mêmes échappent complètement action ou aux
réactions du catholicisme Vous le voyez je suis condamné fournir les
moins élégantes mais aussi les plus décisives preuves une série de lieux
communs Résumons-les congrûment dans une lapalissade ignorer ce qui
se passe dans les églises est ignorer une partie notable de esprit du
siècle et des facteurs de la vie nationale
Ces églises sont inégalement peuplées 11 de vastes circonscriptions
rurales où elles pleines autres où elles sont vides il dans les
Article paru dans la Revue de Folklore fran ais IV 1933) pp 193-206 RELIGION POPULAIRE
villes une bourgeoisie qui les fréquente un prolétariat qui les fuit Vérité
qui apparaît au premier coup il et nous met en présence de nouveaux
problèmes pourquoi ce partage des classes et la campagne pourquoi
ces zones bigarrées Si la pratique religieuse aide comprendre notre
temps elle-même besoin être expliquée et nous voici engagés dans tout
un réseau de relations entre le spirituel et le temporel la vie spirituelle
ne serait point si différente selon les lieux dans un Etat où les conditions
de la vie temporelle seraient plus homogènes
Mais cette certitude nous entraîne dans un paysage plus élargi encore
les contrastes de ces conditions de vie sont incompréhensibles sans le
secours de histoire Pour comprendre la fidélité des Bretons ou indiffé
rence des Limousins toute la vie religieuse des paroisses des provinces
de la nation devrait être esquissée depuis les temps les plus éloignés
Et va de soi que cette immense recherche point pour seul effet de
rendre plus claire unanimité un canton du Morbihan ou en sens
contraire un canton de la Creuse En remontant dans le passé de ces
coins dé terre ce sont les états successifs des croyances populaires que
nous découvrons Car la double question qui nous occupe quelles sont
les conséquences et les causes de la religion ou de irréligion des
Fran ais se pose tout instant de notre histoire Parce que le jansé
nisme ou esprit philosophique prolongent leurs effets nous faut-il
oublier que sous Ancien Régime aussi ils ont eu autres témoins que
Augustinus ou Encyclopédie ils ont bouleversé ou agité des millions
être pensants ou seulement sensibles
Ainsi une des plus louables passions humaines celle de connaître
les hommes nous incite pénétrer dans les églises de village pour
mesurer un besoin et une force La vue une nef pleine et une nef
déserte en deux villages nous suggère toute enquête sur les milieux
Et cette enquête enfin ne pouvant achever sans examen de origine
des causes mobiles nous rendra ambitieux de connaître toute histoire
spirituelle un village une région et même de la chrétienté
Nous ne tarderons pas sentir combien prématurée est une telle ambi
tion La vie populaire du catholicisme est aussi peu observée par les histo
riens du Moyen Age ou de Ancien Régime que par nos contemporains
Nous avons des milliers études sur les doctrines sur les monuments sur
les hommes illustres ou illustrés par leurs fonctions les baptêmes de
cloches au xvine siècle et les révolutions dans Eglise mais combien de
monographies sur histoire religieuse du peuple fran ais sur la vie chré
tienne ou impiété de nos pères qui méritent peut-être autant attention
un syllogisme ou un caillou et qui expliquent tant apparents
mystères
Chose plus étonnante état présent de la pratique religieuse est
ignoré de bien des pasteurs Combien entre eux savent ce qui se passe
hors des limites de leur paroisse ou de leur doyenné Combien même
interrogés par leur évêque sur le nombre de fidèles qui assistent la messe
dominicale répondent je ai souvent lu de mes yeux Qui le sait
Enfin quand la situation locale est connue les explications que on en
donne sont en général irréfléchies puériles on attribue simplement un
comité école ou au jansénisme ce qui résulte de causes multiples que
on ne veut ou que on ne sait reconnaître
Cette déplorable ignorance de état religieux du peuple fran ais de
ses causes actuelles de ses variations historiques peu hommes en préoc
cupent ou même en aper oivent Ils appartiennent au clergé et Univer
sité Par devoir pastoral des évêques efforcent de connaître exactement ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
leur diocèse grâce des rapports que on voudrait précis de leurs curés
Par devoir scientifique des historiens des sociologues quêtent des rensei
gnements sur la vie religieuse Mais ce sont là des efforts individuels
limités et dont aucun ne va au fond des consciences analyse du
sentiment religieux de nos foules reste faire écrit notre confrère
Marcel Mauss dans Année sociologique de 1925 et il insiste sur intérêt
que présenterait une description correcte statistique et historique de état
du sentiment religieux dans nos diverses nations
Cette curiosité théorique chez les uns pratique chez les autres
les deux caractères pouvant ailleurs être réunis) point
présent suscité de grands travaux Presque tout reste faire dans le
domaine immense que je viens de décrire Je sais que ce domaine est
point tout entier sous heureuse régence du Folklore Il me fallait cepen
dant vous découvrir tout horizon Maintenant rentrons dans nos
pourpris La Société du Folklore disent vos statuts pour but étude
scientifique de la vie et des traditions populaires Je me bornerai donc
examiner devant vous de quelle manière peut être scientifiquement décrite
et expliquée la vie chrétienne des populations rurales en France quelles
conclusions autorisent les sondages récents comment interpréter les diffé
rences locales pour abréger je en tiendrai aux explications tirées du
milieu contemporain sans faire histoire toute la place elle mériterait
dans un ouvrage
Suit un rappel de la typologie de la pratique publié deux ans aupara
vant Statistique et histoire religieuse Pour un examen détaillé et pour
une explication historique de état du catholicisme dans les diverses régions
de France Revue Histoire de Eglise de France XVIII 1932) pp 135-137
reproduit in Etudes de Sociologie religieuse Paris P.UJF. 1955-56
pp 1-24).
Le folkloriste ne saurait en tenir ces superfices Il utilisera le plan
enquête proposé par Saintyves pour caractériser les aspects de la
religion populaire Quelle est la part faite Dieu et aux esprits dans
les croyances du village Comment se représente-t-on autre monde les
relations avec les morts les pouvoirs du prêtre quel est le sujet privilégié
du culte Dieu et sous quelles formes la Vierge Marie et sous quels
vocables les saints et par quelle tradition pour quels services escomptés
en quels lieux de quelle fa on Je sais quelle importance vous attachez
dans votre Société ce culte des saints et information minutieuse de tel
entre vous que aper ois au premier rang et dont ai lu les instructives
notices Votre confrère abbé Celis de son côté attiré attention
sur les témoignages des chapelles votives. On me permettra encore de
demander quelle idée se fait-on de âme Dans une séance de la Société
fran aise de philosophie MM Lévy-Bruhl Boas Rivet Mauss le R.P Auplais
ont exprimé sur ce point des avis du plus haut intérêt(** De quoi se
compose au juste la représentation de âme dans esprit du Fran ais
moyen interroge Lévy-Bruhl Je serais bien embarrassé de le dire avec
précision en supposant que ce soit possible II répondait le Dr Rivet
pour qui la conception de âme chez les paysans bretons est la même
que chez les primitifs Ne pourriez-vous Mesdames et Messieurs instruire
dans vos campagnes un si beau procès
Cf infra pp 16-18
Cf pp 19-22
10 POPULAIRE RELIGION
Me laissera-t-on enfin poser une dernière question elle aussi psycho
logique peut-on apprécier en quelque mesure influence exercée sur la
pratique par la simple coutume la piété personnelle la crainte de enfer
du purgatoire des châtiments temporels la crainte du prêtre ou des voisins
Je sais bien que ces estimations laissent arbitraire une immense part
aussi doivent-elles être minutieuses réservées fortement établies
Au contraire enquête proprement statistique dont je veux surtout vous
parler ne laisse place théoriquement aucune fantaisie elle doit être elle
peut être une rigueur parfaite En bien des lieux elle été commencée
avec ces exigences rigoureuses dans le cadre du diocèse occasion de la
visite canonique est-à-dire du circuit il doit faire périodiquement en
son diocèse évêque demande parfois tous ses curés par questionnaire
imprimé de lui indiquer le nombre des hommes et des femmes pascalisants
de ceux et de celles qui assistent la messe dominicale. Parfois aussi une
enquête spéciale est ordonnée concernant soit toute la population soit une
partie de la population ou des uvres De telle sorte il dans les
archives diocésaines des matériaux assez abondants Moins abondants
toutefois on ne pourrait penser car beaucoup de renseignements ne sont
point centralisés un bon nombre de curés abstiennent de répondre aux
enquêteurs enfin pour la conservation le classement des dossiers exemple
des archives départementales est pas scrupuleusement suivi par les
évêchés
G.L.B donne une première synthèse de résultats On reportera
pour avoir la première expression chiffrée de la physionomie religieuse de
la France dans oeuvre de G.L.B Ce tableau sera complété non seulement
dans article suivant mais surtout dans Les transformations religieuses
des campagnes fran aises depuis la fin du XVIIe siècle Annales de
Sociologie série fase 1937) pp 15-71 reproduit in Etudes de sociologie
religieuse pp 219-266).
Comment expliquer la persistance ou la disparition de la pratique dans
un village et puisque nous avons noté homogénéité ordinaire de vastes
régions dans les diverses parties de la France
Le fait même il agit de vastes régions nous met sur la trace une
première cause ordre géographique
Dans les régions montagneuses la pratique est généralement mieux
conservée cela est vrai notamment dans le Massif Central et dans cer
taines parties de la Savoie ou des Alpes
Les vallées des fleuves et des larges rivières ont une physionomie
part elles sont souvent des couloirs désertiques il en est ainsi de la vallée
de la Loire sur presque tout son parcours Saumur de la vallée de
la Seine de la vallée de la Gironde
Les régions difficiles accès par exemple certains cantons du
Morbihan gardent leurs pratiques religieuses
Il faut donc tenir compte des facilités naturelles ou artificielles des
relations humaines car bien souvent indifférence vient aux campagnes
comme jadis leur venait la foi chrétienne de la ville
où la nécessité de porter sur les cartes des indications géographiques
altitude cours eau voies ferrées routes Une carte des cultures et des
industries sera aussi nécessaire Elle permettra de distinguer les zones
proprement rurales Et parmi les différentes cultures il en est dont on
11 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
depuis longtemps relevé intérêt pour histoire politique et sociale Ainsi
les pays de vignobles passent pour peu dévots et on sait importance attri
buée par Siegfried dans Ouest la frontière des pommiers Ce est
pas que la vigne ou la pomme jouent ici un rôle comparable celui elles
ont dans la Genèse Mais toute culture atteste certains usages certaines
richesses commande certaines formes de vie exploration nous fait mieux
comprendre homme et nous voici devant le plus important des facteurs
le facteur humain Etudions-le dans le village
Il convient abord de décrire la population aussitôt après le sol
Indigènes ou immigrés Immigrés de passage ou désormais fixés Une
colonie polonaise belge ou même parisienne aura des pratiques religieuses
très différentes de celles des gens du cru Il se posera des questions de
contact analogues que votre président Maunier étudiées avec
tant de finesse et de profondeur Mais en général chacun gardera long
temps ses usages
Occupons-nous des indigènes Parmi eux il différentes classes
ouvriers agricoles domestiques fermiers petits et grands propriétaires
Chacune de ces catégories devra être étudiée part et on apercevra
toujours que la classe si elle joue dans les campagnes un moindre rôle
que dans les villes garde cependant un certain ton action du propriétaire
devra être aussi soigneusement appréciée que celle des syndicats Bien noter
enfin quelle langue la prédominance mais ne point attacher ce rensei
gnement une valeur excessive dans le diocèse de Vannes la région la plus
pratiquante est la région où on parle le fran ais tandis il vers
le nord dans la de Guéméné des paroisses où on parle breton et
qui sont en grande partie détachées de la pratique On pourrait observer
le même phénomène en bien autres endroits et Auguste Dupouy
fait pour la Bretagne Il est pas sans quelque importance au point de vue
pratique par exemple dans la politique alsacienne car une des grandes
craintes du clergé alsacien est avec la prédominance du dialecte ne
disparaisse aussi la pratique catholique
Après avoir décrit la population et son habitat) nous nous deman
derons quelles actions elle subit action de école est assez prof onde pour
que des cartes écoles libres soient nécessaires par archiprêtré et des
observations sur les uvres scolaires et post-scolaires sur influence des
instituteurs publics et privés
Les adultes subissent surtout influence du journal et des comités
11 faudra donc relever le nombre des lecteurs de chaque quotidien de chaque
hebdomadaire des membres de toutes les organisations de droite de
gauche et du centre étudier action si importante des hommes politiques
et des autorités locales
Enfin dans une grande mesure état une paroisse dépend de son
clergé quel exemple donne-t-il quel est son prestige quelles méthodes
applique-t-il dans église prédications catéchismes et au dehors quels
sont ses rapports avec la population avec la municipalité
Bien que aie renoncé tracer les grandes lignes une enquête histo
rique il faut bien ajouter que les explications sont toujours fort incertaines
si nous ne remontons dans le passé Toutes les causes que nous avons
rencontrées en effet sont variables Si les modifications du relief ont peu
importance pour notre étude on ne saurait en dire autant de celles
des urs ni même des voies terrestres fluviales ou ferrées Les milieux
sociaux varient et surtout les cadres les influences La Réforme le jansé
nisme la Révolution et plus près de nous les mouvements idées du
12 RELIGION POPULAIRE
xixe siècle il me faudrait caractériser un après autre si le temps en
était laissé ont ébranlé profondément et de fa on très inégale nos diverses
provinces Les procès-verbaux de visites canoniques les mémoires et corres
pondances les journaux les souvenirs mêmes des gens âgés permettent
et bien autres sources encore que ai indiquées en deux articles de se
faire quelque idée de ces variations et de comprendre pourquoi telle
région est déchristianisée telle autre en est restée au temps des Notables
telle autre Ancien Régime Réunir le plus possible de chiffres dignes de
foi rechercher minutieusement les causes de tous les états de tous les
changements telle est notre tâche
Lorsque on examiné toutes les causes anciennes ou actuelles ne
point se hâter de formuler une loi Je ne saurais trop vous répéter il de loi Comme écrit Fred Morrow Fling dans la Revue
synthèse historique il que des synthèses historiques il seulement
des relations plus fréquentes entre la pratique et les divers facteurs enu
meres La seule vérité générale est que toutes ces actions ont leur rôle
et il en faut oublier aucune Il agit surtout établir quelques condi
tions déterminantes des phénomènes historiques comme écrit dans la
même Revue de synthèse historique mon respecté maître Henri See
Telles sont Mesdames et Messieurs les grandes lignes de enquête que
vous propose Il est personne parmi vous qui ne puisse participer
Les chiffres vous ne les aurez complets en vous adressant aux adminis
trations ecclésiastiques beaucoup plus accueillantes on ne imagine et
qui feront souvent les réserves utiles sur telle ou telle déclaration de leurs
ressortissants
Quant interprétation les qualités morales elle exige sont une
parfaite sincérité le sentiment de la complexité des causes et le tact
Ne point commencer le travail avec des idées toutes faites et ne rien mettre
sous le boisseau chercher dans toutes les directions et douter que on ait
tout découvert obtenir pour les enquêtes étendues le concours dés auto
rités ecclésiastiques sans lequel manqueront des données essentielles et
traiter avec toute la délicatesse de honnête homme des sujets qui éveillent
facilement la susceptibilité
La libertéScientifique le scrupule de érudit le respect mutuel régnent
mieux que partout ailleurs dans votre Société Vous avez donc toutes les
dispositions requises pour collaborer une enquête approuvée avance
par vos statuts
Gabriel LE BRAS
Premiers traits une carte de la pratique religieuse
dans les campagnes fran aises
Voici trois ans je vous entretenais de enquête que ai entreprise
sur histoire de la pratique religieuse en France depuis la fin des guerres
de religion nos jours Je vous en exposais la méthode les premiers
Article paru dans la Revue de Folklore fran ais VII 1936) pp 159-167
13 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
résultats les problèmes Depuis lors ai réuni un grand nombre de statis
tiques et observations peut-être le dixième des documents il faudrait
pour établir une carte convenable est peu mais en regard du néant
est beaucoup et déjà quelques traits peuvent être tracés Il des régions
comme le Sud-Ouest et le Sud-Est sur lesquelles je ne sais presque rien
autres que ai parcourues sans recueillir grande moisson soit pauvreté
des archives episcopales soit difficultés en obtenir ouverture enfin
une trentaine de diocèses pour la plupart situés dans Ouest le Centre et
Est ont fourni des dossiers importants dont plusieurs englobent toutes
les paroisses
est une esquisse de ces régions mieux connues que je vais vous pré
senter et très exactement de la France septentrionale partir du degré 46
latitude nord dont la ligne passe au-dessus de Rochefort Limoges Cler-
mont Lyon et Annecy Nous ferons depuis la Bretagne aux Alpes
un voyage inspection traversant des zones de piété est-à-dire où les
communions sont fréquentes les uvres vivaces) des zones de régularité
est-à-dire où la majorité des habitants font leurs Pâques et assistent
la messe dominicale des zones de conformisme saisonnier où le parois
sien entre guère église que pour son baptême sa première communion
son mariage et. ses obsèques des zones irréligion où le paganisme tend
se rétablir
Voilà notre itinéraire notre vocabulaire Cherchons délimiter les
provinces de la foi et de incrédulité Ensuite nous nous demanderons
quelles sont les causes et les conséquences de la division de la France en
pays de foi et en pays indifférence
En trois pages G.L.B décrit ce que serait la carte de la pratique
religieuse en France Les chiffres donnés souvent ponctuels caractérisent
des régions entières homogénéité régionale est abord visiblement un
postulat.
La le on essentielle de cette carte est il existe en France des
blocs de pratiquants où brillent des groupes plus fervents et des blocs
conformistes où des groupes moins soumis tendent au paganisme intégral
Comment expliquer ces extraordinaires solidarités Il pas évi
demment de réponse simple Chaque zone et même chaque paroisse doit
être étudiée part Cependant les phénomènes généraux comportent tou
jours quelque explication générale
La conservation ou le déclin de la pratique religieuse sont en partie
expliqués par la situation géographique le caractère ethnique les occupa
tions professionnelles les cadres sociaux la tradition historique Pour
résumer concrètement la situation un pays de labourage isolé habité par
une population mystique solidement attaché Eglise par son passé gardé
par un clergé et anciennes familles est dans les meilleures conditions
pour demeurer chrétien tandis un pays industriel rompt avec la coutume
religieuse et un pays rural sans inquiétude Au-delà en relations
constantes avec les centres urbains mollement soumis ou sourdement
révolté dès Ancien Régime sans prêtres ni notables et dominé par des
comités ou des apôtres de la libre pensée est voué athéisme
Le type de la première catégorie nous est offert par le Léon Il là
un peuple préoccupé par idée de la mort posté extrême pointe de
Occident profondément evangelise encadré par un clergé nombreux et
des familles traditionalistes Est-il surprenant que dans le doyenné de
14 RELIGION POPULAIRE
Ploudalmézeau sur 15.260 habitants recensés on en connaisse que 298 en
âge de communier et qui abstiennent des Pâques
Observons par contraste le vignoble ma onnais Il là un peuple
préoccupé par idée de bien vivre posté mi-chemin entre Paris et
Marseille sur les bords de la route du fleuve et de la voie ferrée lassé
sous Ancien Régime de la domination des grandes abbayes et des chapitres
dominé au xix* siècle par des acquéreurs de biens nationaux où la plupart
des paroisses sont hui sans curé Est-il surprenant que dans le
canton de Luzy par exemple peu près tous les hommes et la grande
majorité des femmes aient déserté église
Nous avons choisi des situations extrêmes Presque tous les facteurs
de conservation sont réunis dans le Léon Mais est la rencontre de la
majorité entre eux qui explique la conservation relative de Ouest du
Nord-Est et du Massif central Coutume solidement implantée dans des
populations où le besoin religieux est plus vivace sérieusement défendue
par la nature ou les dirigeants Reste établir les causes de ces causes
les différences ethniques ou sociales Mais ceci est affaire des anthropo
logues et des sociologues
**
Les statistiques nous donnent bien la physionomie religieuse de notre
pays Est-ce assez pour nous révéler tout son être religieux Evidemment
non La religion ne consiste pas seulement en pratiques Et ajouterai que
dans bien des cas la pratique est pas religieuse elle est simplement
grégaire
Je dis abord que la pratique est pas toute la religion 11 des
catholiques croyants et qui pour des raisons diverses crainte paresse
Ignorance ne fréquentent point église Dans la théologie de mes
ouailles expliquait un curé du pays de Bray assistance la messe
dominicale et la communion pascale sont une dévotion et non point un
devoir Elles ignorent Eglise pendant toute leur vie et la confessent au
lit de mort Simple conformiste ne signifie point mécréant est surtout
le comportement aux approches de la mort qui fait apparaître cette vérité
Point davantage pratiquant ne signifie toujours croyant Combien
pratiquent avec leur groupe sans avoir jamais réfléchi sur objet de la foi
ni sur la morale chrétienne Plus une fois ai lu sous la plume des
évoques de Ancien Régime ou de nos jours ils pratiquent par respect
humain Beaucoup de catholiques sont en ce cas
La pratique ou abstention créent donc une simple présomption de
fol ou incroyance Mais il me faut bien tout en niant équation
pratique croyance constater que les consciences échappent notre
regard seuls des signes extérieurs nous permettent de supposer attache
ment aux dogmes et la discipline de Eglise
Bien plus facile observer serait le rapport entre la pratique et les
superstitions Dans quelle mesure la pratique est-elle mêlée de supersti
tions Dans quelle mesure la superstition survit-elle la pratique Ce sont
là des questions usage très spécial de notre société
abondance des superstitions en Bretagne est bien connue mais elle
est pas moindre assure-t-on en des régions peu religieuses comme
15