20 Pages
English
Gain access to the library to view online
Learn more

Rationalité économique et conscience religieuse. Le discours des évêques français aux agriculteurs / Economic Rationality and Religious Consciousness. The Discourse of French Bishops to Farmers. - article ; n°1 ; vol.46, pg 21-39

-

Gain access to the library to view online
Learn more
20 Pages
English

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1978 - Volume 46 - Numéro 1 - Pages 21-39
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1978
Reads 41
Language English
Document size 1 MB

Exrait

Monique Vincienne
Rationalité économique et conscience religieuse. Le discours
des évêques français aux agriculteurs / Economic Rationality
and Religious Consciousness. The Discourse of French Bishops
to Farmers.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 46/1, 1978. pp. 21-39.
Citer ce document / Cite this document :
Vincienne Monique. Rationalité économique et conscience religieuse. Le discours des évêques français aux agriculteurs /
Economic Rationality and Religious Consciousness. The Discourse of French Bishops to Farmers. In: Archives des sciences
sociales des religions. N. 46/1, 1978. pp. 21-39.
doi : 10.3406/assr.1978.2155
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1978_num_46_1_2155Sc soc des Rel. 1978 46/1 juillet-septembre 21 39
Monique ViNCIENNE
RATIONALIT CONOMIQUE
ET CONSCIENCE RELIGIEUSE
Le discours des évêques fran ais aux agriculteurs
The language used by French Bishops when speaking to
farmers analysed here through corpus of allocutions published
in La Documentation catholique expresses an economic ratio
nality which takes into account the characteristics of the profession
merchant dealings the role of ownership trade-union movements
the common good of world society These elements are examined
by the light of the Gospel and of the social doctrine of the Church
That relation between the economic and the religious can be explain
ed by crisis situation which presents an opportunity for discourse
and by the social identity of the episcopal group marked by its
affirmed technical incompetence its will to defend fundamental
human rights and its somewhat utopie perspective
Sociologues et linguistes reconnaissent que dans une même culture il existe
des langages sociaux divers et même antagonistes Le langage que pratiquent
les évêques fran ais quand ils traitent de problèmes agricoles paraît en être
un exemple est un exemple doublement typique abord par le lexique utilisé
en fonction de thèmes originaux ensuite en fonction du groupe original lui
aussi qui exprime Notre propos est pas analyser en linguiste le discours
episcopal relatif agriculture bien que les mots choisis ou évincés ne soient
pas sans signification mais seulement observer ou de reconstruire la forme
de rationalité économique incluse dans leurs interventions Les évêques ne se
proposent pas élaborer techniquement un modèle activité professionnelle
mais seulement de rappeler le point de vue et les exigences de Eglise aux
agriculteurs dans exercice de leur profession
Nous ne tenterons pas de comparer le langage episcopal celui des agri
culteurs pas plus que de le celui de Eglise auquel il se réfère
que ce soit le langage des papes travers la doctrine sociale de Eglise
ou celui de Evangile Dans ces textes enfin nous ne retiendrons que les thèmes
agricoles immédiatement évoqués par les évêques est dire que nous analy
serons pas les discours portant sur ensemble de la société et où il est question
des agriculteurs que par allusion Nous ne retiendrons que les textes qui isolent
21 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
les agriculteurs comme catégorie sociale et qui essaient de répondre aux ques
tions qui leur sont spécifiques et qui pour essentiel sont de nature économique
est avec le concept de rationalité économique que nous interrogerons
ces textes Quelle forme de exprime le langage episcopal
et abord en traduit-il une Cette question est indissociable une autre
comment les évêques per oivent-ils et éventuellement jugent-ils les rationalités
économiques des agriculteurs Ainsi cette étude pour objet de déceler ou
plus exactement de reconstruire une forme de rationalité qui serait propre aux
évêques fran ais quand ils parlent des problèmes agricoles Rappelons que le
terme de rationalité économique implique une relation des moyens adaptés aux
fins poursuivies en économie le rapport concerne les processus de produc
tion de circulation de consommation des biens matériels ou des services Les
économistes situent ces biens dans la sphère de la rareté condition pour que
la société les considère comme des objets économiques Cependant comme le
souligne Dumont il devrait être évident il rien qui ressemble
une économie dans la réalité extérieure au moment où nous construisons
un tel objet Une fois ceci fait nous pouvons apercevoir partout en quelque
mesure des aspects plus ou moins correspondants que nous devrions en toute
rigueur appeler quasi économiques ou virtuellement économiques Il
importera notamment analyser la distinction opérée par les évêques entre
un domaine qui serait économique et un domaine qui serait religieux pour
comprendre le rapport que les évêques établissent entre les deux
Entre 1945 et 1970 La Documentation Catholique publié onze discours
épiscopaux ayant trait spécifiquement aux problèmes des agriculteurs En
avril 1947 Mgr Théas évêque de Tarbes et le Cardinal Saliège archevêque
de Toulouse adressent aux jeunes ruraux en pèlerinage Lourdes Le
11 février 1955 Mgr Chappoulie évêque Angers consacre une lettre pasto
rale Avenir religieux du monde rural en Anjou En 1956 la Com
mission episcopale du monde rural publie une note sur la J.A.C En
juillet 1961 les évêques de la Province de Rennes publient un communiqué
sur les manifestations paysannes 6) suivi par une lettre de Mgr Fauvel
DUMONT Homo aequalis Genèse et épanouissement de idéologie économique
Paris Gallimard 1977 33
Ces discours sont une sélection effectuée par La Documentation Catholique désor
mais D.C. On peut vraisemblablement les considérer comme représentatifs et des pro
blèmes et des positions episcopales inventaire de toutes les Semaines Religieuses aurait
dépassé le cadre de ce travail La brochure de ANCEL devenu évêque auxiliaire de Lyon
en 1947) Le Communisme et les paysans Lyon 96 p.) publiée en octobre 1946
pas été retenue car elle ne traite pas de ce que nous appelons ici les problèmes agricoles
Mgr TH AS Allocution aux Jeunes ruraux de France Lourdes D.C. no 991
25 mai 1947 col 657-662 Cardinal SALI GE Message aux Jeunes ruraux de France
Lourdes D.C. no 991 25 mai 1947 col 662-663
D.C. no 1195 20 mars 1955 col 357-364
COMMISSION EPISCOPALE DU MONDE RURAL J.A.C et J.A.C.F. Mouvements Ac
tion catholique de Jeunes D.C. no 1228 24 juin 1956 col 809-818
Les Manifestations paysannes Communiqué des évêques de la Province de
Rennes D.C. no 1356 16 juillet 1961 col 909
22 LE DISCOURS DES QUES FRAN AIS
évêque de Quimper sur le malaise du monde agricole et un com
muniqué sur la violence de Mgr Tourel évêque de Montpellier En 1962
est Mgr Guyot évêque de Coutances qui propose quelques réflexions chré
tiennes propos des fermages De nouveau en avril 1965 les évêques de
Ouest écrivent leurs prêtres Sur quelques graves problèmes agricoles de
leur région 10 La crise viticole est en 1967 le thème un communiqué
rédigé par les évêques de Carcassonne Montpellier Nîmes et Perpignan 11
Enfin en 1969 la Commission episcopale fran aise du monde rural publie ses
Réflexions sur Eglise dans le monde rural 12 ce corpus episcopal il
convient ajouter la note rédigée par un groupe aumôniers sur Les
chrétiens et le malaise agricole publiée abord dans la Semaine religieuse
de Quimper en 1960 et reprise par La Vie Catholique du diocèsse de Clermont
le 24 juin 1961 13 Sans doute pourrait-on discuter pour savoir il convient
de grouper ces discours en un corpus unique et de les traiter comme un ensemble
cohérent Malgré des nuances diverses analyse montre il agit bien un
langage commun aux évêques fondé sur ce ils appellent la conception
chrétienne ou les enseignements de Evangile ou encore les exigences
de la doctrine sociale de Eglise 14)
UN DISCOURS DE CRISE
Ces discours écrits ont tous été provoqués par une déstabilisation de la
société rurale par des problèmes qui manifestent une crise Tantôt il agit
un événement précis comme la mévente du vin ou un taux trop élevé des
fermages tantôt est une crise plus globale facilement qualifiée de change
ment de civilisation que se trouvent affrontés les évêques Pourquoi ce type
de langage social est-il en liaison étroite avec une crise vécue par les agri
culteurs Celle-ci est-elle la condition expression et de découverte une
Mgr FAUVEL Le Malaise du monde agricole Lettre aux militants Action
catholique D.C. no 1359 septembre 1961 col 1103-1107
Mgr UKEL Contre la violence pour la justice et la légitimité de la revendi
cation D.C. 1359 septembre 1961 col 1107-1108
D.C. no 1359 septembre 1961 col 1107-1108
Mgr GUYOT Quelques réflexions chrétiennes propos des fermages D.C.
no 1369 février 1962 col 207-212
10 Lettre des vêques de Ouest leurs prêtres sur quelques graves problèmes
agricoles de leur région D.C. 1447 mai 1965 col 831-844
11 La crise viticole D.C. 1492 16 avril 1967 col 767
12 Réflexions sur Eglise dans le monde rural Note de la Commission episcopale
fran aise du monde rural D.C. no 1539 mai 1969 col 437-441
13 D.C. no 1356 16 juillet 1961 col 909-916
14 Sur la notion de doctrine sociale de Eglise dont usage explicite devient
courant sous le pontificat de Pie XII cf par exemple J.Y CALVEZ et PERUIN Eglise et
société économique enseignement social des papes de Léon XIII Pie XII 2* éd revue
et corrigée Paris Aubier 1961 pp 17-102
23 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
rationalité économique Avant acheminer vers une solution la crise servirait
abord de révélateur Quels sont les éléments conflictuels que dans son ana
lyse le langage episcopal retient pour répondre aux questions orientation
économique Le fait que ces discours concernent principalement les régions
agricoles de Ouest fran ais peut expliquer en partie leur teneur
est-ce une crise agricole Les évêques ne définissent pas le terme
ils constatent des situations et se contentent de la repérer travers une série
de symptômes Une seule fois conscients de leur incapacité analyser correc
tement la réalité ils font appel des experts en économie et en sociologie
rurale mais ces évêques avaient pour ainsi dire re une fonction de spécia
listes il agit de la Commission episcopale fran aise du monde rural
La justication ils donnent pour légitimer cette collaboration est significative
de leur attitude fondamentale égard de ce ils appellent le monde
intérêt de cette démarche dépasse son objectif propre et immédiat en
quête Elle établit un dialogue concret entre spécialistes des sciences humaines et
responsables pastoraux Elle peut être un de ces signes par lesquels Eglise
manifeste elle prend au sérieux le monde et se donne les moyens de écouter
de ausculter pour se laisser interpeller par Celui en qui toutes choses trouvent
leur sens et leur accomplissement 15)
Les évêques parlent ou écrivent au moment où ils aper oivent une cassure
dans les rapports sociaux mais cette cassure ne recouvre pas tous les conflits
ni toutes les ruptures Tout abord la notion de crise pas pour eux semble-
t-il le sens restrictif elle re depuis le milieu du XIXe siècle et qui la
représente comme un mécanisme perturbant équilibre entre production et
consommation Elle est plutôt chargée de idée de tension affrontement entre
des forces profondes dont seuls les effets sont perceptibles 16 Elle est le terme
qui permet de saisir le changement qui modifie et trouble la permanence La
cassure ici évoquée par le mot de crise est la rupture du monde rural par
rapport un passé considéré comme stable et en tout cas comme une réalité
connue dont chacun sait le sens est-à-dire la fois la valeur et orientation
vers un but défini La crise apparaît aux évêques comme un phénomène de
déstabilisation de la société qui implique la fois un risque instabilité et une
dés-orientation Elle provient du fait que tout prévision est difficile donc que
invention de comportements adéquats devient quasi-impossible En ce sens
relativement général il crise en agriculture disent les évêques depuis 1945
Ce déroulement encore inachevé leur paraît être en profondeur une mue de
civilisation jugement que sociologues et historiens soumettront discussion
Il faudra expliquer pourquoi les évêques tiennent ce phénomène pour une
certitude car il est évident une crise comporte toujours des éléments sub
jectifs enfouis dans inconscient un groupe
15 D.C. no 1539 mai 1969 col 441
16 Cf LE ROY LADURIE La Crise et historien Communications 25 1976
pp 19-33
24 LE DISCOURS DES QUES FRAN AIS
Ebranlements en profondeur tensions sous-jacentes difficiles connaître
avec précision mais révélées par des symptômes la crise de la société rurale
est pas abord pour les évêques une série affrontements entre groupes
sociaux les termes de monde rural de campagne préférés celui de
société en sont un signe ailleurs la transformation une crise en conflit ne
se produit que si les agents en cause le décident intervention un troisième
acteur par exemple peut retarder ou même empêcher cette transition Mais
la bipolarisation née de ruptures sociales achemine presque inévitablement vers
le conflit alors que remarque Schmitt un système ternaire pas la
forme impact polémique de antithèse dualiste 17 Il est pas dans inten
tion des évêques de susciter une troisième force dont le rôle serait de faire
échec au conflit en préparation 18 Leur discours se situe précisément dès ap
parition des signes qui révèlent les ruptures et font prévoir des affrontements
afin de modifier les comportements des antagonistes Leur idéologie de harmo
nie sociale peut sans doute être interprétée comme un obstacle analyser les
crises agricoles comme des conflits ou préparer des solutions en termes con
flictuels Car le conflit met en cause le ressort même de leur rationalité écono
mique dont le concept fondamental est celui de paix ou plutôt de bien
commun Ce temps du discours avant que la crise ne soit totalement déployée
explique pourquoi la Commission episcopale du monde rural reconnaît il se
passe quelque chose de neuf il ... est difficile de saisir dans la mesure
où nous évêques baignons encore dans ancienne société
Ainsi lors de la crise de la viticulture méridionale de 1967 les évêques
de Carcassonne Montpellier Nîmes et Perpignan estiment nécessaire et urgent
élever la voix dans le but de contribuer la sécurité de la famille et de
la profession et par là promouvoir la paix dans le cadre de la justice sociale
Pour cela ils recommandent notamment aux viticulteurs de rester unis dans
la défense de leurs intérêts légitimes en proscrivant absolument toute violence
contre les personnes et tout acte de sabotage propos des manifestations
agricoles de 1960 et 1961 la Semaine Religieuse de Quimper en 1960 puis La
Vie Catholique du diocèse de Clermont en 1961 publient les réflexions un
groupe aumôniers et les adressent aux cultivateurs chrétiens pour leur rap
peler comment leur vie professionnelle ne doit pas être étrangère leur vie
chrétienne Les aumôniers soulignent les exigences que doivent avoir les syndi
cats agricoles de élever au niveau du bien commun et comment emploi
de moyens exceptionnels pour défendre leurs droits est strictement régle
menté par des normes éthiques Ils rappellent que selon la conception chré
tienne les organisations professionnelles sont abord non pas des organismes
de lutte et antagonisme mais ... des moyens de mutuelle compréhension
de discussion bienveillante et de pacification 19 Ce sont ces perspectives
17 SCHMITT La Notion de politique Théorie du partisan Paris Calmann-
Lévy 1972 122
18 Cf FREUND Observations sur deux catégories de la dynamique polémogène
De la crise au conflit Communications 25 1976 pp 109-110
19 Lettre de la Congrégation du Concile Mgr Liénart 1929 D.C. no 1365
16 juillet 1961 col 914
25 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
qui commandent la manière episcopale analyser les composantes de la crise
agricole
II LES SYMPT MES DE LA CRISE AGRICOLE VUE PAR LES QUES
Les manifestations de la crise agricole et au-delà rurale se déploient
écrivent les évêques dans trois domaines principaux Les plus visibles sont
ordre économique La terre ne nourrit plus ses travailleurs et les efforts
réalisés par les agriculteurs ne sont plus rentables car le système économique
dans son ensemble est brusquement modifié économie moderne exige de
produire pour vendre et non plus seulement pour subsister Cette irruption un
marché de plus en plus vaste crée une faille dans les anciens rapports sociaux
mais surtout dans la conception même du travail et de existence quotidienne
un et autre désormais soumis des contraintes croissantes Cette disparition
de la quasi-autarcie entraîne de graves déséquilibres Aussi faute de moyens
financiers et de formation professionnelle les méthodes culturales ne sont pas
renouvelées selon un rythme adéquat au marché agrandissement des exploi
tations nécessiterait des investissements qui en fait sont impossibles Certaines
régions comme le Miid viticole ne peuvent supporter la concurrence étrangère
où de graves perturbations qui ne sont pas seulement économiques Dans
autres régions de Ouest surtout le loyer de la terre est trop élevé et il
place de nombreux petits fermiers dans des situations voisines de la misère
Il arrive que les accords passés dans le cadre du Marché Commun soient payés
au prix du sacrifice de ceux qui sont déjà les plus défavorisés En tout cas le
gain acquis par le travail de la terre est toujours inférieur au salaire que pro
curent usine et la ville
Le malaise agricole poursuivent les évêques engendre une crise démo
graphique Les départs vers un secteur industriel et la ville sont massifs entraî
nant un déracinement humain très préjudiciable aux individus Nombreux sont
les travailleurs de la terre qui se trouvent dans la nécessité exercer une double
activité principalement sous le mode des paysans-ouvriers Bref il instaure
un déséquilibre entre économie rurale et économie industrielle déséquilibre
jugé travers les paroles graves de Pie XII On peut en restant dans
esprit de la doctrine sociale de Eglise dénoncer une erreur essentielle du
développement économique depuis apparition de industrialisme moderne le
secteur agricole est devenu de fa on tout fait anormale une simple annexe
du secteur industriel et surtout du marché 20 exclusion de certaines caté
gories agriculteurs est une autre conséquence des formes économiques nou
velles Tous ne sont pas capables en effet de adapter cette modernité de
même que beaucoup ne peuvent pas envisager une reconversion vers une activité
20 PIE xii Allocution du 10 juin 1953 D.C. no 1356 16 juillet 1961 col 914
26 LE DISCOURS DES QUES FRAN AIS
industrielle La forte concurrence échelle locale ou nationale ou même
mondiale renforce la nécessité une formation professionnelle que tous les
agriculteurs ne sont pas capables acquérir Ainsi tous ceux qui sont inaptes
entrer dans une des solutions du travail industriel ou une agriculture de
marché sont des laissés pour compte tels les personnes âgées et les travailleurs
les moins formés ils représentent les pauvres authentiques du monde
moderne 21)
Mais en définitive sous évolution économique et derrière les mou
vements démographiques il se passe en profondeur une mue de civilisation
encore mal connue déclare en 1969 la Commission episcopale fran aise du
monde rural 22 Et déjà en 1955 évêque Angers décrivait la véritable
lame de fond qui bouleverse le monde rural 23 est un monde rural
qui est en train de disparaître Ce est abord défini par une homogénéité
culturelle qui fournissait les mêmes jugements ou des croyances identiques
tous ensuite par une hiérarchie sociale on pourrait dire héritée chacun
remplissant les rôles que lui imposaient la naissance ou la coutume Ce monde
constituait en outre un réseau de relations interconnaissance dans un espace
déterminé où la famille était unité professionnelle de base où une économie
de subsistance satisfaisait les besoins communs En résumé une société locale
traditionnelle ... totalisante et englobante 24 Dans certaines régions au
moins cette communauté identifiait la paroisse serrée autour de son curé
où la pratique religieuse unanime était une habitude collective généralement plus
vécue que pensée évêque Angers idéalisant sans doute quelque peu la
présente comme une petite société fermée qui mène en sécurité sa vie tradi
tionnelle et ne sent pas rôder de trop près ennemi de ses convictions 25)
Les évêques interprètent cette mutation de civilisation comme une crise
pour deux raisons abord unité locale ancienne qui avait fa onné un type
homme se désagrège sous effet un monde rural nouveau qui se construit
Ensuite le visage que prendra la nouvelle unité ne peut pas être connu est
dans cette difficulté de prévision que réside essentiel de la crise Le passé avait
ses certitudes vitales seul demeure inconnu générateur angoisse La Com
mission episcopale du monde rural emploie une image qui résume bien ce
processus unité locale vole en éclats Mais cet éclatement se fait en étoile
selon les besoins et les réseaux qui correspondent La diversité des profes
sions confère espace rural une nouvelle teneur sociale Dans agriculture
les relations de entraide sont remplacées par des rapports institutionalises et
basés sur un calcul économique Les groupes de voisinage font place autres
groupes qui se rassemblent au titre de projets professionnels Le réseau des
relations sociales est plus villageois mais étend aux villes où se trouvent
les centres de décision Cet éclatement en étoile est déterminé par les besoins
nouveaux en écoles et en équipements collectifs Enfin la société rurale cherche
21 Lettre des évêques de Ouest. D.C. no 1447 mai 1965 col 835
22 Réflexions sur Eglise dans le monde rural D.C. no 1539 mai 1969 437
23 Mgr CHAPPOULIE Avenir religieux. D.C. no 1195 20 mars 1955 col 359
24 sur Eglise dans le monde rural 438
25 Mgr avenir col 358
27 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
autres systèmes de valeurs autres manières de penser et de se comprendre
car sa mutation inscrit dans la transformation de la société tout entière Ainsi
chaque jour le rural est davantage majeur écrit évêque Angers et est
un changement radical de mentalité 26 Il est désormais affût des nou
veautés son instruction lui permet de juger avec des idées générales son ancien
individualisme fait place un esprit de coopération dans le travail Mais univers
cohérent de valeurs auxquelles il se référait travail terre famille épargne
est maintenant miné par un autre basé sur la liberté épanouissement le
calcul économique la volonté de maîtriser les situations
Cette rupture avec le passé provoque au niveau de espace rural des
conflits entre une majorité qui résiste au changement et une minorité qui veut
le progrès selon analyse en font les évêques en 1969 Pour eux la
question difficile est pas la nouveauté mais impossibilité analyser et
prévoir les chemins où elle mènera parce que disent-ils leurs structures de
pensée sont celles de ancienne société Leur inquiétude face ce contexte
est comparable celle des agriculteurs face un avenir en train de changer
Malgré cela les évêques efforcent apporter une contribution valable en
définissant les éléments une nouvelle rationalité économique pour les agri
culteurs
Cette analyse de la crise rurale contraste largement avec celle présentée
en août 1947 par Mgr Théas évêque de Tarbes et Lourdes et par le Cardinal
Saliège archevêque de Toulouse occasion du pèlerinage de 15 000 jeunes
ruraux Lourdes 27 Pour le premier
le paysan est la fois loué et bafoué Il est loué dans la littérature et les
discours Dans la réalité de la vie il est plutôt malmené ... Pour certains le
paysan est un zéro ... On peut tout lui imposer une vie rude des réquisitions
injustes les prix les plus bas quand il est vendeur les prix les plus élevés quand
il est acheteur la dernière place dans la société en temps de paix la première
place au feu en temps de guerre ... On peut tout lui refuser on lui refuse
des machines on lui refuse des engrais on lui refuse des matériaux de construc
tion on lui refuse toute priorité sauf quand il agit être taillable et corvéable
merci on lui refuse du pain après on lui enlevé tout son blé on lui
refuse hygiène et le confort on lui refuse les loisirs qui reposent le corps et
élèvent âme on lui refuse école qui prépare ses enfants la vie rurale
Le paysan est un zéro 28)
Qui clame ces refus du paysan ou du rural Ce sont la loi les insti
tutions et les citadins probablement ensemble de la société non rurale Les
souvenirs de marché noir la priorité donnée la reconstruction urbaine au
lendemain de la Libération expliquent partiellement cette perception une
26 Ibid. col 359
27 Les jeunes ruraux de France Lourdes 18-20 avril 1947 Allocution de
Mgr TH AS Message du Cardinal SALI GE D.C. no 991 25 mai 1947 col 658-663
28 Ibid. col 659
28 LE DISCOURS DES EV QUES FRAN AIS
paysannerie méprisée Il faut attendre les années 1950-1955 pour que le
monde rural commence être intégré la société et provoque un autre type
de langage episcopal Mais en 1947 Mgr Théas considère les paysans comme
ayant été dépouillés de leur dignité dignité dont Dieu les avait revêtus Et
il leur rappelle que ce paysan est pas un zéro ... il est un homme un
homme qui atteint sa majorité qui doit être artisan de son ascension qui
doit comme les autres participer aux bienfaits de la culture intellectuelle et du
progrès scientifique
Le Cardiani Saliège précise le rôle de la paysannerie dans la société
moderne pour détruire la double tyrannie de argent et de Etat
Jeunes gens soyez prêts jeunes gens restez prêts La paysannerie fran
aise compte sur vous pour la sauver des dangers qui la menacent et dont le
plus grand est la dictature économique est-à-dire le paysan dépossédé par
Etat travaillant pour Etat gardant juste de quoi vivre sous le contrôle une
police tracassière le paysan perdant sa liberté de penser de croire recevant par
la radio unique par la propagande unique par le journal unique des idées toutes
faites non selon la vérité mais pour le faire agir dans un sens unique tout récal
citrant étant menacé de prison exil et de mort Certes le paysan souffert du
règne du capitalisme libéral une forme de matérialisme Il en demeure une
victime Un autre matérialisme le guette et le menace le matérialisme de la
dictature de Etat souverain et sans contrôle 29)
Si Eglise catholique apparaît anti-sociale et anti-libérale ne pourrait-on
pas dire elle est surtout anti-étatique que Etat soit libéral ou socialiste
Le langage ci-dessus paraît en apporter une illustration moins il ne soit
une traduction de cette utopie paysanne très ancienne et dont Wolf
rappelle elle est le village libre débarrassé des collecteurs impôts des
recruteurs de main-d uvre des gros propriétaires fonciers des fonctionnaires
Gouvernés mais ne gouvernant pas les paysans étrangers au maniement de
Etat en tant que machine complexe considèrent celui-ci comme un monstre
froid Contre cette force hostile ils ont appris ... se défendre lorsque leurs
intérêts étaient en jeu Pour les paysans Etat est donc une unité négative
un mal qui doit être remplacé par un ordre social de leur cru Cet ordre
pensent-ils peut se passer de Etat. 30 Dans le discours episcopal de 1947
anti-étatisme est lié au refus de la tyrannie de argent mais aussi une cri
tique de la ville meurtrière 31 partir de là il un pas pour
penser un pays sans paysannerie est un pays sans avenir or selon
expression de Mgr Théas en France on dépouillé le monde paysan de
son âme chrétienne On lui enlevé son Dieu de qui il re sa dignité
homme Ce on désigne Etat et la ville Et sans Dieu ... le rural
29 Ibid. col 663
30 WOLF Les Guerres paysannes du vingtième siècle trad de anglais) Paris
Maspero 1974 303
31 Sur une des interprétations des fondements bibliques de cette tradition cf par
ex ELLUL Sans feu ni lieu Paris Gallimard 1975 304
29