27 Pages
English
Gain access to the library to view online
Learn more

Tocqueville chez Kipling. De la démocratie en Inde : tradition et modernité / Tocqueville by Kipling. About Democraty in India: Tradition and Modernity. - article ; n°1 ; vol.67, pg 99-124

-

Gain access to the library to view online
Learn more
27 Pages
English

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1989 - Volume 67 - Numéro 1 - Pages 99-124
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1989
Reads 31
Language English
Document size 2 MB

Exrait

Jackie Assayag
Tocqueville chez Kipling. De la démocratie en Inde : tradition et
modernité / Tocqueville by Kipling. About Democraty in India:
Tradition and Modernity.
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 67/1, 1989. pp. 99-124.
Citer ce document / Cite this document :
Assayag Jackie. Tocqueville chez Kipling. De la démocratie en Inde : tradition et modernité / Tocqueville by Kipling. About
Democraty in India: Tradition and Modernity. In: Archives des sciences sociales des religions. N. 67/1, 1989. pp. 99-124.
doi : 10.3406/assr.1989.1372
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1989_num_67_1_1372Sc soc des Rel. 1989 67/1 janvier-mars) 99-124 Arch
Jackie ASSAYAG
TOCQUEVILLE CHEZ KIPLING
DE LA MOCRATIE EN INDE
TRADITION ET MODERNIT
Paradoxically neglected because democratic the Indian political
model provides an especially rich and useful insight into the
dialectic of tradition vs modernity
The specific case of the Lingayat- Virashaiva sect/castes in the South
Indian state ofKamataka is clear example of the peculiar process
of constant interaction between tradition and modernity
More generally contrary to certain prevailing sociological doctrines
which see the issue in irreconciliable terms both at the local level
caste/village/state government) and at the level of the central
government and both during the colonial period as well as after
independence tradition and modernity India are so intertwined as
to confer the country its specificity this is what makes it so
imperative to reexamine the democratic institution in an extra-
European context
Dans un pays de caste idée de la patrie de la nationalité
disparaît en quelque sorte Il que la caste et elle est très
faible pour résister esprit de caste quand il devient tout
puissant favorise singulièrement la conquête mais il oppose
plus que tous les autres systèmes ce que la conquête se fonde
définitivement par la destruction des anciennes idées des
anciennes urs et par la fusion définitive des vainqueurs et
des vaincus La caste est élément le plus réfractaire un
changement de cette espèce
Tocqueville Ecrits et Discours politiques 3e part De Inde
Un homme quoi il arrive doit en tenir sa caste sa
race et son rang Que les Blancs aillent aux Blancs et les Noirs
aux Noirs De la sorte quelque mal il advienne cela rentre
dans ordre usuel des choses rien de soudain étrange ou
inattendu
Kipling Bisesa
99 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
LOrient fut longtemps rouge la longue fascination exer le modèle
chinois et sa figure héroïque du Grand Timonier sur les journalistes et intellectuels
occidentaux en mal exotisme politique ou absolu socialiste hui
succédé aveuglement béat un Orient devenu blanc Un Orient extrême
nippon où se construirait grâce aux bienfaits une révolution conservatrice
en kimono et par la ferveur bien élevée une masse industrieuse militarisée dans
le travail un capitalisme triomphant dégrevé de ses contradictions
Pour sa part Inde incarna jamais une Asie politique Comme si la
nostalgique fantaisie coloniale un Empire de Maharadja image attractive
une patrie de haute spiritualité ou le poncif révulsif une misère pitoyable
appelant la compassion faisaient obstacle tout effort analytique de compréhen
sion politique De la sorte Inde eut cette grâce ou cette malédiction de ne jamais
valoir comme modèle sinon dans imagination sulfureuse de quelques
pacifistes illuminés peu concernés par la réflexion sociale et politique et qui
mésinterprétèrent le gandhisme en le coupant inintelligemment de son enraci
nement indien
Il est vrai que Inde était un pays système démocratique et ce
titre la réflexion ne croyait guère pouvoir lire de messages édifiants ou de
promesses millénaristes Raison qui elle seule explique peut-être un tel dédain
Pourtant immense sous-continent indien offrait assurément selon une configu
ration la fois spécifique et complexe exemple évident irrécusable en
situation dite de sous-développement un système démocratique existait tout
la fois impossible mais tenable néanmoins
Et même lorsque les analyses compris indiennes effor aient avec
remanence de démontrer les limites les impuissances les contradictions et les
échecs de cette démocratie elles témoignaient parla au moins dans ce que on
avait présent coutume appeler non sans mépris son caractère formel
que cette démocratie fonctionnait bien que son lieu exercice réel restât large
ment inassignable Du moins cela montrait-il la necesité une perspective
décentrée élaborant en problématique un regard éloigné en quelque sorte
Tout la fois un souci observation directe qui fasse litière des mythologies
occidentales relatives Inde et impératif une interrogation qui refuserait de
se satisfaire au-delà de ignorance un dépaysant supplément âme que ce soit
sous les figures contradictoires mais largement complémentaires une idéale
sagesse et une infernale pauvreté Car est ainsi que trop souvent occident
est nourri très bon compte de ses vaches sacrées
Coincée entre le mythe il est vrai hui déjà poussiéreux une
utopie communautaire maoïste et le rêve paradisiaque un an 000 qui serait
japonais Inde avec ses 750 millions habitants répartis sur un territoire grand
comme Europe et divisé en 22 états où sont parlés 15 langues officielles respire
mal sinon dans le souffle méditatif et fumeux de quelque cacochyme guru de
pacotille Nous voudrions ici non pas prendre son pouls en quoi ce qui agite le
sikh du Pendjab concerne-t-il quelques milliers de kilomètres de là le paysan
du Tamil Nadu par exemple analogiquement éloignés un de autre comme le
finlandais du portugais Mais brièvement montrer la richesse de cet immense
laboratoire de changement social étendu la dimension un continent En
livrant quelques considérations introductives sur le système politique qui préside
aux destinées du pays depuis 1947 nous voudrions ouvrir le lecteur par delà les
obstacles ethnocentristes qui en obscurcissent la compréhension aux problèmes
et aux spécificités de cette vieille civilisation et de cette jeune nation
100 TRADITION ET MODERNITE EN INDE
De réfléchir donc sur le processus de modernisation une société que on
trop souvent présentée comme figée ossification Car tout se passe
toujours comme si Inde existait que un point de vue mythique est-à-dire
hors du temps et de histoire Or il agit de rappeler en Inde aussi histoire
accouche avec des forceps comme tragiquement révélé une Indépendance
acquise au prix de la sanglante partition de la Mère Bharat Bhâratmata
entre Inde et le Pakistan Même et surtout si vu Occident on retient davantage
la caricature tranquille un village immobilisé dans éternité et le message
diligemment réformiste de la non-violence de rappeler en somme la partu
riente une singulière posture on accouche pas là-bas comme en Europe
UN MOD LE POLITIQUE INDIEN
Si on accorde au moins titre hypothèse heuristique il un
modèle politique indien riche enseignements pour analyse comparative il
agirait en mettre en évidence quelques traits saillants
Le plus évident est que contrairement la majorité de ces pays frauduleuse
ment recouverts par étiquette unifiante et mystificatrice de Tiers-Monde il
ne agit pas une egocratie militaire un totalitarisme idéologique ou une
vitrine monarchique qui essayent contraints par des poussées sociales internes
ou des pressions politiques externes de velléitaires tentatives de démocratisa
tion mais exactement inverse est-à-dire un système démocratique parlemen
taire légitimement institué 1) que guette de manière rampante mais néanmoins
insistante ces diverses déviations histoire récente notamment les tentations
autoritaristes de son ancien premier ministre Indira Gandhi lors de état
urgence 1975-1977 suspendant le droit de saisir une juridiction pour faire
appliquer les droits fondamentaux définis par la Constitution en fournit abon-
demment la preuve En dépit de cela Inde témoigne pour les pays du Tiers-
Monde il pas contradiction entre le sous-développement et la
démocratie et que tous les peuples sont adultes pour ce régime il donc
pas antinomie entre le processus émancipation vis-à-vis de la domination
étrangère et exigence institutions démocratiques puisque établissement
une République Indienne souveraine résulté de leur confusion et survécu
avec une remarquable stabilité aux tentations autocratiques Même il convient
de interroger sur la nature du pouvoir tat actuel le gouvernement indien
depuis indépendance 1947) par intermédiaire du parti majoritaire du Congrès
dont peu ou prou tous les partis sont issus pris de manière exemplaire pour un
pays en voie de développement et au nom de la modernité des engagements
formels qui apparentent sa constitution au libéralisme politique des démocraties
occidentales
De la sorte le désintérêt des politologues est autant plus surprenant que
nulle part ailleurs peut-être une des tendances centrales de notre temps celle
que on désigne de manière bien vague par processus de modernisation ne
accompagna une telle politisation en profondeur jusque dans les coins les
plus reculés des formes traditionnelles de organisation sociale En effet
avait-il priori de plus étranger un autre que le cadre de la démocratie
parlementaire libérale et la structure sociale prescriptive du système des castes les
idéaux planificateurs de option socialiste et le modèle hiérarchique et segmenté
101 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
une société dite traditionnelle Comment faire rejoindre les principes démo
cratiques du suffrage universel et de égalité de tous les citoyens avec ceux
hiérarchiques de la gradation des statuts et de la subordination des groupes qui
régissent la vie sociale de la grande masse des indiens Télescopage autant plus
intéressant que est par intermédiaire historiquement prolongé environ 200
ans) du moule institutionnel et bureaucratique hérité du colonialisme britan
nique que la modernité politique rencontrait la légitimité une tradition multi-
séculaire Car on peut dire sans ambages que ce fut sélectivement dans le cadre
politico-administratif issu du raj britannique malgré et grâce lui eut
lieu la transformation de Inde Un cadre ailleurs lui-même riche équivoques
multiples Sur le plan politique abord puisque histoire de Inde coloniale fut
dominée par le conflit et interaction des tendances libérales et paternalistes
des administrateurs auxquelles succéda la suite de accession au pouvoir de
la reine Victoria 1837) une domination impérialiste que les anglais hési
tèrent pas justifier par leur supériorité de dominant prédestiné Sur le plan
économique ensuite puisque simultanément une idéologie mercantile inspirée
de Ricardo qui vantait les mérites du libre-échange et de la restriction de la sphère
de intervention étatique affirmait la réalité une pratique indubitablement
interventionniste et absolutiste largement prédatrice par ses prélèvements sys
tématiques est-on pas allé affirmer que la Grande-Bretagne avait en
partie construit sa révolution industrielle sur les prélèvements elle fait subir
Inde
En tout cas ce fut une rencontre historique via imposition coloniale entre
la modernité occidentale la plus élaborée invention démocratique telle elle
organisa dans la pensée et les institutions de idéologie libérale utilitariste et
intégrité une histoire culturelle millénaire Structure socio-religieuse pan-
hindoue dont on célébra maintes fois incomparable puissance absorption
qui permit intégrer aussi bien des religions étrangères son sol christianisme
judaïsme zoroastrisme islam) que des types gouvernementaux et administratifs
exogènes grecs portugais musulmans fran ais anglais Même si les britanni
ques ne purent être assimilés comme le furent les autres conquérants étrangers
du point de vue indien il restait possible de les regarder comme une sorte de
caste dotée de prérogatives la fois particulières et incompréhensibles
conformément ordre une société où tout est relatif et demande seulement
être hiérarchisé 3)
Bien il soit difficile expliquer indifférence pour un pays qui est
démographiquement la seconde nation du monde du moins peut-on risquer la
double hypothèse suivante
En premier lieu la conscience occidentale tiers-mondiste de ces dernières
décennies avait yeux que pour les millénarismes révolutionnaires et autres
cargo cultes socialistes plus satisfaisants pour des esprits blasés par une
tradition réformatrice séculaire Cette fascination pour la table rase ou la
transformation radicale empêchait on se sente concerné par le modèle
indien dont la configuration illustrait un processus compliqué de changements et
adaptations sans mutations brutales Alors même que pour un observateur qui
eût été attentif se mettait en place un véritable champ social expérimentations
multiples un système généralisé de relations aux enjeux toujours conflictuels et
aléatoires entre les formes politiques économiques et idéologiques modernes et
la réponse du social une telle pénétration et ce proportion de la capacité un
système gouvernemental légitimement élu reconnaître les besoins et résoudre
102 TRADITION ET MODERNIT EN INDE
les problèmes émanant des différents niveaux une société en plein dévelop
pement auto-centre effor ant de contrôler son indépendance économique
nationale en limitant le capital étranger
En second lieu parce que la structure singulière et histoire originale de
Inde découragèrent les tentatives de placages théoriques hâtifs dont se satis
faisaient trop souvent les analyses tiers-mondistes militantes On voyait mal
comment faire rentrer Inde dans les dichotomies explicatives emporte pièce
réforme/révolution féodalisme/capitalisme infrastructure/superstructure libé
ralisme/planification démocratie/totalitarisme prêt-à-porter théorique dont on
se repaissait trop souvent Qui pouvait ou voulait en reconnaître le caractère
approximatif appliqué Inde sans obliger au nécessaire détour ou retour la
chose même comme eût dit Husserl est-à-dire analyse de la spécificité
indienne qui offrait peu de prises aux engagements simplifiés quoi se réduisait
en ce temps la réflexion politique En effet comment interpréter le mouvement
émancipation du nationalisme indien contre la colonisation qui conduisit
Indépendance dans la mesure où il fut plus une révolte mais ne se présenta
jamais comme une révolution Comment comprendre que des structures socia
les traditionnelles promptement épinglées féodales subsistaient in
térieur un capitalisme Etat naissant fort actif Comment concevoir une
superstructure institutionnelle et bureaucratique hautement sophistiquée pen
sons au très fameux Indian Civil Service hérité des anglais mise en place
sur des forces productives dites archaïques puisse déboucher sur des formes
organisations démocratiques que ont pas précédé une modernisation sociale
et un développement économique Comment évaluer la réalisation du pro
gramme de Nehru qui oscillait entre la planification socialiste le premier plan
quinquennal est lancé en 1951) tout en laissant se développer des formes
capitalistiques privées dans infrastructure Comment apprécier un système
parlementaire démocratique anglaise qui regardait résolument vers URSS
puisque Nehru qui oublia jamais les gigantesques réalisations du socia
lisme soviétique découvertes lors de sa visite Moscou dès 1927 programma en
1954 pour Inde un modèle socialiste de société
Sans même évoquer le lieu commun du journalisme qui consistait extasier
avec effroi du paradoxe que constitue une puissance atomique où règne une
pauvreté de masse manière ouvrir un dossier pour aussitôt le refermer
MODERNIT DE LA TRADITION ET/OU TRADITION DE LA MODERNIT
Significativement les incompréhensions sociologiques trouvèrent une
complicité dans les perspectives cavalières adoptées par les interprètes patentés
des grands organismes officiels et internationaux du sous-développement Les
discours finalement les plus inadéquats sur Inde se cristallisèrent dans les
thèses développées par Myrdal lors de enquête pro-économiste il effectua sur
le développement en Asie méridionale Ouvrage massif et qui sert de référence
en dépit de la conception technocratique et interventionniste de commissions
officielles qui élaborent des modèles distance respectable des terrains Il
agissait de démontrer partir de présupposés non explicités que le système des
castes la religion hindoue la famille coutumière indivise bref tout ce que on
103 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
ramassait implicitement sous la notion vague de tradition par définition
conservatrice et par implication paralysante constituait un obstacle rédhibi-
toire au décollage économique Ce faisant on posait par là même obstacle
majeur toute tentative de compréhension authentique des difficultés une
société réelle En réifiant la notion de tradition selon une vue aplatissante et
réductionniste on empêchait accéder la complexité historique et la
spécificité actuelle une Inde en profonde mutation Sans même évoquer la
confusion grossière qui présidait la dénonciation de la tradition entre
croissance et développement étonnante tout de même pour un économiste
Il ailleurs dans la littérature et pas seulement de ce type un usage trop
fréquent de concepts binaires réiflés dont le couple tradition/modernité est
un des avatars pensons par exemple aux dichotomies constitutives de la
discipline sociologique communauté/société mécanique/organique
statut/classe etc. qui utilisées mécaniquement bloquent la réflexion
De la même manière affirmer la contradiction de la modernité et de la
tradition relève comme le remarquaient Susan et Lloyd Rudolph 6) un
diagnostic triplement erroné de ce que on suppose être la dans les
sociétés occidentales de ce on conjecture être la tradition dans les sociétés
extra-européennes de la nature de interaction entre ces deux caractérisations
Tradition et modernité ne peuvent être ainsi opposées ou placées de telle manière
ils se font face ou se succèdent sans recours Cette conceptualisation ethno-
centriste tient probablement ce que on pourrait appeler non sans imprécision
expérience historique du monde occidental où le développement des formes
capitalistiques de économie et le couplage technico-scientif que ont induit un
procès de rationalisation qui en apparence détruit le monde traditionnel
ancien Cette vue simplifiée souvent été avalisée par la sociologie en particulier
inspiration webenenne Or il ne est den passé de tel en Inde ni ailleurs dans
ce il est convenu de désigner maladroitement hui par le terme de
Tiers-Monde La série des dichotomies descriptives et méthodologiques
élaborées partir de expérience occidentale on peut retrouver chez un
penseur contemporain pourtant averti et méfiant et la conceptualité si peau
finée est Habermas 7) doit être confrontée et rectifiée la lumière des champs
sociaux extra-européens de la géopolitique si contradictoire du Tiers-Monde
En ce sens il ne peut avoir hui de sociologie que comparative
Revenons la thèse du blocage culturel de Myrdal pour remarquer que le fait
de prôner la disparition des représentations et des pratiques incluses dans le
système des castes la religion hindoue et la famille indivise coutumière afin de
permettre le décollage économique paraît infiniment irréaliste elle
supprime par la même objet dont analyse prétendait rendre compte Comme si
Inde ne pouvait se développer en cessant être ce elle est
Cette thèse ethnocentriste la caricature est issue une conception
idéologique la fois historique et parfaitement circonscrite celle de individua
lisme egalitaire occidental vocation universaliste dont effort séculaire consista
arracher la personne emprise de la globalité et de la hiérarchie est-à-dire
exact envers du monde indien qui se caractérise justement par la permanence de
ces deux traits la société étant per ue comme un tout cohérent dont chaque
individu est une partie la position de chacun étant déterminée en fonction un
système complexe de relations institutionnalisées entre les différents groupes
sociaux 8)
104 TRADITION ET MODERNITE EN INDE
Quant au problème sociologique pourtant si ardu de la corrélation ou de la
causalité entre organisation sociale et la transformation économique entre le
déterminisme religieux et les innovations du secteur urbain et industriel le moins
on puisse dire est il est résolu ici de manière expéditive et de fa on
mécanique tant il reste prouver que les coutumes établies sont contradictoires
avec le développement économique Le sociologue Myrdal ne avère guère plus
compétent que économiste sur ce point
Myrdal est pour nous ici un symptôme Sa thèse du blocage culturel qui
considère que la raison du sous-développement indien est chercher dans les
principes de son organisation sociale priori considérée comme rigide et
sclérosante pour seul intérêt énoncer de manière apparemment savante un
cliché extrêmement fréquent dans esprit de ceux qui pensent les autres Si on
la traduit en la formulant banalement ce que nous nous autorisons tant elle
semble synthétiser toute une séné de préjugés qui réduisent le système des castes
et les appartenances religieuses traditionnelles de simples pesanteurs sociologi-
ques elle revient dire que la religion empêche le développement économique
Nous voudrions répondre la fois sur le plan factuel et sociologique en
invoquant une série exemples indiens ailleurs forts connus qui la réduisent
néant
Par exemple actualité politique récente fait découvrir au monde une des
communautés les plus religieuses de Inde celle des sikhs qui est la plus
modernisée et la plus enrichie et dont état fédéral dans lequel elle est majoritaire
est un des plus prospères et des plus développés Ce cas des sikhs du Pendjab
illustre ainsi envi inanité des oppositions stéréotypées et simplistes De son
côté la communauté zoroastrienne des Pärsis émigrée Iran par vagues suc
cessives partir de 766 de notre ère organisée depuis lors sur la base sociale de la
caste su profiter au XIXe siècle de la présence britannique dans la ville de
Bombay où elle est concentrée pour servir intermédiaire dans le commerce des
matières premières avant investir son tour les prélèvements ainsi réalisés
dans industrie cotonnière Le cas des jaïns est tout aussi édifiant Antique
minorité schismatique de hindouisme cette caste traditionnellement commer
ante et usurière est reconvertie avec un succès indéniable dans les activités
industrielles modernes De sorte en 1958 si le capital investi dans industrie
était de 12 milliards les pärsis contrôlaient complètement milliards et
partiellement milliard et les jaïns milliards
Ces trois exemples montrent que les castes forte identité religieuse appa
remment les plus fermées et les plus traditionnelles ont joué un rôle moteur dans
le procès de développement économique et de modernisation Par leur mentalité
et leur organisation elles ne opposent nullement aux exigences du fonctionne
ment une économie moderne industrielle et marchande dans ses aspects tant
concurrentiels que monopolistiques 9)
Plus encore institution de la famille indivise plus accentuée dans ces
communautés que dans tout autre caste coïncidé avec la structure devenue
progressivement oligarchique du grand capital indien De ce fait puisque la quasi
totalité des groupes capitalistes indiens est base familiale la famille élargie
continue être une institution essentielle et organisatrice qui se perpétue travers
des mutations économiques 10 autant aujourdhui on constate fréquem
ment association de plusieurs groupes familiaux au sein une même entreprise
105 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
qui domine le marché national comme par exemple le rassemblement des
familles Khatau Tata Kapadia et Shapoorji dans la firme A.C.C qui règne sur
industrie indienne du ciment 11)
Loin de opposer en deux pôles extrêmes un modèle dichotomique
tradition et modernité revêtent aspect un phénomène continu de fécondation
réciproque et forment un processus évolutif et adaptatif au changement Conti
nuum qui ne doit pas être envisagé dans le cadre une absorption sélective de
nombreux éléments venus de extérieur en particulier de Occident mais
comme la prise en compte et la reconnaissance du dynamisme interne des
groupes sociaux en concurrence qui vont dans le sens de la modernisation sans
pour autant se disloquer véritablement Même dans hypothèse apports exté
rieurs venant de Occident le groupe emprunteur effectue toujours un tri parmi
les éléments empruntés et ce tri exprime pas seulement la nature de ses besoins
mais aussi bien les principes de son organisation sociale que les valeurs qui
informent sa vision du monde En ce sens on doit toujours parler adaptation
contrôlée car le groupe ajuste de manière dynamique et pragmatique son
adaptation la modernité il réinterprète selon un processus intégration
socio-culturelle Seule cette manière de concevoir la production par le groupe de
ses propres valeurs explique la permanence une certaine identité travers des
modifications ou des bouleversements sociaux profonds
Cela signifie on ne peut ramener le procès de modernisation une simple
occidentalisation au sens où les changements apportés la culture et la
société indienne seraient le résultat de plus de 150 ans de colonisation britanni
que le terme subsumant les différentes modifications apparues différents
niveaux ... technologies institutions idéologies et valeurs 12) comme on
empresse trop souvent de le faire Les analyses un peu fouillées montrent au
contraire que ce on appelle la modernité est jamais simplement adoptée ou
rejetée mais passe toujours par le filtre des valeurs et des institutions locales qui
assimilent sélectivement pour en retenir de notre point de vue extérieur que
les traits apparemment les plus superficiels ou les plus aberrants Il est également
évident que le procès de modernisation ne doit pas non plus être unilatéralement
associé avec des forces de sécularisation Eninde les exemples sikh parsi oujaïn
le confirment la modernisation qui résulte la plupart du temps de revendications
sociales base corporatiste jamais hésité exprimer sous la houlette
organisations religieuses dans une société où la religion pas cessé être tout
autre chose une sphère intérieure dans la vie de chacun
Plus pertinente nous semble être la mise en évidence un processus social de
modernisation spécifique Inde Tout en enracinant dans la tradition elle la
réinterprète selon une orientation modernisatrice pour répondre la compéti
tion accrue entre groupes adaptant aux nouvelles donnes du champ social
Ainsi dès 1952 Srinivas conceptualisait sous la notion de sanskritisation 13
le processus par lequel une basse caste hindoue ou une tribu modifiait ses
coutumes rituelles son idéologie et sa manière de vivre dans la perspective
imiter des castes de haut statut en général brahmanes afin de élever dans
la hiérarchie sociale Quoique les brahmanes aient pas toujours dominé leurs
valeurs et leurs comportements furent imités par les autres castes durant tout le
XXe siècle De la sorte toute caste qui veut tenter une ascension dans le système
hiérarchique commence par calquer ses habitudes alimentaires ses règles de
mariage et ses pratiques religieuses sur celles une catégorie plus haute le
parangon étant les brahmanes de endroit Ce qui empêche pas en autres
106 TRADITION ET MODERNITE EN INDE
régions comme ont montré des anthropologues 14) là où prédominent des
castes kshatriya guerrier ou vaishya commer ant ce soient elles qui
exercent un fort tropisme sur les castes aspirant la mobilité sociale Soit autant
de modèles sociaux de modernisation indigène pour répondre sur la base de
identité ethnique ou religieuse la compétition instaure la modernisation et
qui inspirent tous de antique quadri-partition sociale canonique de hin
douisme les quatre varna caste mentionnés pour la première fois dans le
texte plusieurs fois millénaire du Rig-Veda
hui en Inde aucun moyen est négligé pour devenir une caste ou
un groupe dominant fusse au prix de entretien frileux un savoir religieux de
type traditionnel qui se transmet de génération en génération en perpétuant une
identité culturelle et en renfor ant la fois la cohésion sociale du groupe et son
poids politique dans le jeux des rivalités et des conflits sociaux
Les formes modernes de communication par intermédiaire des publications
livres revues bulletins tracts...) des mass-media radio photographies...) des
clubs des réunions des institutions des hôtels etc. amplifient la propagation des
aspirations et des valeurs du groupe sur une vaste échelle Elles ne suppriment pas
pour autant les canaux traditionnels de communication comme les fêtes de cycle
de vie les chansons populaires les récitations religieuses et autres festivités
diverses qui véhiculent identité sociale Ainsi la modernité se traditionnalise et
la tradition se modernise en infiltrant ou en instruisant une autre selon une
orientation revivaliste très la mode hui car comme le remarquait
judicieusement Derett La tradition est cet élément qui dans le présent repré
sente et ré-présente le passé 15)
Encore une fois et est notre objection fondamentale ensemble des
travaux qui leur ont été consacrés tradition et modernité ne excluent pas Ces
deux catégories éminemment plastiques parce historiques avèrent toujours
produites synchroniquement Elles sont ce titre enjeux de manipulations de la
part des groupes sociaux qui les revendiquent de manière toujours orientée Elles
ne sont ni strictement antinomiques ni harmoniquement successives mais
toujours créées simultanément de manière articulée quoique contradictoire par
et pour les intérêts de groupes sociaux mobilisés et en conflit dans une histoire
en train de se faire Histoire qui autorise toutes les elaborations secondaires ou les
réaménagements adaptés et dont objectif vise imposition une représentation
de soi vis-à-vis des autres dans un champ de pouvoirs disputés Tradition et
modernité résultent donc de stratégies sociales in situ Plutôt que de les prendre
comme des descriptions objectives une réalité sociale substantielle il convient
alors de les référer aux conditions sociales de leur production puisque comme la
sociologie nous appris la réalité de la représentation est pas toujours la
représentation de la réalité même si elle concourt la constituer
Ce symbole est devenu le mahatma Gandhi empruntant tout la fois la
tradition le style du renon ant sadbu et du saint homme proche de univers
villageois et la modernité la stratégie raffinée un leader organisant son parti
sur un modèle occidental en le mobilisant autour de revendications militantes
bien mondaines témoigne exemplairement de cette manipulation sociale de ce
bricolage idéologique savamment orienté Gandhi incarne la manière un
parangon ce mélange pour nous étrange mais puissant qui fait la démonstration
historique de son efficacité politique 16)
Si comme nous avons esquissé du côté occidental la distance était trop
grande pour que puissent appliquer de manière opératoire des modèles sim-
107