24 Pages
English
Gain access to the library to view online
Learn more

Typologie des spécialistes religieux chez les musulmans du sous-continent indien : les limites de l'islamisation / A Typology of Religious Specialists among Muslims in the Indian Subcontinent : the Limits of lslamization - article ; n°1 ; vol.55, pg 29-51

-

Gain access to the library to view online
Learn more
24 Pages
English

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1983 - Volume 55 - Numéro 1 - Pages 29-51
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Subjects

Informations

Published by
Published 01 January 1983
Reads 32
Language English
Document size 2 MB

Exrait

Marc Gaborieau
Typologie des spécialistes religieux chez les musulmans du
sous-continent indien : les limites de l'islamisation / A Typology
of Religious Specialists among Muslims in the Indian
Subcontinent : the Limits of lslamization
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 55/1, 1983. pp. 29-51.
Citer ce document / Cite this document :
Gaborieau Marc. Typologie des spécialistes religieux chez les musulmans du sous-continent indien : les limites de l'islamisation
/ A Typology of Religious Specialists among Muslims in the Indian Subcontinent : the Limits of lslamization. In: Archives des
sciences sociales des religions. N. 55/1, 1983. pp. 29-51.
doi : 10.3406/assr.1983.2271
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1983_num_55_1_2271Sc soc des Rel. 1983 55/1 janvier-mars) 29-51 Arch
Marc GABORIEAU
TYPOLOGIE DES SPECIALISTES RELIGIEUX
CHEZ LES MUSULMANS
DU SOUS-CONTINENT INDIEN
LES LIMITES DE LISLAMISATION
After an account of current ethnological studies of Muslim mino
rities in Nepal and northern India an inventory of religious spe
cialists among Muslims in the Indian subcontinent establishes six
categories the servants of the Law who enforce canonical Islam
those elected to the path of Allah follow kind ofSuf sm
the mediators of custom who operate in matters of augury and
collective rites for impurity priests who have responsability for
protecting the territory magicians and spirit mediums
This research raises several questions How much can normative
texts help in analyzing existent religious specializations In fact
not very much Out of these six categories only the first two can
be with adjustments to the Indian context traced to the
Islamic tradition The others originated in local Hindu or pre-
Hindu traditions Given this how does the structure espe
cially the caste hierarchy affect the recruitment and work of spe
cialists And what differences separate the conception of religion
underlying these specialists services from that contained in nor
mative texts The gap between normative tradition and actual
practice can be observed in all Muslim societies The proposed
method of analysis could be usefully tried out in other parts of the
Muslim world
Le système de translitteration utilisé est celui du dictionnaire de PLATTS 1884 Tous les mots quelle que soit
leur origine sont orthographiés et vocalises comme en ourdou Leur origine est indiquée par les abréviations suivantes
arabe hindi nepali persan sanscrit
Les mots translittérés sont toujours en italique Par convention les noms des spécialistes qui sont regroupés en cas
tes commencent par une majuscule ex Hàjjam Chirurgien-Barbier ceux des qui ne sont pas regroupés en
castes par une minuscule ex ghassdl laveur de cadavre)
29 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
INTRODUCTION
Dans une série de conférences prononcées Paris en 1956 le grand juriste
musulman indien Asaf Ali Fyzee déplorait le fait suivant certains aspects
parmi les plus originaux de évolution de la pensée et de la société islamiques
restent ignorés faute de porter attention aux faits indiens et aux ouvrages écrits
en ourdou Fyzee 1956 75 Les recherches anglo-saxonnes ont fait depuis pro
gresser étude de la pensée et de la politique islamiques dans le sous-continent
indien Hardy 1972 Il reste pourtant un domaine encore bien négligé celui de
ethnologie des communautés musulmanes de ce sous-continent
Le présent article explore un des aspects de ce dernier domaine les spécia
listes religieux Il présente les résultats et les implications méthodologiques et
théoriques des recherches que je poursuis depuis bientôt vingt ans Le sous-
continent indien ou Asie du Sud comme on appelle hui comprend
cinq états Inde Pakistan Bangladesh Népal et Sri Lanka Il représente un cas
bien particulier dans le monde musulman en dépit de six siècles de domination
politique par des dynasties musulmanes XIIIème-XVIIIème siècles) la masse
de la population refusé la conversion et islam est resté minoritaire Les éva
luations statistiques pour 1975 donnent en chiffres ronds les proportions suivan
tes Les musulmans représentent seulement 26 de la population totale du
sous-continent ils sont très inégalement répartis Les deux tiers entre eux sont
regroupés dans deux régions marginales majorité musulmane qui se sont déta
chées de Inde en 1947 pour former les deux républiques islamiques du Pakis
tani 97 de musulmans et du Bangladesh 85 Sur le reste du sous-
continent les sont très minoritaires 1125 en Inde 7 Sri
Lanka et au Népal Les communautés musulmanes de ces cinq pays sont is
sues pour essentiel de convertis locaux et très fortement acculturées Elles sont
le plus souvent imbriquées dans des populations majoritaires non musulmanes
hindoues le plus souvent mais aussi par endroits bouddhistes ou tribales ani
mistes Leur vie sociale est étroitement marquée par ce contexte dans tous les
domaines notamment celui des spécialistes religieux qui nous intéressent ici
Si chaque communauté adhérait exclusivement une seule tradition reli
gieuse définie hindouisme bouddhisme chamanisme islam... inventaire de
ses spécialistes religieux serait facile Or est rarement le cas même chez les
musulmans qui sont en théorie très soucieux orthodoxie et orthopraxie ils
utilisent en fait un éventail de spécialistes religieux beaucoup plus large que ce
lui prévu par la tradition islamique cet éventail doit aux traditions
millénaires du lieu notamment hindouisme est le point que je cherche
démontrer ici en appuyant sur des matériaux ethnologiques recueillis au Né
pal Gaborieau 1977a et 1978a qui sont interprétés la lumière des données
publiées sur Inde du Nord le Pakistan et le Bangladesh
Cette démonstration se fait en deux étapes Elle commence par un inven
taire aussi exhaustif que possible Les différents spécialistes sont repérés Pour
chacun eux les questions suivantes sont posées quel(s rôle(s remplit-il
Comment est-il rémunéré Quels liens le lient ceux il sert Comment est-il
Pour les descriptions détaillées et les références aux sources je renvoie une série de travaux publiés par au
tres ou par moi-même dont on trouvera la liste dans la bibliographie
30 MUSULMANS DU SOUS-CONTINENT INDIEN
recruté et quel est son statut dans la société globale deux questions souvent
liées) Cet inventaire est ordonné pour constituer une typologie Dans la se
conde étape après avoir résumé en un tableau les résultats obtenus nous tire
rons les conséquences méthodologiques et théoriques de notre inventaire en
résulte-t-il pour interprétation de la société indienne en général et plus particu
lièrement cette fraction de la que constituent les commu
nautés musulmanes Dans quelle mesure ces dernières sont-elles islamisées
INVENTAIRE ET TYPOLOGIE
inventaire qui suit été constitué patiemment au hasard des expériences
de terrain Sa présentation pourtant est pas innocente elle ordonne selon les
six catégories de la typologie construite après coup typologie qui rend compte
de la fa on la plus simple possible de la diversité des matériaux idée direc
trice est appliquer la société musulmane la méthode analyse que autres
ethnologues ou moi-même Gaborieau 1977b avons testée sur la société hin
doue Mon but est en faire ressortir non seulement les vertus heuristiques mais
aussi les insuffisances et de tirer les conséquences de ce constat pour interpré
tation de la société musulmane Le rituel des musulmans est centré sur deux pô
les extrêmes un côté la mosquée et le cimetière où effectuent les cérémonies
communautaires de autre côté la maison siège notamment des rites du cycle
de vie Entre les deux un pôle médian les tombes des saints ou les sanctuaires
des dieux du terroir Quels spécialistes officient
Les serviteurs de la Loi Gaborieau 1982
Dans une communauté islamique on attend trouver au premier plan une
catégorie de spécialistes dont la nomenclature et les fonctions sont prévues dans
la tradition normative spécialement les textes de droit musulman Ces spécialistes
sont aisément repérables et peuvent se regrouper en deux sous-catégories les servi
teurs honorables de la grande tradition et les gens de service de statut vil
1.1 Les spécialistes honorables
islam se définit abord par la soumission islam la Loi
shan dont les injonctions ahkâm ont été révélées par Allah On trouve
donc abord les spécialistes de interprétation et de accomplissement de cette
Loi La tradition écrite distingue de multiples rôles concernant soit interpréta
tion et enseignement soit la mise en pratique
Les rôles interprétation et enseignement sont généralement regroupés
époque moderne sous étiquette oulémas sing âlim pluriel
Ces derniers remplissent des fonctions diverses qui peuvent se traduire
par des termes différents étude et la recherche sont les premiers rôles des oulé
mas Ils peuvent se spécialiser dans interprétation de la Loi et sont alors
connus comme muffi A. Leur rôle le plus important est celui enseignant
us fad A. instruction religieuse est en effet considérée avec la circoncision
comme une phase indispensable de initation Gaborieau 1981b Concernant la
mise en pratique on distingue aussi deux rôles principaux abord diriger les prières
31 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
salât communautaires la mosquée celles auxquelles assistance est
optionnelle cinq prières quotidiennes et surtout celles auxquelles tout musul
man mâle obligation assister prière du vendredi après-midi et prières so
lennelles des deux grandes fêtes Celui qui conduit ces prières Virnani A.) est
le véritable leader est le sens originel du terme de la communauté religieuse
Son rôle peut être démultiplié en diverses fonctions directeur de la prière prê
cheur chanteur du Coran etc Le second rôle consiste conduire les rites du
cycle de vie La cérémonie de mariage vient au premier plan celui qui la préside
pour en assurer la validité légale et éventuellement rédiger un contrat est géné
ralement connu dans le sous-continent indien sous le nom de qazi A.)
littéralement juge les Anglais ayant dès le XVIIIème siècle remplacé lès juges
musulmans par des tribunaux état laïcs ce terme ne applique plus aujourd
hui celui qui dirige la célébration du mariage Il donne valeur légale
échange des consentements nikah il supervise aussi les rites qui
accompagnent profession de foi prière puis oraison du ci sur la nourri
ture bénite et distribuée aux participants Par extension on nomme populaire
ment qazJ homme qui est appelé par le maître de maison pour conduire toutes
les autres cérémonies du cycle de vie naissance circoncision premières funé
railles Gaborieau 1981b Ces multiples rôles sont nobles parce ils sup
posent honorabilité et instruction
Ils peuvent être remplis par une ou plusieurs personnes Dans éventail le
plus large on trouvera autant individus distincts que nous avons distingué de
rôles était le cas dans les capitales des anciens états musulmans de Inde ce
est encore dans les grandes villes autre extrême les communautés villa
geoises ont un seul spécialiste qui remplit tour tour tous ces différents rô
les il est souvent appelé mulla A. dans la littérature dans mon expérience
Népal et Inde du Nord est le terme qazi qui est le plus fréquent mais on lui
donnera parfois aussi le titre mam dans les circonstances où il dirige la
prière et celui ust ad quand il enseigne Dans les cas intermédiaires on aura
souvent deux hommes un spécialisé dans enseignement autre dans la con
duite des cérémonies
La question la plus importante est celle du recrutement social Ce ou ces
spécialistes ne sont pas des prêtres marqués par une vocation ou une consécra
tion qui les mettent part du reste de la population Ils ne forment pas non plus
un groupe clos auquel on appartient de naissance la différence des spécialistes
recrutés par caste que nous étudierons plus loin Pour toutes ces raisons en leur
absence importe quel homme musulman instruit et honorable peut remplir
leur rôle Ces spécialistes sont des hommes qui ont bénéficié une instruction
un peu au-dessus de la moyenne locale qui peut être fort basse et qui se spécia
lisent dans ce genre de rôles pour répondre aux besoins de leur communauté et
éventuellement gagner un peu argent Ils ont tendance se recruter dans les
familles assez bon statut mais de ressources modestes En effet remplir ces
fonctions comme gagne-pain dépendant ainsi des classes ou castes dominantes
est pas socialement très prestigieux Paradoxalement est au niveau villa
geois dans les cas où la fonction est remplie par un notable pour rendre service
elle est la plus prestigieuse La rémunération de ces spécialistes peut se ca
ractériser par sa forme et par son contenu Dans sa forme elle est pas condi
tion indispensable la validité des rites ce trait est remarquable dans le con
texte du sous-continent indien par rapport aux hindous abord chez qui salai
res et dons aux Brahmanes sont inclus dans les rites mêmes Gaborieau
32 MUSULMANS DU SOUS-CONTINENT INDIEN
1977b) par rapport ensuite aux spécialistes vils musulmans ou non que
nous verrons plus bas En fait ceux qui remplissent ces rôles honorables par
esprit de service exigent pas de salaire se contentant de quelques dons coutu-
miers Dans son contenu en effet la rémunération se divise en salaires et en
dons Les premiers proviennent des fonds réguliers pour entretien des mos
quées et des écoles revenus de fondations pieuses salaires gouvernementaux
collectes ou parts de récolte selon les cas Les dons consistent en sommes ar
gent symboliques vêtements et nourritures ils sont faits occasion des rites
du cycle de vie classés comme de bon augure est-à-dire naissance instruction
religieuse circoncision et mariage exclusion des cérémonies funéraires qui
sont considérées comme de mauvais augure Nous touchons là un point impor
tant pour la suite les spécialistes nobles acceptent que les salaires et les dons
qui les placent en position honorable ils refusent ceux qui les placeraient en
position infériorité par rapport aux groupes de statut auxquels ils appartien
nent comme les offrandes aux morts et les aumônes qui reviennent des spécia
listes inférieurs
1.2 Les spécialistes vils
Les spécialistes honorables ne suffisent pas satisfaire toutes les obli
gations de la Loi Les musulmans ont aussi recours deux spécialistes vils un
indispensable autre optionnel Le premier est le Chirurgien-Barbier Hajfâm
A. Il est indispensable en son premier rôle de Chirurgien pour effectuer la cir
concision Celle-ci est considérée comme la première partie de initiation reli
gieuse celle qui fait un homme un musulman on appelle parfois musulmani
P. Elle permet de traiter avec aspect négatif du sacré qui est lié impureté
et de ramener la sexualité dans les normes de la Loi Toute communauté musul
mane besoin un Chirurgien-Barbier elle installe chez elle ou fait venir de
loin périodiquement grands frais Dans le sous-continent indien il appartient
toujours un groupe de statut endogame fermé intérieur duquel la profes
sion est transmise héréditairement bref une caste jat H. ou dhOt A. les
deux mots sont couramment prononcés de la même fa on et le second est un dé
guisement islamique savant du premier Ici pour la première fois interviennent
des données spécifiques du contexte indien Le statut de la caste des
Chirurgiens-Barbiers est assez bas nettement au-dessous des castes dominantes
et de la plupart des agriculteurs et des artisans respectables ils sont la limite
des castes impures Leurs liens avec les patrons de statut supérieur ils servent
sont aussi fixés par la tradition indienne dans le cadre du système ja/mam
Gaborieau 1977b 42-43 Il agit de relations personnelles le Chirurgien-
Barbier est lié par contrat ou héréditairement un groupe de patrons dont il
circoncit les fils il rase aussi et coupe régulièrement les cheveux des hommes
adultes Sa rémunération se décompose en un fixe annuel en grains pour la
coupe des cheveux et le rasage et en salaires et dons chaque intervention dans
une cérémonie du cycle de vie la circoncision est évidemment le service le plus
cher payé
Le Boucher musulman rend aussi un service rituel abattage des animaux
selon les règles fixées par la Loi pour en rendre la viande licite hâtai A. est
un sacrifice Le Boucher est pas absolument indispensable car tout homme
musulman adulte peut abattre des animaux selon les prescriptions de la Loi
33 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
Dans le contexte villageois on pourra en passer Mais dans les villes et les vil
lages peuplés on le rencontrera fréquemment Comme le Chirurgien-Barbier il est
de bas statut il est même définitivement plus bas car il est toujours classé parmi
les castes impures Il est en fait recruté dans deux castes différentes les Cîk H.
qui abattent les chèvres et les moutons les Qassab A. qui abattent le gros bétail
buffles et là où la législation le permet bovins Les Bouchers sont payés la
pièce et entretiennent pas de relations personnelles avec ceux qui les patronnent
La tradition islamique rejoint ici celle des hindous pour faire des profes
sions de Chirurgien-Barbier et de Boucher des métiers vils Brunschvig 46-50
Les raisons avancées sont sans doute différentes islam se fonde sur le carac
tère sacré du sang et hindouisme sur horreur de la violence mais le résultat
est le même Ces deux spécialistes en sont pas moins nécessaires accom
plissement de la Loi Ils complètent par le bas en tant que spécialistes vils et
décriés les spécialistes honorables que nous avons décrits en commen ant
Tous ensemble ils forment le noyau des spécialisations marquées par islam ca
nonique noyau qui se retrouve état pur dans les communautés isolées Ga-
borieau 1982 Ces rôles ne peuvent être remplis que par des musulmans ils
sont généralement désignés par des termes empruntés arabe même si le spé
cialiste appartient comme le Chirurgien-Barbier une caste de convertis
Les médiateurs de la Coutume
énumération précédente est loin épuiser éventail des spécialistes aux
quels les musulmans Asie du Sud recourent en fait pour manipuler certains as
pects du sacré Une deuxième catégorie est introduite ici celle des médiateurs de
la Coutume curfou lïdaf Cette coutume varie selon les lieux alors que la
Loi est identique sur ensemble du monde musulman aux différences écoles
près Cette seconde catégorie sera donc plus marquée que la précédente par le
contexte du sous-continent indien
Ici encore nous trouvons deux pôles ils sont articulés cette fois-ci non plus
autour de opposition honorable vil mais plutôt autour de celle de bon
augure/mauvais augure on retrouvera cependant intérieur de ces deux sous-
catégories des gradations de statut opposition entre le bon et le mauvais au
gure est une des plus prégnantes dans la vie religieuse et les croyances de tous
les habitants du sous-continent musulmans compris Gaborieau 1977e 111-
112 Il faut insister dès le départ car elle risquerait de passer inaper ue Elle
valeur religieuse car elle conditionne la mise en place de tout rite et préoccupe
autant esprit des gens que les règles islamiques de pureté rituelle auxquelles
elle est ailleurs liée tout en les débordant largement Elle de vastes ré
sonances sociales par exemple en Inde du Nord un maître de maison fait
transmettre les invitations une cérémonie faste naissance circoncision ma
riage .. par un spécialiste de bon augure comme le Barbier mais est un in
touchable Tanneur ou Musicien qui appellera aux cérémonies funéraires
2.1 Les donneurs de bon augure
2.1.1 Spécialisation par caste Gaborieau 1977b
Le bon augure P. shagun S. subha se traduit dans interrogation
des présages par astrologie les soins du corps la parure le vêtement et la
34 MUSULMANS DU SOUS-CONTINENT INDIEN
musique tous domaines qui ont donné lieu des spécialisations par caste très
sophistiquées dans le sous-continent indien
Les Astrologues ont été largement consultés par les musulmans au
milieu de ce siècle pour fixer les dates des cérémonies de bon augure comme le
mariage Ce qui est paradoxal quand on sait que ces Astrologues sont générale
ment des hindous recrutés au plus haut niveau dans des sous-castes de Brahma
nes ils viennent dans la hiérarchie immédiatement après ceux des Brahmanes qui
exercent les rôles de prêtres et ils en ont certains des caractères sacrés
Le vêtement traduit le bon augure par des couleurs vives bleu jaune et
surtout rouge symbole du mariage qui sont réservées aux jeunes filles et aux fem
mes mariées dont le mari est vivant où importance des métiers du textile
transmis eux aussi dans le cadre de castes ardeurs de coton DhuniyO)
Tisserands JulahO et Tailleurs Darzl La parure exprime le bon augure
par la présence de bijoux en métaux précieux fournis par Orfèvre Sonar
et par des bracelets et perles de verre ou de laque fabriqués et vendus par le Fabri
cant-Colporteur de bracelets H. CuTiHarà ou Maniïîara Gaborieau 1977e
Inversement le mauvais augure deuil et veuvage se marque par absence de cou
leurs vives remplacées par le noir tradition islamique ou le blanc tradition hin
doue largement suivie par les musulmans ou des teintes neutres par le retrait des
bijoux précieux et le bris des bracelets de verre
Tous les spécialistes que nous venons énumérer sont regroupés en castes Ils
sont considérés comme vils aussi bien dans la tradition islamique Brunschvig
passini que dans la tradition hindoue leur vilenie reste pourtant relative car ils
demeurent au niveau inférieur des castes pures Seul le tailleur est lié personnelle
ment son patron et re oit un paiement fixe annuel en nature qui ajoute aux ré
munérations et dons la pièce Tous les autres ont avec leurs patrons des relations
purement commerciales et sont payés la pièce
Le Barbier intervient encore ici non plus comme Chirurgien mais pour le soin
des cheveux des poils et des ongles en compagnie de sa femme qui est manucure
et occupera plus spécialement des soins corporels des femmes Le Barbier est
nettement inférieur aux artisans nommés ci-dessus il intervient en effet dans les
situations limites du passage de impureté la pureté le rasage des poils du corps
et la taille de la barbe et de la moustache sont regroupés par les musulmans sous
la notion de tra A.) propreté naturelle ils constituent un complément recom
mandé aux ablutions Cette toilette sera spécialement soignée occasion des cé
rémonies du cycle de vie notamment pour les mariés La caste des Barbiers un
rôle crucial deux moments du cycle de vie la naissance la femme du barbier
intervient comme manucure juste après ablution qui marque la fin de la période
impureté de accouchée Lors des cérémonies funéraires les hommes proches du
défunt ont faire des toilettes qui marquent les étapes du deuil et son terme le
Barbier intervient après pour compléter les ablutions
La musique est aussi un ingrédient indispensable du bon augure Les musul
mans puristes peuvent bien la réprouver ils ne peuvent rien contre la Coutume
qui veut que les cérémonies de bon augure comme la naissance le mariage ainsi
que les fêtes des saints soient accompagnées de musique instrumentale Il faut
voir plus une distraction une publicité ou un luxe est avant tout un gage de
prospérité et de chance On augurerait mal de avenir un enfant dont la nais
sance ou un couple dont le premier mariage auraient pas été égayés par les
instruments de musique Dans le contexte indien ceux qui exécutent cette musique
sont socialement très marqués ce sont toujours des intouchables recrutés dans
des castes fermées soit des Musiciens qui ne font que de la musique soit les Tan
neurs les Balayeurs-Vidangeurs etc en Inde ou les Tailleurs intouchables
au Népal qui associent la musique leur autre profession hérédi-
35 ARCHIVES DES SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
taire Ils sont souvent complétés par des castes encore plus décriées de Musiciens-
et-Danseuses ces dernières étant considérées comme prostituées leur présence est
de bon augure dans les cérémonies ajoute souvent une des curiosités
du contexte indien les Hermaphrodites Hijra regroupés en corporations
analogues des castes de très bas statut habillés en femmes ils chantent et dan
sent lors des cérémonies du cycle de vie Enfin dans le passé avant interdiction
décrétée par les Anglais les prostituées rituelles les célèbres danseuses et chan
teuses des temples hindous ont aussi été adoptées parfois en contexte musulman
elles officiaient ainsi dans les sanctuaires chiites de Lucknow et autour des tombes
de Saints en Inde du Sud
2.1.2 Spécialisation par sexe
Ceci nous amène un autre type de spécialisation dans le bon augure non
plus par caste mais par sexe Les hommes interviennent ici que de fa on margi
nale coups de fusil pour annoncer la naissance un gar on ou un mariage simu
lacres de combats et joutes oratoires Les porteuses de bon augure par excellence
sont des femmes opposées aux hommes et parmi les femmes les jeunes filles et
les femmes mariées dont le mari est encore vivant qui ont de préférence été ma
riées une seule fois et qui ont des enfants surtout des fils vivants Des jeunes
filles doivent être présentes lorsque enfant sort pour la première fois de la maison
et il mange pour la première fois de la nourriture solide Femmes mariées et
jeunes filles sont indispensables aux festivités du mariage dont elles gagent le suc
cès Ce sont enfin les femmes qui exécutent les chants rituels de bon augure qui
ponctuent les cérémonies du cycle de vie et les fêtes des saints elles doivent aussi
exécuter entre elles lors des mariages des chants obscènes
2.2 Les boucs émissaires de impureté Gaborieau 1977b et 1982
autres spécialistes interviennent de fa on négative en prenant sur eux des
sources de souillure Ils sont bien connus en contexte indien ils sont enumeres
ci-dessous en ordre hiérarchique décroissant
Le Blanchisseur DhobI et sa femme là où ils existent purifient le
linge et notamment celui de la femme qui vient avoir ses règles ou accou
cher Ils sont dans la hiérarchie la limite des castes pures et des castes impures
comme le Chirurgien-Barbier Mais alors que ce dernier est souvent considéré pur le Blanchisseur est toujours au-dessous de lui et toujours impur Les
laveurs de cadavre professionnels ghassaî) rarement rencontrés ne forment
pas une caste
Plus bas on trouve la sage-femme aaî-janâl süreni quand elle
se rencontre comme professionnelle elle un statut nettement plus bas que le
Blanchisseur elle fait accouchement et les soins de accouchée pendant la pé
riode de réclusion Les sages-femmes ne forment pas une caste on les recrute
dans une des castes intouchables comme celle des Tanneurs ou des Distillateurs
Les Tanneurs-Cordonniers Comar et Mod SarkJ forment la
caste intouchable typique du paysage social indien Leur rôle indispensable qui
subsiste même après la disparition de artisanat du cuir est de débarrasser les
villes et villages des cadavres animaux aucun homme respectable fût-il mu
sulman ne se souillerait par ce travail
36 MUSULMANS DU SOUS-CONTINENT INDIEN
Les Balayeurs-Vidangeurs H. hangi P. Mehtar ou Hatal-khor sont
toujours et partout la caste intouchable la plus basse Leur bas statut explique
non pas tant par le balayage que par le nettoyage des latrines privées et publi
ques personne autre même parmi les intouchables ne abaisserait ce tra
vail
Tous les spécialistes mentionnés ci-dessus jouent donc un rôle de boucs
émissaires de impureté ils sont de fa on négative et préalable nécessaires
instauration de la pureté elle-même condition indispensable des rites Ils entre
tiennent généralement des relations personnelles avec leurs patrons et leur ré
munération comporte un fixe annuel en nature
2.3 Conclusion
Ces médiateurs de bon augure et de impureté ne sont pas aussi marqués
par islam ni aussi indispensables que les serviteurs de la Loi Ces derniers doi
vent toujours être musulmans pour servir des musulmans Les médiateurs de la
Coutume au contraire peuvent être musulmans ou non on voit couramment des
spécialistes hindous servir des et vice-versa selon la main-d uvre
disponible dans le contexte local Ils ont été inégalement marqués par islam
comme en font foi les statistiques pour résumer grossièrement des données
complexes est parmi les donneurs de bon augure que la conversion islam
été la plus massive les boucs émissaires de impureté sont pour essentiel res
tés hindous ou même récemment se sont convertis au christianisme ce fait va
contre la théorie souvent vantée selon laquelle islam aurait eu un attrait parti
culier pour les plus basses castes Notons aussi que toutes ces spécialisations
sont parmi les viles aussi bien dans la tradition islamique que dans la
tradition hindoue
Les médiateurs de la Coutume ne sont pas non plus tous aussi indispensa
bles que les serviteurs de la Loi exemple des communautés musulmanes iso
lées comme celles du Népal permet de détacher un noyau central partout et
toujours on trouvera les Tailleurs les distributeurs de parure comme les Orfè
vres et les Fabricants de bracelets ainsi que les Tanneurs ardeurs Tisserands
Barbiers Blanchisseurs et Balayeurs-Vidangeurs peuvent être absents Chacun
remplira alors leurs fonctions pour soi-même ou pour ses proches on évitera
soigneusement en faire un métier car cela entraînerait une infériorisation per
manente
Avec les spécialistes mentionnés ici les musulmans peuvent satisfaire
la plupart de leurs obligations celles-ci sont spécifiées par la Loi ou elles
sont enjointes par la Coutume qui par delà la lettre de la Loi rejoint les racines
les plus profondes de la vie religieuse notamment celles qui lient et séparent le
sacré et la sexualité prise au sens le plus large englobant la naissance et la mort
-Les élus dans la Voie Allah Gaborieau 1978d 1982
obéissance la Loi et la Coutume épuise pas toutes les aspirations re
ligieuses des musulmans Pour nouer des contacts plus étroits avec Allah ses
Saints les esprits et les morts ils ont recours des médiateurs Ces derniers dif-
37