Un jardin pour les abeilles sauvages
52 Pages
English
Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer

Un jardin pour les abeilles sauvages

Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer
52 Pages
English

Description

! ! Michaël Terzo & Nicolas Vereecken BI BL I OGR A P H I E! Be llman n H , 1999. Guide de s abeille s, bour dons, guêpe s et f ourmis d’E ur ope, l’identi7ic ation, le c omport ement , l’habit at. Delachaux & Niestlé, Lausanne-P aris. C olomb P , 2012. Fleurs sauv ag e s et pr airie s 7leurie s pour nos pollinisat eurs : guide t ec hnique et c hoix de mé lang e s. Ser vice Public d e W allonie D GO 3 (Belgique). Dicks L V , Sho w ler D A & Suther lan d WJ, 2010. Bee C onser v ation — Evidenc e f or t he eff ects of int er v entions. P elagic Publishing. E y len bosch M, 2010. Une haie mellif èr e dans v otr e jar din. A beille s & Cie 138: 24-25. Ha r d o u i n R, 1 9 4 9 . La vie de s abeille s solit air e s. Gallimar d E ditions. Mic h en er CD , 2007. The bee s of t he w or ld. The Johns H opkins Uni v ersity Pr ess, Baltimor e. Müller A, Dien er S, S chn y der S, Stutz K, S edi vy C & Dorn S, 2006. Q ua nt it a t i v e pol l en r equir ements of solitary bees: implications f or bee conserv ation and the e v olution of bee- Xl o w er r el a t ionship s. Biologic al C onser v ation 130: 604-615. O’T oole C & R a w A, 1999 . Bee s of t he w or ld. Blandf or d Publisher s. Plat eaux -Q uénu C, 1 9 7 2 . La biologie de s abeille s primitiv e s. Masson et C ie. R em a cl e A, 1 9 8 9 . A beille s et Guêpe s de nos j ar dins.

Subjects

Informations

Published by
Published 04 June 2014
Reads 50
Language English
Document size 26 MB

Exrait

!
!
Michaël Terzo & Nicolas VereeckenBI BL I OGR A P H I E!
Be llman n H , 1999. Guidede sabeille s,bour dons,guêpe setf ourmisd’E ur ope, l’identi7ic ation, le
c omport ement ,l’habit at.Delachaux& Niestlé,Lausanne-P aris.
C olombP ,2012. Fleurssauv ag e setpr airie s7leurie spournospollinisat eurs:guidet ec hniqueet
c hoixdemé lang e s.Ser vicePublicd eW allonieD GO3 (Belgique).
Dicks L V , Sho w ler D A & Suther lan d WJ, 2010. Bee C onser v ation — Evidenc e f or t he eff ects of
int er v entions.P elagicPublishing.
E y len boschM,2010.Unehaiemellif èr edansv otr ejar din.A beille s&Cie138:24-25.
Ha r d o u i n R, 1 9 4 9 . Laviede sabeille ssolit air e s.Gallimar dE ditions.
Mic h en erCD ,2007. Thebee soft hew or ld.TheJohnsH opkinsUni v ersityPr ess,Baltimor e.
Müller A, Dien er S, S chn y der S, Stutz K, S edi vy C & Dorn S, 2006. Q ua nt it a t i v e pol l en
r equir ements of solitary bees: implications f or bee conserv ation and the e v olution of bee-
Xl o w er r el a t ionship s.Biologic alC onser v ation130:604-615.
O’T oole C& R a wA,1999 .Bee soft hew or ld.Blandf or dPublisher s.
Plat eaux -Q uénuC,1 9 7 2 .Labiologiede sabeille sprimitiv e s.MassonetC ie.
R em a cl e A, 1 9 8 9 . A beille s et Guêpe s de nos j ar dins. Mi ni s t è r e d e la R é gi o n w allo nne e t F ac ult é
desSciencesAgr onomiquesdeGembloux.
Kir k WDJ & Ho w es FN , 2012. Plants f or bees — A guide t o the plants that beneXit the bees of
theBritishIsles.Int ernationalBeeR esear chAssociation(IBRA).
The X er c es S ociety 2003. P ollinat or C onser v ation Handbook. X e r ce s So ci e ty & T h e Be e
W or k s.
W estrichP ,2011.Wildbienen-Dieander enBienen.V er lagD r .F .Pf eil.
!
SI TE SI NTE R NE T
!
http://www .Xlickr .com/phot os/nico_bees_w asps/(NicolasV er eeck en)
http://www .Xlickr .com/phot os/t err aincognita96/(Bernhar dJacobi)
ht t p://w w w .w il db ienen.inf o(P a ul W est rich)
http://www .eco w al.be(P ascalC olomb)
http://www .wildbienen.de(H ans-Jür genMartin)
http://www .jar din-natur e.eu( Jean-Mar cMichalo w ski)
ht t p://w est pa l b ees.m y species.inf o(In v ent a ir edesa b eil l essa u v a gesd’E ur ope)
ht t p://w w w .oa b eil l es.net (L ’O b serv a t oir edesA b eil l es)
http://www .b w ars.com(TheBees,W aspsandAntsR ecor dingSociety)
http://www .atlash ymenopt er a.net(C ollectifA tlasH ymenopt er a)
ht t p://w w w .ur b a nb ees.eu(Pr ojet eur opéen“ Lif e” surl esa b eil l esenvil l e)
!
REM ER C IEM EN T S!
P our leur r electur e att enti v e du manuscrit , nous r emer cions vi v ement D . Michez, I. C oppée, Y .
Bar bier ,M.P aqua y ,P .C olomb,etY .Goeman.
n jar din pour les abeilles sau v ages , l’idée qui est à la base de
cett e br ochur e et , d’une manièr e plus lar ge, d’un pr ojet dé v el oppé
par tr ois uni v er s it és belges (UL B, UGent , UMons ) et une as s ociationU brux elloise (Apis Bruoc Sella), Einancé par la Lot erie Nationale de
Be lgi que . C e pr o je t a po ur o bje cti f e s s e nti e l d e s e ns i bi li s e r le gr and publi c à la
quest ion et l’importan c e de la di v ersit é des abeilles en Bel gique, ainsi qu’à
notr er appor tàlanatur eengénér al.!
Nous espér ons que v ous tr ou v er e z de n ombr euses r épon ses a ux
questions qui nous ont ét é tr ès r égulièr ement adr essées au cour s des
diff ér ent es animations et conf ér ences que nous a v ons menées ces dernièr es
années : “C ombien y a-t-il d’abeilles en Belgique ?” ; “Quelle espèce puis-je
tr ou v er dans mon jar din ?” ; “C omment construir e un nid pour les abeilles
sa u v a ges ? ” ; “ Q u el l es p l a nt es p u is je p l a nt er p ou r f a v oriser l es a b eil l es
sau v ages ?” ; “Que puis-je f air e pour enr a y er leur déclin ?". C ett e br ochur e a
pour v ocation d e le v er le v oile sur le mon de fascin ant des abeilles
sau v ages en v ous in vitant à les décou vrir , les accueillir chez v ous, sur v otr e
balc o n,d ans no s par c s e tjar d i ns .!
L ’ABE I LLE ouLE SABE I LLE S?
!
T out le monde connaît les abeilles, au moins gr âce à l’abeille mellif èr e,
A pis me llif er a, espèce domestiquée par l’Homme pour la pr oduction de miel
et l a pol l inisa t ion des cul t ur es. M a is peu de personnes sa v ent que dernièr e ce
mot “abeille” se cache en f ait une énorme di v ersit é d’espèces, un e én orme
biodi v ersit é. P as loin de 20 000 espèces d’abeilles ont ét é décr it es à ce jour à
tr a v ers le monde, dont plus de 2 000 sont r ecensées en E ur ope et en vir on
380 en B el giqu e. Il f a u t d o nc b i en p a r l er DES abeille S lor s qu’on par le
d’abeilles sau v ages. Si on compar e la di v ersit é des abeilles de Belgique à celle
d’autr es gr oupes d’or g anismes tr ès populair es et qui, eux, f ont l’objet de
sui vis dans le cadr e de pr ogr ammes de conserv ation (v oir page sui v ant e), on
s’ a p er çoit qu e l es a b eil l es sa u v a ges n ’ ont rien à en vier a u x oisea u x nicheu rs
oua ux pa pil l onsdejour!!
Mais comment e xpliquer ce nombr e d’espèces éle v é dans un pa y s comme
le nô tr e ? C e “s uc c è s é c o lo gi q ue ” d e s abe i lle s ti e nt à le ur s association s
étr oit es a v ec les plan t es à ?leurs. T out es les abeilles sont v égétar iennes et
se nourrissent e x clusi v ement de pollen et de nectar . C e r égime strict cache
cependant desécol ogiest r èsdi v ersiEiéeset parf oist r èsspécial isées.!
1
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 1 21/01/14 13:30
Les causes de déclin sont en partie commune à l’abeille mellif èr e, même
si l a p l u p a rt des a b eil l es sa u v a ges ne sou ffr ent p a s des conséqu ences de l a
domestication par l’homme (e xploitation maladr oit e du miel, commer ce
int ernational f a v orisant les échanges de maladies, …). Les abeilles sau v ages,
elles, souffr ent particulièr ement de la destruction e t d e la dégr adation de
leurs habitats (diminution des r essour ces alimentair es, disparition des sit es
de nidiEication), principalement pr o v oqué par les acti vit és humaines et au
pr emier plan par l’in t en si?ication des pr atiques agric oles . L ’agr icultur e
int ensi v e a pri v é les abeilles de nombr euses plant es à Eleurs r essour ces suit e
à la d e s tr ucti o n d e s bo cage s e t l’uti li s ati o n mas s ive s d ’h e r bi ci d e s ,
d’insecticides et d’engr ais chimiques. T émoin des eff ets néf ast es de la
modiEication pr of onde et r écent e de nos habitats, la moitié des espèc es de
èmebourdon s r e c e n sé s au dé but du 20 siè c le e n Be lgique on t
c omplèt emen t disparu ou se main tien n en t un iquemen t dan s quelques
r ar eslocalit és.Ainsi, certaines espèces d’abeilles comme le das ypode hirsut e (p. 23) ne !collect ent leur pollen que sur la f amille de la chicor ée (les Ast er aceae), alor s
Ainsi, certaines espèces d’abeilles comme le das ypode hirsut e (p. 23) neque d’autr es visit ent de nombr euses plant es. C ’est le cas de la plupart des DesA CTI ONSpour laC O N S ER V A T IO Ncollect ent leur pollen que sur la f amille de la chicor ée (les Ast er aceae), alorsespèces de bour dons, qui sont tr ès génér alist es (pp. 7-12). P ar ailleurs, !que d’autr es visit ent de nombr euses plant es. C ’est le cas de la plupart desc ertain es femelles abeilles ont besoin de beauc oup ?leurs p ou r
Le déclin des abeilles n ’est pas un phénomène irr émédiable. Plusieursespèces amasserde boursufEisammentdons, qui de sontnourritur tr ès e générpour leursalist larves (pp.es, alors7-12). que Pd’autrar ailleurs,es se
études scientiEiques ont r écemment montr é que les abeilles se portaient biencont ent ent de peu de El eurs t r ès euses en pol l en. D’aut r es espècesc ertain es femelles abeilles on t besoin de beauc oup de ?leurs p ou r
mieux dans des milieux san s pesticides, a v ec plus de di v ersit é de ?leurs etd’ a b eil l es encor e, a p p el ées abeilles “c ouc ous” ne collect ent jamais elles-amasser sufEisamment de nourritur e pour leurs larv es, alors que d’autr es se
mêmesleurpollenmaispondentdanslesnidsd’autr esespèces. quelques sit es pour leurs nids, que ce soit en milieu agricole ou en milieucont ent ent de peu de El eurs t r ès génér euses en pol l en. D’aut r es espèces! ur bain. La di v ersit é des abeilles peut à nou v eau augment er! Nous pr ésent onsd’ a b eil l es encor e, a p p el ées abeilles “c ouc ous” ne collect ent jamais elles-
La di v ersit é des éc ologies des abeilles est un élément majeur à da ns cet t e b r ochu r e quelques petit es action s que chaque particulier peut esespèces.pr endr e en compt e lorsque l’on v eut pr ot éger celles-ci. La clé du succès est men er à son échelle, dans son jar din, et même dans le jar din du v oisin ! Un! donc d’ amén ager son en vir on n emen t en fa v eur des abeilles e n t e nant
peu d e E leur s , quelques nid s , pas d ’her bicid e, et v ous aur ez à coup s ûr laLa di v ersit é des éc ologies des abeilles est un élément majeur àcompt e des pr éfér en c es éc ologiques spéci?iques de ces dernièr es (plant es
chance de pou v oir observ er r apidement plusieurs des espèces illustr ées dansàEleurs,mat ériauxdeconstructionpourleurnid,sit esdenidiEication,et c).pr endr e en compt e lorsque l’on v eut pr ot éger celles-ci. La clé du succès est
cett e br ochur e. C es nou v eaux aménagements ne ser ont bien sûr pas la!donc d’ amén ager son en vir on n emen t en fa v eur des abeilles e n t e nant
solution à t ous les pr oblèmes de t out es les abeilles sau v ages. Un élémentcompt Lee desDÉ CprLINéfér desen cABes écEILLESSologiques A UVspéci?iquesA G ES de ces dernièr es (plant es
essent iel à ces st ruct ur es est a ussi de sen sibiliser le maximum deàEleurs,mat c).!
person n es. Alors par lez -en aut our de v ous, f ait es visit er v otr e nou v eau! Le déclin des colonies de l’abeille mellif èr e est phénomène lar gement
village d’abeilles, les abeilles f er ont le r est e ... Il est aujour d’hui impér atif de
médiatisé. Plusieurs Eilms et r eportages ont parf ait ement document é cett eLeDÉ C LIN desAB EILLESS A UV A G ES le s pr o t é ge r e t d ’a v anc e r v e r s une s o c i é t é plus d ur able e t plus r e s pe c tue u s etrist e t endance. Mais il f aut sa v oir que de nombr euses espèces d’abeilles! de sa b iodi v ersit é.sau v ages sont elles aussi en déclin. C e phénomène est observ é dans nos
r égionsdepuisledébutdesan n ées’80. !Le déclin des colonies de l’abeille mellif èr e est phénomène lar gement! Dr .Den isMICHEZmédiatisé. Plusieurs Eilms et r eportages ont parf ait ement document é cett e
La b or a t oir e de Zool og ietrist e t endance. Mais il f aut sa v oir que de nombr euses espèces d’abeilles
Uni v ersit édeM ons(UM ons),Bel giquesau v ages sont elles aussi en déclin. C e phénomène est observ é dans nos
R esponsabl edupr ojet“ Vil l aged’abeil l es” Einancéparl aLot erieNational e !r égionsdepuis ledébutdesan n ées’80 .! !
32
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 2 21/01/14 13:30

Illustration © N VereeckenereeckenLes causes de déclin sont en partie commune à l’abeille mellif èr e, même
si l a p l u p a rt des a b eil l es sa u v a ges ne sou ffr ent p a s des conséqu ences de l a
domestication par l’homme (e xploitation maladr oit e du miel, commer ce
int ernational f a v orisant les échanges de maladies, …). Les abeilles sau v ages,
elles, souffr ent particulièr ement de la destruction e t d e la dégr adation de
leurs habitats (diminution des r essour ces alimentair es, disparition des sit es
de nidiEication), principalement pr o v oqué par les acti vit és humaines et au
pr emier plan par l’in t en si?ication des pr atiques agric oles . L ’agr icultur e
int ensi v e a pri v é les abeilles de nombr euses plant es à Eleurs r essour ces suit e
à la d e s tr ucti o n d e s bo cage s e t l’uti li s ati o n mas s ive s d ’h e r bi ci d e s ,
d’insecticides et d’engr ais chimiques. T émoin des eff ets néf ast es de la
modiEication pr of onde et r écent e de nos habitats, la moitié des espèc es de
èmebourdon s re c e n sé s au dé but du 20 siè c le e n Be lgique on t
c omplèt emen t disparu ou se main tien n ent un iquemen t dan s quelques
r ar eslocalit és.!
Ainsi, certaines espèces d’abeilles comme le das ypode hirsut e (p. 23) ne DesA CTI ONSpour laC O N S ER V A T IO Ncollect ent leur pollen que sur la f amille de la chicor ée (les Ast er aceae), alors !que d’autr es visit ent de nombr euses plant es. C ’est le cas de la plupart des
Le déclin des abeilles n ’est pas un phénomène irr émédiable. Plusieursespèces de bour dons, qui sont tr ès génér alist es (pp. 7-12). P ar ailleurs,
études scientiEiques ont r écemment montr é que les abeilles se portaient bienc ertain es femelles abeilles on t besoin de beauc oup de ?leurs p ou r
mieux dans des milieux san s pesticides, a v ec plus de di v ersit é de ?leurs etamasser sufEisamment de nourritur e pour leurs larv es, alors que d’autr es se
quelques sit es pour leurs nids, que ce soit en milieu agricole ou en milieucont ent ent de peu de El eurs t r ès génér euses en pol l en. D’aut r es espèces
ur bain. La di v ersit é des abeilles peut à nou v eau augment er! Nous pr ésent onsd’ a b eil l es encor e, a p p el ées abeilles “c ouc ous” ne collect ent jamais elles-
da ns cet t e b r ochu r e quelques petit es action s que chaque particulier peutmêmesleurpollenmaispondentdanslesnidsd’autr esespèces.
men er à son échelle, dans son jar din, et même dans le jar din du v oisin ! Un!
peu d e E leur s , quelques nid s , pas d ’her bicid e, et v ous aur ez à coup s ûr laLa di v ersit é des éc ologies des abeilles est un élément majeur à
chance de pou v oir observ er r apidement plusieurs des espèces illustr ées danspr endr e en compt e lorsque l’on v eut pr ot éger celles-ci. La clé du succès est
cett e br ochur e. C es nou v eaux aménagements ne ser ont bien sûr pas ladonc d’ amén ager son en vir on n emen t en fa v eur des abeilles e n t e nant
solution à t ous les pr oblèmes de t out es les abeilles sau v ages. Un élémentcompt e des pr éfér en c es éc ologiques spéci?iques de ces dernièr es (plant es
essent iel à ces st ruct ur es est a ussi de sen sibiliser le maximum deàEleurs,mat ériauxdeconstructionpourleurnid,sit esdenidiEication,et c).
person n es. Alors par lez -en aut our de v ous, f ait es visit er v otr e nou v eau!
village d’abeilles, les abeilles f er ont le r est e ... Il est aujour d’hui impér atif de
LeDÉ C LIN desAB EILLESS A UV A G ES le s pr o t é ge r e t d ’a v anc e r v e r s une s o c i é t é plus d ur able e t plus r e s pe c tue u s e! de sa b iodi v ersit é.
!Le déclin des colonies de l’abeille mellif èr e est phénomène lar gement
Dr .Den isMICHEZmédiatisé. Plusieurs Eilms et r eportages ont parf ait ement document é cett e
La b or a t oir e de Zool og ietrist e t endance. Mais il f aut sa v oir que de nombr euses espèces d’abeilles
Uni v ersit édeM ons(UM ons),Bel giquesau v ages sont elles aussi en déclin. C e phénomène est observ é dans nos
R esponsabl edupr ojet“ Vil l aged’abeil l es” Einancéparl aLot erieNational e !r égionsdepuisledébutdesan n ées’80.! !
33
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 3 21/01/14 13:30
Illustration © N Vereecken!
1! !
!
6! LES COMPOSANTES 2!
!
!
! 5!
!
!
4!
!
!
3!
!
!!
LeGÎ TE et l eC O U V ER T pour les AB EILLESS A UV A G ES!
! Le succès de l’aménagement de notr e en vir onnement en f a v eur des
abeilles sau v ages v a essentiellement dépendr e de deux f act eurs t otalement
indissocia b l es : l e GÎ TE ( d i s po ni bi li t é d e s ubs tr ats d e ni d i E i c ati o n e t d e
c o n s tr u c ti o n d e n i d s ) e t le COUVE R T ( d i s p o n i bi li té d e s re s s o u rc e s
alimentair es). Les principales parties d’un “village des abeilles sau v ages” sont
détailléesci-dessous: !
! ! L ’hôt el à abeilles sau v ages n ’est pas une ruche comme celle de1! l’abeille domestique (A pis me llif er a), mais un ensemble de mat ériaux! offr a nt a ux a b eil l es sa u v a ges des a nfr a ct uosit és (t iges cr euses, b ois
f or é, v oir pp. 13-21) ou certains substr ats (mur d’ar gile, v oir pp.!
2 8 2 9 ) d a n s le s q ue ls e lle s a m é n age r o n t leur s n i d s q u’e lle s!
appr o visionner onta v ecunmélangedepollenetdenectar .!DU VILLAGE D’ABEILLES !
Les r on din s de bois offr ent ég alement un gît e pot entiel aux abeilles2 !sa u v a ges, su rt ou t si l e b ois est r endu p l u s t endr e et s’ il p r ésent e des!g a l eries cr eusées pa r des col éopt èr es; ces nou v el l es a nfr a ct uosit és! pour r ontêtr eutilis ées par les abeilles quiyins taller ontleur s nid s .
4
54
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 4 21/01/14 14:06
-!
1!
!
6!
2!
!
!
! 5!
!
!
4!
!
!
3!
!
!!
LeGÎ TE et l eC O U V ER T pour les AB EILLESS A UV A G ES!
! Le succès de l’aménagement de notr e en vir onnement en f a v eur des
abeilles sau v ages v a essentiellement dépendr e de deux f act eurs t otalement
indissocia b l es : l e GÎ TE ( d i s po ni bi li t é d e s ubs tr ats d e ni d i E i c ati o n e t d e
c o n s tr u c ti o n d e n i d s ) e t le COUVE R T ( d i s p o n i bi li té d e s re s s o u rc e s
alimentair es). Les principales parties d’un “village des abeilles sau v ages” sont
détailléesci-dessous: !
! ! L ’hôt el à abeilles sau v ages n ’est pas une ruche comme celle de1! l’abeille domestique ( A pis me llif er a ), mais un ensemble de mat ériaux! offr a nt a ux a b eil l es sa u v a ges des a nfr a ct uosit és (t iges cr euses, b ois
f or é, v oir pp. 13-21) ou certains substr ats (mur d’ar gile, v oir pp.!
2 8 2 9 ) d a n s le s q ue ls e lle s a m é n age r o n t leur s n i d s q u’e lle s!
appr o visionner onta v ecunmélangedepollenetdenectar .!
!
Les r on din s de bois offr ent ég alement un gît e pot entiel aux abeilles2 !sa u v a ges, su rt ou t si l e b ois est r endu p l u s t endr e et s’ il p r ésent e des!g a l eries cr eusées pa r des col éopt èr es; ces nou v el l es a nfr a ct uosit és! pour r ontêtr eutilis ées par les abeilles quiyins taller ontleur s nid s .
55
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 5 21/01/14 13:30
-Les espac es sableux ou à sol dén udé (p.e x. sous f orme de bacs ou de3 !
carr és indi viduels, ou en maint enant des zones de sol dénudé à plat ou!en t a l us) sont ég alement essentiels pour la gr ande major it é des! abe i lle s s au v age s qui s o nt t er r i c o l es , c’est à dir e qui f ont leur nid! e x clusi v ement dans le sol (v oir pp. 22-27 ). C haque f emelle cr euse ainsi
une g alerie principale sout err aine de quelques centimètr es à quelques!
dizaines de centimètr es de pr of ondeur , d’où r a y onnent des g aleries!
périphériquesquimènentauxcelluleslarv air es.!
!Les massifs mon o?lor aux (v oir pp. 30-36) et les pr airies ?leuries4 !(v oir pp. 41-46) de certaines espèces v égétales indigènes permett ent
d’! offrir a u x a b eil l es sa u v a ges u ne abon dan c e l oca l e de r essour ces
ali me ntai re s , e t la div ersité des ma ssifs monoEl ora u x permet!
d’ a ccu eil l ir u ne p l u s gr a nde di v ersit é d’ a b eil l es sa u v a ges t ou t a u l ong!
de l ’ a nnée, en f a v orisa nt à l a f ois l es p l a nt es à El or a ison pr écoce (dès l e!
mois de mars) et celles plus tar di v es qui offr ir ont le c ou v e rt aux! abe i lle s s au v age s e s ti v ale s .!
!Les spir ales à in sect es bien e xposées (idéalement v ers le sud),5 !construit es à partir de pierr es sèches et r emplies de t err e sableuse!per mett ent d ’ins taller f acilement une s tr uctur e offr ant un
micr oclimat partic ulier ( le s pi e r r e s g ar d e nt la ch ale ur e t la s tr uctur e!
pr ot ège du v ent) ainsi que de nombr eux abris, tant pour les abeilles!
sau v ages que pour des plant es à Eleurs (ar omatiques, campanules, et
autr es plant es plus thermophiles). C ett e structur e ser a ég alement
b én éEiqu e à b on n om b r e d’ a u t r es in sec tes et a rt hr op odes qu i
viendr ont se r éfugi er dans les anfr actuosit és f ormées par
l’empilement des pierr es sèches. A not er que des nichoirs à bour dons
et à a b eil l es sa u v a ges peu v ent êt r e incorpor és da ns l a st ruct ur e
pend ant la phas e d e cons tr uction, en v eillant à les or ient er v er s l’Es t
oul eSud.
Des pan n eaux didactiques viendr ont complét er ces aménagements,6
en pa rt icul ier s’il s sont r éa l isés da ns des l ieux a ccessib l es a u gr a nd
public comme les par cs, les jar dins, les écoles ou encor e les r éserv es
natur elles. Les nichoirs à abeilles sau v ages, spir ales et massif s
monoElor aux de plant es indigènes é v eillent la curiosit é des passants et
pas uniquement les amour eux de la natur e — ces aménagements
r epr ésent ent un f ormidable outil didactique qui peut êtr e mis à la
disp osit ion de t ou t es et t ou s.
66
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 6 21/01/14 14:06
Les espac es sableux ou à sol dén udé (p.e x. sous f orme de bacs ou de3 ! L’ACCUEIL !carr és indi viduels, ou en maint enant des zones de sol dénudé à plat ou!en t a l us) sont ég alement essentiels pour la gr ande major it é des! abe i lle s s au v age s qui s o nt t er r i c o l es , c’est à dir e qui f ont leur nid! e x clusi v ement dans le sol (v oir pp. 22-27 ). C haque f emelle cr euse ainsi DES BOURDONS
une g alerie principale sout err aine de quelques centimètr es à quelques!
dizaines de centimètr es de pr of ondeur , d’où r a y onnent des g aleries!
périphériquesquimènentauxcelluleslarv air es. !!
!Les massifs mon o?lor aux (v oir pp. 30-36) et les pr airies ?leuries4 !(v oir pp. 41-46) de certaines espèces v égétales indigènes permett ent
d’! offrir a u x a b eil l es sa u v a ges u ne abon dan c e l oca l e de r essour ces
ali me ntai re s , e t la div ersité des ma ssifs monoEl ora u x permet!
d’ a ccu eil l ir u ne p l u s gr a nde di v ersit é d’ a b eil l es sa u v a ges t ou t a u l ong!
de l ’ a nnée, en f a v orisa nt à l a f ois l es p l a nt es à El or a ison pr écoce (dès l e!
mois de mars) et celles plus tar di v es qui offr ir ont le c ou v e rt aux! abe i lle s s au v age s e s ti v ale s .!
!Les spir ales à in sect es bien e xposées (idéalement v ers le sud),5 !construit es à partir de pierr es sèches et r emplies de t err e sableuse!per mett ent d ’ins taller f acilement une s tr uctur e offr ant un
micr oclimat partic ulier ( le s pi e r r e s g ar d e nt la ch ale ur e t la s tr uctur e!
pr ot ège du v ent) ainsi que de nombr eux abris, tant pour les abeilles!
sau v ages que pour des plant es à Eleurs (ar omatiques, campanules, et
autr es plant es plus thermophiles). C ett e structur e ser a ég alement
b én éEiqu e à b on n om b r e d’ a u t r es in sec tes et a rt hr op odes qu i
viendr ont se r éfugi er dans les anfr actuosit és f ormées par
l’empilement des pierr es sèches. A not er que des nichoirs à bour dons
et à a b eil l es sa u v a ges peu v ent êt r e incorpor és da ns l a st ruct ur e
pend ant la phas e d e cons tr uction, en v eillant à les or ient er v er s l’Es t
oul eSud.
Des pan n eaux didactiques viendr ont complét er ces aménagements,6
en pa rt icul ier s’il s sont r éa l isés da ns des l ieux a ccessib l es a u gr a nd
public comme les par cs, les jar dins, les écoles ou encor e les r éserv es
natur elles. Les nichoirs à abeilles sau v ages, spir ales et massif s
monoElor aux de plant es indigènes é v eillent la curiosit é des passants et
pas uniquement les amour eux de la natur e — ces aménagements
r epr ésent ent un f ormidable outil didactique qui peut êtr e mis à la
disp osit ion de t ou t es et t ou s.
7
6 7
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 7 21/01/14 13:30
!
!
!
Au C O EU Rd’ u neC O L O N IE d eBOUR D ONS !! Of f r i r un GÎ TE auxC OL ONI E S deBOUR D ONS
Si v ous placez une vitr e t eint ée de r ouge au dessus du gît e à bour dons, !
v o us po ur r e z alo r s o bs e r v e r ce qu’i l s ’y pas s e s ans d ange r e t s ans r i s que d e Les bour dons ( genr e Bombus) sont des a b eil l es sa u v a ges qui ne cr eusent
dér a nger l es b ou r dons, ca r il s ne v oient p a s l e r ou ge. pas leur nid mais qui r écupèr ent ou aménagent des ca vit és pr ée xistant es.
Da n s t ou s l es ca s, l es b ou r don s doi v en t t r ou v er u n g ît e qu i l es p r ot èg e de l aLe nid se compose de cocons de cir e et de masses plus ou moins
pluie. Un pot d e E leur ent er r é, une petit e boit e ou un nichoir à ois eau f ontbosselées. Les gr osses masses brunes sont des pain s de pollen à l ’ int érieu r
parf ait ement l’aff air e sui v ant les espèces. Les bour dons doi v ent aussi g ar derdesquels vi v ent les jeunes larv es. A un stade plus a v ancé de leur cr oissance,
le nid et son cou v ain à bonne t empér atur e (30° C ), chaleur qu’ils pr oduisentle s lar v e s s ’i s o le nt d ans d e s c e llule s plus ar r o nd i e s . Quand le ur c r o i s s anc e e s t
eux -mêmes mais qu’ils pourr ont plus f acilement conserv er si v ous leur offr ezt erminée, chaque larv e tisse un cocon de soie et de cir e dans lequel elle se
un mat ériau isolant pour g arnir le nid : paille, sciur e, mousse natur elle, laine,métamorphose en n ymphe puis en adult e. Les cocons beaucoup pl us gr os
cot on,…E vit ezlespr oduitstr ait éscontr elesinsect es.que les autr es sont ceux des futurs mâles et r eines. Quand un jeune bour don !sort de son cocon, l e cocon vide est a l ors u t il isé p a r l a col onie p ou r y st ock er
* Modèle1:lepotde?leursen t err édu miel o u d u pollen. C es r éserv es de nourritur e sont consommées les jours !demau v aist emps.
C hoisissez un pot de Eleur (ou une petit e caisse en bois) d’au moins 15!
cm de diamètr e et en t err e cuit e pour une meilleur e r égulation h y drique etLa pl upart des bour dons pr ésents dans l a col onie sont des ou v riè r e s . C e
t herm iqu e. Cert a in s p ot s en p l a st iqu e em p êc hen t a u x ouvrières desont des f emelles st ériles qui s’occupent de t out es les tâches de la ruche
s’accr ocher aux par ois et donc de sortir du nid. Mett ez -y une bonne poignée(nett o y age, nourrissage, appr o visionnement , déf ense). La r ei ne e s t be auc o up
de mat ériau isolant . Idéalement , pour ce genr e de nichoir , ajout ez -y un peu deplus gr os s e que les ou vr ièr es . Son s eul r ôle es t d e pond r e d es œuf s d ans les
paille souillée par v otr e lapin ou hamst er aEin d’attir er l es r eines de bour donsnou v eaux pains de pollen puis de les couv er : elle f ait vibr er les muscles de
qui, au début du print emps, se mett ent génér alement à la r echer che d’un nidses a il es p ou r p r odu ir e de l a cha l eu r .
abandonné de campagnol qu’elles dét ect ent gr âce aux odeur s d’urine ou!
d’e x cr éments de ces petits mammif èr es. F ait es un tr ou dans le sol à l’endr oitSi la colonie est déjà bien dé v eloppée, on peut ég alement y observ er des
choisi pour placer le nichoir et ent err ez -le, le f ond v ers le haut et sor tant dumâles. Ils sont plus gr os et tr ès sou v ent plus color és que les ou vrièr es. Ils
sol d’un ou deux centimètr es pour é vit er que l’eau de pluie puisse pénétr erquitt ent r apidement la colonie pour ne plus y r e v enir et passent leur t emps à
dans le pot . Pr ot égez ensuit e l’entr ée du pot (le tr ou au milieu du f ond du potr echer cher de jeun es r ein es a v e c q ui s ’ac c o uple r . En E i n d e s ai s o n, la r e i ne
ou l e t u y a u qui y est connect é) pa r une pl a nchet t e, une t uil e ou une pierr emeurt et les ou vrièr es qui meur ent ne sont alors plus r emplacées. La colonie
plat e que v ous posez à en vir on 3 cm au-dessus du pot sur quelques cailloux.périclit e et dispar ait . Les jeunes r eines f écondées par les mâles v ont s’isoler
Si v ous opt ez pour une planchett e, placez une gr osse pier r e par dessus pourpour passer l’hi v er à l’abri. Elles r e viendr ont peut-êtr e l’an pr ochain pour
l’empêcherdes’en v oler .f o nd e r une no u v e lle c o lo ni e d ans v o tr e gî t e .
8 98
164355-Flyer_Brochure_FR.indd 8 21/01/14 15:52

Illustration © N Vereecken