L
38 Pages
English
Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer

L'INNOVATION EN COREE

-

Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer
38 Pages
English

Description

Repères sur l'innovation en Corée. ANRT – Jeudi 4 mars 2004 – Paris. 1/38. CONFERENCE-DEBAT. L'INNOVATION EN COREE. JEUDI 4 MARS 2004 - PARIS ...

Subjects

Informations

Published by
Reads 15
Language English

Exrait

Repères sur l'innovation en Corée ANRT  Jeudi 4 mars 2004  Paris
CONFERENCE-DEBAT
L'INNOVATION EN COREE
JEUDI 4 MARS 2004 - PARIS
IntroductionparDenis RANDET, délégué général, ANRT
   De l imitation à l innovation, où en est l économie coréenne ? Frédérique SACHWALD,responsable des Etudes économiques,Ifri Les nouveaux défis du système de recherche et d innovation coréen Joonghae SUH,Korean Development Institute Les activités de R&D des entreprises coréennes Jae-Ik CHOI,vice-président, Korean Industrial and Technological Association Le système d'innovation coréen et ses perspectives Randall JONES,chef du bureau Corée  Japon à l'OCDE  La Corée, trait d'union entre la Chine et le Japon Christian WAROCQUIER,CEO France Telecom R&D Japon et Corée-du-Sud Tayeb BEN MERIEM,responsable Skillcenters IPv6, France Telecom R&D Les liens industrie / recherche dans la dynamique coréenne Young Beom CHOI,directeur des Relations internationales de l'ETRI Coopération dans le domaine des biotechnologies Ulf NEHRBASS,directeur de l'Institut Pasteur en Corée Les particularités d'un centre de recherche en Corée Guillaume VENDROUX,directeur Innovation, Valeo Electrical System
Conférence organisée par lANRT, en collaboration avec lambassade de Corée en France, avec le soutien de lAFIRIT.
1/38
Introduction Denis RANDET Délégué général, ANRT
Sommaire
   De l imitation à l innovation, où en est l économie coréenne ? Frédérique SACHWALD Responsable des Etudes économiques,Ifri Les nouveaux défis du système de recherche et d innovation coréen Joonghae SUH Korean Development Institute Les activités de R&D des entreprises coréennes Jae-Ik CHOI Vice-président, Korean Industrial and Technological Association Le système d'innovation coréen et ses perspectives Randall JONES Chef du bureau Corée  Japon à l'OCDE La Corée, trait d'union entre la Chine et le Japon Christian WAROCQUIER CEO France Telecom R&D Japon et Corée-du-Sud Tayeb BEN MERIEM Responsable Skillcenters IPv6, France Telecom R&D Les liens industrie / recherche dans la dynamique coréenne Young Beom CHOI Directeur des Relations internationales de l'ETRI Coopération dans le domaine des biotechnologies Ulf NEHRBASS Directeur de l'Institut Pasteur en Corée Les particularités d'un centre de recherche en Corée Guillaume VENDROUX Directeur Innovation, Valeo Electrical System Un institut de recherche coréen en Europe : pour quels partenariats ? June Gunn LEE Directeur du KIST Europe
5
7
9
13 17
21
25 29 31 35
Repères sur l'innovation en Corée ANRT  Jeudi 4 mars 2004  Paris
REPERES SUR LINNOVATION ENCOREE
Introduction Denis Randet Délégué général, ANRT
Le système de recherche coréen vise à donner au pays une dimension mondiale, grâce à des objectifs extrêmement ambitieux, mais néanmoins crédibles au vu de ce qui a déjà été réalisé par un pays qui, après avoir subi des guerres dévastatrices, est devenu la onzième puissance économique mondiale, membre de lOCDE.
3/38
Repères sur l'innovation en Corée ANRT  Jeudi 4 mars 2004  Paris
De limitation à linnovation, Où en est léconomie coréenne ? Frédérique SACHWALD Responsable des Etudes économiques, Ifri
La Corée, qui, en entrant à lOCDE, vient seulement de rejoindre le cercle des pays à hauts revenus, affronte des difficultés typiques des pays « avancés », comme la concurrence avec la Chine, sur les industries nécessitant une forte main-duvre. Le problème des délocalisations est présent dans les esprits. Les entreprises doivent relever le double défi dinnover davantage et daccroître la reconnaissance de leur marque sur les marchés internationaux. Parallèlement, le projet est de faire de la Corée la plate-forme industrielle de lAsie du Nord-Est. La Corée deviendrait alors le lien entre la Chine et le Japon, en termes géographiques mais aussi en ce qui concerne son niveau de développement. Dans ce contexte, linvestissement direct étranger devrait jouer un rôle important. En effet, le passage au stade de linnovation nécessite la réorganisation des entreprises privées et des systèmes dinnovation afin de pouvoir sappuyer moins sur les licences et plus sur la Recherche et développement (R&D) interne et les partenariats avec des entreprises étrangères.
Les groupes coréens ont cherché à accéder à cette frontière technologique par plusieurs voies : linvestissement direct dans des petites entreprises ou des laboratoires coréens aux Etats-Unis ; le recours par les entreprises coréennes à des chercheurs étrangers; laide aux investissements directs en Corée pour faire de la R&D. Une grande partie du projet de plate-forme industrielle repose sur lattraction plus grande de linvestissement direct étranger en Corée dans lindustrie, les services et la R&D.
La Corée cite volontiers le « changement de paradigme » parmi les voies susceptibles de la mener vers son objectif. Elle doit notamment cesser de se considérer uniquement comme une plate-forme de production, et se voir également comme un marché à part entière. En effet, si la Chine peut impressionner au point de faire oublier les autres pays, la Corée compte près de 50 millions dhabitants et un pouvoir dachat important.
5/38
Repères sur l'innovation en Corée ANRT  Jeudi 4 mars 2004  Paris
Les nouveaux défis du système de recherche et dinnovation coréen Joonghae SUH Korean Development Institute
LInstitut coréen du développement, en lien avec le ministère de lEconomie, a récemment publié un document dorientation de la politique économique, intitulé : « Une Corée dynamique : un pays en pleine mutation ». Il a été présenté, à loccasion de la Conférence internationale marquant la première année de la nouvelle présidence. Ce document porte sur les quatre prochaines années du mandat présidentiel coréen.
La politique de recherche La stratégie décrite dans le document dorientation vise à redynamiser la Corée et à transformer son potentiel de croissance en réalité. Plusieurs obstacles doivent être surmontés pour cela. Ainsi, sachant que la Corée est en train dopérer une délicate transition, dun gouvernement autoritaire à un gouvernement démocratique, lInstitut préconise une démocratie « horizontale », cest-à-dire un système politique dans lequel les décisions ne sont pas prises de façon unilatérale, mais en concertation avec les partenaires sociaux, les ONG, etc.
Durant les quarante dernières années, la Corée a bénéficié dune croissance économique très importante, frôlant parfois les 10 %. Aujourdhui, cette croissance est estimée à environ 5 %, taux élevé mais sans doute inférieur à ce que le passé pouvait laisser espérer. Or, pour un pays habitué à un taux de croissance élevé, tout résultat en deçà de 6 % par an risque davoir une forte incidence sur le marché du travail.
Les autres préoccupations rejoignent, pour lessentiel, celles que lon trouve dans dautres régions du monde, notamment avec la montée en puissance de la Chine. Si ce pays constitue effectivement un concurrent majeur, la Corée reconnaît les nombreuses possibilités de développement que recèle lascension de sa voisine. En effet, les groupes qui se délocalisent vers la Chine auraient de toute manière, quitté la Corée, par exemple, pour lEurope de lEst. La Chine reste le principal partenaire commercial de la Corée du Sud, notamment pour les produits technologiques. Rien ne laisse présager un changement dans ce domaine.
Des réformes simposent dans deux domaines : le système dinnovation et le système éducatif. Le document dorientation a défini sept axes stratégiques, dont un important
7/38
travail pour renforcer lefficience du système dinnovation et du système éducatif afin de relancer léconomie coréenne.
Longtemps, grâce à la très forte croissance du pays, la Corée a été à labri des problèmes sociaux les plus courants, comme le chômage et la criminalité. Aujourdhui, lintégration ou « lharmonie sociale » font partie du programme stratégique. Ce dernier est centré sur la technologie (notamment les NTIC) et les ressources humaines  en commençant, en amont, par lenseignement fondamental et lintroduction dun élément concurrentiel entre les universités pour décrocher des fonds publics. La Corée devra également chercher à rétablir des relations fructueuses entre lEtat et les partenaires sociaux, celles-ci sétant quelque peu dégradées sous lancien gouvernement. Grâce à ces efforts, les entreprises auront accès à de nouvelles ressources.
Organisation de la R&D Comme la France et lAllemagne, la Corée confie lorganisation de la recherche à différents services ministériels et interministériels, le ministère de la Science et de lEducation, le ministère de lIndustrie et le ministère de lInformation et de la Communication. Chaque entité dispose dun budget spécifique, quil déploie selon ses priorités. Parallèlement à ces organismes de tutelle, le pays a des instituts nationaux de recherche, spécialisés dans les sciences naturelles, les sciences sociales ou les sciences humaines. Les centres de recherche universitaires et les organismes nationaux de recherche complètent ce tableau.
Le budget global de la recherche nationale est de 4,3 milliards de dollars. La recherche peut être organisée par thème (ex : les NTIC, les biotechnologies) ou par objectif (les infrastructures, la diffusion), selon la politique définie par lEtat. Il convient cependant de noter que cette politique peut être infléchie ou guidée par les centres de recherche universitaires ou dautres organismes, qui ont une voix consultative.
Contrairement à ce que lon pouvait observer avant la crise économique, les organismes de recherche daujourdhui cherchent à se mettre en réseau, afin de tirer le plus grand profit de leurs ressources. De même, les PME et les grandes entreprises sunissent et adoptent des structures « horizontales » dans loptique de créer des synergies de recherche. Parmi les PME (cest-à-dire, les entreprises comptant moins de 300 salariés), seules 8 % consacrent un budget spécifique à la recherche. En revanche, plus de 20 % dentre elles exportent leurs produits. Autre
signe de cette ouverture vers lextérieur, les entreprises étrangères sont accueillies très volontiers dans le pays, le gouvernement ayant mis en place une politique qui facilite leur installation.
La Corée a longtemps cherché à endosser le rôle de « plate-forme de production » pour lAsie du Nord-Est. Aujourdhui, la présence si imposante de la Chine, dont les coûts de production sont nettement plus intéressants, va lobliger à sorienter vers la R&D, que ce soit au sein du pays ou à létranger. Une collaboration plus étroite entre
la Corée et les pays étrangers est donc à lordre du jour.
Repères sur l'innovation en Corée ANRT  Jeudi 4 mars 2004  Paris
Les activités de R&D des entreprises coréennes Jae-Ik CHOI Vice-président, Korean Industrial and Technological Association
La Korean Industrial and Technological Association, à but non lucratif, a été créée en 1979. Elle regroupe aujourdhui 5 000 entreprises, dont la caractéristique commune est de disposer dune unité de R&D interne. Lassociation vise à aider et à promouvoir les entreprises privées dans leurs activités de recherche et de développement. Elle a tissé des liens avec des associations semblables dans le monde entier.
Développement de la R&D des entreprises Cest entre 1960 et 1980 que la recherche en Corée a été mise en place de façon officielle, avec la création de lInstitut coréen de la recherche et de la technologie et du ministère de la Science. Le programme national pour la R&D et la procédure dagrément des centres de recherche dentreprises ont vu le jour dans les années 1980. Enfin, lEtat a voté un certain nombre de mesures permettant de faciliter la recherche par les entreprises : les crédits dimpôts, les dispenses du service militaire national pour les chercheurs ayant un doctorat et travaillant au sein de centres de recherche agréés, et différentes mesures financières (incitations, financement direct, crédits, capital-risque). Depuis 2000, les entreprises sont au cur de la politique nationale de recherche.
La Corée est au sixième rang des pays de lOCDE par ses dépenses en matière de recherche, qui sélèvent à environ 14,43 milliards de dollars par an. Les entreprises sont à lorigine de 74 % de ces investissements. Lindustrie de la production contribue à hauteur denviron 9,2 milliards de dollars, dont plus de la moitié provient des entreprises spécialisées dans lélectronique. Les secteurs de lautomobile (14,8 %) et de la chimie (10 %) sont les deux autres grands acteurs de la recherche industrielle. Cependant, lintensité de la R&D industrielle demeure faible, à 2,51 %, niveau bien inférieur à celui des autres grands pays industrialisés : à titre de comparaison, ce ratio est de 3,99 % au Japon.
11/38