Nationalisme économique : le retour ?
2 Pages
English
Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer

Nationalisme économique : le retour ?

-

Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer
2 Pages
English

Description

30 sept. 2009 – Nationalisme économique : le retour ? SALLE DE CONFÉRENCE. INSTITUT FRANÇAIS DES RELATIONS INTERNATIONALES. 27, RUE DE ...

Subjects

Informations

Published by
Reads 13
Language English

Exrait

Informations pratiques
Lieu de la conférence
INSTITUT FRANÇAIS DES RELATIONS INTERNATIONALES
27, rue de la Procession - 75740 Paris Cedex 15
Tél. : + 33 (0) 1 40 61 60 00 - Télécopie : + 33 (0) 1 40 61 60 60
Ifri@ifri.org
Métro: station Volontaires, ligne No 12 Autobus: lignes 39, 48, 70, 88, 89, 95 Train: Gare Montparnasse Voiture: depuis la Porte de Versailles, prendre la rue de Vaugirard
C ONFÉRENCE
Nationalismeéconomique:leretour?
MERCREDI 30 SEPTEMBRE 2009
9H00 - 12H30
SALLEDECONFÉRENCE INSTITUTFRANÇAISDESRELATIONSINTERNATIONALES 27,RUEDELAPROCESSION- 75015 PARIS
Club du CEPII 9, rue Georges Pitard 75740 Paris Cedex 15 Club@cepii.fr Tél : 33 (0) 1 53 68 55 26 Fax : 33 (0) 1 53 68 55 04
Ifri 27, rue de la Procession 75740 Paris Cedex 15 Ifri@ifri.org Tél. : 33 (0)1 40 61 60 00 Fax : +33 (0)1 40 61 60 60
Nationalismeéconomique:leretour?
L’accélération de la mondialisation et sa crise actuelle suggèrent qu’un monde nouveau est peut-être en train d’émerger, avec davantage d’intervention publique. On peut dès lors s’interroger sur la nature de l’engagement public et les risques d’un renouveau du nationalisme économique. Seront, entre autres, traités les points ci-après :
La criseÞnancière a provoqué un effondrement du commerce mondial au quatrième trimestre 2008 dont l’ampleur a surpris. Quelles en sont les causes : protectionnisme, fragmentation de la production, rôle des prix ou d’autres raisons ?
Les États interviennent massivement au secours de leurs banques et de leurs industries. Ces politiquessont cependant nationales et la tentation est grande pour chaque État de vouloir privilégier ses entreprises nationales au détriment des autres. Des exemples tels que leBuy American Actpas de se multiplier ?ne risquent-ils
Après une longue période de désengagement des États et la domination des politiques de la concurrence, on assiste à un retour en force de l’État au capital des entreprises en difÞculté, notamment dans l’automobile. Est-ce aussi le signe d’un retour des politiques industrielles ? Les déÞs de la lutte contre le réchauffement climatique, la concurrence des grands pays émergents, la priorité donnée à l’innovation peuvent-ils servir de guide à l’action de l’État ? Quelles peuvent être les conséquences pour le marché unique européen ?
Les pays émergents deviennent à travers leurs entreprises et leurs fonds souverains, des acteurs majeurs de l’économie mondiale et disposent de moyensÞnanciers importants : la multiplication des prises de participation de la Chine dans les entreprises minières australiennes, le pétrole brésilien ou encore africain, et la montée en puissance de l’Inde, de la Russie et de la Chine dans les entreprisesdes secteurs en difÞculté peuvent inquiéter, surtout si la réciprocité n’est pas acceptée (commandes publiques d’éoliennes ou de centrales nucléaires en Chine qui ne s’adressent qu’aux entreprises nationales).
Les arguments libre-échangistes ont de plus en plus de mal à se faire entendre à mesure que le chômage augmente ou que la concurrence s’accentue pour l’accès aux ressources naturelles. D’un autre côté, on sait que la montée du protectionnisme dans les années 30 a contribué à aggraver la grande dépression. La montée des critiques à l’égard de la mondialisation est-elle durable ? Comment éviter la tentation de repli sur soi ? Comment donner un nouvel élan à la coopération multilatérale ?
Programme 8H30ACCUEIL 9H00ALLOCUTIONDOUVERTURE ANNE-MARIEIDRAC,Secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi 9H10SESSIONI -LERETOURDUPROTECTIONNISMEETDESPOLITIQUESNATIONALISTES? Sous la présidence d’AGNÈSBÉNASSY-QUÉRÉ,Directrice,CEPII Protectionnisme et commerce mondial LIONELFONTAGNÉ,Professeur, Paris I Panthéon Sorbonne ; Conseiller scientiÞque, CEPII L’émergence des stratégies non coopératives JACQUESMISTRAL, Directeur des études économiques, IFRI Discutant DR.HENRIKENDERLEIN,Governance (Berlin)Professeur, Hertie School of Débat - 15’ 10H10Pause - café 10H30SESSIONII -L’ÉTATSTRATÈGEAUSERVICEDESINTÉRÊTSNATIONAUX Sous la présidence deJACQUESMISTRAL,Directeur des études économiques,IFRI L’état actionnaire nationaliste JEAN-HERVÉLORENZI,Président, Cercle des économistes ; Professeur, Université Paris Dau-phine ; Conseiller du Directoire, CompagnieÞnancière Edmond de Rothschild La propriété des moyens de production JOËLRUET,Chercheur, CNRS, LATT (Ecole nationale des Ponts et Chaussées) ; Chercheur associé, CERNA, Ecole des Mines de Paris Discutant JEAN-LOUISBEFFA,Président, Conseil d’Administration, Saint Gobain Débat - 15’ 11H30SESSIONIII -LADIMENSIONPOLITIQUEDELAMONTÉEDUNATIONALISME Sous la présidence deFRANÇOISECROUIGNEAU,Présidente,AJEF Approche politique PHILIPPEHERZOG,Président, Confrontations Europe Point de vue social JEANKASPAR,Gérant, J.K. Consultant Discutant DR.HENRIKENDERLEIN,Governance (Berlin)Professeur, Hertie School of Débat - 15’ 12H30CONCLUSION MICHELFOUQUIN,Directeur-Adjoint, CEPII