Rapport Canfin
94 Pages
English
Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer

Rapport Canfin

Downloading requires you to have access to the YouScribe library
Learn all about the services we offer
94 Pages
English

Description

MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE RAPPORT DE LA COMMISSION PASCAL CANFIN – ALAIN GRANDJEAN JUIN 2015 Agir sur le climat ce n’est pas choisir entre l’économie et l’environnement. Tout ce dont nous avons besoin, c’est de la volonté politique, et la volonté politique est une ressource renouvelable. Al Gore, 23 septembre 2014 Ce rapport présente es concusîons de a Commîssîon Canin-Grandjean et propose au présîdent de a Répubîque françaîse des pîstes d’actîons pour mobîîser davantage de inancements pubîcs et prîvés dans a utte contre e changement cîmatîque. I conseîe e gouvernement françaîs sur a façon de faîre avancer ’agenda des inancements înnovants dans es dîfférentes enceîntes înternatîonaes auxquees î partîcîpe (G7, G20, FMI, OCDE…). Le présent rapport couvre es inancements quaîiés d’înnovants dans es années 2000 (taxe sur es transactîons inancîères, mîse aux enchères des revenus des marchés carbone…) maîs ne s’y îmîte pas. I faît des proposîtîons d’utîîsatîon înnovante pour e cîmat d’outîs à a dîsposîtîon des acteurs prîvés et pubîcs pour a mobîîsatîon à une échee nouvee des inancements pubîcs et prîvés vers une économîe décarbonée.

Informations

Published by
Published 21 June 2015
Reads 9 726
Language English
Document size 3 MB

Exrait

MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
RAPPORT DE LA COMMISSION PASCAL CANFIN – ALAIN GRANDJEAN JUIN 2015
Agir sur le climat ce n’est pas choisirentre l’économie et l’environnement.Tout ce dont nous avons besoin,c’est de la volonté politique,et la volonté politiqueest une ressource renouvelable. Al Gore, 23 septembre 2014
Ce rapport présente es concusîons de a Commîssîon Canin-Grandjean et pro-pose au présîdent de a Répubîque françaîse des pîstes d’actîons pour mobîîser davantage de inancements pubîcs et prîvés dans a utte contre e changement cî-matîque. I conseîe e gouvernement françaîs sur a façon de faîre avancer ’agenda des inancements înnovants dans es dîfférentes enceîntes înternatîonaes auxquees î partîcîpe (G7, G20, FMI, OCDE…). Le présent rapport couvre es inancements qua-îiés d’înnovants dans es années 2000 (taxe sur es transactîons inancîères, mîse aux enchères des revenus des marchés carbone…) maîs ne s’y îmîte pas. I faît des proposîtîons d’utîîsatîon înnovante pour e cîmat d’outîs à a dîsposîtîon des acteurs prîvés et pubîcs pour a mobîîsatîon à une échee nouvee des inancements pubîcs et prîvés vers une économîe décarbonée.
MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE_2_
PRÉSENTATION DE LA COMMISSION CANFINGRANDJEAN
_3_MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 2. CONTEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.1 LA TRANSITION VERS UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 2.1.1 L’amorce d’un découplage entre PIB et émissions de CO2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 2.1.2 Les grands enjeux d’une feuille de route pour financer une économie décarbonée . . . . . . . . . .23 2.1.3 Investir plus qu’aujourd’hui et mieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 2.2 LE BESOIN D’ADAPTATION DES PAYS LES PLUS VULNÉRABLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 2.2.1 Financement de l’adaptation, de quoi parleton ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 2.2.2 Financement de l’adaptation, où en sommesnous ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 2.3 UN CONTEXTE MACROÉCONOMIQUE FAVORABLE AU FINANCEMENT DE LA TRANSITION . . . . . . . . . . .32 2.4 LE RÔLE DES CAPITAUX DU NORD DANS LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT BAS CARBONE AU SUD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 2.5 IDENTIFIER LES OBSTACLES POUR MIEUX LES LEVER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37 2.5.1 Les obstacles généraux à la participation du secteur privé à la transition bas carbone . . . . . . .37 2.5.2 Un couple rendement/risque à améliorer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 2.5.3 La convertibilité limitée de la plupart des devises du Sud. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 2.5.4 La difficulté de traduire les besoins en projets finançables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 3. LA FEUILLE DE ROUTE DU FINANCEMENT D’UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 3.1 LES 10 PROPOSITIONS CLÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 3.2 LE SIGNAL PRIX CARBONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 3.2.1 Établir un “corridor carbone” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 3.2.2 Réorienter les soutiens aux énergies fossiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 3.3 INTÉGRER LES 2°C DANS LES SCÉNARIOS ET LES MODÈLES MACROÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . . .52 3.4 MOBILISER DAVANTAGE DE RESSOURCES À TRAVERS LES “FINANCEMENTS INNOVANTS”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 3.4.1 La taxe sur les transactions financières (TTF). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 3.4.2 Les transports internationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 3.4.3 Les revenus des marchés carbone. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 3.5 AUGMENTER L’EFFET DE LEVIER DES RESSOURCES PUBLIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 3.5.1 Le rôle clé des banques de développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 3.5.2 Prévenir la future contrainte de fonds propres des banques de développement. . . . . . . . . . . . .65 3.5.3 Mieux couvrir les projets bas carbone contre le risque d’instabilité politique . . . . . . . . . . . . . . .68 3.5.4 Utiliser les Droits de Tirages Spéciaux du FMI pour le climat ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 3.5.5 Le soutien à l’émergence de projets bas carbone et résilients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 3.6 MASSIFIER LES FLUX PRIVÉS EN DIRECTION DE LA TRANSITION VERS UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 3.6.1 Les initiatives des acteurs financiers privés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 3.6.2 Les initiatives pour intégrer l’enjeu climat dans la réglementation financière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 3.6.3 Massifier le marché des green bonds. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 3.6.4 Adapter les normes comptables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 3.6.5 Quel rôle pour la politique monétaire face au dérèglement climatique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 4. INSCRIRE DANS LA DURÉE LA FEUILLE DE ROUTE TABMOBILISER LESLFINANCEMENETS POUR LECLIMAT  UNEDFEUILLE DE ROUETE POUR FINANSCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBMONÉE_4_ATIÈRES DU FINANCEMENT D’UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86 5. ANNEXES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
Graphique 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Le triangle des paradoxes 10 Graphique 2La part verte du total des investissements en infrastructures est comprise entre 7 et 13 % en 2013 . . . . . . . . . . .11 Graphique 3Les 4 leviers du financement d’une économie décarbonée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Graphique 4Croissance du PIB mondial et des émissions de CO2 de 1960 à 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 Graphique 5Croissance projetée jusqu’à 2050 du PIB mondial et des émissions de CO2 dans un scénario 2°C . . . . . . . . . . . .21 Graphique 6Besoins d’investissement mondial, de 2015 à 2030, en trillions de dollars, constant de 2010 . . . . . . . . . . . . . . . .25 Graphique 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Les besoins mondiaux en infrastructures 20152030, en trillions de dollars de 2010 25 Graphique 8Les financements climat en 2014 sont compris entre 340 et 650 Mds $ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 Graphique 9La part verte du total des investissements en infrastructures est comprise entre 7 et 13 % en 2013 . . . . . . . . . . .27 Graphique 10Nord pour l’adaptation dans les Pays les Moins Avancés en 2015 . . . . . . . . . . . . . . . .Part des financements du 29 Graphique 11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Matrice de l’articulation de la finance développement et de la finance climat 31 Graphique 12La croissance du bilan des Banques Centrales depuis 2008 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 Graphique 13Le triangle des paradoxes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 Graphique 141% de rendement de moins permet une économie de 40 milliards de dollars par an . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 Graphique 15. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Le financement d’une société de projet 40 Graphique 16Les éléments manquants pour développer l’accès à la finance bas carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 Graphique 17Les 4 leviers du financement d’une économie décarbonée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 Graphique 18. . . . . . . . . . . . . . . . . .Les différents types de tarification du carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Graphique 19. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Un “corridor” pour le prix du carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Graphique 20Revenus estimés de l’achat des crédits de compensation pour le secteur d’aviation (Mds $) . . . . . . . . . . . . . . . .58 Graphique 21. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Tableau récapitulatif des recettes potentielles issus de mécanismes de marchés 60 Graphique 22. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Ratio d’utilisation des fonds propres des BMD en 2014 65 Graphique 23Deux tiers du soutien financier des institutions de financement du développement sont alloués aux organismes du secteur public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 Graphique 24climat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Les différentes formes de réglementation financière intégrant le 77 Graphique 25. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .La répartition des green bonds par types d’émetteurs . . . . . . . . . . 79 Graphique 26. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Une stratégie 360° pour le financement d’une économie décarbonée 86
Encadré 110 propositions clés pour la feuille de route du financement d’une économie décarbonée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Encadré 2Les besoins d’infrastructures vers une économie décarbonée : le scénario de NCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 Encadré 3Le rôle clé des collectivités locales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Encadré 4Proposition pour une articulation cohérente de la finance du climat et de celle du développement . . . . . . . . . . . . . . .31 Encadré 5Le développement de la coopération SudSud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 Encadré 6Les obstacles à la participation du secteur privé dans l’investissement bas carbone, selon le Fonds Vert pour le Climat (2013) .38 Encadré 7Le coût du capital d’une société de projet d’infrastructure, et comment le réduire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Encadré 8de convertibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .La couverture du risque 42 Encadré 9Quelques références de travaux visant à intégrer la dimension énergieclimat dans la modélisation économique. . . .53 Encadré 10. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Justice fiscale et développement . . . . . . . . . . . . . . . 56 Encadré 11Dette subordonnée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 Encadré 12Garantie de premières pertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 Encadré 13Le Programme d’Achat des Producteurs Indépendant d’Energies Renouvelables (REI4P) d’Afrique du Sud . . . . . . .62 Encadré 14. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Les innovations financières pour augmenter l’impact des fonds publics . . . . . . . 63 Encadré 15.Comment les engagements des Etats visàvis des banques publiques sontils enregistrés dans les comptes publics ? . 67 Encadré 16Le cas particulier de l’AFD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68 Encadré 17. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Les agences de crédit export et le climat 73 Encadré 18Assurer contre le dérèglement climatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Encadré 19Rendre les dispositifs de régulation propices à la détention d’actifs longs (Bâle 3 et Solvabilité 2) . . . . . . . . . . . . . .81 Encadré 20. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Mobiliser l’Union européenne 83
_5_MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
G
E
R
N
A
C
P
A
H
D
I
R
Q
É
U
S
E
S
Cette commîssîon est composée de deux co-présîdents, Pasca Canin et Aaîn Grandjean et deux rapporteurs, Ian Cochran et Mîreîe Martînî.
Nous remercîons égaement pour eur dîsponîbîîté et eur împîcatîon nos întero-cuteurs au seîn du gouvernement françaîs aînsî qu’à a présîdence de a Répubîque.
Nous remercîons tout partîcuîèrement Nîcoas Huot, es membres de nos équîpes respectîves (Charotte Crîstofarî, Ramona Radu et Vaentîn Przyuskî), ’équîpe de a Fondatîon Nîcoas Huot (Marîon Cohen, Denîs Voîsîn et Matthîeu Orpheîn), ’équîpe de CDC Cîmat Recherche (Marîon Afrîat, Emîîe Aberoa, Romaîn More, Matthîeu Jaard, Hadrîen Haînaut et Manasvînî Vaîdyua), ’équîpe de Carbone4, aînsî que Jean-Marc Jancovîcî, Stéphane Haegatte, Caude Henry, Gaë Gîraud, Cédrîc Phîîbert, Dîdîer Jancî, Nîck Robîns, e Word Resources Instîtute et ’équîpe de a New Cîmate Economy.
Pasca Canin a été mînîstre déégué chargé du Déveoppement de maî 2012 à avrî 2014. À présent î est e conseîer prîncîpa pour e cîmat du Word Resources Instîtute (WRI) dans e cadre de a préparatîon de a Cop21. I a égaement été dé-puté européen de 2009 à 2014.
Aaîn Grandjean est dîpômé de ’Écoe Poytechnîque et de ’ENSAE, tîtuaîre d’un doctorat de troîsîème cyce en économîe de ’envîronnement. I a présîdé e Comîté des Experts du Débat Natîona sur a Transîtîon énergétîque. Co-fondateur et assocîé de Carbone 4, î est membre du Comîté scîentîique de a Fondatîon Nîcoas Huot.
Ian Cochran est ’un des chefs de pôe à CDC Cîmat Recherche où î encadre es travaux de ce thînk tank pubîc sur es thèmes de ’învestîssement, du cîmat et de a prîse de décîsîon. I enseîgne égaement dans pusîeurs masters à Scîences Po-Parîs et Unîversîté Parîs-Dauphîne.
Mîreîe Martînî, dîpômée de ’ESSEC, a travaîé en inancements de projets au Crédît Lyonnaîs à Moscou puîs à a Banque Européenne pour a Reconstructîon et e Déveoppement à Londres, et en inancement d’înfrastructures à a Caîsse des Dépôts et Consîgnatîons à Parîs. Ee faît actueement partîe de a Chaîre Énergîe et Prospérîté, au seîn de ’Instîtut Louîs Bacheîer.
n
n
LES MEMBRES DE LA COMMISSION
La Commîssîon n’auraît pu réaîser e présent rapport sans a dîsponîbîîté dont ont faît preuve es 76 personnes audîtîonnées. Qu’ees en soîent îcî chaeureuse-1 ment remercîées .
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE_6_
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
1. Les vues exprimées dans ce rapport n’engagent ni les personnesauditionnées, ni les institutionsauxquelles elles appartiennent,ni celles de Carbone4 ou du WRI.
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
REMERCIEMENTS
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
n
LISTE DES AUDITIONS RÉALISÉES PAR LA COMMISSION Arndt Matthew, Chef de la politique Agence Française de Développement Ockenden Stephanie, Analyste des n n environnementale, climatique et sociale, politiques : Direction de la coopération Guérin Lionel, Directeur général n Banque Européenne d’Investissement pour le développement, OCDE délégué, Air France Badré Bertrand, VicePrésident,n n Oppenheim Jeremy, Directeur  Mc Guez Hervé, Directeur recherche n Directeur Financier du Goupe Banque investissement responsable, Mirova  Kinsey et Directeur du Programme de Mondiale Natixis New Climate Economy Barrett Chris, Directeur exécutif  n n n Heller Tom, Directeur, Climate Policy Paugam Anne, Directrice générale, Finance et économie, European Climate Initiative Agence Française de Développement Foundation Hemmings Bill, Chef programme n Pfeifer Stephanie, Directeur général, n n Baron Richard, Analyste des politiques : Aviation et Maritime  Transport Institutional Investors Group on Climate Climat et investissements verts, OCDE Environment Change Baule Frédéric, Cédrac Conseil, ancien n n Hobley Anthony, Président directeur Philiponnat Thierry, Directeur Exécutif  n Directeur Gestion des risques général, Carbon Tracker Europe, 2 Degrees Investing de marché de Total Marketing Services Huillard Xavier, Président directeur n n nPillan Aline, sousDirectrice du Barsacq Elisabeth, représentante général, Vinci développement durable de l’aviation civile permanente de la France à l’OMI Jesus Franck, Chef Direction n BenJaafar Samy, Directeur, Private Plihon Dominique, Economiste n n Environnement, Commerce et Agriculture, Sector Facility, Green Climate Fundn Pringuet Pierre, Président, Association OCDE n Benicchio Romain, Conseiller principal Française des Entreprises Privées Janci Didier, membre du Conseil n en politiques, Oxfam International n Economique pour le Développement Ramos Gabriela, Directrice de Cabinet Bolton Patrick, Professeur d’Economie n Durable du Secrétaire général et Sherpa pour le et de Finance d’entreprise, Colombia nG20, OCDE Karmali Abyd, Directeur Financements University pour le climat, Bank of America Merill Reid Sue, Vice présidente des n Buchner Barbara, Directeur principal, n Lynch Programmes Climat et Énergie, CERES Climate Policy Initiative n Kerr Tom, Spécialiste principal desn Robins Nick, CoDirecteur United n Buckle Simon, Chef Division Climat, politiques sur le climat, Banque Mondiale Nations Environment Programme – Inquiry Biodiversité et Eau, OCDE Khan Farrukh, United Nations Office of n Rousseau PhilippeOlivier, Directeur des n Campanale Mark, Fondateur et Vice n the Secretary General Affaires Publiques, BNP Paribas Président exécutif, Carbon Tracker Knowles Christopher, Chef n n nSantini JeanJacques, Directeur des Charton Philippe, Directeur financier, Division Changement climatique et Affaires Institutionnelles, BNP Paribas Bouygues Construction Environnement, Banque européenne Schaal Andreas, Chef Sherpa Office et n Clapp Christa, Chef Financements pour d’investissement n Gouvernance Globale, OCDE le climat, CICEROn Kyte Rachel, VicePrésidente et Clerc Laurent, Directeur de la stabilité Envoyée Spéciale pour le changement Schoenberg Martin, Chef de la politique n n financière, Banque de France climatique, Banque Mondiale de l’Union européenne, Institutional n nInvestors Group on Climate Change Courcier Jérôme, Responsable RSE  KochWeser Caio, Chair, European Direction Développement Durable, Crédit Climate Foundation Scialom Laurence, Economiste n Agricole SA Le Saché Fabrice, Président directeurn n Sicard JeanPierre, Directeur général n D’Hardemare Benjamin, Président général, Ecosur délégué, CDC Climat fondateur, Planetic Leguet Benoit, Chef recherche, CDCn n Stern Nicholas, chair de Grantham n Denoyel Gilles, Président des Relations Climat Research Institute, London School of internationales institutionnelles pour n Ligot Jacquelin, Directeur général, Economics l’Europe, HSBC Climate Energy Solutions Taylor Jonathan, VicePrésident et n n Déau Thierry, Président, Meridiam Loyer Denis, Président, ONG EtcTerra n membre du Comité de direction de la DucretPierre,PCraéissideednetsgéDnééprôalts n n Lord Adair Turner, Senior Fellow, Banque européenne d’investissement edtélCéognuséi,gnCaDtiConCslimat Institute for New Economic Thinking etn Touati Julien, Directeur du n Ebinger Jane, Chef politique et finance Président de Financial Services Authority, développement corporate et directeur des pour le climat, Banque Mondiale Royaume Uni investissements, Meridiam Elouardighi Khalil, Chargé den n Mazounie Alix, Politiques internationales, n Upton Simon, Directeur de programme, Coalition Plus Réseau Action Climat France l’environnement, OCDE Forestier Pierre, Responsable divisionn n Murphy Andrew, Agent des politiques, n Wilkins Michael, Directeur général, « Changement climatique », Agence Transport Environment Standard & Poor’s Française de Développement Nafo Seyni, Porte parole groupe des n n Fox Chris, Directeur des projets Wormser Michel, Ancien Directeur n pays africains, CCNUCC particuliers, CERES général, MIGA Naulot Alexandre, Conseiller politiques n n n Gaudeul Sophie, Secrétaire confédérale Zaouati Philippe, Directeur général et plaidoyer  Financements pour climat et à la CFDT délégué, Natixis développement, Oxfam France Gilad Jonathan, Direction générale den n Zhu Shouqing, Associé principal pour n Neumeyer Dustin, Chef Continental l’aviation civile Europe, Networks & Global Outreach, la Chine du Programme sur la Finance n Giraud Gaël, Économiste en chef, Principles for Responsible Investment durable, World Resources Institute
_7_MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF
_9_MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF
Ce rapport présente es concusîons de a Commîssîon Canin-Grandjean et pro-pose au présîdent de a Répubîque françaîse des pîstes d’actîons pour mobîîser davantage de inancements pubîcs et prîvés dans a utte contre e changement cî-matîque. I conseîe e gouvernement françaîs sur a façon de faîre avancer ’agenda des inancements înnovants dans es dîfférentes enceîntes înternatîonaes auxquees î partîcîpe (G7, G20, Fonds Monétaîre Internatîona (FMI), Organîsatîon de Coopé-ratîon et de Déveoppement Economîque (OCDE)…). Le présent rapport couvre es inancements quaîiés d’înnovants dans es années 2000 (taxe sur es transactîons i-nancîères, mîse aux enchères des revenus des marchés carbone…) maîs ne s’y îmîte pas et faît des proposîtîons pour une utîîsatîon înnovante pour e cîmat d’outîs à a dîsposîtîon des acteurs prîvés et pubîcs pour a mobîîsatîon à une échee nouvee des inancements pubîcs et prîvés vers une économîe décarbonée. Ce rapport s’înscrît dans un doube contexte. Tout d’abord ceuî de a préparatîon de a Cop21 quî aura îeu à Parîs du 30 no-vembre au 11 décembre 2015. L’essentîe des proposîtîons contenues dans ce rap-port se sîtue en dehors du champstricto sensu de a négocîatîon onusîenne sur e cîmat. Maîs ees peuvent nourrîr e Pacte ou ’Aîance de Parîs pour e cîmat quî comprendra ’accord onusîen maîs aussî de nombreux engagements des ac-teurs pubîcs et prîvés à côté de ’accord uî-même. Ces proposîtîons peuvent aînsî contrîbuer au succès de a dîmensîon inancîère du Pacte de Parîs, quî s’artîcue, à nos yeux, autour de troîs voets : – montrer e chemîn pour respecter ’engagement prîs à Copenhague en 2009 par es pays déveoppés de« mobiliser ensemble 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement » ; – aîder es pays es pus vunérabes à s’adapter aux conséquences du change-ment cîmatîque par des engagements spécîiques; et – faîre de a Cop21 un moment poîtîque quî envoîe aux décîdeurs économîques et aux învestîsseurs un sîgna d’accéératîon du changement des règes du jeu pour rendre es învestîssements, pubîcs et prîvés, compatîbes avec une économîe quî reste sous es 2 degrés (2°C). Ce rapport s’înscrît égaement dans e contexte d’une économîe mondîae mar-quée par e “trîange des paradoxes” suîvant :
Graphîque 1Le triangle des paradoxes
Politique monétaire expansionniste
Tension sur les modèles économiques des investisseurs de long terme
Source : Canfin/Grandjean, 2015
Besoin de financement en infrastructures non satisfait
MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE_10_
Les poîtîques monétaîres des banques centraes n’ont pas permîs une reance de ’învestîssement, quî est toujours pus bas qu’en 2007, aors que a baîsse spec-tacuaîre des taux d’întérêt au Nord crée une demande forte des învestîsseurs îns-tîtutîonnes pour es înfrastructures, eur permettant de dîversîier eur portefeuîe inancîer dans un contexte de faîbe rendement des obîgatîons d’État.
La transîtîon vers une économîe bas carbone est donc à a foîs nécessaîre au regard des enjeux cîmatîques maîs aussî une soutîon pour sortîr par e haut de a sîtuatîon macroéconomîque et macro-inancîère mondîae. Pour cea î faut se mettre en sîtuatîon de inancerpus d’înfrastructures bas carbone. Aujourd’huî,on nedîsposepdasundeuénveaéuvatîuoantîoprnépcrîséecîsdedaepaarptartvervteertededseîsnîvnevsesssesemmeentnstseennîînn--frastructures. Nous ’estîmons dans ce rapport dans une fourchette entre 7 et 13 % 1 du tota des învestîssements mondîaux dans es înfrastructures .
Graphîque 2La part verte du total des investissements 2 en infrastructures est comprise entre 7 et 13 % en 2013
Investissements dans les infrastructures
5 000 mds
340 mds
Estimation basse
Infrastructures vertes
5 000 mds
650 mds
Estimation haute
Source : Canfin/Grandjean, 2015 d’après données CCNUCC, 2014 et New Climate Economy 2014
Cette proportîon est nettement însufisante pour maîntenîr e réchauffement cî-matîque sous es 2°C. Cea s’expîque par de nombreux facteurs anaysés dans ce rapport. Pour parvenîr à ’augmenter rapîdement de façon à pouvoîr gagner a course de vîtesse contre e dérègement cîmatîque, nous proposons une feuîe de route du inancement d’une économîe décarbonée ou “ feuîe de route 2°C”.
_11_MOBILISER LES FINANCEMENTS POUR LE CLIMAT  UNE FEUILLE DE ROUTE POUR FINANCER UNE ÉCONOMIE DÉCARBONÉE
1. Source Canfin/Grandjean, d’après données CCNUCC, 2014 et New Climate Economy
2. Le montant des investissements en infrastructures vertes (350650 milliards de dollars) ; celui du total des infrastructures est dérivé des estima tions du rapport NCE (93 trillions sur la période 20152030 soit en ordre de grandeur 5 trillions de dollars par an)