Marianne du 24-03-2020

Marianne du 24-03-2020

-

Press
88 Pages
Read
YouScribe would like you to have this content free of charge

Informations

Published by
Published 24 March 2020
Language Français
Report a problem


4,00
3’:HIKNNJ=]UYUUV:?l@m@a@b@a";
A . A UX ONT .7 .
. . . Twww.marianne.net
umr 2 020
S SPIRA TIFICIELBA SQUE !
L ollaps Nos
uropeEu sont
hauteur ?
DISDISCC
PR�SIDENTIEL
ANTS, S... Changer
T oeuxus ceux
q ue le virus CChiche !
laislaiss e sur le Les carrarreauau actes
Le sy moyens de audrait
tslimit asse
12 01-couv-def.ind 1 :27
La France a la meilleure
agriculture du monde,
arrêtons dde e l laa d dé ét tr ruui irree ! !
272pages
19€
SylvieSylvie Brunel, , géographe, aanciennencienne présidenteprésidente d’Action d’Action contre contre la la Faim, eestst
professeur à Sorbonne Université.
Elle a acquis une longue expérience des crises alimentaires et nous livre
dans cet ouvrage engagé ses convictions pour l’avenir, dans un monde où la
nourriture est de plus en plus stratégique.
www.buchetchastel.fr
Pub_Marianne_Brunel.indd 1 11/03/20 10:19
© Héloïse JouanardNotre opinion
COMME EN 40,
UNE GUERRE DE RETARD…
PAR NATACHA POLONY
omme une suspension n’avons jamais manqué de rien, admirable des soignants confron -CE N'EST PAS
FRACTURER du temps. Une étrange jamais connu l’angoisse des tickets tés, eux, à l’urgence, à la détresse,
l’unité nationale sensation de fottement de rationnement, les morsures du et parfois au manque de moyens.
que de considérer qui nous laisse sans froid et de la faim, deux ou trois que la C prise sur le monde. semaines de confnement prennent Action mal calibréecommunication
« Nous sommes en guerre. » Soit. Il présidentielle des allures de cataclysme. C’est « Nous sommes en guerre. »
du 16 mars a nous fallait sans doute ces accents sans doute la première fois dans Emmanuel Macron a choisi de
peut-être souffert martiaux pour prendre conscience l’histoire qu’une guerre se fera s’adresser aux citoyens ce lundi
d'un léger fou.
de la nécessité d’enfn bloquer la tranquillement installé devant 16 mars pour marteler ces mots.
contagion. Et tout cela semble à la son écran d’ordinateur, avec pour Six fois. On se gardera de suggérer
fois absurde et tragique. Pour nous principale crainte un engorgement que l’excès de rhétorique, en un
qui n’avons pas vécu la guerre, et de la bande passante. Les généra- moment à la fois exceptionnel -
qui ne connaissons de l’exode que tions futures retiendront de nous lement dramatique et sans
comles photos des longues colonnes que nous étions assez prompts à mune mesure avec une véritable
de fuyards ou les images terribles nous payer de mots. A nous appro- guerre, est une faute de goût. En
de Jeux interdits, pour nous qui prier sans vergogne l’engagement revanche, il ne fut pas capable ›
20 au 26 mars 2020 / Marianne / 3
1201-003-005-Edito.indd 3 18/03/2020 17:34MARM1201_003_CT484124.pdf
ReutersNotre opinion
› de prononcer le mot « confi -
nement ». Ce qui est tout de
même dommage car nombre de
gens qui l’avaient écouté se sont
demandé, après son allocution,
quelles étaient les consignes
précises. Il fallut attendre la prise de
parole du ministre de l’Intérieur, à
22 heures, pour obtenir un peu de
clarté. Doit-on comprendre
qu’Emmanuel Macron, qui avait regardé
de haut les Chinois et les Italiens,
ne voulait pas admettre qu’il en
était réduit à prendre les mêmes
dispositions, avec simplement un
peu de retard ? Il ne serait pas dit
qu’il avait mal calibré son action.
Quitte à fustiger l’inconséquence
des Français…
Certes, on comprend que
l’ironie est mal venue. Le sens
critique, même, est de mauvais
aloi. En temps de guerre, on ne
rompt pas l’union nationale. On
se mobilise. En restant chez soi à
faire cuire les pâtes. Comme un
film catastrophe hollywoodien
scénarisé par Eric Rohmer. cautions » avant le confnement était chinois, et l’on était sommé POUR S’APPUYER
sur un système de était totalement efarant. Y a-t-il de croire que la France, toutes
santé incarné par un Injonctions une spécificité française de la frontières ouvertes, ne verrait pas
personnel empreint contradictoires connerie ? Ou alors, autre hypo- arriver l’épidémie. De fait, et jusqu’à d’abnégation, il
C’est tout le paradoxe de la situa- thèse, la communication entre aujourd’hui, le mantra présiden-faut avoir bâti, puis
tion. Il a fallu dramatiser à outrance préservé, des citoyens et autorité soufrirait-elle tiel a été cette phrase absurde : « Ce
services publics pour que certains prennent enfn de quelques ratés ? virus ne connaît pas de frontière. »
partout sur le conscience qu’on attendait d’eux Comment expliquer un tel déca- Petit rappel, donc : ce virus est
territoire. Ci-dessus,
un minimum d’eforts. L’incivisme lage avec ce que nous voyons par- porté par des êtres humains qui, acheminement de
est un mal français. Une sorte de tout ailleurs dans le monde, des eux, s’arrêtent aux frontières, si malades de l’hôpital
de Mulhouse trait national, qui fait le charme moyens radicaux de Hongkong tant est qu’on le leur demande. Il
vers d'autres des « Gaulois réfractaires », mais ou Taïwan aux rues désertes de est admirable de vouloir, en toutes
hôpitaux français.qui se révèle parfois parfaitement Rome ? Ce n’est pas fracturer circonstances, rester solidement
consternant. Et le spectacle, après l’unité nationale que de considérer ancré dans le camp du bien, celui
l’allocution du président, de ces que la communication présiden- des gens ouverts et tolérants, mais,
gens entassés à l’entrée des super- tielle a peut-être soufert d’un léger en l’occurrence, quand tous les pays
marchés pour prendre leurs « pré- fou. Doux euphémisme, en com- voisins ferment leurs frontières, il
paraison des graves accusations y a une raison : si l’on freine la
cird’Agnès Buzyn dans le Monde daté culation au sein même d’une ville,
du mercredi 18 mars, expliquant on peut aussi le faire entre nations,
DANS LES CAMPAGNES, ON qu’elle avait alerté en vain dès le ce qui est visiblement plus rapide
mois de janvier, notamment sur le aux portes de l’espace Schengen. CONCLUT GÉNÉRALEMENT
fait que les élections municipales Et si, comme semble le considérer
QUE “C’EST À LA FIN ne pourraient pas se tenir dans de le président, ceux qui adoptent de
bonnes conditions. C’est le pro- telles mesures sont d’afreux natio-DE LA FOIRE QU’ON
blème avec les ministres issus de nalistes, il faut alors admettre que
COMPTE LES BOUSES”. la « société civile » : ils n’ont pas notre premier partenaire, celui dont
en tête les impératifs politiciens… on nous explique qu’il est avec nous IL RISQUE D'Y EN AVOIR
Il y eut d’abord cette période où comme les deux doigts de la main,
UN CERTAIN NOMBRE. tout était sous contrôle, le virus est touché par ce virus « plus grave »
4 / Marianne / 20 au 26 mars 2020
1201-003-005-Edito.indd 4 18/03/2020 17:34MARM1201_004_CT484124.pdf
Vincent Voegtlin / MAXPPPque le coronavirus… L’Allemagne, il faut qu’il ait l’impression que le IL AURA FALLU CE VIRUS,
quand il s’agit de préserver ses inté- pacte social est respecté. Que les
rêts vitaux, n’a pas nos pudeurs… ET LA DRAMATIQUE CRISE conditions de l’épanouissement
Mais surtout, il n’est pas nécessaire individuel sont garanties par le ÉCONOMIQUE QUI S’ENSUIT, de fermer les frontières quand on modèle social et politique
découchoisit de contrôler efcacement lant du choix collectif.POUR COMPRENDRE
ceux qui rentrent. C’est ce qu’ont Les grands serments, les « plus QUE LA DÉRÉGULATION fait la Corée ou Taïwan, avec des rien ne sera jamais comme avant »,
résultats plutôt convaincants. sont appréciables. Comment dit-GÉNÉRALISÉE AMPLIFIE
Contrôle de température systéma- on ? Il n’y a que les imbéciles…
LES DÉPENDANCES, tique, détection à grande échelle et Comme en juin 1940, une guerre
quarantaine. de retard. Il aura fallu ce virus, et LES INÉGALITÉS.
Il y eut ensuite le moment des surtout la dramatique crise
écoinjonctions contradictoires : évitez nomique qui s’ensuit, pour
comla propagation, mais sortez voter. de ceux qui se foutent des recom - prendre qu’une société
d’autoEt si vous êtes supporteur d’une mandations et auront contribué entrepreneurs n’est pas le paradis
équipe de foot, promenez-vous en à diffuser ce virus. De l’autre, de l’autonomie mais le cauchemar
braillant à la porte des stades fer - l’égoïsme crétin de ceux qui se de la précarité ; que les réformes
més sans qu’aucun policier ne vous ruent dans les rayons des grandes imposées au forceps pour « faire
rappelle à l’ordre. On peut com- surfaces, créant par leur panique entrer la France dans la
mondiaprendre le souci de ne pas afoler, les pénuries qu’ils redoutent. lisation » détricotent un système
de rester dans la juste mesure, mais Prophétie autoréalisatrice. Mais de protection dont le but est
justeil n’est rien de plus dangereux que dans un monde où la Bourse ne ment de prévoir l’imprévisible ; que
de laisser braver les règles en toute fonctionne que sur ce principe des la dérégulation généralisée
ampliimpunité. Mais après tout, Brigitte paniques qui créent les récessions, fe les dépendances, les inégalités
Macron elle-même, il y a encore dix comment s’étonner… et, in fne, le chacun pour soi.
jours, incitait les Français à aller au Pour l’heure, il faut inciter les
théâtre. Et le Premier ministre, le Des actes, Français à se serrer les coudes.
samedi 14 mars, lançait tranquille- pas des discours Les rassurer tout en les
mobiment un mouvement de panique en Soyons honnêtes, nous sommes lisant. Mais pour pouvoir miser
fermant les magasins au moment des petites choses fragiles. De ridi - sur l’intelligence et le civisme, il
même où il enjoignait aux Français cules agrégats d’angoisse. Ou bien, faut les avoir cultivés longtemps
d’aller voter. Absurde. émettons une hypothèse : la béquille en amont, par le plus indispensable
Il n’est pas question de faire la des outils informatiques qui nous des outils : l’école républicaine. Et
moindre leçon. Pas plus que sur les forcent à maintenir une continuité pour pouvoir s’appuyer sur un
préceptes économiques aberrants de service comme si de rien n’était, système de santé incarné par un
qui nous ont conduits, à l’occasion de tout en gérant des enfants, rend ce personnel empreint d’abnégation,
la propagation de ce virus, à une crise confnement plus pénible encore. il faut avoir bâti, puis préservé, des
dont nous ne mesurons pas encore Et s’en plaindre, quand des méde- services publics partout sur le
terrila gravité. Dans les campagnes, on cins soignent dans des conditions toire. Ce qui nécessite des rentrées
conclut généralement que « c’est épuisantes, ou quand des indépen- d’argent. Donc le maintien d’un
à la fn de la foire qu’on compte les dants se demandent comment ils tissu industriel sufsant, là aussi
bouses ». Il risque d’y en avoir un cer- vont s’en sortir fnancièrement, est partout sur le territoire… Mais les
tain nombre. On se demandera dès tout simplement malvenu. Avions- lecteurs de Marianne lisent ces
lors comment on a pu en arriver là. nous besoin du président de la réfexions depuis longtemps et
parEn attendant, ceux qui veulent République pour nous expliquer que tagent ces convictions. Ils seront
continuer à croire en un progrès cette situation serait l’occasion de donc les premiers à applaudir un
de l’homme doivent avoir l’âme retrouver « le sens de l’essentiel » ? pouvoir qui mettrait réellement
bien accrochée. Car le spectacle On est pris d’un doute… Pour que en œuvre ce programme, quand
que nous ofrons n’est pas relui- chaque citoyen puisse cultiver son viendra le moment des actes, et
sant. D’un côté, la bêtise satisfaite bonheur et méditer sur l’essentiel, non plus des discours. n N.P.
Chers lecteurs, si vous ne trouviez pas Marianne dans votre kiosque préféré, n’oubliez pas
qu’il est disponible aussi chaque semaine en PDF sur marianne.net pour 3,49 €.
20 au 26 mars 2020 / Marianne / 5
1201-003-005-Edito.indd 5 18/03/2020 17:34MARM1201_005_CT484124.pdfL’éditorial de Jacques Julliardq
BRANQUIGNOLS
ET AUTRES BARJOTS
PAR JACQUES JULLIARD
i c’est aux grandes épreuves que l’on reconnaît les dans l’indiférence générale. Elle aurait pu, au moins, régler
grands peuples, la France à l’heure du coronavirus de manière cohérente la question des frontières en période
a quelque souci à se faire. Et d’abord à cause de sa de pandémie ; pousser à la production d’objets de première
classe politique entière. Pour tout dire, je l’ai trou- nécessité, masques, gels, appareils respiratoires, organiser la
vée fort misérable. Incapable de recul. Incapable solidarité entre ses membres. Rien de tout cela. Je trouve que S de hauteur. Quand il s’est agi la semaine dernière les antieuropéens, à vrai dire en recul, ont bien du temps à
de reporter les élections municipales, ce ne fut qu’un cri : halte perdre : on ne se mobilise pas contre un fantôme.
à l’autoritarisme macronien ! On ne va pas, à cause d’un petit
rhume, priver de sa parole le peuple souverain ! Le président du Peut-être, à défaut de solidarité européenne, aurait-on pu
Sénat, le vénérable Gérard Larcher, prévint Emmanuel Macron s’attendre à un minimum de concertation et d’assistance
que s’il commettait cet abominable attentat, on l’entendrait, entre nations. Où donc, par exemple, est passé le couple
lui, Larcher ! Et Christian Jacob parla de « coup d’Etat ». Pour franco-allemand, sans lequel rien désormais n’est faisable
une fois qu’il y avait une sottise à commettre, la classe politique à l’échelle du continent ? Quant à l’amitié entre les « sœurs
fut unanime. Il ne restait plus au président de la République latines », l’Italie et la France, je vous conseille, si vous avez des
qu’à dire aux Français : restez chez vous et allez voter ! amis transalpins, de n’aborder le sujet qu’avec précaution.
Nos amis italiens ne décolèrent pas contre nous, et ils ont
Moins de vingt-quatre heures plus tard, oui, vingt-quatre raison. Déjà en 2017-2018, nous les avions laissé tomber lors
heures, la classe politique, de nouveau unanime, soulignons de l’afux des migrants, tandis que Gabriel Attal, porte-parole
cette rareté, déclara : devant la gravité du mal, il faut reporter de LREM, déclarait : « La position du gouvernement italien sur
le deuxième tour ! Il ne restait plus à Agnès Buzin, visiblement l’Aquarius est immonde. » Tout récemment, Sibeth Ndiaye,
à bout de nerfs, qu’à assumer l’absurdité de la situation dans porte-parole du gouvernement, a critiqué les mesures prises
laquelle elle avait accepté d’être placée : déserter une mission à Rome « qui n’ont pas permis d’enrayer l’épidémie ».
ministérielle de première importance – la santé – pour une
élection qu’elle a qualifée elle-même lundi de « mascarade ». Pendant le même temps, les Chinois envoyaient en Italie
Elle en paie le prix, mais ce sont tous les membres de la classe un avion-cargo chargé de médicaments et du personnel
politique qui se trouvent aujourd’hui en pleine contradiction : sanitaire. Par leur prétention, leur fatuité, leur indiférence, les
en bon français, on les appellera des branquignoles. Français se rendent odieux à l’étranger, alors que cette heure
On l’a déjà oublié, mais samedi dernier, l’après-midi, la dramatique à l’échelle planétaire devrait être par excellence
veille du scrutin, dont l’absurdité était déjà patente, un mil- une heure française. Par parenthèse, Emmanuel Macron, qui
lier de « gilets jaunes » ont déflé à Paris, et, comme à leur est loin d’avoir personnellement démérité devant cette crise,
habitude, s’en sont pris aux vitrines, au mobilier urbain, à la devrait bien en profter pour régler un problème qui pèse
police. Avec comme mot d’ordre : « Macron démission ! ». Et lourdement sur l’ensemble de son gouvernement : le choix
cela malgré les mises en garde de leurs porte-parole habituels, des collaborateurs. J’ai cité Gabriel Attal et Sibeth Ndiaye
Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues. Si on leur coupait la comme exemples de ces contre-emplois. J’aurais dû y ajouter
tête, ils continueraient de défler tous les samedis, comme Benjamin Griveaux, et toute cette bande de macroniens de la
des poulets de basse-cour. En bon français, on les appelle des première heure, souvent venus de la gauche, qui se révèlent à
barjots. De dangereux barjots. l’usage autant de bras cassés. Sans compter la malheureuse
Agnès Buzyn, que l’on retira à l’heure du danger de son poste
Mais le peuple, direz-vous ? Lui, au moins, n’obéit pas à des essentiel pour l’envoyer se casser le nez sur l’Hôtel de Ville
réfexes conditionnés. Il est libre ! Libre d’aller en bande et en de Paris. Ils s’appellent entre eux les « mormons ». En bon
rangs serrés sur les bords de la Seine, boire alternativement français, on appelle ça des gugusses.
au goulot d’une bouteille… On peut bien « une dernière fois »
s’amuser avec ses copines, dit une fille à sa mère. En bon J’entends dire un peu partout que la crise sanitaire cache
français, on appelle ça des charlots. une crise de civilisation qui couvait depuis longtemps. Et
Pendant ce temps, qui est celui d’une des plus graves crises que rien ne serait désormais comme avant. Je n’en crois rien,
de l’après-Seconde Guerre mondiale, que faisait l’Europe ? connaissant un peu ce petit monde, mais je veux bien faire
L’Europe ne faisait rien, comme à son habitude. Désormais un efort et me persuader que la France va redevenir un pays
exclue des grands théâtres géostratégiques de la planète, du sérieux… Sans blague ! Faites attention, si vous dites vrai, vous
Proche- à l’Extrême-Orient, elle continue de tenir des réunions allez fnir par me faire aimer le coronavirus.  n
6 / Marianne / 20 au 26 mars 2020
KRO-JUlliard.indd 6 18/03/2020 16:44MARM1201_006_CT483690.pdfEnsemble,
portons
l’espoir.
DU10 AU22MARS2020Mise au point par Jean-François Kahn p p
INTERDIT DE DÉCONNER
SOUS LE CORONAVIRUS
l l’a dit : « Nous sommes en guerre. » Lundi soir, tra- des gens qui ne votaient pas comme nous. Une dame s’exclame :
versée de Paris presque désert. Comme en ces jours « De l’isoloir, pour l’instant au moins, on peut en sortir. » Une
de juin 1940, lorsque la peur d’un autre virus jeta la autre : « Bientôt, c’est nous qu’on mettra sous enveloppe ! » Je
population sur les routes de l’exode. Injonction à rester croise un ami : surtout ne pas se serrer la paluche, mais plutôt
chez soi. Et on pense à tous ceux qui n’ont pas de chez- lever le coude. Quand on vous disait que boire un petit coup, I eux. A tous ceux dont le chez-soi est tel que le pire est c’est bon pour la santé !
de devoir y rester. Nous sommes en guerre. La guerre, c’est Or, comble de l’absurdité, on nous interdisait d’aller vider un
bien connu, transforme les civils en militaires. Et, souvent, verre à quatre, mais on vous invitait, au moment du
dépouilles pacifistes en bellicistes. Ou en résistants. lement, à aller vider des urnes à vingt.
Celle-là, donc, a déjà eu ce résultat qu’un chantre de la Mon pote me fait cette remarque fort sensée : « Le virus se
société ouverte nous appelle à l’autoenfermement. transmet, paraît-il, par la bouche ou le nez. Alors, pourquoi les
Que l’avocat exalté de la modernité libérale se fait procureur gens se précipitent-ils pour acheter du papier toilette ? »
pour ouvrir le procès de la société de marché. A Paris, dans mon bureau de vote, certains électeurs
Qu’hier, on fustigeait le « séparatisme » et que, soudain, on étaient gantés. Ils devaient voter Rachida Dati. Ça protège
nous invite à nous séparer les uns des autres. également de la peste. D’autres étaient masqués. Ils votaient
Que le danger ne vient plus de l’entre-soi mais du rapport Agnès Buzyn et ne voulaient pas qu’on les reconnaisse. Ceux
à l’autre. qui choisissaient Anne Hidalgo ne portaient rien du tout,
Terrifant cul par-dessus tête : nous sommes en guerre. tant ils sont habitués au bordel. Un jeune homme hilare
s’aspergeait de gel désinfectant. Sans doute un votant écolo
Marine Le Pen ne peut s’empêcher de faire l’éloge, ou presque, ravi, d’abord parce qu’il renifait la victoire, ensuite parce
du chef de l’Etat, qui, il est vrai, invite à réduire la circulation qu’il savait que le pays allait inaugurer l’expérience de la
des personnes de la chambre à coucher à la salle de bains. décroissance.
Jean-Luc Mélenchon devient un adepte de l’union nationale.
Même au Venezuela, il est vrai, on n’avait pas osé la générali- Que nous disent certains : qu’il ne fallait pas attendre la
sation de l’assignation à résidence. pandémie pour prendre des mesures susceptibles de la
Comme les rassemblements sont interdits, donc les mani- contrer. Très juste : d’ailleurs pourquoi attend-on toujours
festations, on a décidé, c’est logique, de mettre la loi sur les qu’une guerre éclate pour conclure la paix ? Si on signait
retraites au rancart. La pénurie du contrepoison entraîne la les armistices avant les combats et non après, il n’y aurait
mise entre parenthèses du poison : c’est darwinien. pas de combats.
Nous sommes en guerre : on rigole avant, après, mais pas Contre la pandémie, le protectionnisme ? Dupont-Aignan
pendant. Le journalisme de guerre se doit d’être martial, noble propose d’alourdir les droits de douane. Il a raison. A partir d’un
et emphatique. C’est-à-dire d’aligner des banalités fortes et des certain taux, le virus se décourage. On pourrait aussi l’écraser
lieux communs bien frappés. On notera avec quelle discipline on sous les droits de transmission. C’est ce qui fait que les grosses
s’est pliés à cette règle. Partout les Maurice Barrès ont remplacé fortunes s’exilent ou se cachent : pourquoi pas le virus ?
les Courteline. Qui ne nous a livré sa dissertation profonde sur le La gauche radicale afrme que la pandémie va porter un
choc de l’individualisme et de l’esprit citoyen de responsabilité ? coup fatal au néocapitalisme. Bien vu : après la voie russe vers
On nous abreuve d’ordinaire de dérision, mais il faudrait le communisme, le virus vers le socialisme.
soudain ofrir à l’odieux virus une victoire par abandon de toute Il faut d’ailleurs remercier la CGT : il ne fait pas de doute que
rigolade. Ce n’est pas parce qu’on est confné qu’il faut se com - le mal attendait son heure et que, en paralysant les transports,
porter en con fni. elle a retardé sa propagation.
J’ai atteint l’âge, critique paraît-il, où, avant de casser ma On ne prendra jamais assez de mesures protectrices. Cela dit,
pipe, j’entends ne pas renoncer à me la fendre. quatre individus entrant masqués dans une banque : principe
Dimanche, déjà, le scrutin fantôme m’y encourageait. de précaution ou hold-up ?
Une première : on votait et, aussitôt après, on s’en lavait les Un célèbre brasseur mexicain avait envisagé cette publicité :
mains. Avec la pierre ponce Pilate, la démocratie est là, le virus « La Corona, la meilleure façon de mettre en bière ! ». Il y a
s’en va. Des traits au sol permettaient de s’éloigner d’un mètre renoncé. Il a eu tort. n
Chers lecteurs, si vous ne trouviez pas Marianne dans votre kiosque préféré, n’oubliez pas
qu’il est disponible aussi chaque semaine en PDF sur marianne.net pour 3,49 €.
8 / Marianne / 20 au 26 mars 2020
1201-008-JFK.indd 8 18/03/2020 16:43MARM1201_008_CT483669.pdfChers lecteurs,
Des perturbations liées à la réorganisation de la distribution
de la presse sont en cours.
Dans les prochaines semaines, vous pourriez ne pas trouver
MARIANNE dans votre kiosque préféré.
N’oubliez pas que vous pouvez retrouver tous nos articles
(y compris des exclusivités Web) sur Marianne.net et le numéro
de la semaine en PDF à l’achat à l’adresse suivante :
https://abo.marianne.net/mon-numero-pdf.html
er Découvrez 0€ le 1 moisVotre abonnement sans nos offres sur engagementpuis 6,90 € numérique abo.marianne.nettous les 4 numéros
Page abo B Blanc.indd 1 11/03/20 11:01N°1201 - DU 20 AU 26 MARS 2020
Sommaire
3 NOTRE OPINION par Natacha Polony
Comme en 40, une guerre de retard…
6 L’ÉDITORIAL de Jacques Julliard
Branquignols et autres barjots
8 MISE AU POINT de Jean-François Kahn
Interdit de déconner sous le coronavirus
Evénement
12 Le coronavirage, ce serait quoi ?
Macron veut prendre “des décisions de rupture”. Chiche !
Nous l’avons pris au mot. Au programme : fn du libre-échange,
grand emprunt national, services publics, nationalisations…
Par Natacha Polony et la rédaction de “Marianne”
19 Débat entre Pierre Larrouturou et Frédéric Farah :
une vraie rupture, est-ce forcément quitter l’euro ?
Propos recueillis par Franck Dedieu et Kévin Boucaud-Victoire
21 L’UE dépassée, l’UE blessée, mais l’UE entêtée
Alors que l’Europe est devenue l’épicentre de la crise,
Bruxelles demeure prisonnière d’un logiciel d’un autre âge.
Par Benjamin Masse-Stamberger
24 CE QUE MARIANNE EN PENSE
Europe, les vrais voyous Par Jack Dion
Actu
26 Politique Tous les symptômes d’une désunion
nationale Empoignades sur la tenue du premier tour des
municipales, règlements de comptes d’après-élections, défance Agora
généralisée… La crise sanitaire est, en même temps,
52Entretien Chantal Delsol : “Notre époque une crise politique. Par Louis Hausalter et Soazig Quéméner
déteste les particularités et l’universalisme”
Epidémie Propos recueillis par Kévin Boucaud-Victoire
30 Tous corona-flippés Contraints de rester chez eux, les
59 ÇA VA MIEUX EN LE DISANT par Guy Konopnicki Français s’organisent. Reportage dans une barre d’immeubles
Gébé, reviens, voici enfn l’an 01 ! du Kremlin-Bicêtre. Par Anthony Cortes
60 À LA VOLÉE ! par Jack Dion Le retour du virus Sarko-200833 L’angoisse des “coronavirés” Artisans, commerçants,
indépendants à l’arrêt, de force, racontent comment 62 ESPRIT LIBRE par Caroline Fourest D’irresponsables à confnés
ils appréhendent les prochaines semaines. Par Bruno Rieth
64 L’actualité expliquée par l’histoire
36 Le grand sauvetage Panorama de l’arsenal déployé par le Avant l’ère Netanyahou. La véritable histoire de la droite
gouvernement pour venir en aide à ceux dont le chiffre d’affaires israélienne Par Martine Gozlan
est déjà atteint par les symptômes du virus. Par Emmanuel Lévy
38 Saine compétition? La ruée vers le vaccin
Découvrir La mobilisation pour combattre le coronavirus pourrait-elle laisser
68 Culture Edition. La censure bâillonne l’Inde la place à une guerre économique ? Par Youness Bousenna
Ecrivains et éditeurs du sous-continent redoutent les violences
40 Pendant la crise, le partage du monde s’accélère et pratiquent l’autocensure. Nous les avons rencontrés.
Avec l’expansion du coronavirus, les grandes manœuvres Par Eve Charrin
entre Etats-Unis, Chine et Russie ont commencé. Par Alain Léauthier
78 Quelle époque ! Tendance
42 Mi eux vaut en rire ! La sérénité façon puzzle Par Emmanuel Tresmontant
81 Un monde meilleur
Rallumez les étoiles ! Par Nicolas CarreauLe dossier
82 La France de Périco 46 La fin (programmée…) des zones blanches
Morbier Juraflore, toute une région dans une pâte noble Macron a promis de mettre fn à ces marqueurs d’inégalité sociale
Par Périco Légasse et territoriale. Particulièrement contrariant quand on vit confné.
Reportage dans l’Aube. Par Vladimir de Gmeline 86 CARTE BLANCHE à Benoît Duteurtre Quand tout se dérègle
10 / Marianne / 20 au 26 mars 2020
1201-010-Sommaire.indd 10 18/03/2020 17:42MARM1201_010_CT484457.pdf
En couverture : illustration Soulcié