160 Pages
Français

Telerama du 14-10-2020

-

Gain access to the library to view online
Learn more

Informations

Published by
Published 14 October 2020
Language Français
Document size 22 MB

M 02773 - 3692 - F: F: 3,30E
3’:HIKMRH=XUXXU\:?d@q@j@c@k";
MERCREDI 14 OCTOBRE 2020
HEBDOMADAIREFR 3,30€
BEL, LUX 3,90€DOM 5,50€
CH 5,70 CHFMAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
Nº 3692
DU 17 AU 23 OCTOBRE 2020
L’ÉLECTION
DE TOUS
LES DANGERS?
PRÉSIDENTIELLE
AMÉRICAINE
codecodes 8s 8000000l ’invité
Le western, la démocratie, le jazz… Autant d’étendards
qu’ont brandis les États-Unis pour exporter le rêve
américain ou fédérer la nation. L’historien explore deux
siècles d’une américanisation aujourd’hui mise à mal.
Ludovic
Tournès
Propos recueillis par C’est un mot qui sent le soufre et le pop- plus rafné… C’est un repoussoir dans bien des milieux,
Olivier Pascal-Mousselard corn : « américanisation ». On se l’est mais pas chez les ingénieurs, qui prononcent le mot avec
Photo Jean-Francois Robert longtemps jeté à la fgure, à propos de une pointe d’admiration, pour encenser les nouvelles
techpour Télérama mœurs ou de gastronomie, de pro- niques de production et la « modernité » qui débarquent sur
grammes de télévision ou de mode, de les côtes européennes en provenance des États-Unis — des
langue ou de vie politique. Dans cer- matières premières et des biens d’équipement pour
l’essentains milieux, « Tu t’américanises ! » sonnait comme l’insulte tiel puisque, outre-Atlantique, l’industrie produit encore
suprême, jusqu’à ce que, sous la plume d’intellectuels sou- très peu de biens de consommation courante. Ces produits
dain convertis, nous devenions « tous américains », après les n’arrivent pas seuls : ils sont accompagnés de quantité
d’inattentats du 11 septembre 2001. Mais qu’est-ce au juste que formations sur le Nouveau Monde, importées par des Amé -
cette américanisation ? Dans son dernier essai, Ludovic ricains ayant émigré en Europe, ou des Européens partis à
Tournès, professeur d’histoire à l’université de Genève, e -x la conquête de l’Ouest et revenus au pays.
plore avec maestria toutes les facettes de cette tentative
—  culturelle, politique, économique, spirituelle — de « prendre On ne peut pas comprendre l’américanisation
possession du monde », lancée dès sa naissance par une na- sans ces « allers-retours »…
tion qui se voyait un destin béni de Dieu, et souhaitait évan- Le phénomène désigne aussi bien l’intégration des
immigéliser au-delà de ses frontières. Elle a mobilisé pour cela grants à la nation américaine, que l’américanisation du
une armée de volontaires, de Hollywood aux YMCA1, de la monde. D’ailleurs, les campagnes mises en place aux
Étatsefamille Rockefeller aux quartets de jazz, et toutes les admi-Unis au début du xx siècle pour transformer les étrangers
nistrations états-uniennes. Toutes ? Non, car depuis une en « États-Uniens » et celles qui cherchent à rendre
améritrentaine d’années, l’américanisation a du plomb dans l’aile. cain le reste de la planète fonctionnent en miroir. Qu’est-ce
À lire que le cinéma, si ce n’est un moyen de transformer le
specAméricanisation. « Américanisation », le mot suscite tateur en un Américain, le temps d’un flm ? Qu’il vive à
Une histoire rarement l’enthousiasme… Marseille, Dunkerque ou dans le Quartier latin, ce
spectaemondiale (XVIII - Il prend une connotation négative dès son apparition, au teur vit symboliquement ce que le migrant expérimente
e eXXI siècle), mitan du xix siècle, et n’en sera plus débarrassé ! Sous la physiquement. Peut-être n’ira-t-il jamais aux États-Unis, ce -
de Ludovic plume d’un Baudelaire ou des frères Goncourt, il décrit l’ar- la ne l’empêche pas de se projeter dans le rêve américain et
Tournès, éd. Fayard, rivée d’une civilisation machiniste et déshumanisante, l’in- de participer, à son échelle, à sa construction. Hollywood
442 p., 25 €. verse de notre modèle européen, censé être plus humain, l’a très bien compris ! ☞
4 Télérama 3692 14 / 10 / 201969 
Naissance.
1997
Docteur
en histoire.
1999
New Orleans
sur Seine.
Histoire du jazz
en France,
éd. Fayard.
2008 
Musique ! Du
phonographe
au MP3.
Une histoire
de la musique
enregistrée
e(XIX -
eXXI  siècles),
éd. Autrement.t
t
L’invité L’hisorien Ludovic ournès
Comment les premiers dirigeants des états-Unis se sont-ils phénoménal. Cette « épopée démocratique » peut paraître
posé la question de l’américanisation de leurs concitoyens ? un peu triviale, puisqu’elle ne met pas en scène des princes
Les États-Unis étant une nation d’immigrants, la question a terrassant des dragons, mais des garçons vachers qui
provite semblé cruciale aux élites — gouvernants, entrepre- mènent du bétail. Mais, justement, elle permet à chacun
neurs et intellectuels. Il fallait absolument façonner un des- — surtout les immigrants d’origine modeste — de s’imaginer
tin commun à ces millions de personnes débarquant, avec à la place de ces cow-boys, et de se projeter dans cette
hisleur propre culture, de contrées aussi différentes que toire pour la faire sienne. L’identifcation va fonctionner
el’Ukraine, la Chine ou l’Italie. Jusqu’à la fn du xix siècle, au-delà de toute espérance : non seulement,
outre-Atlanles élites ont espéré que les migrants parviendraient à se tique, le western restera le genre le plus populaire du
cifondre naturellement dans le creuset américain ; mais néma hollywoodien jusqu’aux années 1950-1960, mais il va
quand le fot est devenu trop important, avec un million de conquérir des millions de spectateurs dans le monde.
nouveaux arrivants par an dans la décennie 1900-1910, ils
ont changé d’avis. Les autorités ont lancé des campagnes Les studios hollywoodiens jouent donc un rôle majeur
volontaristes, qui mettaient l’accent sur l’apprentissage de dans cette américanisation intérieure et extérieure ?
l’anglais, de l’histoire américaine et des principes de la dé - Oui, même si leurs patrons, tous des immigrants d’Europe
mocratie. Ils ont aussi cherché à intégrer ces migrants par centrale et de Russie fuyant les persécutions antisémites, ont
l’emploi, et surtout par la consommation. Car le rêve amé- d’abord incarné la quintessence du « non-américain » : ils
ricain n’est pas seulement la communion avec les valeurs sont juifs, et sont sévèrement attaqués par les ligues de vertus
démocratiques. C’est l’addition de la réalisation du royaume car ils tournent des flms immoraux aux yeux des puritains
de Dieu sur terre et d’une société prospère matériellement ; américains ! Mais ils vont brillamment retourner l’opinion en
les deux étant fortement connectées puisque, dans donnant à leur production une dimension proche des valeurs
l’éthique protestante de l’époque, être prospère signife du pays, pour fnalement incarner l’américanité dans toute
qu’on est élu de Dieu. sa splendeur. Le western illustre bien cette conversion : c’est
un flm d’aventures, bien sûr, mais aussi un manuel d’histoire
et un flm d’éducation civique pour les petits et les grands. Il
« Le fait que cette nation se soit y a toujours une fgure de Lincoln ou de George Washington
sur le mur d’un saloon ou le bureau d’un shérif.construite en ne mettant aucune
frontière entre elle et le reste Comment expliquer la capacité de la culture américaine
à plaire au-delà de ses frontières ?de la planète est essentiel : tout
Le fait que cette nation se soit construite en ne mettant
aul’inverse des nations d’Europe. » cune frontière entre elle et le reste de la planète est essentiel :
tout l’inverse des nations européennes, qui font une
orgueilleuse distinction entre « eux » et « nous », quand elles parlent
Avant ces migrants, il avait fallu américaniser les indiens… des autres cultures. Le timing a aidé : l’essentiel de l’efort
Pour eux, les premiers dirigeants états-uniens n’ont envisa- d’américanisation du monde se produit dans les années 1920,
gé que deux solutions : essayer de les civiliser, ce qui allait époque où les Européens ont du mal à se projeter dans
l’averequérir beaucoup de patience, ou bien les exterminer. nir, après quatre années de barbarie. Les États-Unis en pleine
Thomas Jeferson lui-même a exprimé ce dilemme sans croissance ofrent alors un futur enviable au reste du monde,
émotion excessive : on les assimile, ou bien on les repousse qui l’a adopté, intériorisé, digéré. Le même phénomène se
le plus loin possible vers l’Ouest. Et s’ils ne sont pas d’ac- reproduira après la Seconde Guerre mondiale.
cord, on les tue. C’est l’option que choisiront toutes les
adeministrations américaines, de la fn du xviii siècle aux an- Peut-on parler d’« hégémonie culturelle » ?
nées 1870. À cette date, toutes les tribus indiennes ont déjà L’expression me paraît excessive, et même inadéquate si l’on
été soit exterminées, soit parquées dans des réserves pour se souvient qu’une bonne partie de la culture américaine,
y être « américanisées » de force : séparation des familles, tant décriée, tant redoutée, s’est d’abord élaborée à
l’extéscolarisation imposée des enfants, etc. Cette violence inu- rieur des États-Unis, et ne s’est américanisée qu’en entrant
tile n’a pas empêché le retour en force de l’identité in- sur le sol américain… avant de se difuser de nouveau dans
dienne depuis les années 1960-1970… Le destin des Afro- le monde entier ! Le jazz, avec ses composantes africaine
Américains fut encore plus violent : les pères fondateurs de (l’esclavage), créole (les Haïtiens de La Nouvelle-Orléans),
eula République ont jugé qu’ils n’étaient pas « intégrables » à ropéenne (les descendants d’immigrants irlandais, italiens,
la nation, et n’ont même pas cherché à les américaniser. La espagnols, nombreux chez les jazzmen des débuts) et
latinoségrégation les a tout simplement laissés de côté. caribéenne, donne un excellent aperçu de cette hybridité. Et
le cinéma tout autant : Hollywood devient un pôle
d’attraceLa culture joue dès le début du XX siècle un rôle essentiel. tion international dès les années 1910-1920, avec l’arrivée du
En particulier le western… jeune acteur anglais Charlie Chaplin (1913), du réalisateur
alLa fgure du cow-boy va s’imposer comme l’archétype du lemand Ernst Lubitsch en 1922, de la Suédoise Greta Garbo,
bon Américain : il est blanc, il a une morale, c’est un bon du Hongrois Mano Kertesz (futur Michael Curtiz) en 1926…
chrétien, un bon père, un homme du commun qui met en En faisant leur marché sur le Vieux Continent, les patrons
valeur la terre. Les studios vont se contenter de mettre en des studios visent à combler les lacunes d’un cinéma
étatsimages une geste du Far West racontée par écrit, depuis unien encore fragile. Et à afaiblir la concurrence du cinéma
près d’un siècle, dans les « romans de l’Ouest » au succès européen en le privant de ses réalisateurs les plus renommés. ☞
6 Télérama 3692 14 / 10 / 20UNE BELLE RETRAITE ,
C’ES T AUSSI LE CHANT
DES CIGALES.
En ouvrant dès aujourd’hui vo tre PER avec Al lianz , vo us prenez
soin de vo tre avenir et vo us choisissez un assureur qui s’ engage
en fa ve ur de l’ environnement .
Al lianz vous ac co mp agne dans la prép aration de votre re traite po ur vous pe rmet tre de la vivr e
pleinement .
Pr enez rendez-v ous dès maintenant av ec vo tr e co nseiller Allianz po ur réaliser un bilan retr aite.
allianz .fr /r etr aite/
Av ec vous de A à Z
Al lianz Vie - Entr eprise régie par le Code des assur anc es - Société anon yme au capital de 643 054 425 € - Siège social : 1, cours Michelet - CS 30051 - 92076 Paris La Défense Cede x -
340 234 962 R. C.S. Nanterr e.
Al lianz Retr aite - Agr éée en qualité de Fonds de Retr aite Pr of essionnelle Supplémentair e - Entr eprise régie par le Code des assur anc es - Société anon yme au capital de 101 252 544,51 € -
Siège so cial : 1, cours Michelet - CS 30051 - 92076 Paris La Défense Cede x - 824 599 211 R. C.S. Nanterr e.
Doc ument à caractèr e publicitair e.
ALLIANZ_209x272_COUPLE_ TELERAMA.indd 1 28/09/2020 11:55
Réalisation : Agenc e Pschhh - Cr édit photo : © Get ty Images / Photo gr aphe : Asc ent/PKS Media Inc.L’invité L’historien Ludovic t ournès
Le réalisateur Akira Kurosawa est une des plus belles Est-ce une tentative d’américanisation de la science,
illustrations de ces influences croisées… partout sur la planète ?
Dans un sens, il n’y a pas plus « américanisé » que Kurosawa, C’est plus complexe que cela. En médecine, par exemple, le
un homme profondément imprégné de cinéma hollywoo - projet des philanthropes est de réexporter à l’échelle
mondien et des westerns de John Ford en particulier. Mais quand diale le modèle… allemand, qu’ils avaient importé aux
Étatsvous regardez ses flms, il n’y a pas plus japonais que lui ! Il Unis ! Il réintègre la fonction d’enseignement (la faculté), la
a intégré le vocabulaire hollywoodien pour le mettre à sa fonction de soins (l’hôpital) et la fonction de recherche (le
lapropre sauce, très personnelle. Si l’on dit que Kurosawa fait boratoire), à l’époque séparés dans la plupart des systèmes
des westerns japonais, faut-il dire que Hollywood se japo - médicaux de la planète. À Lyon, on crée ainsi un centre
ménise lorsqu’on y transpose Les Sept Samouraïs en Sept Merce- dical intégré, en installant la nouvelle faculté — qui est donc
naires ? L’univers tellement japonais des samouraïs infuen- en partie fnancée par la Fondation Rockefeller — juste à cô -
cera des réalisateurs aussi « hollywoodiens » que George té du nouvel hôpital, fnancé par des fonds publics. Bref, on
Lucas, qui leur emprunte des costumes, certaines chorégra- crée un Centre hospitalier universitaire (CHU) avant la lettre !
phies de combats, voire son personnage principal : qu’est-ce
que le Jedi sinon un samouraï intergalactique ?
« Donald T rump parachève une
Hollywood absorbe donc autant qu’il influence tendance entamée par Bill
les cultures étrangères ?
Le cinéaste hollywoodien le plus oscarisé du moment s’ap- Clinton, qui renonce à créer
pelle Iñárritu et il est… mexicain. Diriez-vous que le Britan- une unité entre le destin des
nique Hitchcock est devenu américain quand il a traversé
l’Atlantique ? Il a certes modifé sa façon de faire du cinéma, États-Unis et celui du monde. »
mais Hollywood aussi a changé sa façon de raconter des
histoires en empruntant certains codes à l’étranger. Prenez
Blanche-Neige. Le flm de Walt Disney est pour beaucoup le L’américanisation du monde, ce devait aussi être
dessin animé américain par excellence. Dans le détail, c’est la généralisation de la démocratie…
plus compliqué. La reine est le portrait craché de Joan Craw- Entre 1917 et 1992, les États-Unis ont identifé leur destin et
ceford, archétype de la star hollywoodienne. Mais certaines lui du monde, en prenant le leadership du monde libre et en
scènes, comme celle de la forêt, où les arbres s’agrippent à essayant d’exporter la démocratie. Cette politique a
renconBlanche-Neige, empruntent clairement au cinéma expres- tré des succès incontestables, avec la stabilisation de
l’Allesionniste allemand ; d’autres, au Roméo et Juliette, de Shake- magne et du Japon après la Seconde Guerre mondiale. L’aide
speare, voire à l’opérette italienne. Quant à la sorcière, elle a n’était pas sans arrière-pensées : il fallait ancrer ces deux
les yeux globuleux et les doigts crochus du Nosferatu de Mur - pays dans le giron occidental. N’empêche, ces deux pays sont
nau — autre réalisateur allemand parti travailler aux États- devenus des démocraties, et le restent. Le problème est que
Unis. Hollywood est donc à la fois la quintessence des États- pour quelques succès, on ne compte plus les échecs tout au
e eUnis et une auberge espagnole. La revivifcation du western long du xx siècle, et même du xxi , avec l’Afghanistan et
américain dans les années 1970 devra d’ailleurs beaucoup au l’Irak. Les États-Unis ont beaucoup tenté, mais pas souvent
succès du western… spaghetti, qui avec ses tueurs sans foi ni réussi, à faire du rêve américain un rêve mondial.
loi, mus par l’appât du gain, le sadisme et la fascination pour
la violence, n’a plus grand-chose à voir avec ceux de l’époque Aujourd’hui, ce rêve planétaire est-il enterré ?
« classique ». Sergio Leone a su réinventer le genre au mo- Pas complètement, parce que l’américanisation est un
proment où la morale du western à l’ancienne ne fonctionne cessus historique en perpétuelle reconstruction. La
révoluplus, dans une Amérique traumatisée par la guerre du Viet- tion numérique peut être regardée comme une étape
supnam et déchirée par la lutte pour les droits civiques. Ce wes- plémentaire, même si elle s’accompagne d’une dégradation
tern crépusculaire s’appuie sur les ratés du rêve américain, de l’image des États-Unis depuis des années. Donald Trump
et c’est un Italien qui traduit le mieux cet échec, bientôt re- parachève une tendance entamée par Bill Clinton, qui
relayé par son acteur principal, Clint Eastwood. nonce à créer une unité entre le destin des États-Unis et
celui du monde : en cessant de participer aux opérations de
Pour américaniser le monde, le gouvernement maintien de la paix de l’ONU, en payant leurs cotisations avec
des états-Unis peut aussi compter sur ses philanthropes… réticence, en refusant de ratifer les protocoles de Kyoto, de
Les philanthropes veulent faire le bien-être de l’humanité, participer à la Cour pénale internationale, Trump et ses
préce qui signife pour eux exporter un modèle d’organisation décesseurs ont indiqué leur volonté de se désengager. À
l’inaméricain. Grands capitaines d’industrie, ils ont une foi térieur même des États-Unis, l’intégration des nouveaux
iminébranlable dans la toute-puissance de la science pour ré- migrants continue de poser des problèmes aux dirigeants,
soudre les problèmes de leur pays, mais aussi du monde. tandis que la société reste traversée de tensions — voire de
déD’où leur décision d’investir une partie de leurs colossales chirures, comme on le voit avec le mouvement Black Lives
fortunes dans l’éducation, l’enseignement et la recherche, Matter — très profondes. L’unité nationale reste fragile, signe
et de jeter des ponts entre les milieux scientifques améri- que les campagnes d’américanisation menées depuis deux
cains et internationaux en fnançant des projets de re- siècles et demi n’ont pas toutes réussi et que le rêve
américherche. Si la faculté de médecine de Lyon, construite dans cain n’a peut-être pas si bien fonctionné  •
les années 1930, est aujourd’hui sise au 8, avenue Rockefel- 1 Mouvement de jeunesse chrétien fondé à Londres, en 1844, qui
ler, ce n’est pas un hasard ! s’est beaucoup développé dans le monde, surtout aux États-unis.
8 Télérama 3692 14 / 10 / 20*WH O EL SE ?
Nos capsules son t en aluminium 100 % recy clable.
Nou s nou s engageon s à vous simpli fer le recy clage.
Et qui d’ au tr e que vous pour nou s ai der à les recy cler ?
NE SP RE SS O AG IT PO UR LE RE CY CL AG E.
Vos so lu ti on s de tr i sur Nes pr esso .c om/ agi t
**
* Qui d’ au tr e ?
** Quoi d’ au tr e ?
PR12656_NES_RSE_PR12656_NES_RSE_ WHO-ELSE_SP_209x272_TelWHO-ELSE_SP_209x272_Tel erama.indderama.indd 11 22/09/202022/09/2020 08:5508:55
NESPRESS O Fr anc e SA S - SIREN 382 59 7 82 1 - RC S PARIS, 27 rue du Co lonel Pierr e Av ia, 75015 Pari s.PUBLICITÉ
VRAI OU FA UX ?
LA VÉRITÉ SUR LE SA UMON
DE NORVÈGE
Pêché depuis des millénaires dans les eaux froides des fjords, le saumon de Norvège y est
désormais élevé dans des fermes marines durables et engagées. Un trésor nordique plus que
jamais sain et savoureux, sans antibiotiques ni OGM. On fait le point.
LE SA UMON1 NORV ÉGIEN
EST PLEIN
D’ANTIBIOTIQUES
FAUX ! Dep uis 198 7, l’u til isa -
tion d’antibiotiques pour la
production de saumon de Norv ège a
été réduite de 99 %. Moins d’un
pourcent des saumons
norvégiens sont aujour d’hui traités ,
et ceux qui le sont bénéfcient
d’une quarantaine. Résultat,
aucune trace d’antibiotique n’a
été rele vé e dans le saumon de
Norvège par une autorité
nationale ou internationale au cours
des vingt dernières années.
LE SA UMON DE2 NORV ÈGE EST
EN NOR VÈ GE,NOURRI AUX OGM
UN SA UMONFA UX. Pou r ass ure r la qua lit é
et la sécurité de ses saumons, LE SA UMON DE poisson est traçable de sa nais- DE QU ALITÉ EST
la Norv ège va plus loin que les 4 NORV ÈGE EST TROP sance jusqu’au rayon poisson- UN SA UMON
normes internationales en appli- POLLUÉ nerie, et sur les 10 000 échan- HEUREUX
quant une ré glementation spéci- FAUX. To us les poissons, sau- tillons analysés chaque année Pour assurer son bien-être,
fque. L’alimentation des pois- va ges ou d’éle va ge, peuvent par l’Institut Norvégien, aucun
le saumon de Norvège s’ébat
sons est exclusi ve ment d’origine contenir des traces de polluants n’a jamais ré vélé de substance
dans de vastes enclos pouvantmarine et vég étale, sans anti- présents dans les mers et les ri- étrangère interdite.
atteindre 50 mètres de profondeurbiotiques, ni OGM, ni fa rine vières. Dans le cas du saumon
et 200 mètres de diamètre,d’animaux terrestres… et même de Norv èg e, ces nive aux ont L’AQUACUL TURE
situés au cœur même des fjords.produite selon les principes du été réduits de deux tiers en dix 6 EST COMPAT IBLE
dé ve lop pem ent dur abl e. ans et sont désormais treize fois AVEC Un saumon heureux qui n’occupe
inférieurs à la limite défnie par L’ENVIRONNEMENT que 2,5 % du volume total
LE SA UMON EST l’Union Européenne pour les VRAI ! La nature sauv age de l’enclos, constitué à 97,5 %3 BON POUR LA polluants orga niques persis- de Norvèg e est l’un des élé - d’eau de mer .
SANTÉ tants, trente fois pour les métaux ments-clés de la qualité de
VRAI . Le sa um on de No rv ège est lourds. son saumon, amateur des eaux
l’une des sources alimentaires claires et froides des fjords.
les plus riches en omé ga-3, des LE SA UMON DE Pionnier dans le domaine de
acides gras essentiels pour le 5 NORV ÈGE EST SÛR l’aquaculture et de la
durabicœur , le cerv eau ou le système VRAI . Le sa um on de Norvèg e lité, le pays préserv e
jalouseimmunitaire. Une portion sufft est de qualité. Le saumon ment cet en vironnement grâce
à couvrir les apports hebdoma- de Norv èg e est strictement à l’un des systèmes de gestion
daires conseillés, tout en four - contrôlé à tous les ni veaux de les plus av ancés et reconnus
nissant de l’iode, du sélénium et la chaîne, en accord av ec la lé- dans le monde pour l’aqua -
de la vitamine D. gislation européenne. Chaque culture.
TéléraTéléramama -- SaumonSaumon dede NorvègNorvèg e.indde.indd 11 03/10/2003/10/20 2020 18:3418:34
Cr édit phot os : © Oivind Haug phot ogr aphy / © Studio Dr ey er Phot ogr aphy / © Jo han Wil dhagen / © Johan Wil dhagena
m
a
g
a
r
q
t
a
Du 17 au 23 octobre ��20 Sommaire
ChanCelante mériue
L’élection présidentielle américaine 79 va-t-elle mettre en péril la démocratie
de la première puissance mondiale ?
Terrible signal pour une planète bleue
déjà fragilisée par tant de risques
écologiques, tant de misères sociales. Car
l’américanisation — culturelle,
économique, numérique — dont elle a été la
cible depuis un siècle pour le meilleur
comme pour le pire — l’historien
Ludovic Tournès en témoigne ici — a trop
fait des États-Unis la référence de nos 34 quotidiens. Même si nombre d’artistes
n’ont jamais manqué d’évoquer les
injustices régnant dans leur pays, tel
aujourd’hui le cinéaste Aaron Sorkin,
encore, dans le brillant Les Sept de
Chicago, sur Netfix. Puisse ne pas
survenir le chaos. Certains créateurs
aiment à en jouer, histoire de le défer,
comme le comédien et cinéaste Albert
Dupontel dans son dernier flm, Adieu 26 les cons. Puissions-nous, aussi, nous
méfer des fausses polémiques qui
dissimulent de réels dangers. Le débat
grandissant autour des tenues des
lycéennes en est une, quand c’est juste
le respect du corps de l’autre qu’il
faudrait d’urgence enseigner ; en famille
et à l’école. Petite flle hors norme,
Calamity, la future héroïne du Far West
dont le réalisateur Rémi Chayé
redessine admirablement l’enfance, l’avait 30 déjà compris. — Fabienne Pascaud
Couverture zine utrement CritiqueS
Illustration 4 L’invité 39 Penser 47 Le rendez-vous
Edel Rodriguez l ’historien l udovic t ournès Depuis des décennies, l’italie en salles, Calamity, une enfance
pour Télérama 13 Premier plan occulte son passé fasciste. de Martha Jane Cannary,
l e livre, rescapé du covid un dangereux déni, avertit de r émi chayé
14 Qui ? Comment ? Pourquoi ? l’historien f rancesco f ilippi 5� Cinéma
4� Voyager 58 Musiques
Le Dossier À céret, refuge catalan 6� Livres
18 Élections aux États-Unis du peintre chaïm soutine 68 Arts
Donald t rump joue avec 44 Découvrir 74 s cènes
la constitution, et f acebook, Des cours d’arts plastiques 77 enfants
avec le feu : les ennemis en ligne, l’apprentissage des
de la démocratie, ce sont eux ? langues par l’hypnose, des éléviSion
vêtements à base d’algues… 79 Le meilleur de la semaine télé
ce numéro comporte : �6 Accords parfaits Les Sept de Chicago,
une couverture spécifique
« Paris-ÎDf » pour les abonnés ils apportent leur touche d’Aaron sorkin, sur Netflix
et les kiosques de Paris-ÎDf,
et une couverture nationale. au récital : lumière sur les 9� Programmes
ePosés en 4 de couverture :
un encart 4 p. magazine pianistes accompagnateurs et commentaires
Socialter en aléatoire
pour les abonnés des cP 3� À l’école des injonctions

75001-75011-75014-7501575017-75018-69000 l yon elles se rebifent contre adio
et 44000 Nantes ; un
encart 40 p. mon Premier les « tenues correctes exigées » 146 Le meilleur de la semaine radio
f estival pour les abonnés
et kiosques du dép. 75. au collège et au lycée Les Palmes, sur f rance culture
édition régionale, Télérama
+Sortir, pages spéciales, 34 infréquentable Dupontel ? 151 Les programmes
foliotée de 1 à 64, jetée pour
les kiosques des dép. 75, 77, Albert Dupontel, réalisateur
78, 91, 92, 93, 94, 95, posée
esous la 4 de couverture d’Adieu les cons, ne s’est 156 T alents
pour les abonnés des
dép. 75, 78, 92, 93, 94. jamais laissé dicter son jeu 159 Mots croisés
Télérama 3692 14 / 10 / 20 11
 © 2020 Netflix, iNc. |  © Jérôme Prébois - ADcb films | collectioN PArticulière |  © emmA burlet 2020Tout Télér ama en un abonnement :
le magazine + des contenus numériques ex clusif s
+ de s privilège s toute l’ année .
Re ce ve z Sor tirAbonne z- vo us pour 8, 25 € par mois
pour 1, 50 €
Et recevez jusqu’ à 2 cadeaux ! de plus par mois
er eVo tr e 1 cade au Votr e 2 cade au Sor tir
le
guide
cul turel
du
grand
Pa ris
Le s Enf ant s du temp s
Sale temps à Tokyo. Depuis
des semaines il pleut des cor de s
sur la mégalopole japonaise .
L’ eau monte danger eusement,
les inondations menacent. Seule
sur scèn e,Hina a la faculté de provoquer de s
édou ard louis
2-0 9 inc arne
8-09éclair cies. Un ta lent que cette
202 0 édou ard louis
« fille-soleil » met à pr ofit avec l’ aide
de Hodak a, adolescent en fugue .
Une fr esque écologique audacieuse ,
servie par une superbe animation.
Shink ai in vite en eff et les jeune s Le hors-s érie Boris Vi an Votr e supplément
génér ations à désobéir , voir e à Boris Vian, a eu plusieur s vie s, parisien
se rebeller contr e les adultes et au cour s de ses tr ente-neuf ans Cinéma, théâtr e, concerts,
les autorités ; le réalisateur pr ône d’ existence ; il a fait montr e de ex pos, spect acle s…
sans complexe la pour suite du tous se s talents, dans le Paris Receve z en plus le guide
bonheur individuel, fût-ce au prix encor e en noir et blanc de de s meilleur es sor tie s
de l’ intér êt génér al ! l’ apr ès-guerr e… de Paris et sa région.
Si vous optez pour
le pr élè vement mens uel.
Of re d’ abonnement ex ceptionnelle
Me s coordonnée sOui, je m’ abonne à Télér ama
Nom Pr énomPo ur un an (52 numér os) à 99 € au lieu de 171,6 0 €
et je re çois en cade au le DVD Le s Enf ants du temps .
Adre sse
Mo n mode de paiement
Je choisis le pr élèvement automatique * et je règle en 12 fois N° Rue / ave nue / boulevard
sans fr ais, soit 8, 25 € par mois. En cade au supplément air e,
Code post al Villeje re çois le hors-s érie Boris Vian. Je remplis la grille
ci-contr e et je joins obligatoir ement un RIB.
Ma nda t de prélève ment SEPA (Si vo us choisissez le prélè ve ment automatique)
Je dé sir e re cevoir en plus Sor tir , le supplément
Référence unique du mandat (R UM). Ser a remplie par Télér ama
Télérama de Paris et sa région, pour 1,50 € par mois,
soit un tot al de 9, 75 €.
Nom** Pr énom **
Je pr éf èr e régler en une seule fo is, soit 99 € par chèque
Adre sse **joint à l’ or dr e de Té lér ama.
N° Rue / ave nue / boulevard
Je dé sir e re cevoir en plus Sor tir , le supplément Télérama
de Pa ris et sa ré gion, pour 18 €, soit un tot al de 117 €.
Code post al
Ville Pay sMerc i de nous re tourner ce bon complété
et accompagné de vo tr e chèque Le s coor donnée s de votr e compte **
ou d’ un RIB sous enveloppe afra nchie
à Té lér ama, ser vice abonnement s, IB AN/Numér o d’ identification int ernational du compt e bancair e (Int ernational Bank Account Number)
67 -6 9 av enue Pierr e Me ndè s Fr ance , CS214 70 ,
75212 Paris cede x 13. BIC/Code int ernational d’ identification de votr e banque (B ank Identifier Code )
Nom du cr éancier Signé à (lieu)** Mentions obligat oir es.**
• • Type de paiement : paiement répétitif .Of re va lable jusqu’ au 14 nove mbr e 2020 pour un pr emier abonnement en Fr ance métr opolit aine . Télér ama
Livr aison de s cade aux sous 5 semaine s dans la limit e de s st ock s disponible s. En retournant ce fo rmulair e, • Vo us acceptez que le pr élèvement soit ef ectué dè s
67 -6 9 av . Pierr e Mendès Fr ancevo us acceptez que Te ler ama, re sponsable de tr ait ement, utilise vos donnée s per sonnelle s pour le s be soins l’ installation de votr e abonnement. Vos dr oits concernant
de vo tr e commande , de la re lation Client et d’ actions mark eting sur se s pr oduits et ser vice s. CS214 70 – 75 21 2 Paris cede x1 3 Le (date)** le pr ésent mandat sont expliqués dans un document
que vo us pouv ez obt enir aupr ès de votr e banque .Pour connaîtr e le s modalités de tr ait ement de vos donnée s ainsi que le s dr oits dont vous dispose z Fr ance
• En signant ce fo rmulair e de mandat, vous aut orise z(accè s, re ctification, ef acement, opposition, por tabilité, limit ation de s tr ait ements, sor t de s donnée s apr ès
décè s), consultez notr e politique de confidentialit é à l’ adr esse www .t eler ama. fr/politiqueconfidentialite. Télér ama à en voye r de s instructions à votr e banque
php ou écriv ez à notr e Délégué à la pr ot ection de s donnée s 67 -6 9 ave nue Pierr e Mendè s Fr ance , CS1146 9, Signature** pour débit er votr e compte, et votr e banque à débit erICS
75 70 7 Pa ris cede x 13 ou dpo@t eler ama. fr . Pour pr éserver la planète, le s CG V ne vous sont pas adr essée s votr e compt e conf ormément aux instructions de
FR3 1ZZZ20363 7 Télér ama. Vous bénéficie z du dr oit d’ êtr e rembour sésur suppor t papier mais sur simple demande au ser vice client ou sont consult able s et téléchar ge able s
par votr e banque selon le s conditions décrit es dansen suiv ant ce lien ht tp:/ /mark eting. teler ama. fr / img/ abo/cgv_t eler ama.pdf
la con vention que vous ave z passée ave c elle .
Renouv elable ensuit e par tacit e re conduction et dénonçable à tout moment. Une demande de rembour sement doit êtr e*
pr ésent ée dans le s huit semaine s suiv ant la dat e deABB92 débit de votr e compt e pour un pr élèvement aut orisé.
© 2019 “W ea thering With You” Film Pa rtner s
Pa ges sPéciales du n° 368 6 – ne Peut être vendu séP arémentc
h
t
l
a
d
i
p
r
n
n
a
t
t
e
Premier Pan
Les librairies
indépendantes
résistent mieux
que d’autres secteurs
de la culture.
Un e i U
Par Olivier Milot
que nous vivons paraît avoir renforcé notre besoin de privi-Le virus de la lecture plus fort que le Covid-19 ?
légier les circuits courts et les achats responsables. À l’image
L’histoire n’était pas écrite à l’avance. Et pourtant, des petites salles de spectacle, notamment en province, qui
font le plein ces temps-ci, il y aurait une dimension militante maintenant que la rentrée culturelle est derrière
à favoriser les librairies indépendantes aux dépens des
nous, le constat s’impose : le secteur de la librairie, grandes surfaces et surtout de l’ogre Amazon. Sans compter
réputé le plus fragile de la culture, est pour l’instant celui qui que les libraires observent un changement de mentalité chez
résiste le mieux, au point que les libraires se prennent à rê- leurs lecteurs : ils seraient moins gouvernés par leur
impaver de compenser d’ici à la fn de l’année les pertes dues au tience, plus prêts à accepter d’attendre un livre quelques
confnement. Le livre, miraculé de la culture. Avec quelques jours. Comme si le confnement qui nous a tous obligés à
nuances. Selon l’institut GFK, les régions résistent mieux que vivre au ralenti pendant deux mois avait aussi modifé (un
Paris, et les petites librairies mieux que les grandes surfaces peu) notre rapport au temps et à cette culture de
l’immédiaspécialisées dans les produits culturels. La proximité joue un teté dont la technologie avait fait un horizon indépassable.
rôle indéniable. D’abord parce que lors d’une pandémie Le livre, comme symptôme possible d’un changement
comnous limitons nos déplacements. Mais aussi parce que les pé- portemental, que le numérique semblait avoir inscrit dans
riodes de crise sont des accélérateurs de tendances. Et celle nos gènes. Cela non plus, ce n’était pas écrit d’avance •
Télérama 3692 14 / 10 / 20 13
Léa Crespi pour TéLéramal
a
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
Rendez-nous
nos données !
dans ses Mémoires vives, edward snow -
den, le lanceur d’alerte qui a mis à nu la
surveillance internationale des
étatsunis, tente d’expliquer l’importance
des métadonnées, cette terminologie
barbare qui désigne l’horodatage
numérique auquel nous soumettons le
moindre de nos clics : « Il ne faut pas
[les] envisager comme des abstractions
inofensives mais comme l’essence même
du contenu : elles sont précisément la
première source d’information exigée par
celui qui vous surveille. » C’est dire si la
décision que vient de rendre mardi 6
octobre la Cour de justice de l’union
européenne sur les données de
connexion (l’autre nom qu’on leur
donne) est tout sauf anodine. saisie par
des associations françaises, belges et
britanniques, la juridiction basée au
Luxembourg devait trancher : les états
membres peuvent-ils imposer aux
fournisseurs d’accès à Internet une
conservation généralisée à des fns
– délibérément foues – de renseignement ?
Après un premier coup de semonce en
2016, avec l’arrêt dit Tele2, la Cour a
récidivé, et de nouveau répondu non.
saluant une « défaite victorieuse », l’autre
nom qu’on donne aux victoires à la
Pyrrhus, l’association de défense des
droits et des libertés La Quadrature du
net, qui avait attaqué ce moissonnage
massif, sait qu’il ne faut pas se réjouir
trop hâtivement. en matière de
sécurité nationale, la loi s’écrit à partir de sa
transgression, et l’exception —
souvenez-vous de l’état d’urgence — a fni par
dévorer la règle. « Le cas normal ne
prouve rien, l’exception prouve tout », L’Homme écrivait il y a un siècle Carl schmitt, le
fameux juriste allemand rallié à Hitler, de T ou Tes L es C ou Leu Rs dont l’héritage intellectuel emprunte
parfois de sinueux itinéraires. Reste à
en 1970, il avait appelé sa première tion. Car les années 1970 ont enterré voir si la France obéira à l’injonction
euboutique parisienne Jungle Jap, et une certaine idée élitiste de la cou- ropéenne. un indicateur à scruter :
del’avait fait décorer d’un paysage à la ture. métissée, mélangée comme sur puis les attentats de 2015, la direction
douanier Rousseau. Le créateur de cette photographie de 1983 (ci-des- générale de la sécurité intérieure
(dGmode Kenzo Takada, qui vient de sus), la mode s’adressait à tout le sI) travaille avec une sulfureuse
entreKenzo Takada avait
mourir à 81 ans, était bien « le Japo- monde en s’amusant. et Kenzo Taka- prise américaine fondée par un proche osé une mode
nais de la jungle ». en arrivant à Paris, da, l’éternel rieur aux cheveux longs florale, métissée de Trump. son nom : Palantir. sa
miset accessible à tous il avait apporté les couleurs vives, les et aux immenses lunettes, était au sion ? Analyser les métadonnées pour y
(ci-dessus : sa
motifs de feurs, les coupes venues cœur de ce mouvement. détecter des menaces, précisément.campagne en 1983,
d’ailleurs. et surtout la démocratisa- — Xavier de Jarcy par Hans Feurer.) —Olivier Tesquet
14 Télérama 3692 14 / 10 / 20
Hans Feurer | Valérie Bude | Musée de ’OranGerie
Qui ? Comment ? Pour Quoi ?
RepéR ée Âge 25 ans. dans chaque toile, elle s’imaginait « un
Profession poètesse, autrice, plasti- monde fguratif ». elle expérimente
encienne… suite le théâtre à avignon,
s’« accomActualité l ’installation pour « un été au plit » en licence de lettres modernes à
Havre » a intrigué la foule tout l’été. un l yon, découvrant aimé c ésaire et
titre (H20=$) qui claque telle une for - a pollinaire. l ors d’un séjour à vélo en
mule de maths et une phrase, « le li- irlande, elle s’essaye à la géographie
litquide pour seul réel », apposée en lettres téraire et publie un premier carnet de
miroir lestées dans le bassin du com- voyage, fait de prose et de croquis, puis
merce. l ’ensemble pointe la polysémie un recueil de poèmes, avant de poser
du mot « liquide » : matière changeante ; ses valises au Havre pour intégrer
argent qu’on a dans la poche ; eau es- l’école supérieure d’art et de design.
sentielle à la vie mais dont la gestion Signe particulier avant le covid-19, on
constitue un enjeu économique mon- pouvait la croiser dans les rues du
dial. attendue mi-octobre au festival Havre, armée d’une machine à écrire
inund’art à Gérone, elle ofrira aux pas- destinée à l’élaboration de poèmes à la
sants une tisane de plantes cueillies des demande, rédigés sur place en trente
deux côtés de la frontière pyrénéenne. minutes. poète ? autrice ?
plastiAscendants Son travail se situe à la croi- cienne ? impossible de lui coller une a lice sée de l’art et du langage. Sa rencontre étiquette ! « Aucun terme ne défnit ma
avec le premier s’est faite dans les mu- pratique, encore en construction. Et Baude sées où l’emmenait une tante et où, pourquoi se ranger ? » — Sophie Rahal
ViVement demain
Quand AC/DC
se prononce
« miraculés ».
Un chanteur
sourd, un batteur
le S GRap HiSte S dépo SSédé S ?repris de justice, l es musées d’orsay et de l’orangerie, une réfexion « stratégique » dont les
réunis depuis 2010, revoient leur iden- graphistes seraient incapables. ces un bassiste sorti tité visuelle. pour cela, ils ont contac- propos suscitent la colère de la
profesté une grande agence américaine, sion. aux « solutions marketing prêtes de sa retraite l andor, spécialiste du « branding » à l’emploi », Jean-michel Géridan, le
di(un mot qui signifie « gestion de recteur du Signe, c entre national du
et un guitariste marque » et qui vient de « brandon », graphisme, à chaumont, oppose ainsi
le fer chaufé au rouge marquant le bé - une approche appuyée sur « la sémio-prodige de 65 ans. tail). a près le musée de la marine ou la logie, la sociologie, l’histoire de l’art et
maison européenne de la photogra- des signes ». c’est d’ailleurs un gra-Les Australiens phie, l’alignement de la communica- phiste, Jean Widmer (né en 1929), qui,
tion des établissements culturels sur dans les années 1980, avait imaginé réunifiés s’apprêtent celle des entreprises se poursuit. l an- l’intemporel o du musée d’orsay.
dor, qui a pour clients les supermar- l andor ne fait que le décliner pour le à sortir un nouvel chés Walmart et le pétrolier Bp, a un musée de l’orangerie. « Ils ont
tripaargument de poids : le mécénat de touillé un des plus beaux logos, neutra-album en novembre… compétences. du conseil au logo, tout lisé et ringardisé par une typo à bâton
est gratuit, et l’agence se rémunère en faussement moderne. L’Orangerie, in-À l’écoute des trente déductions fscales. Jusqu’à mainte- carnée dans un L rigide et lisse comme
nant, ce travail était confé à des gra- pour une marque de cosmétique, mé-premières secondes, phistes indépendants, peu à peu évin- rite mieux », commente un spécialiste.
cés. l e rôle des musées est-il de l e mécénat de compétences devrait rien n’a changé. favoriser les gros en afamant les pe - stimuler la création, pas l’appauvrir. il
tits ? l es agences de branding se justi- serait temps que le ministère de la Sortez vos cornes. fent en expliquant qu’elles proposent culture rappelle cette règle. — X. de J.
Télérama 3692 14 / 10 / 20 15c
­
n
v
Qui ? CommeNt ? Pour Quoi ?
DÉCry PTAge
Ze MMour
DÉr APe,
CNew S
APProuve
« Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins,
ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont ! Il faut les renvoyer ! »
Cette énième éructation d’Éric Zemmour, ici à l’encontre
des mineurs étrangers isolés, devrait valoir au « polémiste »
et à CNews de lourdes sanctions, qui peuvent aller jusqu’à
l’interdiction d’émettre.
Pourquoi la responsabilité de CNews est-elle engagée ?
Tenus dans Face à l’info le 29 septembre, ces propos n’ont
pas été diffusés en direct. Cette émission quotidienne
d’avant-soirée est enregistrée une demi-heure avant
l’antenne, justement pour pouvoir expurger tout dérapage de
son « polémiste » vedette. C’est donc en toute connaissance
de cause que la direction de CNews, son patron Serge Nedjar
en tête, a laissé passer ces paroles racistes. Selon la
convention signée avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA),
la chaîne doit « maîtriser [son] antenne », c’est-à-dire appor-Le PLuS fLAMboy ANT ter une contradiction quand de tels propos sont prononcés
en direct ou les couper si l’émission est en diféré. De S gui TAr heroe S
Que risquent Éric Zemmour et CNews ?
eddie v an halen, guitariste extraordi- le premier album de v an h alen fgurait Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « provo
naire, est mort, le 6 octobre, à 65 ans, aussi un instrumental, Eruption : une cation à la haine raciale », un délit passible d’un an de prison
emporté par un cancer de la gorge. Le explosion de distorsions et de décibels, et 45 000 euros d’amende, et « injures publiques à caractère
fls d’émigrés hollandais qui donna son déclaration d’intention que le guita- raciste », dont le montant de l’amende peut atteindre
nom au fameux groupe de hard rock riste ne trahira jamais. eddie v an ha- 12 000 euros. Multirécidiviste 1 , le « polémiste » risque gros.
aura su, au-delà de prouesses tech- len se distinguait par ses chorus efré- Tout comme la chaîne. Après l’avoir déjà mise en demeure
niques, garder un constant souci de nés, sa vélocité et son usage particulier pour des faits similaires, le CSA peut lui infiger une palette
marier humour et divertissement dans du « tapping » — technique consistant à de sanctions : simple lecture d’un communiqué à l’antenne,
sa musique et son jeu unique, aussi taper des notes sur le manche de la gui- (forte) amende assortie ou non d’une suspension totale ou
famboyant que fulgurant, qu’une lé - tare en utilisant un ou plusieurs doigts partielle du programme, interdire temporairement la pub
gion d’autres tenteront de singer. de la main droite. sur la tranche horaire de l’émission, voire… carrément
retiAvec ses trois complices, eddie van Champion d’un hard nouveau, van rer à CNews son autorisation d’émettre.
h alen a fait basculer le heavy metal de halen enchaîne les albums à succès,
sa sombre lourdeur 70s à sa reconver- propulsés par les audaces d’un guita- Dans quels délais ?
sion populaire dans les 80s, à l’ère des riste qui ne se refusait rien : reprises C’est l’éternel problème. Le temps judiciaire n’étant pas le
radios fM et de MTv. il s’est fait musclées, solides compositions per- temps médiatique, cela devrait prendre plusieurs mois,
hisconnaître en 1978 par sa reprise du You sonnelles, firt avec le jazz, maîtrise du toire d’instruire l’afaire, d’écouter les diférentes parties,
Really Got Me des Kinks dont le rif tran- synthé — le fameux gimmick du monu- etc. De quoi permettre à Éric Zemmour de continuer à
dischant, poussé à un volume assourdis- mental Jump. eddie v an halen avait tiller son discours de haine contre les immigrés et les
musant, et le solo, transfguré, projetaient élargi sa notoriété grâce à sa participa- sulmans ad nauseam et à faire grimper les audiences de
le morceau dans une autre sphère. Sur tion déterminante au Beat It de Mi- CNews, qui compte déjà plus d’un demi-million de fdèles
chael Jackson. Les chanteurs valse- pour Face à l’info. — Richard Sénéjoux
ront, mais l’impact de van h alen ne se 1 Il a été condamné pour provocation à la discrimination raciale en
Eddie Van Halen, démentira pas, preuve qu’eddie était 2011, pour provocation à la haine religieuse envers les musulmans
roi du tapping
la véritable star de la formation. en 2018 et à 10 000 euros d’amende pour injure et provocation à la et champion d’un
hard nouveau. — Hugo Cassavetti haine le 25 septembre 2020.
16 Télérama 3692 14 / 10 / 20
TIMOTHY WHITE/ Trunk ArHIE/ PHOTO SESO